Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Plouescatais

PLOUESCAT

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Plouescat  

La commune de Plouescat (bzh.gif (80 octets) Plouescad) est chef lieu de canton. Plouescat dépend de l'arrondissement de Morlaix, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Plouescat, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de PLOUESCAT

Plouescat vient du breton "ploe" (paroisse) et de saint Rescat.

Plouescat est une ancienne paroisse primitive qui englobait autrefois les territoires de Plouescat, de Cléder et de Sibiril. La paroisse de Plouescat est mentionnée en 1282 sous la forme de Ploeresgat et dépend de l'évêché de Léon

En 1636, l'écuyer Pierre du Chastel, sieur de Lislengal, déclarait être capitaine de Plouescat et faire garde à la côte en l'absence de sieur Saint-Georges, capitaine de l'un des vaisseaux du Roi.

On trouve les appellations suivantes : Ploeresgat (en 1282), Pleuréesquet (en 1308), Ploerezcat (vers 1330 et en 1426) et Ploezcat (en 1467).

Nota : les annales de Plouescat conservent le souvenir d'une horrible épidémie de peste qui, du 24 août 1626 jusqu'au 4 avril 1627, fit périr plus de 320 personnes. D'après la tradition, les sables du Kernic couvrent une forêt engloutie, nommée le bois de Coatannoz. C'est dans l'anse de Kernic qu'en 1778, après son glorieux combat contre la frégate anglaise l'Arèthuse, vint mouiller la frégate française la Belle-Poule, commandée par le lieutenant de vaisseau de La Clocheterie.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de PLOUESCAT

l'église Saint-Pierre (1864-1865), édifiée par l'entrepreneur Tréal (sur les plans de Puyo) à l'emplacement d'une ancienne église. La première pierre est posée le 5 octobre 1863 et elle est consacrée le 31 août 1865. La flèche n'est construite qu'en 1870 : entourée d'une galerie, la flèche est accostée de quatre clochetons. L'édifice actuel comprend une nef de cinq travées avec bas-côtés et clocher semi encastré, un transept et un choeur accosté de deux chapelles donnant sur le transept. L'orgue date de 1887. La cloche date de 1870. L'église abrite les statues de saint Herbot et de saint Paul Aurélien. Dans l'ancienne église, bâtie en 1763, on retrouvait jadis quelques piliers et chapiteaux du XIIIème siècle ;

la chapelle Notre-Dame de Kerzéan (XVIème siècle), restaurée en 1714, 1809 et 1955. L'édifice était jadis en forme de croix et aujourd'hui rectangulaire : les ailes ont été supprimées. L'une des cloisons porte l'inscription "Fait faire par Mre Jacques Marchic prestre de Kereval-Bihan Lan 1714 Paul Ven Louis Tonar menuisiers". On y trouve une Vierge-Mère assise, un saint Eloi, un groupe de la Sainte-Famille et quelques dalles armoriées dont l'une porte les "trois tours" de la famille Audren de Kervinot. La chapelle abrite aussi les statues de Notre-Dame de Kerzéan, saint Joseph, saint Joachim et sainte Marguerite ;

la chapelle du calvaire (1714). Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire. La chapelle abrite un calvaire avec la Vierge, saint Jean et la Madeleine, saint Eden et Santik Du ;

les ancienne chapelles, aujourd'hui disparues : la chapelle Saint-Eden, la chapelle Saint-Julien, la chapelle Saint-Georges, la chapelle de Pont-Christ (on y voyait jadis les armes de François Le Bihan et Isabelle de Canaber, mariés en 1657) ;

la croix monolithique (Haut Moyen Age), située rue Le Goffic ;

les calvaires de Kergoal ou Kergoual ou Kergouall (1667, restauré en 1927 par les soins de M. Trémintin et son épouse Jeanne Daveau), Baradozic (XVIème siècle), Cornamis ou Kornamis (1569 ou 1581), de Forban (XVIème siècle), Irvit (XVème siècle), Languien (XVIème siècle), de Croaz-Hir (XVIème siècle), de Nevez ;

les croix de Kerscouarnec (XVIème siècle), Goaz-Vihan (XIXème siècle), Landerné-Vihan (XVIème siècle), Prat-Bihan (XVIème siècle), de Kergoarat (XVIème siècle), de Pont an Traon (XVIème siècle), de Lesmelchen (Haut Moyen Age), la croix de carrefour (Haut Moyen Age), Roc'h Plat (Haut Moyen Age), Guinel, Languien (Haut Moyen Age). A signaler aussi la croix Saint-Antoine du XVI-XVIIème siècle, remplacée aujourd'hui par une croix de 1942 ;

le manoir de Mesguen (XVème siècle), propriété de la famille Penfeuntenyo, puis Kersauzon (en 1567). On y trouve un puits et une auge datant du XVème siècle ;

le manoir de Prat-Bihan (XVIème siècle) ;

le manoir de Keriaouen (1609), propriété de la famille Kersauzon ;

la maison de Pen-ar-Prat (XVIIème siècle) ;

une maison située place du Général-de-Gaulle (XVIII-XIXème siècle) ;

la fontaine de Saint-Eden ou l'Isle-en-Gall (XIXème siècle) de Kerveuleugan ;

l'ancienne fontaine Notre-Dame de Kerzéan ;

l'hospice Sainte-Anne (1893) ;

les moulins à eau de Lanrial et de l'Ile en Gall ;

A signaler aussi :

la stèle du Lanial, de Roc'h Ar-Fa ;

les trois stèle de La Croix ;

le dolmen de Creach-ar-Vren (époque néolithique) ;

les menhirs de Cam-Louis ou Camlouis, de Porsguen, d'Irvit, de Cougn an Dré, de Prat-Meur (époque néolithique) ;

l'allée couverte de Guinirvit ou Kernic (époque néolithique) ;

la roche Feunteun-a-Vir et son pouvoir de guérison ;

les rochers "Roch paotred ar zabad" et "Roc'h Men Goubars" ;

les Halles (XVIème siècle), édifiés probablement par Yves du Poulpry, sénéchal de Léon ;

les vestiges d'un magasin à poudre (vers 1740), situés à Saint-Edern ;

un balneum gallo-romain ;

une borne géodésique (1823) ;

l'ancien manoir de Gorréploué (XVIème siècle), possédé jadis par la famille de Kergoual. Maison natale d'Yves de Kergoual, premier doyen et gouverneur du Folgoët en 1426 ;

l'ancien manoir de Kerouara ;

l'ancien manoir de Saint-Georges ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de PLOUESCAT

SEIGNEURIE DE SAINT-GEORGES. — Paroisse de Plouescat, ancien évêché de Léon. Elle entra dans la maison de Kersauson dans la seconde moitié du XVème siècle, par le mariage de Paul, fils d'Hervé Ier et de sa deuxième femme, Alliette de Lanros, avec Sibylle de Saint-Georges. La terre de Saint-Georges resta fort longtemps dans la branche de Vieux-Chastel, dont Paul de Kersauson est le premier auteur. Elle devint probablement plus tard l'apanage d'une cadette de la branche, qui l'apporta dans une autre maison, sans qu'on en ait pu préciser l'époque. Hervé, arrière-petit-fils de Paul, se qualifiait encore en 1567 de sr de Saint-Georges;

Nota : Les Saint-Georges, qu'il ne faut pas confondre avec les Harscoët, srs. de Saint-Georges (que nous verrons plus tard s'allier à la branche de Vieux-Chastel), étaient srs. dudit lieu et de Lannurien, en Plouescat, et de Mesqueffuruz, en Plougoulm ; ils étaient d'ancienne noblesse et avaient pris part aux réformations et montres de 1427 à 1481, en Plouescat, Plougoulm, Plounévez et Le Minihy, évêché de Léon. Blason : D'argent, à la croix de gueules, comme Jobert. La branche aînée fondue dans Kersauson par le présent mariage. — Une famille de mêmes nom et armes, originaire de la Marche et transplantée en Poitou, s'est alliée en Bretagne aux La Musse, Bavalan et Pioger ; elle remonte d'une manière certaine à Olivier, marié en 1404 à Catherine de Rochechouart, dame de Boissec, et elle s'est éteinte en 1858, dans la personne du marquis de Vérac, ancien pair de France. Yves (ou Yvon) de Kersauson (fils de Paul de Kersauson décédé vers 1502 et de Sibille de saint-Georges), sr. de Saint-Georges, comparut en brigandine, épée, salade et javeline, comme premier gentilhomme de la paroisse de Plouescat, à la montre générale de la noblesse de Léon, tenue à Lesneven par les seigneurs du Chastel, de Kermorvan et de Kerouzéré, commissaires et à la fin députés, le 25 septembre 1503 (Antiquités du Finistère, par Fréminville) (J. de Kersauson).

SEIGNEURIE DE MESGUEN. — Paroisse de Plouescat, ancien évêché de Léon. Catherine du Faou ou du Fou l'apporta, vers 1567, à son mari, Hervé de Kersauson, dont la postérité directe conserva la qualification jusqu'après 1669, postérieurement à la mort de Sébastien de Kersauson, qui fut prêtre (J. de Kersauson).

Lors de la Réformation de l'évêché de Léon en 1443, plusieurs familles nobles sont mentionnées à Plouescat :

Castel (an), seigneur de Lannurien, paroisse de Plouescat. D’argent au château de gueules. Derrien se trouve mentionné entre les nobles de Plouescat.

Kergoual (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Plouescat. D’azur à une fasce d’or surmontée d’une main d’argent soutenant un oiseau de même. Henri se trouve mentionné entre les nobles de Guisseny.

Kerzéan (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Plouescat. Yvon se trouve mentionné entre les nobles de Plounévez-Lochrist.

Lan (an) Yvon se trouve mentionné entre les nobles de Plouescat.

Prévost Guillaume se trouve mentionné entre les nobles de Plouescat.

Saint-Georges ou Saint-Jord (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Plouescat. D’argent à la croix de gueules. Pierre se trouve mentionné entre les nobles de Plouescat, et Guillaume se trouve mentionné entre les nobles de Plounévez-Lochrist.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de l'évêché de Léon reçue à Lesneven en 1481, on comptabilise la présence de 7 nobles de Plouescat :

Paul KERSAUSEN (70 livres de revenu), malade, remplacé par Yvon Moal : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Yvon GUERNISAC (40 livres de revenu), malade, remplacé par Yvon Derien : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Tanguy COËTNEMPREN (40 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Yvon An CASTEL (12 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Guillaume DANYEL (10 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Vincent PREVOST, mineur (36 livres de revenu), remplacé par Henry Gil : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Havoise JOSORN (60 livres de revenu) , remplacée par Tanguy Morvan : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de l'évêché de Léon reçue à Lesneven le 25 septembre 1503, plusieurs nobles de Plouescat sont mentionnés :

Yvon Kersauson, en brigandine, espée, salade et javeline ;

Jehan Provost, en brigandine, espée, salade et javeline ;

Alain Kerbiguet, en brigandine, espée, salade et javeline ;

Alain Daniel, en brigandine, espée, salade et javeline ;

Jehan Kergoat, pour son père ;

Didier de Kerliviry. Injonction de s'armer.

A la « montre » (réunion de tous les hommes d’armes) de l’évêché de Léon reçue à Saint-Renan le 24 août 1557, plusieurs nobles de Plouescat (Ploezcat) sont mentionnés :

Jehan Kerscau ;

Le sr. de Saint George ;

Yves Kerbiguet ;

Le sr. de Lesmealchen ;

Maudet Lambert ;

Dyder Lesellec ;

Jehan Cremeur ;

Yvon Castel ;

Guillaume Bresal ;

Hervé Kerdenyel ;

Hervé Bosec, tenant fief noble ;

L’héritier de Jehan Guydon.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.