Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Plouhinécois

PLOUHINEC

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Pont-Croix  

La commune de Plouhinec (pucenoire.gif (870 octets) Plouineg) fait partie du canton de Pont-Croix. Plouhinec dépend de l'arrondissement de Quimper, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Plouhinec, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de PLOUHINEC

Plouhinec vient du breton « ploe » (paroisse) et de « ethin » (ajoncs) ou encore de saint Winoc, fils du roi Judicaël Ier, né en Armorique en l'an 627. Avec ses trois frères, il prend l'habit au monastère de Sithiu ou Sithieu (Saint-Omer, en Flandre). Saint Winoc meurt le 6 novembre 717.

Depuis la création de la paroisse de Poulgoazec, le 12 avril 1926, deux paroisses se partagent le territoire de l'ancienne paroisse primitive de Plouhinec. Poulgoazec n’était à l’origine qu’un village de pêcheurs (noté Poulgouasec en 1328), à l’entrée de la rivière d’Audierne. La paroisse de Plouhinec dépendait autrefois de l'ancien évêché de Cornouaille.

On rencontre les appellations suivantes : Ploezinec (vers 1330 et en 1368), Plouzinec (en 1426) et Ploezinec (en 1535).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de PLOUHINEC

l'église Saint-Vinoc ou Winoc (XVI-XVIIIème siècle), remaniée au cours du XVIIIème siècle (date visible sur le croisillon nord et les grandes arcades). L'église semble être construite sur l'emplacement d'un édifice plus ancien. Elle est en forme de croix latine et dominée par une tour à galerie que surplombe une flèche. La tour porte sur la face sud, des dates et inscriptions qui donnent les étapes de sa construction : "Moal 1571" (à hauteur du milieu de la fenêtre), "Riou 1577" (au sommet de la fenêtre), "I Bolore 1582" et "I. Samaun F. 1582" (sur la balustrade) Sur les faces nord et sud, se trouvent la date de 1730 et "Yves Connan recteur 1731" (dates de restauration). Aux angles intérieurs de la galerie, on peut voir les bases de quatre clochetons qui n'ont jamais été construits. L'édifice comprend une nef, de cinq travées avec bas-côté et à charpente lambrissée, puis deux travées avec chapelles latérales, un transept et un choeur. Flanquée de bas-côtés, l'église est limitée par sept arcades en plein cintre, reposant sur des piliers octogonaux sans chapiteaux. Les vitraux du transept et des collatéraux ont été posés en 1993-1994 : ils sont l'oeuvre du maître verrier Jean Pierre Le Bihan. Le maître-autel date du XVIIIème siècle : il est doté d'un retable à quatre colonnettes torses, superposées en trois étages, le tabernacle est à dais et l'autel est encadré de deux anges adorateurs, surmontés de quatre angelots. Au sommet du retable, on trouve une statue du Sacré-Coeur du XIXème siècle. Dans les niches de l'autel, on trouve le Christ, entouré de Saint Pierre et Saint Paul ; à gauche du retable on trouve la statue de saint Winoc ; à droite du retable, on trouve Notre-Dame de Lorette. Dans le transept nord, on remarque un autel du XVIIIème siècle : au dessus du tabernacle, se trouve une toile signée Philippe en 1774. Plusieurs statues encadrent l'autel : l'ange Gabriel, la Vierge de l'Annonciation, le groupe de Saint Joseph et Jésus enfant, le groupe de Sainte Anne et Marie enfant. On y voit aussi une Pièta du XVIIIème siècle et le reliquaire de saint Winoc. L'autel du transept sud est aussi du XVIIIème siècle : il est surmonté d'un tableau daté de 1652, signé Roma, représentant la Douleur du Père, avec Madeleine. Plusieurs statues encadrent l'autel : saint Roch, saint Blaise, saint Nicolas, saint Sébastien, le Christ aux liens (XVème siècle). La chaire à prêcher est du XVIIIème siècle : elle est l'oeuvre du maître sculpteur Marzin de Pont-l'Abbé. L'orgue, qui date de 1935, est doté de huit jeux. Les fonts baptismaux datent du XVIème siècle. L'autel avec retable à colonnes torses est du XVIIIème siècle. Au retable sud, se trouve une toile intitulée "Dieu de Pitié" (oeuvre de Rome) qui date de 1652. L'église abrite les statues de saint Winnoc (XVIIème siècle), la Vierge-Mère (XVIIème siècle), sainte Anne, saint Roch, saint Sébastien, saint Augustin, saint Nicolas, saint Blaise, saint Jean-Baptiste (provenant de Saint-Jean de Loquéran), un Homme de douleur, un saint non identifié et une Pietà ;

l'église Saint-Julien-Le-Passeur (1885-1929), édifiée à l’emplacement d’une ancienne chapelle du XVIème siècle qui portait la date de 1681. Il s'agit de l'église paroissiale de la paroisse de Poulgoazec. Elle date de 1885 et a été bénite le 16 juin 1886 : elle était en forme de croix latine. Cet édifice a été complètement transformé en 1929 en abattant la longère nord et en construisant une vaste chapelle englobant l'aile nord. Ces travaux sont rappelés par l'inscription "Chapel Savet Gant an Ao. Bernar Deuet Da Veza Iliz Parres Kresket Gant an Ao Cadiou 1929". Les vitraux sont modernes et chaque fenêtre renferme un emblème : monogramme du Christ, vaisseau, phare, ancre, poisson, etc... L'église abrite parmi les statues modernes, celle de saint Julien en moine, tenant une rame et une ancre ;

la chapelle Saint-They (XVI-XVIIème siècle). Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire avec petit clocheton à dôme. Elle date du XVIème siècle, mais a été remaniée au XVIIème siècle comme l'indique la date de 1676 sur la porte. La chapelle abrite la statue de saint They et de saint Pierre ;

la chapelle de Lambabu (1553), restaurée au XVIIIème siècle. Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire et comprend une nef séparée par un arc diaphragme d'un choeur un peu plus large. L'édifice porte la date de 1553. Le clocher comprend un beffroi amorti par une flèche octogonale. La sacristie date du XVIIIème siècle et porte l'inscription "Colin 1737". La chapelle abrite les statues de saint Tugdual et saint Sébastien ;

l'ancienne chapelle Saint-Mahal, aujourd'hui disparue et située jadis à Kéridreuff. L'édifice est vendu comme bien national le 17 juin 1795 ;

l'ancienne chapelle Saint-Jean de Loquéran, aujourd'hui disparue. A signaler que cette chapelle prétendait jadis conserver le chef de saint Jean-Baptiste et celui de saint Tugdual ;

l'ancienne chapelle Saint-Jérôme, aujourd'hui disparue. Il s'agissait de l'ancienne chapelle privée du manoir de Loquéran ;

l'ancien oratoire Saint-Tugdual, aujourd'hui disparu et mentionné dès le XIème siècle ;

le calvaire Kroas Beleg Gougen ou Croaz-Belec-Gouzien (1620 ou 1626) ;

le calvaire (Croaz-ar-Vered-Coz) du placitre de l'église de Plouhinec (XVIème siècle) ;

d'autres croix ou vestiges de croix : la croix de la maison du sculpteur (XVIème siècle), la croix de mission (1893), la croix du cimetière de Plouhinec (1928), Croix-Godec (1926), Poulgoazec (1932). A signaler aussi la croix des Templiers (Saint-Jean), aujourd'hui disparue ; 

la fontaine Saint-They (XVIème siècle) ;

l'ancienne fontaine Saint-Vinnoc ;

le village de Lambabu (XVIIIème siècle), restauré au XIXème siècle ;

le puits couvert (1733) ;

3 moulins dont le moulin à eau de Keridreuff, de Revousien,

A signaler aussi :

la découverte d’un foyer vieux de 400 000 ans à Menez-Drégan ;

l'allée couverte de Menez-Korriged (époque néolithique) ; 

le monument aux morts (1921), oeuvre de René Quillivic ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de PLOUHINEC

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.