Tressaint : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune du canton de Dinan-Est)

Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue

TRESSAINT

  Retour page d'accueil         Retour Canton de Dinan-Est  

La commune de Tressaint (bzh.gif (80 octets) Treseut) fait partie du canton de Dinan-Est. Tressaint dépend de l'arrondissement de Dinan, du département des Côtes d'Armor (Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de TRESSAINT

Tressaint vient du vieux-breton "treb" (village) et "sent" (saint). D'autres historiens prétendent que son nom vient de saint Tressaint, irlandais venu s'établir en Armorique sous le règne de Clovis.

Tressaint est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Pleudihen. Sous l'Ancien Régime, Tressaint est une paroisse du diocèse de Dol et un prieuré-cure de l'abbaye de Beaulieu. La paroisse est supprimée en 1792, et rattachée en 1803 à celle de Léhon, puis en 1807 à celle de Lanvallay, avant d'être rétablie en 1828 (ordonnance du 12 octobre 1828).

Dans un document daté de 1284, parmi les témoins de la confirmation par l'évêque de Saint-Malo de Dinan d'une aumône faite par Geffroy de Dinan au prieuré de Saint-Malo de Dinan, figure un certain Païen de Tresent. Le manoir de Tressaint est mentionné comme lieu noble au XVIème siècle.

Les Lanvallay étaient seigneurs de Tressaint et l'on voit un tombeau du XVème siècle dans l’église Saint-Jacques et Saint-Philippe. La paroisse de Tressaint relevait jadis de l'évêché de Dol, et avait pour subdélégation et pour ressort Dinan. La cure était présentée par l'abbé de Beaulieu. Durant la Révolution, la paroisse de Tressaint dépendait du doyenné de Dinan. " En 1789, Tressaint dépendait de Dinan, siège de sa sénéchaussée et de sa subdélégation d'intendance. C'est en cette ville qu'il députa, le 7 avril 1789, François Martin et François Rouxel pour assister à la rédaction du cahier général de doléances de cette sénéchaussée. En 1790, Tressaint fit partie du district et du canton de Dinan. Lors de la Constitution de l'an III (1795), cette commune fut rattachée à la municipalité cantonale de Dinan extra-muros. Depuis le Consulat, Tressaint est compris dans l'arrondissement de Dinan et dans le canton de Dinan-Est. " (A. Lemasson). Tressaint élit sa première municipalité au début de 1790. La commune de Tressaint est associée à celle de Lanvallay par arrêté préfectoral du 29 décembre 1972.

On rencontre les appellations suivantes : Tresent (en 1184, vers 1330), Tresseint (à la fin du XIVème siècle), Tressainct (en 1516).

Note 1 : Renseignements statistiques. — Superficie : 301 hectares. Population : En 1778 : 17 naissances, 4 mariages, 16 décès (Archives d'Ille-et-Vilaine, C 1416). — En 1790 : 351 habitants, dont 124 hommes, sur lesquels 52 citoyens actifs ; 117 femmes et filles, 110 enfants des deux sexes au-dessous de 18 ans. — La journée de travail cotée 10 sous. En 1795 : 8 naissances, 4 mariages, 6 décès pour 346 habitants, dont 94 hommes, sur lesquels 16 pauvres, plus 26 absents ; 104 femmes et filles avec moyens d'existence, plus 8 pauvres ; 106 enfants au-dessous de 12 ans, plus 8 pauvres. En 1804 : 238 habitants. — En 1838 : 425. — En 1850 : 446. — En 1870 : 388. — En 1889 : 391. — En 1913 : 348. — En 1921 295, soit une perte de 56 unités sur le chiffre atteint en 1889. Impôts : Nombre de contribuables en 1778 : 83, dont 41 payant moins de 3 livres. (Archives d'Ille-et-Vilaine, C 3982). — Capitation en 1782 : 285 l. 17 s. (Archives d'Ille-et-Vilaine, C 3981). — Vingtièmes en 1787 : 500 l. 12 S. (Archives d'Ille-et-Vilaine, C, 4599). En 1790 : Capitation, 322 l. 16 s. ; vingtièmes, 525 l. 9 s. ; fouages, 129 l. 4 s. — Total : 977 l. 9 s. En 1804 : Contributions foncières, 1.579 fr. ; mobilières, 226 fr. (A. Lemasson).

Note 2 : la commune de Tressaint est formée des villages : la Mercerie, la Ville-ès-Souèdre, Saint-James, les Longs-Champs, les Bruères, Puarel, le Bas-Bourg, la Fosse, la Cour-Gohel, etc...

Voir aussi   Ville de Tressaint (Bretagne) " La paroisse de Tressaint durant la Révolution "

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de TRESSAINT

l'église Saint-Jacques et Saint-Philippe (1698 – 1712). Il s'agit de l'ancienne chapelle privée du manoir de la Grand-Cour. L'édifice, qui date du XII-XIIIème siècle, est reconstruit au XVIIème siècle puis restauré. Elle comprend une nef unique avec clocher-mur et deux petites chapelles en ailes, au nord et au sud, formant transept. Elle a été à peu près totalement reconstruite de 1698 à 1712 et restaurée au XIXème siècle après avoir été dévastée sous la Révolution. Cette église conserve une fenêtre du XIIIème siècle et un très ancien bénitier. Son clocher-mur porte deux cloches. Elle abrite deux statues anciennes de saint Jacques et saint Philippe. En 1449 (acte du 28 août 1449), Charles de Lanvallay exprime dans son testament le désir d'être enterré dans l'église de Tressaint, et fonde dans cette église, par le même acte, deux messes par semaine, l'une le vendredi et l'autre le samedi. La pierre tombale armoriée des seigneurs de Lanvallay et de Tressaint est encore visible dans le choeur ;

l'ancienne chapelle Saint-James, aujourd'hui disparue. Les pierres ont servi à Pierre Duval à édifier la sacristie de l'église paroissiale en 1698 ;

la croix celtique du cimetière (XVème siècle) ;

la croix des Chénots (1711, 1812) ;

le manoir de la Grand-Cour (XVII-XVIIIème siècle) ;

Tressaint (Bretagne) : le manoir de la Grand-Cour.

le manoir de la Mare (XVIIIème siècle) ;

un moulin à eau.

Chapelle de Tressaint (Bretagne). 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de TRESSAINT

En 1300, Raoul de Lanvallay, chevalier, était seigneur de Tressaint. Un autre Raoul, fils de Charles de Lanvallay (XVème siècle) embrassa presque enfant la carrière des armes et servit successivement sous les ducs de Bretagne Jean V, Jean VI, François Ier, Pierre II, Artur III et François II auxquels il rendit d'importants services. En 1467, François II lui octroya l'autorisation d'élever une justice patibulaire à trois poteaux. En 1468, par lettres données à Nantes le 21 mai, il le nomma capitaine du château de Landal. Raoul avait épousé Jeanne, fille d'Eustache de la Houssaye et de Jeanne de Rostrenen. Il mourut sans enfant en 1472.

Dans la liste des feudataires (teneurs de fief) des évêchés de Saint-Malo et Dol en 1480, on ne comptabilise la présence d'aucun noble de Tressaint.

Lors d'une réformation de l'évêché de Dol en 1513, sont mentionnées à Tressaint les personnes et maisons nobles suivantes :

Haut et puissant seigneur Jean de Rohan, seigneur de Landal, possède le manoir de Tressaint qui fut à Messire Jean de Lorgeril.

© Copyright - Tous droits réservés.