Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Plumaudannais

PLUMAUDAN

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Caulnes  

La commune de Plumaudan (bzh.gif (80 octets) Pluvaodan) fait partie du canton de Caulnes. Plumaudan dépend de l'arrondissement de Dinan, du département des Côtes d'Armor (Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de PLUMAUDAN

Plumaudan vient du breton « ploe » (paroisse) et de Saint Maudan. Il pourrait d'agir du saint écossais Modan (ou de son frère supposé, Medan ou Middan).

Plumaudan est une ancienne paroisse primitive qui englobait jadis, outre le territoire actuel de Plumaudan, ceux de Brusvily, Le Hinglé, Bobital, Trélivan, Vildé-Guingalan (la moitié sud), Léhon, Dinan (Saint-Sauveur), Saint-Carné, Calorguen, Trévron, Saint-André-des-Eaux (section à l'ouest de la Rance), Evran (section à l'ouest de la Rance), Saint-Juvat, Saint-Maden et Guenroc.

L'église de Plumaudan est mentionnée dès 1122 : elle appartient alors à l'abbaye de Saint-Melaine de Rennes (possession confirmée par Donoald, évêque d'Aleth). Dans un acte de l'abbaye Saint-Melaine entre 1120 et 1126, est mentionné comme moine de l'établissement, un certain Judicael de Plomaldan. L'auditoire où s'exerce la juridiction des moines se trouve alors au bourg.

Ville de Plumaudan (Bretagne).

L'abbaye de Saint-Melaine est ensuite dépossédée de l'église de Plumaudan au profit de l'abbaye de Beaulieu fondée sur le territoire de Mégrit vers 1170 par Rolland de Dinan. L'abbaye Saint-Melaine reçut en compensation une partie des dîmes de Saint-Maden. Plumaudan est mentionnée sous le nom de Plomaudan vers 1184 dans une charte portant accord entre l'abbé de Saint-Mélaine et Rolland de Dinan. 

Plomoden est une villa en 1212. Il existe une famille de Plumaudan au Moyen Age : sont cités, dans des chartes, Giquel de Plomaldan vers 1135, Eon de Plomaudan en 1239 et Judicaelo de Plomaldan au XIVème siècle (Anciens Evêchés, III, 333 ; Mor., Pr. I, 552, 912). On cite encore les foires (in nundinis de Pleumaudan), la paroisse et la seigneurie (dominium de Plemaudan) en 1224 (Anciens Evêchés, VI, 151, 165). La paroisse de Plumaudan est le chef-lieu d'un doyenné de l'archidiaconé de Dinan dès 1249 (Anciens Evêchés,. III, 244 ; Mor., Pr. I, 1020) et appartient, sous l'ancien régime, au diocèse de Saint-Malo. Elle relevait du roi, et avait pour subdélégation et pour ressort Dinan. La cure était à l'alternative. Durant la Révolution, la paroisse de Plumaudan dépendait du doyenné de Saint-Jouan-de-l'Isle.

Plumaudan est érigé en commune en 1790 et devient chef-lieu d'un canton depuis cette date jusqu'en l'an X. Par la loi du 9 avril 1842, Plumaudan cède à Saint-Maden le village de la Donnelais et une partie du village de la Rehaudais.

On rencontre les appellations suivantes : Eccl. de Plomauden (en 1122), Plomaldan (en 1120-1126), Plomoden, Plomauden (en 1181-1186), Plomauden (en 1212), Pleumaudan, Par. de Pleumadan (en 1224), Plomaudan (en 1249, en 1262, en 1272, en 1273), Plumaudan (en 1271, en 1272), Pleumauden (en 1273), Plomauden (en 1297), Ploemaudan (en 1306-1308), Plomauden (en 1322), Plomauden, Plomaugdam (vers 1330), Plumaudan (en 1365, au XVème siècle), Plumauden (en 1405).

Ville de Plumaudan (Bretagne).

Note 1 : vers 1163, Rolland, vicomte de Dinan, commence la fondation de l'abbaye Notre-Dame du Pont-Pilard, appelé ensuite abbaye de Beaulieu, pour des chanoines réguliers de l'ordre de Saint-Augustin. Rolland de Dinan était le fils du 2ème fils de Geoffroy de Dinan, Alain, seigneur de Bécherel. Son oncle était Olivier de Dinan, fondateur de l'abbaye de Boquen. En 1182, d'autres disent 1184, l'abbé de Saint-Melaine cède l'église de Plumaudan à l'abbaye de Beaulieu. Aubert, évêque de Saint-Malo, en dispose en faveur de l'abbaye de Notre-Dame du Pont-Pilart. Guillaume, abbé de Saint-Melaine, est indemnisé par la terre d'Etienne du Clerc. Plus tard, ces dispositions sont encore changées, mais, en 1284, cette église revient à l'abbaye. En 1225, Guillaume de Plumaudan est prieur à Saint-Malo. En 1346, Geoffroy Le Voyer et son épouse fondent un hôpital au territoire de Trémeur, pour quatre frères de Sainte-Croix, ordre de Saint-Augustin et y attachent 30 mines de froment de rente sur le "fromentage" de la paroisse de Plumaudan, qui passe pour très ancienne. Plumaudan avait autrefois une vigne, qui fut donnée à l'abbaye de Beaulieu. Richard La Maréchal, seigneur de Dinan, et son épouse Gervoise confirmèrent cette donation. La maladrerie de Plumaudan était de fondation commune : elle avait l'évêque pour patron et jouissait d'un revenu de 2000 livres. Plumaudan est la patrie d'Alain de la Roche, né en 1428 : il a laissé divers ouvrages en latin et on lui doit, en tant que dominicain, l'établissement du Rosaire en Saxe, dans toute la Basse-Allemagne, en Picardie, dans les environs de Paris et en Bretagne.

Note 2 : la commune de Plumaudan est formée des villages : le Bignon, la Rolandière, la Renaudais, la Ville-Alon, la Chèze, Percoul, Miret, le Menil, la Touche, le Bas-Dily, la Vallée, la Louvière, la Montagne, la Poissonnais, les Touches, Quéhébec, le Plessy, etc...

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de PLUMAUDAN

l'église Saint-Mauden (1846-1847-1890). Edifice en forme de croix latine édifié sur les plans de M. Bezier La Fosse, architecte de Saint-Servan. Cette église remplace l'ancienne église paroissiale du XIIème siècle qui fut cédée en 1184 à l'abbaye de Beaulieu et en demeura prieuré-cure. La première pierre de l'église est posée le 3 mai 1846 et la première messe y est célébrée le jour de Noël 1847. Le plan de l'église est cruciforme avec un chevet semi-circulaire. Le retable date de 1855, l'autel Sainte Anne de 1866, les stalles de 1874, la chaire de 1877. On y trouve deux dalles tumulaires : l'une se situe à côté de l'orgue et l'autre à l'entrée droite de l'église. Les mères ayant des enfants en bas-âge avaient coutume de les faire marcher sur la dalle du recteur de Plumaudan décédé le 26 mai 1821. Une statue située à droite et représentant une vierge à l'enfant date du XIIIème siècle. L'horloge, oeuvre d'Amiel de Besançon, date de 1878. L'église possède deux cloches : la première baptisée Marie-Jeanne (688 kilogrammes) est bénite le 3 mars 1878, la seconde, Marguerite-Marie Françoise (481 kilogrammes) est bénite le 20 avril 1890 par l'Abbé Fostel. L'église abrite aussi au niveau du maître-autel plusieurs statues : une statue en bois polychrome de saint Maudan qui date du XVIIème siècle, une statue de Saint-Vincent et une statue de la Vierge-Mère (ou Sainte-Agathe) qui date du XIVème siècle ;

Eglise de Plumaudan (Bretagne).

la chapelle Notre-Dame-de-la-Dormition (XXème siècle), située à la Touche. Il s'agit, semble-t-il, d'une ancienne demeure rurale ;

la chapelle de la Vallée, dédiée à saint-Meleuc. Elle est déjà mentionnée en 1516. L’édifice actuel, de plan presque carré, date du début du XVIIème siècle et renferme les statues de saint Meleuc, de la sainte Vierge et de saint Joseph. Non loin de là, bois dit de Saint-Meleuc avec croix armoriée de sept macles, armes des de la Motte de la Vallée (R. Couffon) ;

l'ancienne chapelle de Quehelec, dédiée à sainte Appoline, et aujourd'hui disparue ;

la croix de Percoul ;

la croix de l'ancien cimetière (XVIIIème siècle), située route du Creux ;

la croix de la Vallée ou de Saint-Meleuc (XV-XVIème siècle). Elle porte les armes de la famille La Motte de la Vallée ;

la croix, située près du terrain de sport ou croix du Merle (XVIème siècle), située à Pont-Cochard ;

la croix de la Ville-Rolland (haut moyen âge) ;

la croix de la Touche (haut moyen âge). Il s'agit d'une croix monolithique, plate et pattée ;

la croix de la Rollandière ;

la croix monolithique (haut moyen âge), située près d'Yvignac ;

la fontaine Saint-Maudan (XVIIème siècle), située route du Creux et restaurée au début du XIXème siècle. La niche abrite un buste de saint Maudan ;

le manoir de la Vallée et la chapelle (XVIIème siècle). Il s'agit de l'ancienne maison seigneuriale de la paroisse. Ce château appartient, en 1400, à Olivier de la Motte, seigneur de Plumaudan. En 1680, il passe à Jean Georges de la Motte, qui épouse Françoise de Becdelièvre. En 1789, cette terre possède un droit de haute, moyenne et basse justice, et elle appartient à Mme de Marnière ;

Ville de Plumaudan (Bretagne) : château de la Vallée.

deux maisons du bourg (1751 et 1755). La maison datée de 1755 porte l'inscription "Pierre Cloutier et Mari Viel 1755" ;

les maisons du Haut-Dilly (1662), de Percoul ou Percoult (1753, date située sur la souche de cheminée) ;

la maison La Petite Métairie (XVIIIème siècle) avec une souche de cheminée datée de 1777. Au-dessus d'une porte, on peut lire l'inscription "Fait par François Bougis et Françoise Louazel" ;

les fermes du village de la Touche ;

le moulin à eau de la Vallée ;

A signaler aussi :

la motte castrale (moyen âge) ;

Ville de Plumaudan (Bretagne) : ferme du château de la Vallée.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de PLUMAUDAN

Les juridictions et terres nobles de Plumaudan étaient : la seigneurie de Bécherel (avec un droit de haute justice) qui appartenait à Mme de Kerohan. La seigneurie de Beaubois (avec un droit de haute justice) qui appartenait à la famille Beaubois (le 10 avril 1381, Mathieu de Beaubois ratifie le traité de Guérande et dès 1139, Geoffroy de Beaubois est témoin d'une donation à Saint-Aubin-des-Bois). La seigneurie de Beaulieu (avec un droit de moyenne justice) qui appartenait à l'abbé de Beaulieu. Les seigneuries de Lesgas et Bois-Thomelin (avec droits de moyenne justice) qui appartenaient à M. de Laniamet en 1780. La seigneurie du Péern appartenait, au XVème siècle, à Raoul de Tréhiou. Perrot et Yvonnet de Tréhiou étaient à la montre (à Paris, le 15 novembre 1356) de Foulques de Laval, capitaine-général et souverain pour le roi et le duc de Normandie. La seigneurie de la Touche appartenait anciennement à la famille La Touche. Julien la Touche, sieur de Kerolland, était capitaine et gouverneur des ville, château et fort de Saint-Michel-en-Pèril-de-Mer. La seigneurie de la Roche appartenait à Jean de Partenai. La Haterie appartenait à Mahé de la Vallée. La Pignonnaye appartenait à Guillaume de la Vallée. Le Lecs appartenait à Jean Recourse. Le Quilly appartenait à Raoul de la Moussaye. La Gaudeysier appartenait à Eudes de la Moussaye. Les Touches appartenaient à Jean Le Bourichon. On comptait encore en Plumaudan les terres nobles de la Gauffaye, la Martinaye, le Queneleuc, les Epinayes, le Temple, qui rappelle une communauté de chevaliers de l'ordre de Saint-Jean.

Dans la liste des feudataires (teneurs de fief) des évêchés de Saint-Malo et Dol en 1480, on comptabilise la présence de 4 nobles de Plumaudan :

Eustache DE PARGAR (70 livres de revenu) : excusé ;

Olivier FERRON de Queheben (5 livres de revenu) : défaillant ;

Jehan TANNAIS (3 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une jusarme ;

Jehan THOMASSE (80 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

© Copyright - Tous droits réservés.