Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Plougoulmois

PLOUGOULM

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Saint-Pol-de-Léon  

La commune de Plougoulm (pucenoire.gif (870 octets) Plougouloum) fait partie du canton de Saint-Pol-de-Léon. Plougoulm dépend de l'arrondissement de Morlaix, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Plougoulm, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de PLOUGOULM

Plougoulm vient du breton « ploe » (paroisse) et « Coulm », un saint breton. Coulm est l'appellation bretonne de saint Colomba, abbé d'Iona, en Ecosse.

Plougoulm est une ancienne paroisse primitive qui, d'après Couffon, englobait les territoires de Plougoulm et les sept vicariats du Minihy-Saint-Paul, aujourd'hui Saint-Pol-de-Léon, avec les deux trèves de Roscoff et Santec. D'autres historiens émettent l'hypothèse que Saint-Pol-de-Léon et ses trèves sont un démembrement de la paroisse primitive de Plouénan. 

Au VIème siècle, la paroisse est fondée par un saint breton du nom de Coulm. Le village de Prat-Coulm "le pré de Coulm", à Plougoulm, rappelle aussi son nom. La paroisse de Plougoulm dépend de l'évêché de Léon. En 1427, on nous dit que l'église de Plougoulm "menace ruine par suite des guerres, peste et malheurs qui ont désolé le pays".

On trouve les appellations suivantes : Plebs Columbe (1019), Ploe Colm (vers 1330), Plebs Columbani (1427), Ploecolm (en 1448, en 1503, en 1543) et Plougoulm (en 1549). 

Nota : un combat violent et meurtrier a lieu au hameau de Kerguiduff, le dimanche 24 mars 1793, entre les troupes du Général Canclaux et les insurgés du Léon qui sont mis en déroute. L'abbé Guillaume Le Jeune, recteur de Plougoulm, à l'époque de la Révolution, est l'auteur d'un recueil de "Canticou Spirituel".

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de PLOUGOULM

l'église Saint-Colomban (XVIIIème siècle), reconstruite en 1833. Il s'agit d'un édifice en forme de croix et comprend une nef de cinq travées avec bas-côtés, un transept et un choeur à chevet droit. Le portail latéral daté de 1701 et la tour proviennent de l'ancien édifice. Le clocher avec beffroi à deux étages et deux galeries, porte l'inscription "V. Abramet. R. et Vicaire Général 1700". Dans la tour se trouve une cloche de 1711, fondue par Th. Le Souef et timbrée des armoiries de Mgr Jean-Louis de la Bourdonnaye (évêque de Léon), des Le Borgne et des Kermenguy. Le trésor renferme une croix de procession de 1643 (oeuvre de Robert Daniel, orfèvre de Saint-Pol-de-Léon) et une bannière datant de 1646 (restaurée en 1892 par les Ursulines de Saint-Pol de Léon). L'église renferme les statues de saint Columban, saint Euzen, saint Herbot et une Vierge en kersanton ;

la chapelle de Prat-Coulm (XIXème siècle). Cette chapelle dépendait jadis du manoir de Dourduff. Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire reconstruit en 1843 et restauré à la fin du XIXème siècle. La chapelle possède un clocheton-mur. La chapelle abrite les statues de la Vierge (dite Notre-Dame de Prat-Coulm), saint Joseph et l'Enfant, sainte Anne et la Vierge. Au-dessus de la porte ouest se trouve la statue de la Vierge-Mère en granit. A l'entrée de l'enclos, se trouvent les statues de Notre-Dame et de saint Columban ;

l'ancienne chapelle de Sainte-Anne, aujourd'hui détruite et située jadis à l'est de la commune de Plougoulm. Il en subsiste une belle fontaine et quelques écussons aux armes des familles Névet, Pontantoull et Le Jacobin ;

les anciennes chapelles, aujourd'hui disparues : la chapelle Saint-Roch (située jadis près de Crechizien), la chapelle Notre-Dame de L'Arc'hantel, la chapelle Saint-Yves (située jadis à Pontplancoet), la chapelle Saint-Gildas, la chapelle Saint-Sébastien (ancien oratoire du manoir de Poullesqui), la chapelle Saint-Claire (située jadis à Loclonar) et l'ancien oratoire Saint-Yves (situé jadis au manoir de Ruzunan) ;

l’ossuaire du cimetière (XVIIIème siècle) ;

le calvaire du cimetière de Plougoulm (XVème siècle). La croix porte la statue de saint Colomban et un groupe de la Mise en Tombeau ;

la croix Croas Mean (Haut Moyen Age) ;

d'autres croix ou vestiges de croix : Kervillon (1944), Keranna ou Coaz-ar-Bleiz (1666), Kervren (Moyen Age), la croix du cimetière ou stèle (XVIème siècle), Pratcoulm (1863 ou 1865) ; 

la fontaine de Prat-Coulm (XVIIème siècle). Elle abritait jadis une statue de Notre-Dame du XVIIème siècle ;

10 moulins dont le moulin à eau de Keranblouc’h ou Ramblouch (1725), du Dourduff (XVIème siècle), de Kerdevez, de la Palue (à marée), de Kermerot, de Sinum, de Poulesqué ou Poullesque, de Mesqueffuruz, de Keranfaro, de Kerguiduff ;

A signaler aussi :

des traces d'habitations du néolithique (entre l’estuaire de l’Horn et Guillec) ;

le pont de Saint Veltas sur l’Horn ;

le pont du Cantel (XVIIème siècle) sur l’Horn ;

le pont Bihan (XVIIème siècle) sur l’Horn ;

l'ancien manoir de Chateaulorent ou Châteaulaurent, propriété successive des familles Le Dantec (avant 1711), Chastenet, sieur de la Mirande (en 1711), et Pascal (en 1757) ; 

l'ancien manoir de Crechizien ou Kerichen (XVIIème siècle). Il possédait autrefois un colombier et une chapelle privative dédiée à saint Roch. Il s'agit du berceau de la famille de Crec'hgrizien ou Kernechgrizien. Puis, propriété successive des familles Le Moyne, Guillotou (en 1725), Caron (en 1840) et Riou ;

l'ancien manoir de Dourduff (XVème siècle), berceau de la famille du Dourduff et du Bois. On mentionne Olivier du Bois en 1467, Yvon du Boys en 1481, Hervé et Guillaume du Bois en 1503. Puis, propriété successive des familles de l'Estang, Le Jacobin, Derval (en 1714) et Thépault du Breignou. Le manoir est reconstruit par la famille Thépault au XIXème siècle. Il devient ensuite la propriété de la famille de Roincé ;

l'ancien manoir de Keranfaro (XVème siècle). Il possédait autrefois une chapelle privative et un moulin. Propriété successive des familles Kerc'hoant (en 1448 et en 1503), Bot, puis du sieur de Kerven (en 1727) ;

l'ancien manoir de Keranveyer (XVème siècle). Propriété successive des familles Rio an Aod (en 1448), Lambert (en 1727) et Pascal (en 1745) ;

l'ancien manoir de Kerautret (XVIème siècle), berceau de la famille Kerautret. Puis, propriété successive des familles Nuz (en 1448), Traonélorn (en 1481, en 1539), Cosquer (en 1547), Kerchoant (en 1639), Kerhoent, marquis de Coatanfao (en 1727), Eon et Penfentenyo ; 

l'ancien manoir de Kerazret (XVème siècle), berceau de la famille de Kerazret ou Keraeret. Il possédait autrefois une chapelle privative Notre-Dame de Larc'hantel (ou Larchantel) et une fontaine. Puis propriété successive des familles du Chastel (en 1540), Ploeuc (en 1580 et en 1628),  Goulaine, Han (XVIIème et XVIIIème siècles), Gabon, et Penfeuntenio ; 

l'ancien manoir de Kerdevez (XVème siècle). Propriété successive des familles Keranguen (en 1448), Guillou (en 1645), Gouzabatz, sieurs de Roparts (en 1730), Cadiou (en 1771), Garspern, Le Denmat, Caron (en 1840), Argoualc'h-Roué (en 1894) ;

l'ancien manoir de Kerganson. Propriété successive des familles Trédern, Lésérec, Kerganson et Kistillic ;

l'ancien manoir de Kerguiduff (XVème siècle), berceau de la famille Kerguidu. Il possédait autrefois une chapelle privative (la chapelle Sainte-Catherine) et un moulin. Propriété successive des familles Coat ou du Bois (en 1443), Launay (en 1450), Le Guern (en 1534), Launay (en 1607), du Bois, seigneur du Dourdu (en 1642), Harnoton (en 1727) ;

l'ancien manoir de Kerigou (XVème siècle), berceau de la famille de Kerigou. Puis, propriété de la famille Kerc'hirizien (en 1448) et Le Ny ;

l'ancien manoir de Kernechbourret ou Bourret (XVème siècle). Propriété successive des familles Keraeret (en 1448), Dourduff (en 1488) et du seigneur de Dresnay (en 1727) ;  

l'ancien manoir de Kernonen (XVème siècle), berceau de la famille Kernonen. Puis propriété successive des familles Ternant (en 1448), Kersauzon, et du sieur de Porte-Noire en Roscoff (en 1727) ;

l'ancien manoir de Keroulaouen (XV-XVIème siècle), berceau de la famille de Keroulaouen. Puis propriété successive des familles Kercoent (en 1481), Kermellec (en 1506), Boisdamour (en 1727), Le Moing, Cueff (en 1920), Cabioch. Guillaume de Kercoent est mentionné en 1481 ;

l'ancien manoir de Kervasdoue (XV-XVIIIème siècle). Propriété successive des familles Kersulguen (en 1448), Keranguern, Huon, Dencuff (en 1556), Le Jacobin (en 1670), Derval (en 1714) ;

l'ancien manoir de Kervillon (XV-XVIème siècle). Propriété successive des familles Coatdelez (en 1503), Coetelès ou Coetelez, Tréanna (en 1661 et en 1727) ;

l'ancien manoir de Kervrenn (XVème siècle). Propriété successive des familles Lambezre (en 1448), Le Moine, Kerc'hoadou (en 1727) ;

l'ancien manoir de Lanrivinec (XVème siècle), berceau de la famille de Lanrivinen. Propriété successive des familles Keranguen (en 1448), Cosquer (en 1555), Appamon du Derbez (fin XVIIème siècle) et du seigneur de la Palue (en 1727) ; 

l'ancien manoir de Lesplougoulm (XVème siècle). Propriété successive des familles Kersauzon (en 1448), Louet, Le Borgne de Coativy (en 1727) ; 

l'ancien manoir de Lezerec (XVème siècle). Propriété successive des familles de Kerourfil (en 1448),  de Trédern (en 1481 et en 1740) ;

l'ancien manoir du Marquez, propriété de la famille de Kersauzon, puis de la famille Pastour de Kerjean ;

l'ancien manoir de Mesqueffuruz ou Meskefurust ou Mezenfulust (XVème siècle). Propriété successive des familles de Saint-Georges (en 1448), Guillotou (en 1727) et Caron (en 1840) ;

l'ancien manoir de la Palue (XVème siècle), berceau de la famille La Palue. Il possédait une chapelle privative dédiée à Saint Jean Baptiste. Propriété successive des familles La Palue (en 1443), Lanrivinen, du Boys (en 1618), Simon de Troménec, Coetlesquet (en 1727) ; 

l'ancien manoir de Pontplancoet (XV-XVIème siècle), berceau de la famille Pontplancoet. Propriété de Morice de Pontplancoet, époux de Jehanne de Kersauson (en 1472). Il possédait un colombier et une chapelle privative dédiée à saint Yves. Puis, propriété successive des familles Gélin ou Geslin (au début du XVIème siècle), Chateaufur (en 1592), Quelen (en 1614) et Montigny ;

l'ancien manoir de Poullesque (XVème siècle). Il possédait autrefois un moulin et une chapelle privative dédiée à Saint Sébastien. Propriété successive des familles Rucat (en 1448) et Silguy (en 1534, en 1662) .

l'ancien manoir de Pourapa ou Bourrapa (XVème siècle). Propriété de la famille Helleau (en 1443 et en 1662) ;

l'ancien manoir de Rambloch (entre 1492 et 1495), édifié par la famille Le Moyne. Il possédait une chapelle privative construite vers 1435 et dédiée à Notre-Dame de Pitié. Propriété successive des familles Manac'h ou Le Moyne (en 1443), Le Moine (en 1503 et 1518), Le Moyne (en 1534 et en 1557), Manach (en 1565), Kergroadès (en 1581), Loz (en 1630), Parcevaux (en 1667), Marigo (en 1727), Legge de Kerléan. On mentionne Yvon Le Moyne en 1481 et Guyon Le Moyne en 1503 ;

l'ancien manoir de Ruzunan (XIVème siècle), berceau de la famille de Ruzunan. Il possédait une chapelle privative dédiée à saint Yves. Propriété successive des familles Coetelès (dès le XIVème siècle), Coatdelez (en 1481 et en 1503), et Le Rouge (en 1669). On mentionne Jehan Coëtelez en 1481 ;

l'ancien manoir de Tredern (XV-XVIème siècle), berceau de la famille de Trédern. Il est acquis, au XIXème siècle, par la famille Burel. Il possédait autrefois un colombier. 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de PLOUGOULM

Pontplancoët (de), sr dudit lieu, en Plougoulm, — de Kerasguen, en Plouguerneau. Ancienne extraction chevaleresque. — Sept générations en 1669. — Réformes et montres, de 1448 à 1503, en Plougoulm, Saint-Pierre du Minihy et Plouguerneau, évêché de Léon. Blason : De gueules à trois fasces ondées d'or. Jacques, vivant en 1481, épouse Margélie de Keraldanet ; il devait être frère ou cousin de Maurice et d'Ysabeau de Pontplancoët (épouse d'Hervé II de Kersauson, fils aîné de Jean et Jeanne de Kerimel). — Branche aînée fondue dans du Dresnay, puis Châteaufur, Quélen et Montigny (J. de Kersauson).

Lors de la Réformation de l'évêché de Léon en 1443, plusieurs familles nobles sont mentionnées à Plougoulm.

Bois (du), seigneur de Kergadiou, paroisse de Taulé et de Kerguinduff, paroisse de Plougoulm. D’argent au lion d’azur, armé de gueules. Yvon se trouve mentionné entre les nobles de Taulé, et Olivier se trouve mentionné entre les nobles de Plougoulm.

Crec'hgrizien (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Plougoulm. D’azur à six besants d’argent 3, 2, 1, à la bordure de gueules. Hervé se trouve mentionné entre les nobles de Plougoulm.

Dourduff (du), seigneur dudit lieu, paroisse de Plougoulm. D’argent au lion d’azur armé et lampassé de gueules. Salaum se trouve mentionné comme écuyer en 1421 (Histoire de du Guesclin, p. 429) ; Jean se trouve mentionné entre les nobles de Plougoulm.

Helleau, seigneur de Pourapa, paroisse de Plougoulm. De gueules à la fasce ondée d’or accompagnée de six besants de même. Jean se trouve mentionné entre les nobles de Plougoulm.

Keraëzret (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Plougoulm. Burelé d’argent et de gueules de dix pièces, à deux guivres affrontées d’azur en pal ; entrelacées dans lesdites fasces. Salomon se trouve mentionné comme écuyer dans une montre de Hue de Kerautret en 1355 (Histoire de du Guesclin, p. 292) ; Monsieur de Keraëzret se trouve mentionné entre les nobles de Plougoulm.

Kergoulaouën ou Keroulaouën (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Plougoulm. Losangé d’argent et de sable à la bande d’argent chargée de trois mouchetures de sable. Yvon se trouve mentionné entre les nobles de Sibiril.

L'Estang (de) ou Stang (an), seigneur dudit lieu, paroisse de Plougoulm. D’azur à deux carpes d’argent en fasce. Hervé se trouve mentionné entre les nobles de Plougoulm.

Moyne (Le), seigneur de Ramblouc’h, paroisse de Plougoulm. D’argent à trois coquilles de gueules, un croissant de même en abyme. Alias : d’or à six merlettes d’azur, 3, 2, 1. Yvon se trouve mentionné entre les nobles de Plougoulm.

Palue (de La), seigneur dudit lieu, paroisse de Plougoulm. D’argent au lion d’azur, brisé au canton dextre d’une étoile de gueules. Bernard se trouve mentionné entre les nobles de Plougoulm.

Pontplancoët (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Plougoulm. De gueules à trois fasces ondées d’or. Le sieur de Pontplancoët qui se trouve mentionné comme écuyer dans une montre de 1383 (Histoire de du Guesclin, p. 413), semble être de ceux-ci ; Maurice se trouve mentionné entre les nobles de Plougoulm et de Saint-Pierre du Minihy.

Quérigou ou Kerigou (du), seigneur dudit lieu, paroisse de Plougoulm, et de Kerhelleuc, paroisse de Henvic. Losangé d’argent et de sable. Guillaume se trouve mentionné entre les nobles de Plougoulm et de Henvic.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de l'évêché de Léon reçue à Lesneven en 1481, on comptabilise la présence de 21 nobles de Plougoulm :

Jehan COËTELEZ (44 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Yvon DU BOYS (72 livres de revenu), sous la lance du sire de Kermauvan ;

Jehan GUILLAUME (40 livres de revenu), remplacé par Yvon Toulroch : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Jehan HELLEAN (6 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Guillaume KERCOENT (70 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Yvon KERGOURLOUAN (35 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Hervé KERGOURLOUAN (10 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Maistre Morice KERGOANNAC (100 sols de revenu) : absent ;

Hervé KERLEZROUX (10 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Hervé KERNERAULT, mineur (100 sols de revenu), remplacé par Tanguy Kernerault : porteur d'une jaque, comparaît armé d'une vouge ;

Marguerite KERUONNEN (20 livres de revenu), remplacée par Jehan de Lestang : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Hervé KNECHRIZIEN (612 livres de revenu), malade, remplacé par Morice Le Moyne et Hervé Le Moyne : porteurs d'une brigandine, comparaissent armés d'une vouge ;

Jehan de KNECHRIZIEN (10 livres de revenu) : absent ;

Ollivier de LAUNAY (15 livres de revenu) : absent ;

Béatrix LE ROY (30 livres de revenu), remplacé par Pierre "advoué" Sainct George : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Hervé de LESTANG (65 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Yvon LE MOYNE (416 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Ollivier du MOUSTER (8 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Nicolas PHILIPPES (60 sols de revenu) : porteur d'une jaque, comparaît armé d'une vouge ; 

le sire de PONTPLANCOËT (200 livres de revenu) ;

Allain TNOUELORN (70 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de l'évêché de Léon reçue à Lesneven le 25 septembre 1503, plusieurs nobles de Plougoulm sont mentionnés :

Yvon Kerazret, sieur de Kerazret, homme d'armes o son goustilleur et paige, bien armez et montez ;

Guillaume du Bois, pour Hervé du Bois, sieur du Dourdu, en brigandine, bien en poinct ;

Rolland de Kerc'oent ;

Guillaume de Trédern ;

Guyon le Moine, sieur de Ramboulch, à deux chevaulx ;

Alain Tuonelorn, à deux chevaux. Injonction de s'armer ;

Olivier Keranguern, représenté par Jehan son fils ;

Xpofle (Christofe) le Mouster, représenté par Jehan le Mouster ;

Morice Helleau, en brigandine ;

Derrien Coatdelez, salade et espée. Injonction de brigandine ;

Jehan Coatdelez, représenté par Guilleume Lard, en brigandine ;

Yvon de Lestang, représenté par Jehan son fils, en brigandine, et luy est enjoinct servir en personne ou par aultre plus saige que son dict fils.

A la « montre » (réunion de tous les hommes d’armes) de l’évêché de Léon reçue à Saint-Renan le 24 août 1557, plusieurs nobles de Plougoulm (Ploegoulm) sont mentionnés :

Le sr. de Kerdenez ;

Jehan de Launay ;

Maistre Jehan le Garo ;

François Silguy ;

François Helleau.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.