Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Monténeuviens

MONTENEUF

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Guer  

La commune de Monteneuf (bzh.gif (80 octets) Monteneg) fait partie du canton de Guer. Monteneuf dépend de l'arrondissement de Vannes, du département du Morbihan (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Monteneuf, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de MONTENEUF 

Monteneuf vient, semble-t-il, de Moustier-Neuf (monastère).

Monteneuf est un démembrement de la paroisse primitive de Guer (appartenant primitivement au diocèse de Saint-Malo). 

Monte-Neuf est fondé par un pieux voyageur au lieu-dit Pymont. Un monastère et une chapelle y sont construits. Le prieuré de Saint-Michel des Moutiers, qui dépendait jadis de l'abbaye de Saint-Melaine de Rennes, était situé dans la paroisse de Guer, au lieu qui s'appelle aujourd'hui Monteneuf. Dès 1180, Raoul, recteur de Guer, jouissait de ce prieuré que lui affermaient les moines. Ce fait prouve qu'il n'y avait pas alors de religieux dans l'endroit. L'église de Saint-Michel devint plus tard le siège d'une trêve et enfin celui d'une paroisse.

Monteneuf est érigé en commune en 1790, et en paroisse en 1802. Monteneuf est une trève de la paroisse de Guer jusqu'en 1802.

Note : Ancienne trêve de Guer, Monteneuf était du doyenné de Beignon, du diocèse d'Aleth ou de Saint-Malo, et de la sénéchaussée de Ploërmel. Ce territoire est limité au nord par un ruisseau qui le sépare de Porcaro et d'Augan ; il confine à l'ouest à Réminiac, au sud à Carentoir et à l'est à Guer. Sa superficie est de 2994 hectares, dont la moitié environ est sous landes. C'est un terrain schisteux, où se rencontrent des ardoises et quelques fossiles. En 1891, sa population est de 1303 habitants. Les Celtes y ont laissé des traces de leur séjour : dans la partie nord, sur une lande élevée, se voient sept ou huit menhirs, de plusieurs mètres de hauteur. Les Romains ont construit de leur côté une voie, qui sert de limite commune entre Monteneuf et Carentoir, et qui séparait jadis le diocèse de Vannes de celui de Saint-Malo. Au nord du village de la Chaussée, près de la route de Malestroit à Guer, se voit une construction romaine enfouie ; on y a trouvé des monnaies, dont une de Vespasien. Près du village de la Ville-au-Comte, se trouve un camp retranché, accompagné de plusieurs redoutes et bordé de parapets énormes. Vers le nord, dans les landes, on voit un nombre considérable de buttes tumulaires, d'un mètre environ de hauteur, et qui indiquent peut-être un champ de bataille. Serait-ce de l'époque celtique ? Serait-ce du commencement du moyen âge ? L'agglomération de Monteneuf a commencé par un prieuré, appelé Saint-Michel des Moustiers, et dépendant de Saint-Melaine de Rennes. Dès 1180, Raoul, recteur de Guer, jouissait de ce prieuré, que lui affermaient les moines. La distance de ce lieu au bourg de Guer (8 kilomètres), et la présence d'un prêtre à Monteneuf pour le service du prieuré, y firent établir une trêve de bonne heure : on ne possède actuellement les registres de la trêve que depuis 1656. Comme dans les cas analogues, on imposa à Monteneuf un acte de soumission à l'égard de l'église-mère. Le 5 juillet 1751, la Cour du parlement " ordonne que les jours du patron de la paroisse de Guer et de la Fête-Dieu, le prêtre desservant la paroisse de Monteneuf se rendra à l'avenir en l'église de Guer, précédé de croix et de bannière, pour assister, suivant l'usage, au service, et être la dite bannière déployée et portée les dits jours en procession " (Joseph-Marie Le Mené - 1891).

 Voir aussi   Monteneuf "Les Trèves et Frairies de l'ancienne paroisse de Guer

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de MONTENEUF

l'église Saint-Michel (XVIIIème siècle, 1947). Cette église remplace l'ancienne église prieurale, devenue paroissiale. La tour date du XVIIIème siècle ;

Nota : La chapelle prieurale, puis tréviale, devenue plus tard église paroissiale de Monteneuf, est sous le vocable de l'archange saint Michel. C'est un édifice assez récent, en forme de croix latine, et dont les autels latéraux sont dédiés à la sainte Vierge et à sainte Anne. Il n'y a aujourd'hui qu'une chapelle publique, qui est dédiée à la sainte Vierge. En revanche il y avait des chapelles privées aux manoirs de la Grée-de-Callac, de la Grée-Mareuc, de la Grée-Basse, de Saint-Méen-d'Outre-les-Bois, de la Villemorin, de la Voltais. Il n'y a plus que la première et la dernière à servir. Les chapellenies étaient : Celle de Deniaud, dotée du pré Raoul ; Celle de Trézon, dotée de la métairie de ce nom ; Celle de la Croix, dotée d'un pré et d'un clos. La fabrique possédait des terres à la Tremblaye et à la Boixière, des prairies à la Gouraie, le clos des Saudres, le pré Marot et un landier, et il est probable que sur ces biens il y avait des fondations. La dîme appartenait ici, comme dans le reste de la paroisse de Guer, à l'abbaye de Marmoutier. Le prieur de Saint-Michel, ou plutôt l'abbaye de Saint-Melaine, y jouissait de certains droits, et notamment du « tiers de la coûtume et étalage des marchandises qui s'exposent en vente en ville et faubourg de Guer, aux jours de foire de Saint-Michel de Montgargan et du Mont-de-Tombe » (Aveu 1732). En 1790, Monteneuf fut érigé en commune, du canton de Guer, du district de Ploërmel, et fut incorporé au département du Morbihan. En 1791, son curé, M. Pierre Foulon, refusa le serment schismatique, et dut se cacher. Son auxiliaire, Pierre Hervé, fut emprisonné au Port-Louis, puis déporté dans la rade de Rochefort, et y murut de misère le 25 août 1794. Pendant ce temps, on vendit nationalement les biens des chapellenies et de la fabrique, mentionnés ci-dessus. Le château de la Ville-blanche fut pillé par les patriotes dans la nuit du 22 au 23 février 1791. Monteneuf passa, en 1800, dans l'arrondissement de Ploërmel, et en 1801, dans le nouveau diocèse de Vannes. Erigé en paroisse en 1802, il a conservé depuis cette époque ce titre précieux, à côté de celui de commune (J-M. Le Mené).

la chapelle de la Voltais (XVIIème siècle), dépendance du château de la Voltais ;

la chapelle du Bas Trézon (1569). La date de 1569 figure au-dessus de la fenêtre Nord ;

la chapelle Saint-Martin (XVIIème siècle) ;

la croix monolithique (XVIème siècle). Elle est tréflée et porte une croix gravée ;

la croix pattée monolithique (XVIème siècle). Elle porte une croix gravée ;

le château de la Voltais (XVème siècle), modifié entre 1721 et 1737 par la famille Le Provost de La Voltais, propriétaire du château depuis 1721. La seigneurie a appartenu autrefois à la famille Robelot (Guillaume Robelot en 1480), Porcaro, Lauzanne et enfin Le Provost. Ce château conserve à l'arrière le souvenir d'un édifice plus ancien. La façade date du XVIIIème siècle ;

le château de Kervézec (1830), édifié par la famille de La Voltais, et appartenant depuis 1969 à la famille Barbier ;

la fontaine Saint-Michel (XIXème siècle). Elle abrite une statue ;

A signaler aussi :

le site des Pierres Droites (420 monolithes répertoriés et une 40 de menhirs relevés), situé à La Verrie (époque néolithique) ;

les menhirs de Chomet, de Coëtplan ; 

la Pierre Lée de la Verrie (menhir) ;

5 allées couvertes dont l'allée de la Grée Basse, du Château d'Eau, des Bordouès, La Loge Morinais ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de MONTENEUF

Les seigneuries de Monteneuf étaient :

1° Bergon, aux Lagrée en 1444.

2° Boquidé, au sud-ouest, aux Guillaume, aux Bouin, aux Desgrées et aux Lézenet.

3° Le Chesne, au nord, à la famille de ce nom, puis aux Porcaro.

4° Le Clos-Boscher, à l'est, aux Chrestien et aux Resquand.

5° Les Fresches, au sud.

6° Gouraye (la), aux Lescouble en 1400 et 1680.

7° Grée-de-Callac (voir Augan).

8° Grée-Mareuc, vers l'est, aux Lagrée, Heudelor, Kerérault et du Breil de Rays.

9° Patis-Abel, au nord, aux Thomas et Le Cadre.

10° Pébusson, au nord, aux Macé, la Bourdonnaye, du Houx, et Quéhéon.

11° Placy (le), aux Rebours, Trébulan, Couesplan, Gouro, Busnel, et Couesplan.

12° Saint-Méen, vers l'est.

13° Tréron, aux Tréron, Lescouble et Robelot.

14° Ville-Blanche, au sud, aux Pasquier, puis La Bourdonnaye.

15° Ville-Etienne, au sud, aux Pasquier.

16° Ville-Daniel, aux Faruel, puis Heudelor.

17. Ville-Morin, aux Morin, puis Couesplan.

18° Voltais, au nord-est, aux Robelot, Porcaro, Lauzanne et Provost. 

(de Joseph-Marie Le Mené).

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464 et du 4 septembre 1481, ainsi que dans le dictionnaire des feudataires des évêchés de Dol et Saint-Malo en 1480, on comptabilise la présence d'aucun noble de Monteneuf. Monteneuf dépendait de Guer.

Voir aussi   Monteneuf "Les seigneuries de l'ancienne paroisse de Guer

© Copyright - Tous droits réservés.