Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue

TREZENY

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Tréguier  

La commune de Trézény (bzh.gif (80 octets) Trezeni) fait partie du canton de Tréguier. Trézény dépend de l'arrondissement de Lannion, du département des Côtes d'Armor (Trégor - Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de TREZENY

Trézény vient du vieux breton "treb" (village) et de saint Sezni, venu d'Irlande. Sezni, né en Irlande en 402 et sacré évêque par le pape Célestin Ier, aurait débarqué à Kerlouan (vers 477) avec 70 disciples puis aurait bâti un monastère à Guissény.

Trézény (créé au détriment de Rospez) est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Louannec. En 1267, un accord entre l'évêque et le duc mentionne comme propriété épiscopale La Ville-Blanche (Villa Alba), enclave de Trézény, rattachée à Rospez en 1825, en échange du Briellec (ou Breillec). La paroisse de Trézény, jadis fief épiscopal des Régaires de Tréguier, est citée dès 1330 sous l'appellation "Tresizni" lors du procès de canonisation de Saint-Yves. 

Trézény, qui faisait autrefois partie de la succursale de Lanmèrin, est uni, pour le culte, à Coatrèven de 1817 à 1819. Trézény est ensuite rattaché à nouveau à Lanmèrin. Puis, par ordonnance royale du 30 janvier 1839, la succursale de Trézény est érigée au dépens de celle de Lanmèrin. 

L'ancienne paroisse de Trézény dépendait de l'évêché de Tréguier, de la subdélégation et du ressort de Lannion. La cure était présentée alternativement par le souverain pontife et par l'évêque. Durant la Révolution, la paroisse de Trézény dépendait du doyenné de Tréguier. Trézény élit sa première municipalité en 1790.

On rencontre les appellations suivantes : Par. de Tresizni (en 1330), Tresezny, Trezesny (en 1395), Tresezny (en 1437, en 1481, en 1544), Trenny (en 1596-1600), Trézény (en 1731).

Note 1 : la commune de Trézény est formée des villages : Breillec-Bras, Breillec-Bihan, Guermalégan, Convenant-Keralic, Kerilis, Convenant-Kereven, Prat-Isac, Kerenduler, Kervennou, Kerlineut, Leshat, Kerangat, Keramblouc'h, Kerellec-Bras, Kermorvan, Pen-an-Coat, Goazally, Kerangoff, Kergadiou, Saint-Julien.

Note 2 : Liste non exhaustive des recteurs de TREZENY : Sébastien Perrot, jusqu’en 1697. - Guillaume le Tiec (1697-1719). - Jean Pierre (1719-1735), curé à Louannec. - René Matorret (1735-1739), chanoine de Tonquédec. - Charles le Lavenant (1739-1756). - Jacques-François le Jennou (1756-1757). - Pierre 0llivier (1757-1786), curé à Saint-Gilles. - Gabriel-François Mordellet (1786-1790), curé à Saint-Jean-Kerdaniel, etc ...

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de TREZENY

l'église Saint-Zény (1913). Elle comprend une nef unique avec, au nord, deux petites chapelles, l'une près du choeur et l'autre, celle des fonts, en face de l'une des portes, et, au sud, une grande chapelle séparée de la nef par un pilier. Cette dernière chapelle, comme le chevet d'ailleurs, a ses pans coupés. L'église a un clocher-mur et une charpente apparente. Bâtie par M. Toupin, de La Roche-Derrien, qui en fut l'architecte et l'entrepreneur, elle eut sa première pierre bénite le 2 mars 1913 et sa bénédiction faite le 21 décembre 1913 (R. Couffon). Les fonts baptismaux datent du XVI-XVIIème siècle : on y trouve les armes de la famille Kermorvan. L'église abrite un aigle de lutrin (XVIIIème siècle), une statue de saint Zény, de la sainte Vierge, de saint Yves, et une statue de sainte Honorée, en bois polychrome, datée du XVIIème siècle. Les vitraux, dûs à la Maison Bessac, représentent saint Tugdual, sainte Pompée, saint Yves, saint Brieuc, saint Efflam et le Bienheureux Charles de Blois. Les seigneurs de Kermorvan possédaient jadis des prééminences dans l'église paroissiale de Trézény ;

Eglise de Trézény (Bretagne)

les anciennes chapelles, aujourd'hui disparues : - la chapelle Saint-Julien. Elle avait été vendue le 6 pluviôse an VII à Joseph-Casimir Le Saux moyennant 1.500 fr. Une croix en indique l'emplacement ; - la chapelle Saint-Jean-Baptiste, à Guernalegan. Elle avait été restaurée au XIXème siècle ;

le château de Kermorvan (XVIIIème siècle), éponyme de la famille de Kermorvan. Propriété de Henry de Kermorvan en 1395. Ce château a appartenu ensuite aux familles Kersaliou (en 1550), Le Gac de Lansalut (en 1765) et Barazer (en 1766) ;

l'ancien presbytère (XVII-XVIIIème siècle) ;

la croix de Costang (XVIème siècle). Cette croix représente d'un côté le Christ en Croix et de l'autre une Vierge ;

le manoir de Guernalegan (XVIème siècle), restauré au XIXème siècle. Il a appartenu à la famille Loz, avant d'être donné à la municipalité en 1885. Il possédait jadis un colombier et une chapelle privée ;

les maisons de Kerevern, de Pratisac-Bian (XVIIIème siècle) et de Pratisac-Vras ;

la ferme de Kerangoff (1782) ;

le moulin de Kermorvan. Ce moulin a servi au teillage du lin jusqu'en 1942 ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de TREZENY

La seigneurie de Kermorvan possédait jadis un droit de basse et moyenne justice. Cette seigneurie est unie à celle de Kermouster à Langoat au XVIIIème siècle. Propriété d'Henry de Kermorvan (en 1395), de François de Kersaliou (en 1550), de Pierre Loz (en 1562 et en 1576), de Françoise Le Gualès, veuve d'Olivier Le Gouz (en 1650), de Rolland Marie Le Gac de Lansalut (en 1725) et de la famille Barazer (en 1766).

La seigneurie "Prévôté de Trézény" (alias "prévôté de Kermorvan") possédait jadis un droit de moyenne et basse justice (unie à Kermorvan et Kermouster au XVIIIème siècle).

- Kernaleguen, qui a appartenu à la famille Loz ;

- Kermeno ;

En 1710, dans un " Rolle de répartition de la somme de treize mil sept cent trente livres qui doit estre imposée sur touttes les seigneuries et fiefs ecclésiastique et laïques de l'évesché de Tréguier " (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, C 3479), on trouve mentionnées à Trézény la seigneurie de Gournaléguen aux héritiers du sieur de Moreau (30 livres) [Note : " Goasnaleguen " à Trézény appartient en 1535 à Catherine Loz puis en 1682 à Roland Loz, baron de Beaulieu et sieur de Kernalleguen, et Toussaint Loz, sieur de Guernalleguen (Références : B 1663 (A.D. 44)], la seigneurie provosté de Kermorvan au sieur de Lamaraiandays Saint Aubin (30 livres) (Y. Botrel).

Lors de la Réformation des fouages de 1426, les nobles suivants sont mentionnés à Trézény (Tresezny) : Rolland de la Motte, Henry Los, Nicollas Loz, Rolland de Kermorvan, Nicolas Kermorvan. On y mentionne aussi le manoir de Goez Halleguen (appartenant à Henry Loz, exploité par Yvon le Pourveer).

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Tréguier de 1481, on comptabilise la présence d'un seul noble de Trézény (il y en avait 3 en 1426) :

François KERSALIOU (80 livres de revenu) : comparaît en archer.

© Copyright - Tous droits réservés.