Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Stéphanois

SAINT-ETIENNE-DU-GUE-DE-L'ISLE

  Retour page d'accueil        Retour Canton de La Chèze  

La commune de Saint-Etienne-du-Gué-de-l’Isle (bzh.gif (80 octets) Sant-Stefan-ar-Roudouz) fait partie du canton de La Chèze. Saint-Etienne-du-Gué-de-l’Isle dépend de l'arrondissement de Saint-Brieuc, du département des Côtes d'Armor (Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-ETIENNE-DU-GUE-DE-L'ISLE

Saint-Etienne-du-Gué-de-l’Isle vient de Saint-Etienne et d'un gué sur le Lié.

Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plumieux. En effet, de 540 au XIème siècle, Saint-Etienne fait partie de la paroisse de Plumieux. Au XIème siècle, la seigneurie du Gué de l’Isle est dirigée par la famille de Coëtlogon. Un château est construit par Eudon Ier, vicomte de Porhoët (de 1704 à 1092), en 1040, au bord du Lié.

Eon ou Eudon de Rohan, frère d'Olivier II Vicomte de Rohan et sixième fils du vicomte Alain VI de Rohan et de Thomasse de la Roche-Bernard, épouse en 1311 Aliette de Coëtlogon, dame du Gué-de-l'Isle. Le château primitif du Gué-de-l'Isle entre dans la Maison de Rohan lorsque Aliette Olive de Coëtlogon hérite des biens. Cette branche Rohan-Gué-de-l'Isle donne naissance aux branches Rohan-Pouldu et Rohan-Tregallec, puis se fond dans les familles La Feuillée et Rieux. Au XVème siècle, Eon de Rohan fait construire un nouveau château au Gué-de-l'Isle, alors sur la paroisse de Plumieux. La ville du Gué-de-l'Isle se développe autour du château. Sa chapelle Saint-Etienne est érigée en église paroissiale, à la demande de Cyprienne de Rohan, épouse de François de la Feuillée (vicomte de Pléhédel) et dame de Gué-de-l'Isle, par bulle du 4 février 1526, qui prend effet le 2 février 1527. Cette paroisse est prélevée sur celle de Plumieux. Elle est appelée Gué-de-l'Isle ou Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle. Le nom est réduit à Etienne-sur-Lié pendant l'an III et l'an IV. " A la suite de la demande de François de la Feillée et de Cyprienne de Rohan adressée à Rome en 1525, le pape Clément VII, par bulle du 4 février 1526, autorisa la création d'une nouvelle paroisse au Gué de l'Isle et chargea l'abbé de Lantenac de l’érection canonique. Le 2 février 1527, il y eut, dans l'ancienne chapelle du château la célébration d'un office de remerciements à la Très Sainte Vierge ; et, le 28 novembre 1527, l'acte d’érection fut solennellement promulgué au château de la Feillée en Loudéac par Alain de Lescouet, abbé de Lantenac " (R. Couffon).

L'ancienne paroisse de Saint-Etienne, qui était devenue indépendante en 1619, faisait partie du diocèse de Saint-Brieuc comme aujourd'hui. Elle avait, en 1789, pour subdélégation Josselin et ressortissait au siège royal de Ploërmel. La collation de la cure appartenait à M. de Kercado ou Carcado qui était seigneur de la terre du Gué-de-l'Isle. Durant la Révolution, la paroisse de Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle dépendait du doyenné de Plémet.

Au début du XIXème siècle, le territoire de la commune comprend deux fractions disjointes, l'une autour du bourg, au nord et l'autre au sud. Ces deux fractions sont séparées par les villages du Guindard et de Gas-de-Bois en Plumieux qui sont réunis à Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle par l'ordonnance du 29 avril 1829.

On rencontre les appellations suivantes : Le Guedelille (en 1318), Le Gue de l'Isle (en 1396), Saint Estienne (en 1490), Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle (au XVIIIème siècle).

Croix de Saint-Etienne-du-Gué-de-l'isle (Bretagne).

Note 1 : En 1554, à la mort de Cyprienne de Rohan, la terre du Gué-de-l'Isle échoit à sa fille Renée de la Feuillée, épouse de François de Rieux, sire d'Assérac. Par lettres patentes datée de 1574, la terre d'Assérac (Loire-Atlantique) est érigée en marquisat en faveur de Jean de Rieux, fils de François et de Renée de la Feuillée, avec union de la seigneurie du Gué-de-l'Isle. Le 11 mai 1683 la terre du Gué-de-l'Isle, saisie sur Jean Gustave de Rieux (petit fils de Jean), est vendue judiciairement, puis passe par retrait lignager à Hyacinthe Anne Le Sénéchal de Carcado. La famille de Carcado conserve la seigneurie du Gué-de-l'Isle jusqu'à la Révolution.

Note 2 : la commune de Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle est formée des villages : Petit-Bocmé, Guerfray, Grand-Bocmé, le Linio, Gâte-Bois, la Ville-Hervaux, Laleuf, Pont-Bréhant, la Ville-Eslan, la Ville-Caro, le Gué-de-l'Isle, etc...

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de SAINT-ETIENNE-DU-GUE-DE-L'ISLE

l'église Saint-Etienne (1528). Une ancienne chapelle, dédiée à saint Etienne, était devenue paroissiale en 1526 grâce au soutien du seigneur François de La Feuillée et à l'accord du pape Clément VII. L'église actuelle est bâtie en 1528 sur l'emplacement de la chapelle primitive. A l'exception de la tour, en partie moderne, cette première église, en forme de croix latine, subsiste. Elle présente des sablières intéressantes avec les inscriptions suivantes rappelant sa fondation : Du côté de l'évangile : « Le second jour de Février mil V cc XXVII, de saint Etienne martyr, étant près le Gué de l'Isle fut commencée la parouesse et y eut service, fait Dieu et sa mère merciant de la fin de cette entreprise ». Du côté de l'épître : « Ceste église fut commencée l’an mil V cc XX et VIII par hault et puissant Seigneur F. de la Feuillée ». La tour fut refaite presqu'entièrement en 1862 par M. Jean-Marie Golvais, entrepreneur à La Chèze, pour la maçonnerie, et M. Mathurin Moigno, aussi de La Chèze, pour la charpente (R. Couffon). Elle abrite les statues en bois polychrome de saint Jean (datée du XVIIème siècle) et de saint Etienne (datée du XVIIIème siècle) ;

Eglise de Saint-Etienne-du-Gué-de-l'isle (Bretagne).

l'ancienne chapelle Saint-Jean, édifiée en 1626. L'édifice sert aujourd'hui de sacristie à l'église paroissiale ;

la croix du cimetière (XVIIème siècle) ;

la croix du bas du bourg (XVIIIème siècle) ;

le château du Gué-de-l'Isle (XVème siècle), édifié au milieu du XVème siècle pour une branche cadette des Rohan. Il a un pont-levis, des douves et trois tourelles. Dans la première moitié du XIVème siècle, la maison seigneuriale et terre du Gué-de-l'Isle passe dans la maison de Rohan par le mariage d'Aliette, dame du Gué-de-l'Isle, avec Eon ou Eudon de Rohan, sixième fils d'Alain VI, vicomte de Rohan, et de Thomasse de la Roche-Bernard. Ceux-ci les transmettent à Olivier de Rohan, leur fils, qui épouse en premières noces Alix de Bodevenou et en secondes Havoise de la Châteigneraie. De ce mariage naît Olivier de Rohan, deuxième du nom, seigneur du Gué-de-l'Isle, qui épouse Marie de Rostrenen et transmet sa terre et son titre à son fils Jean de Rohan, qui épouse Gillette de Rochefort et meurt en 1493. En 1520, la branche aînée des Rohan-Gué-de-l'Isle s'éteint avec Cyprienne de Rohan, qui apporte en dot tous ses biens à François La Feuillée, vicomte de Pléhédel. Sa fille, Renée de La Feuillée, épouse François de Rieux, sire d'Asserac. C'est un Rieux qui ajoute au XVIIème siècle un nouveau bâtiment au château. En 1683, Jean de Rieux vend le château et le domaine de Gué-de-l'Isle et de la Rivière à la famille Le Sénéchal de Carcado. En 1733, un héritier de la famille Le Sénéchal de Carcado épouse Mlle de Montmorency la Neuville d'Aumont. Marie Anne Louise, fille de ces derniers, épouse en 1763 le marquis de Grasse et hérite du château qui passe ainsi à la famille Grasse. En 1832, la famille Villalon achète la propriété et restaure l'édifice (les éléments du XVème siècle sont détruits). En 1886, la comtesse du Boisbaudry, née de la Haye de Vaulx, achète le domaine du Gué-de-l'Isle, qui revient ensuite à l'un de ses fils, Jules, baron du Boisbaudry, époux d'Anne de la Tousche Limousinière ;

Château de Saint-Etienne-du-Gué-de-l'isle (Bretagne).

le manoir du Grand-Bocmé (XVIème siècle), édifié par la famille Le Moine de Talhouët ;

la fontaine des Joies ;

les moulins à eau du Grand-Bocmé, du Gué-de-l’Isle, de Gate-Bois, du Pont ;

Moulin de Saint-Etienne-du-Gué-de-l'isle (Bretagne).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de SAINT-ETIENNE-DU-GUE-DE-L'ISLE

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc en 1480 et de Tréguier en 1481, on ne comptabilise la présence d'aucun noble de Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle. Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle dépendait autrefois de la paroisse de Plumieux.

© Copyright - Tous droits réservés.