Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Rannéens

RANNEE

  Retour page d'accueil        Retour Canton de La Guerche-de-Bretagne  

La commune de Rannée (pucenoire.gif (870 octets) Radenez) fait partie du canton de La Guerche-de-Bretagne. Rannée dépend de l'arrondissement de Rennes, du département d'Ille-et-Vilaine (Bretagne).

Vous possédez des informations historiques sur Rannée, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de RANNEE

Rannée vient, semble-t-il, du breton "rann" (portion de terre).

La paroisse de Rannée renfermant autrefois dans son territoire le château et la ville de la Guerche, doit être plus ancienne qu'eux et remonter par suite pour le moins au Xème siècle. 

Du temps d'Alain, évêque de Rennes de 1141 à 1157, quelques difficultés s'élevèrent entre ce prélat et les moines de Saint-Melaine, qui jouissaient alors de la chapelle du château de la Guerche. Des arbitres les mirent d'accord, et il fut convenu que l'abbaye de Saint-Melaine recueillerait toutes les oblations faites à la Guerche, « omnes oblationes castelli Guirchiœ », mais solderait à l'évêque de Rennes 20 sols chaque année, savoir 5 sols à chacune des fêtes de la Toussaint, Noël, Pâques et l'Assomption. Il fut aussi réglé que la paroisse de Rannée conserverait tous ses droits sur la chapelle de la Guerche, « salvo omni parrochiali jure ecclesiœ de Radenice » ; on fit seulement exception pour le droit de confession en faveur du seigneur de la Guerche et de sa famille, toutes les autres confessions devant se faire à l'église de Rannée, mère de la chapelle de la Guerche (« Confessiones ad matrem ecclesiam de Radenice referentur prœtur eas domini Guirchiœ, etc. » - Guérin, Histoire ms. de da Guerche, Appendice). 

Cette suprématie paroissiale de Rannée sur la Guerche subsista jusqu'à la Révolution. Dans les derniers siècles, la cure de Rannée était annexée au doyenné de la Guerche. D'après le Rôle diocésain ms. de 1646, le recteur de Rannée avait alors environ 700 livres de rente. Enfin, l'évêque de Rennes possédait dans le bourg de Rannée le manoir des Salles. 

Rétablie en 1803 sans le territoire de la Guerche, la paroisse de Rannée ne subsista alors que peu d'années ; elle fut bientôt supprimée, et ses habitants devinrent paroissiens de la Guerche ; son église continua néanmoins d'être desservie par un vicaire. Mais Rannée fut de nouveau érigée en paroisse par ordonnance royale datée du 11 février 1820 (Pouillé de Rennes). 

L’ancien monastère de la Fontaine-Harouys, situé au lieu appelé la « Grande Abbaye » et fondé en 1223 dans la forêt de La Guerche, devient plus tard un prieuré de l'Abbaye de Lieu-Dieu, en Jard, au diocèse de Luçon. La paroisse de Rannée dépendait autrefois de l’ancien évêché de Rennes. On a cultivé la vigne à Rannée dès le XIIème siècle. 

On rencontre les appellations suivantes : Radenix (en 1150), Raenia (en 1180), Rasné (au XVIème siècle).

Note : liste non exhaustive des recteurs de la paroisse de Rannée : Regnauld, "Raginaldus decanus de Rahenée" (vers 1140), Guillaume, "Guillelmus decanus de Raenia" (vers 1180), Jean Le Gentil (en 1549), François Guynier (en 1625, il résigna en faveur d'Alain Le Métayer, sieur de la Grange, mais révoqua sa résignation et s'opposa en 1662 à la prise de possession de Pierre de Bordeaux, pourvu de la cure à la place d'Alain Le Métayer. Il décède en 1666), Jean Guerry (en 1667), Luc Gesnys (1674-1685), Claude Gesnys (en 1698 et jusqu'en 1706), Jacques de Follenay (1706-1707), Jean Chaussonnière (1708-1710), François-Joseph Simon (1710-1718), François Gondouin (1718-1722), René Le Tessier (1722-1741), Jean-Baptiste-François Piard de la Rivière (en 1741), Mathurin-René Bameulle (1769-1776), Pierre-Jean-François Le Clerc (1776-1789 et en 1803), Jean-Michel Legourd (1820-1840), Mathurin Lemarchand (1840-1844), Charles-Louis Morel (1844-1864), Jean-Marie Rimasson (1864-1868), Joseph Girault (à partir de 1868), ..... 

Ville de Rannée  Les démêlés de Guillaume Ouvrouin, évêque de Rennes, et de Jean II, vicomte de Beaumont.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de RANNEE

l'église Saint-Crépin-Saint-Crépienne (XII-XVI-XVII-XIXème siècle). Dédiée dès le XIIème siècle à saint Crépin et saint Crépinien, — dont la fontaine avoisine le bourg, — l'église de Rannée offre encore de beaux vestiges de sa construction primitive aux XIème et XIIème siècles. De cette époque datent le portail occidental, en cintre brisé ou ogive de transition, entouré d'une archivolte en plein cintre garnie de billettes ; — l'arc triomphal, soutenu par des colonnes engagées dont les chapiteaux sont ornés d'entrelacs, — et l'abside, assez bien conservée. Il semble même que la tour, assise entre le choeur et la petite nef du Sud, offre à sa base intérieure des traces d'architecture romane. Le reste de l'édifice, composé de trois nefs, appartient aux XVIème et XVIIème siècles. La grande nef est séparée de ses collatéraux par des arcades ogivales que soutiennent des colonnes en palmiers, et au-dessus de la sacristie est une tribune servant à l'origine probablement de chantrerie. Le retable du XVIIème siècle surmontant le maître-autel renferme un tableau représentant une piéta. Aux pieds du Christ est agenouillé le donateur, portant le costume des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem ; ce devait être quelque commandeur du Temple de la Guerche ; malheureusement on ne découvre point ses armoiries, qui feraient connaître son nom. Extérieurement, cette église n'offre d'intéressant que son portail et les frontons aigus accompagnés de clochetons de ses bas-côtés. A signaler qu'en 1563, « les huguenots vinrent en l'église de Rasné et n'y demeura image qui ne fut prosternée contre terre et rompue ; et tout ce qu'ils trouvèrent dans ladite église fut ravi et emporté. Et de Rasné descendirent à la Guerche, où il ne demeura autel, ni livre, ni image, qui ne fussent bruslés ; et les pauvres prestres en grande peine se cachoient par haies et bois, voyant qu'on les cherchoit à mettre à mort ; et de cette paroisse (de Rasné) nous nous trouvasmes neuf en la forest de la Guerche sans nous entrechercher et en grande peur et crainte, scavoir : Gilles Chancé, Robert Dudouet, Jean Franchère, Jean Dominel, Jacques Leprince, Pierre Franchère, Michel Audouard, Pierre Sarrasin et autres jusqu'au nombre » (Guérin, Histoire ms. de la Guerche). Le baron de la Guerche était seigneur supérieur de l'église de Rannée, mais l'évêque de Rennes, qui tenait de lui le regaire de Rannée et le manoir des Salles, était considéré comme seigneur fondateur de cette même église. En 1685, on constata la présence des armoiries des ducs de Brissac, barons de la Guerche, dans la maîtresse vitre de l'église de Rannée, sur un banc seigneurial placé dans le chanceau et sur deux lisières faisant le tour de l'édifice, tant en dedans qu'en dehors ; elles étaient également gravées sur un poteau placé à l'entrée du cimetière (Pouillé de Rennes). Il y avait en cette église plusieurs fondations, telles que celle de Saint-Michel ou de la Sonnerie, faite en 1488 par Gilles Botel et présentée par les paroissiens, et celles du Noyer, de la Desertrie, de la Massonnais, de la Sarrasinerie, etc. (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 8 G, 64 et 83). L'église est reconstruite entre 1168 et 1178, par Etienne de Fougères, évêque de Rennes, suite à un incendie qui la ruina complètement. Elle est agrandie au XVIème siècle par la construction des chapelles. Les vitraux datent de la fin du XIXème siècle (atelier rennais Lecomte et Collin). Les fonts baptismaux datent du XVème siècle. La chaire date du XVIème siècle. L'édifice abrite cinq retables, oeuvres des sculpteurs Langlois, Caris, Angerreau et Martinet. Le retable du maître-autel date du XVIIème siècle ; ce retable renfermait autrefois une peinture du XVIIème siècle représentant un Commandeur du Temple de La Guerche, revêtu d’une armure et d’une dalmatique aux armes des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, héritiers des Templiers. Le retable du maître-autel et ceux des autels latéraux, attribués par certains historiens à l'école de Corbineau, dateraient de 1649-1655. A noter que deux autres petits retables portent la date de 1642. On y trouvait au XVIIème siècle les armes des ducs de Brissac, seigneurs de la Guerche de 1562 à 1673. En 1563, "les huguenots vinrent en l'église et n'y demeura image qui ne fut prosternée contre terre et rompue ; et tout ce qu'ils trouvèrent dans ladite église fut ravi et emporté"

l'ancienne chapelle Saint-Louis. Cette chapelle fut bâtie en 1668, dans le grand cimetière de Rannée, par Louis Hamelin, prêtre de cette paroisse ; il y fonda une messe tous les mardis, ce qu'approuva l'ordinaire le 13 mars 1669. A cette date la chapelle était achevée et convenablement ornée. Olive de la Chévière, veuve de Guy de Trémigon, seigneur de la Vannerie, et Adrienne Touchais firent également, vers la même époque, chacune une fondation de messes dans ce sanctuaire (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 G, 83 et Pouillé de Rennes) ;

l'ancienne chapelle Sainte-Anne de Fallesche, aujourd'hui disparue. Dépendant du manoir de Fallesche, cette chapelle fut fondée de messes, le 7 décembre 1667, par René Rondel, sieur des Longrais, sénéchal de la Guerche, et Renée Binesse, sa femme ; ils donnèrent au chapelain — dont ils se réservèrent la présentation — la closerie de la Marebril, voisine de la chapelle, et voulurent que la messe fût dite en celle-ci tous les dimanches et toutes les fêtes de la Sainte Vierge et de sainte Anne. L'ordinaire approuva cette fondation le 13 janvier 1668 (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 G, 83). Cette chapelle fut successivement desservie par René Le Sage, que remplaça en 1738 René Oliverie ; Dominique Le Mesnaiger, décédé en 1781 ; René Gérard, décédé en 1784, et Dominique Marion, pourvu le 22 octobre 1784 (Pouillé de Rennes) ;

l'école privée des filles (1866-1867) ;

A signaler aussi : 

Rannée possédait deux cimetières jusqu’en 1791 : le plus petit était près de l’église ; le plus grand recevait les inhumations de La Guerche. On voyait au milieu de ce dernier la Chapelle Saint-Louis, édifiée en 1668 ; 

l'ancien manoir des Salles. Propriété des évêques de Rennes ; 

l'ancienne fontaine de Saint-Crépin et de Saint-Crépinien, située au sud de l’église ; 

l'ancien Prieuré de Saint-Lazare. Il s'agit d’une ancienne léproserie qui possédait une chapelle privative ; 

l'ancien manoir de la Petite-Ville ; 

l'ancien manoir de la Chesnaye. Propriété de la famille de Rhuis au XVIIIème siècle ; 

l'ancienne Chapelle de la Perrière, mentionnée en 1633. Par testament du 3 décembre 1633, René Pontivi fonda une messe tous les samedis « dans la chapelle de la Perrière, en Rannée », et la dota de 20 livres de rente  (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 G, 83 et Pouillé de Rennes) ; 

l'ancienne Chapelle de Perrouze ; 

l'ancien manoir de la Goupillère. Propriété de la famille Paynel, seigneurs de Vaufleury en 1513 ; 

l'ancien monastère de la Fontaine-Harouys, situé au lieu appelé la Grande Abbaye. Ce couvent, fondé en 1223 dans la forêt de La Guerche, devient plus tard un prieuré de l’Abbaye de Lieu-Dieu, en Jard, au diocèse de Luçon. Le monastère est reconstruit en partie vers 1752. La chapelle devait dater du XIIIème siècle ; 

l'ancien château de la Forêt, reconstruit en 1857 ; 

l'ancien manoir de la Raimbaudière. Propriété de la famille Chancé en 1513 et de la famille Métayer au XVIIIème siècle ; 

l'ancien manoir de la Gaudinière ; 

l'ancien manoir des Sangles ; 

l'ancien manoir de Pamehay ou du Pont-Pommehay ; 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de RANNEE

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.