Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Lanleffois 

LANLEFF

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Plouha  

La commune de Lanleff (pucenoire.gif (870 octets) Lanlenv) fait partie du canton de Plouha. Lanleff dépend de l'arrondissement de Saint-Brieuc, du département des Côtes d'Armor (Trégor / Goëlo - Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de LANLEFF

Lanleff vient de l'ancien breton "lann" (ermitage) et du Leff, nom d'une rivière (notée Lem en 1202, Leim en 1220, Lem en 1263, Leve, Lev en 1330).

Lanleff est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Pléhédel. Lanleff (Lanlem) est une église dès 1148 (charte datée de 1148). Cette église est donnée en 1148 à l'abbaye de Saint-Magloire de Léhon (créé en l'an 850), par Trihan ou Tréhan, fils d'Eudon dit Pontius, seigneur de Châtelaudren : " In nomine sancte et individue Trinitatis, amen. Tempora temporibus subeunt, brevis evolat aetas et velut umbra effugiunt dies hominis : unde fit ut memoria celerrime labatur et excidet quod heri vel hodie gestum est, nisi memoria litterarum commendetur. Eapropter ego Henricus, comitis Stepbani filius, quicquid Eudo Pontius et ejusdem filius Trihan Sancto Maglorio dederat meo tempore renovans et confirmans ne vel morte deleri posset aut vetustate litteris et memorie commendavi. Illud etiam quod mihi pro mei patris anima et fratris Stepbani videlicet et Alani comitum, matris insuper mes Hadvis et mea, et ut terra mea dum viverem recta regeretur justitia, illud, inquam, quod mihi placuit accrescere cum predictorum beneficio ne vel odio vel invidia valeat inficiari auctoritate sigilli mei munivi. Dedit ergo Eudo, Pontius cognomine, terram que est in exitu duarum portarum Castelli Audroeni et in circuitu a porta que est super stagnum ad aliam usque portam que respicit ad Sanctum Ninianum ; insuper addens tertiam partem decime de Ploagac et unam villam terre in Brihiat que vocatur Kerrien cum mediatore ejus. Postes idem Trihan addidit ecclesiam Sancte Marie de Lanlem cum omni oblacione et duas partes decime ipsius ville et decimum ferum (sic) ejusdem et suam decimam cum ecclesia insule que vocatur Brihiat. Hec ego Henricus ... concedo ... addens insuper et accrescens decimam molendinorum meorum Castelli Audroeni et decimum ferium (sic), etc. Hec ego autem in ipso Sancti Maglorii monasterio cum libello qui de vita ejus inscribitur die magno festivitatis Penthecostes super altare post oblationem obtuli, anno M° C° XL° VIII° ab Incarnatione Domini ; testibus Goscione capellano, Simeone presbitero, Thoma dapifero, Hamone de Hilium et Guillelmo Rufo, Hugone filio Normanni, Guillelmo filio Hervei, Arselmo Mengui filio, Guillelmo Boterel, Gaufrido exule, etc. " (Le sceau représentait un cavalier brandissant une épée. — Blancs-Manteaux, XXXVI, 105 et 106). 

Lanleff est cité dans les chartes de l'abbaye de Beauport à partir du XIIIème siècle. Une charte, datée de 1269, mais illisible par vétusté, mentionne : " du vendredi avant Laetare Jerusalem, par laquelle le doyen de Lanvollon fait savoir que, par suite d'un accord, Maurice, fils de Thomas, chevalier, a abandonné à l'abbaye Notre-Dame de Beauport les prétentions qu'il avait élevées sur une terre sise apud Lanlem, aumônnée par Guillaume Clerc, chevalier " (Archives des Côtes-d'Armor).

Donation d'une dîme au prieuré de Léhon, au XIIIème siècle : « Ego Galterus de Leshardre, notum facio omnibus quod cum diu litigatum contra monachos S. Maglorii de Lehon super decima de Lenlem, illam quitavi eis et presentibus litteris sigilum meum apposui ». (Les Blancs-Manteaux, XXXIX, 215).

Lanleff, ancienne trève de Lanloup, est rattaché à Lanloup dès le XIVème siècle, comme en témoigne la mention Lanlop alias Loulem dans un compte des bénéfices du diocèse de Dol. En 1269, cette paroisse appartient au diocèse de Dol. Au XIVème siècle, le territoire est la propriété des seigneurs de Lanloup. Lanleff dépendait au Moyen Age de la subdélégation de Paimpol et faisait partie du comté de Goëlo. 

Durant la Révolution, la paroisse de Lanleff dépendait du doyenné de Plouha. Lanleff élit sa première municipalité au début de 1790. Les premiers maires sont Jean Le Floch (en 1790), P. Le Cain, et G. Le Meur (en 1792). A Lanleff, Charles Le Huidoux, vicaire, avait prêté le serment à la " Constitution civile du clergé ", prescrit par la loi du 26/12/1790. Par ordonnance du 13 décembre 1836 la paroisse de Lanleff est érigée par détachement de son territoire de celui de la succursale de Pléhédel. " Ancienne trêve de Lanloup et enclave de Dol. Au Concordat elle fut rattachée à Pléhédel, puis érigée en succursale en 1838 " (R. Couffon). Par décision épiscopale du 26 novembre 1951 la paroisse de Lanleff est supprimée.

On rencontre les appellations suivantes : Eccl. S. Marie de Lanlem (en 1148), Lanlain (en 1262), Lanlem (en 1269, Anciens Evêchés, IV, 358 et 183), Loulem (à la fin du XIVème siècle), Lanleff (en 1626).

Note : la commune de Lanleff est formée des villages : Ar Sallé, convenant Pen-a-Hoat, convenant Boucan, convenant Le Cam, convenant Pont-ar-Vassin, convenant Le Voulc'h, convenant Pont-Cariou, convenant Brouder, convenant Jean Rahel, convenant Rudulié, convenant Geffroy, convenant Huan-Lan, convenant Hervé-Legall, convenant Bonethary, convenant Folar-Carérès, convenant Antoine Lelan.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de LANLEFF

la nouvelle église Sainte-Marie (1856), dédiée à la Vierge. Elle abrite une statue en granit de saint Jean qui date du XIIIème siècle et qui provient du temple de Lanleff. " Déjà sous ce patronage au XIème siècle lorsqu’elle fut donnée aux moines de Léhon, par Trihan, sr. de Châtelaudren. Les ruines de l’église circulaire du XIème siècle, dite à tort temple de Lanleff, subsistent encore et ont été classées en 1840. Le plan est oriental et inspiré de la mosquée d'Omar. L’église actuelle, construite à peu de distance de l’ancienne, est en forme de croix latine. De style XIVème siècle, elle a été édifiée entre août 1854 et avril 1856, par M. Jézéquel, de Goudelin, qui en fut à la fois l’architecte et l’entrepreneur. Mobilier : Une croix processionnelle de la fin du XVème siècle et une statue de la sainte Vierge tenant l’enfant, de la même époque, ont disparu au XXème siècle. Bannière en soie brodée du XVIIème (classée) ; statues anciennes de saint Briac et de saint Yves, provenant de la chapelle du Voulch " (R. Couffon). Bien que la chartre de 1181 entre Saint-Magloire de Paris et Léhon ne fasse pas mention de l'église Sainte-Marie de Lanleff, un acte de 1225 par lequel Geffroy de Lézardrieux donne la dîme de Lanleff aux bénédictins de Léhon montre qu'ils possédaient encore cette église. (B. N. f. fr. 22.322, p. 215). Ils durent l'abandonner, semble-t-il, vers 1244, époque du voyage d'Etienne, évêque de Dol, à Lanleff ;

Ville de Lanleff (Bretagne)

l'église Notre-Dame (encore appelée Temple de lanleff) datant de la fin du XIème siècle ou du début du XIIème siècle, aujourd'hui en ruines. Simple église priorale de Léhon (d'après René Couffon), cet édifice est bâti en rotonde à l'imitation du Saint-Sépulcre. Ce temple reste une énigme et suscite encore aujourd'hui la curiosité de nombreux visiteurs. Est-ce un temple romain, gaulois ou une église construite par de mystérieux templiers ? De multiples hypothèses trottent dans la tête des chercheurs ou des historiens amateurs. Rotonde centrale bien conservée présentant de belles arcades et quelques chapiteaux sculptés, elle a perdu sa coupole ;

Ville de Lanleff (Bretagne)

Voir   Ville de Lanleff " Le Temple de Lanleff

la chapelle du Voulch ou de Saint-Briac, mentionnée en ruines en 1937-1939. Edifice rectangulaire, donné à la fabrique, le 24 mars 1843, et réparée alors. Elle est tombée en ruines au début du XXème siècle, faute d’entretien. Nous y avions relevé les statues de saint Briac, de la sainte Vierge, de saint Yves, de saint Jean et de saint Laurent (R. Couffon) ;

une croix plate monolithe ;

le manoir de la Salle (XVème siècle), propriété au XVème siècle du seigneur des Murs. Ce domaine aurait appartenu en 1536 au sieur de Bron ou au sieur de Montbarot, fils d'Alain Marec ; 

le moulin à eau de Lanleff (1773).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de LANLEFF

Lors de la réformation de juillet 1427, est mentionné à Lanleff un seul noble : le sieur de Mur (sieur de Lanleff). Lors de la réformation du 23 mars 1536 est mentionnée la maison noble de La Salle appartenant au sieur de Bron ou à la famille Marec (sieurs de Montbarot).

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc en 1480 et de Tréguier en 1481, on ne comptabilise la présence d'aucun noble de Lanleff. Lanleff dépendait autrefois de la paroisse de Pléhédel.

© Copyright - Tous droits réservés.