Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Fontenellois

LA FONTENELLE

  Retour page d'accueil       Retour Canton d'Antrain  

La commune de La Fontenelle (bzh.gif (80 octets) Ar Fantanig) fait partie du canton d'Antrain. La Fontenelle dépend de l'arrondissement de Fougères, du département d'Ille-et-Vilaine (Bretagne).    

Vous possédez des informations historiques sur La Fontenelle, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de LA FONTENELLE

La Fontenelle vient du latin "fontanella" (petite fontaine). 

La Fontenelle est mentionnée comme paroisse dès le VIème siècle. La Fontenelle est une des plus anciennes paroisses de notre contrée, puisque le roi Childebert la donna vers l'an 553 à saint Samson, premier évêque de Dol. Depuis lors elle a, jusqu'à la Révolution, fait partie du diocèse de Dol, quoiqu'elle fût enclavée dans celui de Rennes. En 1154, Hugues Le Roux, archevêque de Dol, ayant été se faire sacrer par l'archevêque de Tours, au grand mécontentement de son Chapitre, fut chassé de Dol à son retour, parce qu'il n'y apportait point le pallium ; il se retira alors pour quelque temps à La Fontenelle (nota : une maison située dans le village du Vieux-Couësnon, est d'ailleurs nommée "maison de l'évêque), où il fit une ordination, « abiit apud Fontenellam et celebravit ibi ordines » (Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I, 739). A une époque plus rapprochée de nous, le 20 septembre 1658, Mgr Cupif, évêque de Dol, accompagné d'André Linche, évêque de Finibork, en Irlande, visita l'église de La Fontenelle, où il convoqua les paroisses de Saint-Remy et de Rimou, et le lendemain, qui était le samedi des Quatre-Temps, il y conféra solennellement les Ordres. L'évêque de Dol était alors en procès avec son Chapitre ; peut-être était-ce pour cela qu'il ne voulut pas faire cette ordination dans sa cathédrale. Les Comptes des trésoriers de La Fontenelle (1584-1651) nous apprennent qu'au XVIème siècle la paroisse allait en procession au Mont Saint-Michel tous les lundis de la Pentecôte, et qu'elle se rendait aussi en d'autres jours à Broualan et à Sougeal ; celui qui sonnait les échelettes à ces trois processions recevait, en 1585, 40 sols par an. Cette même année, on distribua 52 pots de vin à la communion pascale, et l'année suivante 60 pots. Le linge de l'église était alors entretenu avec le chanvre et le lin que filaient les femmes et les filles de la paroisse (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 G, 15).  En 1586, La Fontenelle fut visitée et rançonnée par les troupes huguenotes de Montgommery, qui occupaient Pontorson. En 1639, elle acheta des lettres d'anoblissement en vertu de l'édit de 1577 (M. Maupillé, Notices historiques sur les paroisses du canton d'Antrain). La Fontenelle fut érigée en succursale en 1803 et Joseph Dory lui fut donné comme recteur ; mais quelque temps après la paroisse fut supprimée et son territoire fut réuni à Antrain. M. Dory la gouverna toutefois jusqu'à sa mort, arrivée en 1813 ; elle fut de nouveau érigée en succursale en 1820 (Pouillé de Rennes). 

Sous l'Ancien Régime, la terre noble de Fontenelle est rattachée à la seigneurie des Portes à Bazouges-la-Pérouse. On trouve près du bourg de la Fontenelle le Champ de la Quintaine où s'exerçaient les droits de quintaine des seigneurs de la Rivière et des seigneurs des Portes en Bazouges-la-Pérouse. Après la Révolution, la paroisse est rétablie en 1803, puis supprimée et enfin rétablie à nouveau en 1820.  

On rencontre les appellations suivantes : Fontenella (en 1154), Fontenilla (au XVIème siècle).

Note 1 : c'est le 15 février 1907, que naît à La Fontenelle, l'organiste et compositeur de renommé internationale Jean Langlais. Il décède à Paris le 8 mai 1991.

Note 2 : liste non exhaustive des recteurs de la commune de La Fontenelle : Jehan Guesnot (en 1542), André Hubault (1553 à 1562, décédé en 1562 et inhumé dans l'église où l'on voit encore sa tombe portant gravés une croix, un livre et un écusson fruste), Mathurin Grohant (1562 à 1584, décédé en 1584), Jean Esnault (1584 à 1634), Julien Debort (1634 à 1653, il prit possession le 3 septembre 1634 ; décédé le 6 octobre 1653 et inhumé dans l'église), Julien Faucheux (1653 à 1655), Pierre de La Cornillière (1656 à 1665, seigneur de la Châteigneraye, natif de La Fontenelle, prit possession le 11 août 1655, fit reconstruire le presbytère vers 1665 et devint chanoine de Dol), Julien Lesné (1665 à 1672, décédé en 1672), Pierre Bonnier (en 1679 ; il rendit aveu en 1679 pour son presbytère et son pourpris, composé d'un jardin, d'un verger, de deux pièces de terre et d'un pré, le tout relevant du fief de la Rivière), Armel Pahier (jusqu'en 1692, date de son décès), Alain-Gabriel Le Gouz de Trovozec (à partir de 1693 ; il fut pourvu le 2 janvier 1693), François Prot (en 1703), Simon Potier (1708 à 1722, décédé en 1722), Guillaume Bidan (1723 à 1757 ; prêtre de Saint-Brieuc, il fut nommé le 12 juin 1723 et résigna le 1er août 1757 en faveur du suivant, avec rétention de 200 livres de pension), Jean Goupil (1757 à 1769 ; il prit possession le 16 octobre 1757 ; décédé en 1769), Jean Le Ban (de 1770 à la Révolution ; précédemment recteur de Saints, pourvu le 16 décembre 1769, prit possession le 3 janvier 1770 ; décédé exilé en Angleterre), Joseph Dory (1803 à 1813, décédé en 1813), Jacques-Pierre Boison (1820 à 1835, décédé en 1835), Pierre Béranger (1835 à 1839), René Holbein (en 1839), Jean Baptiste Gilliers (1839 à 1880, décédé en 1880), Joseph Bigot (à partir de 1880), …

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de LA FONTENELLE

l'église Saint-Samson (XVIème siècle), édifiée en remplacement d'un édifice religieux primitif. Le patron de l'église de La Fontenelle est saint Samson, dont la fontaine avoisine le vieux presbytère. L'ancienne église paraissait avoir été bâtie au XVIème siècle, en remplacement d'un édifice fort antique, comme l'attestait un fragment de muraille en blocage conservé dans la côtière méridionale et où l'on reconnaissait les traces d'une baie romane. Au bas de la nef on lisait cette inscription gravée sur une pierre : MDLVI. F. Debort trésorier, Ja. Boullain miseur, F. Rouxigneul, G. Bigot masons.  Les prééminences de l'église de La Fontenelle appartenaient aux seigneurs de Vaublain, de La Bouëxière et des Portes. En 1782 on y voyait au-dessus du maître-autel un écusson mi-parti : bandé d'argent et de gueules, qui est de Coëtquen, et de sable à trois fleurs de lys d'argent, qui est de la Marzelière. C'étaient les armoiries de Malo de Coëtquen, seigneur de Vaublain, époux de Françoise de la Marzelière. La chapelle Saint-Julien, située au Nord du choeur, semblait être prohibitive au seigneur de La Bouëxière, en Sougeal, à cause de son fief de la Rivière ; on y voyait, en effet, l'écusson des sires de Québriac, qui possédèrent longtemps ces seigneuries : d'azur à trois fleurs de lys d'argent surmontées d'un lambel de gueules, avec leurs alliances, reproduit dans la maîtresse vitre, dans une litre chargée de cinq écussons et sur un banc à accoudoir. Enfin, sur la voûte séparant le choeur de la chapelle Saint-Julien était un banc avec les armoiries des Tuffin de la Rouairie, seigneur des Portes, en Bazouges : d'argent à la bande de sable, chargée de trois croissants d'argent. Les deux seigneurs de La Bouëxière et des Portes avaient  alternativement droit de faire courir quintaine aux nouveaux mariés de La Fontenelle le dimanche de la Trinité, et le poteau de quintaine devait être décoré de fleurs par le sergent bailliager du fief de la Rivière (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 G, 31). L'assemblée de la Trinité a encore maintenant lieu à La Fontenelle, où l'on montre toujours le champ de la Quintaine. La confrérie du Rosaire fut érigée en l'église de La Fontenelle le 28 novembre 1784 par le P. Mainguy, dominicain de Bonne-Nouvelle. Aujourd'hui il ne reste plus rien de ces vieilles constructions. L'église de La Fontenelle se compose présentement du choeur et des chapelles bâties vers 1840, de la nef édifiée en 1870 et de la tour qui date de 1859. La partie du chevet est en plein cintre, la nef et la tour en ogive. Le pavé est formé en grande partie de pierres tombales, dont plusieurs assez curieuses remontent au XVIème siècle. Dans le cimetière est une croix à double croisillon, comme il s'en trouve beaucoup dans les anciennes paroisses de Dol (Pouillé de Rennes). La nef de l'église est reconstruite de 1847 à 1870 : l'ancienne nef conservait du côté sud les traces d'une baie romane. Le choeur et le transept datent du XVIème siècle. La tour date de 1859. La chapelle sud datait de 1787. La chapelle nord semblait prohibitive aux seigneurs de la Rivière. L'ancien enclos paroissial est détruit en 1948. On y trouve des pierres tombales du XVIème siècle (entre autre celle du recteur André Hubault décédé en 1562). Le retable et le maître-autel datent du XVIIIème siècle : le maître-autel portait en 1782 un écusson aux armes de Malo de Coëtquen et de son épouse Françoise de la Marzelière, seigneurs de Vaublain au milieu du XVIIème siècle. Les seigneurs du Chesnay et du Tréet en Vieuxviel avaient leurs enfeus dans l'église ; 

l'ancienne chapelle Notre-Dame, située jadis à l'est du choeur de l'église, mais isolée de l'église. Le chevet et la fenêtre de cette chapelle furent refaits en 1585 ; d'après un acte de 1782, Notre-Dame était « située à l'Orient du choeur de l'église paroissiale, mais non attenante à cette église » ; on n'y voyait alors aucune armoirie ;

la croix (XVIIIème siècle), vestige de l'ancien cimetière ; 

la croix dite "en l'eau" ou Pont de Couësnon (1663) ; 

la fontaine Saint-Samson, située près du vieux presbytère ;

les maisons (XV-XVIème siècle), situées près de l'enclos paroissial ; 

le manoir des Frambaudières (XVI-XVIIème siècle), situé à Fraimbaudières. Propriété de Perrine de Tourdelain, puis des familles Pépin seigneurs de la Bouyère (en 1513), de Langan seigneurs du Bois-Février (en 1545), le Menant (en 1673), de la Fontaine (en 1778) ; 

la maison (XVI-XVIIème siècle), située à La Dalimeraie ; 

A signaler aussi : 

l'ancien manoir de la Rivière. Il possédait autrefois un droit de quintaine alternative avec les seigneurs des Portes en Bazouges-la-Pèrouse, dans le Champ de la Quintaine. Propriété successive des familles le Sénéchal seigneurs du Rocher (en 1437), Baud de la Boullaye (en 1490 et en 1508), de Québriac seigneurs de la Bouëxière (en 1513). Il est uni ensuite à la seigneurie de la Ballue en Bazouges-la-Pérouse jusqu'en 1789 ;

le manoir du Val, situé route d'Antrain ;

l'ancien manoir de Vaublain ou Vaublen. Il possédait jadis une chapelle privée et une motte. Propriété successive des familles de Vaublain (à Catherine de Vaublain en 1513), du Boisriou (en 1540 et en 1559), de la Houssemaigne (en 1570 et en 1603), de la Marzelière seigneurs de Bonne-Fontaine en Antrain (en 1619 et en 1789) ;

l'ancien manoir du Chesnay, situé route de Bazouges-la-Pérouse. Il dépendait autrefois de la vicomté de la Rouairie en Saint-Ouen-de-la-Rouërie. Propriété successive des familles de Langan seigneurs du Bois-Février (en 1513), Tuffin seigneurs de la Rouairie (vers 1598), Tiron (en 1701), Tuffin des Portes (en 1774 et en 1789) ;

l'ancien manoir de Lourmais ou de l'Ourmais, situé route de Bazouges-la-Pèrouse. Propriété successive des familles de Vaublain ou Vaublen (en 1513), du Boisriou (en 1540), le Clerc (au début du XVIIème siècle), Morel seigneurs de la Martinière (en 1680), Bertin (en 1688), du Fresne (en 1784), puis d'Anne-Thérèse du Fresne veuve de Pierre de la Motte de Lesnage seigneur de Bonne-Fontaine ;

l'ancien manoir de la Villeneuve, situé route de Trans. Il possédait jadis un droit de haute justice ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de LA FONTENELLE

Dans la liste des feudataires (teneurs de fief) des évêchés de Saint-Malo et Dol en 1480, on comptabilise la présence de 2 nobles de La Fontenelle

Pierre DE VAUBLEN de Vaublen (60 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Guillaume DE VAUBLEN :  porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une jusarme ;

© Copyright - Tous droits réservés.