Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue

KERIEN

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Bourbriac  

La commune de Kérien (pucenoire.gif (870 octets) Kerîen-Boulvriag) fait partie du canton de Bourbriac. Kérien dépend de l'arrondissement de Guingamp, du département des Côtes d'Armor (Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de KERIEN

Kérien vient du breton « Ker » (village) et de "Rien" (saint breton). Si l'on s'en rapporte à la tradition, la paroisse de Kerien (ou mieux Ker-Ian) devrait son nom à la petite chapelle Saint-Jean.

Kérien est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Pligeaux. Querrien (Kérien) était une paroisse succursale (ou trève) de Bothoa (aujourd'hui simple village de Saint-Nicolas-du-Pélem). Cette paroisse aurait été fondée entre le début du XIIème et la fin du XIIIème siècle, comme semble le prouver la présence d'une motte féodale nommée Cosquer-Jehan.

Ville de Kérien (Bretagne)

Saint-Norgant (Lanmorgant en 1205) a pour origine un ermitage et rappelle le souvenir d'un saint breton du nom de Morgant. La terre de Lanmorgant est donnée en 1205 à l'abbaye de Quimperlé, par Guillaume Gall. En 1879, une ordonnance épiscopale, non confirmée par le pouvoir civil, érigea Saint-Norgant en paroisse. 

Durant la Révolution, la paroisse de Kérien (ainsi que Saint-Norgant) dépend du doyenné de Bourbriac. Le chef-lieu de la municipalité de Magoar est transféré à Kérien par arrêté de l'administration départementale du 28 janvier 1799. Kérien, devenu chef-lieu de canton, le reste jusqu'à l'arrêté du 27 octobre 1801.

On rencontre les appellations suivantes : par. de Querien en Quintin (en 1407), trefve Querien (en 1535-1536), Querrien (en 1543).

Ville de Kérien (Bretagne) 

Note : la commune de Kerien est formée des villages : De Keréven, Cosquer-Jéhan, Kersaliou, Saint-Norgan, Coatentiec, Magouarou, Roc'h-an-Bley, Guernamanac'h, Roc'h-Glas-Bihan et Roc'h-Glas-Bras, Saint-Jean, la Ville-Neuve, Kerlégan, la Salle-Kerlégan, la Ville-Blanche, Goasily, Folviche, Kerohou, Cosquer-Gentil, Crec'h-Quéné-Bras et Bian, etc...

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de KERIEN

l'église Saint-Pierre (1836-1852). En forme de croix latine, elle comprend une nef, d'abord sans bas côté, avec au nord chapelle des fonts face au porche sud, puis avec bas côtés de deux travées, un transept et un choeur. L'édifice se compose de deux bas-côtés s'arrêtant vers le milieu de la nef. L’édifice actuel a été construit sur plans de M. Théophile Buhot-Launay, ingénieur à Guingamp, par des ouvriers locaux Yves Pierre, maître maçon, et Jacques Simon, charpentier, payés directement par la fabrique. La bénédiction de la première pierre eut lieu le 9 octobre 1836 et celle de l’église en octobre 1838 ; la sacristie porte la date de 1837. Le clocher, plus récent, fut édifié en 1852 ; enfin l’église a été restaurée en 1932 et 1933. De l’ancienne église, l’on a conservé le porche Sud (XVIème siècle) semblable à celui de Maël-Pestivien. " Mobilier : Statues anciennes, très beau crucifix, sainte Vierge (2), Pieta (2), sainte Anne (XVIème), saint Laurent, saint Loup, saint Isidore, saint François d'Assise provenant de Kergrist-al-lan ; statue moderne de saint Corentin ; roue de fortune. Autels modernes de M. Chamaillard, de Rostrenen, avec tableaux des retables de MM. Montfort, père et fils, de Callac " (R. Couffon) ;

Eglise de Kérien (Bretagne)

l'église Saint-Norgant (XIXème siècle). Saint-Norgant est une ancienne trêve de Kerien érigée en succursale en 1879. En forme de croix latine. Au milieu du XIXème siècle, la chapelle ancienne était en ruines et les plus belles pierres servirent à la construction du presbytère de Kerien. Les gens du quartier construisirent en 1868 l'église actuelle et un presbytère et demandèrent en 1874 un desservant qui leur fut accordé en 1879. Les plans de l'église furent dressés par M. Le Guilcher, de Bourbriac ; l'édifice porte sur la longère sud la date de 1868, la sacristie date de 1880. L’église est construite au centre d’un petit camp entouré de trois tranchées séparées l'une de l'autre par un intervalle de cinq mètres environ. " Mobilier : Statues anciennes de Notre-Dame et de saint Yves. Lors de la destruction de l'ancienne chapelle, la statue de Notre-Dame fut transportée dans l'église de Kerrien, puis sous le porche, puis dans l'ossuaire d'où elle émigra dans la loge d'une pauvresse de Saint-Norgant, Marie Mouric, avant de regagner la nouvelle église ; la statue de saint Yves avait été transportée au Danouet, en Bourbriac. Maître-autel moderne (1912) de Elie Le Goff ; vitrail moderne de A. Laigneau représentant saint Yves et le pauvre " (R. Couffon) ;

la chapelle Saint-Jean-de-Pénity (XVIIIème siècle), reconstruite vers 1846. Edifice rectangulaire avec chapelle formant aile au midi, clocher mur. Elle a été diminuée et presqu'entièrement reconstruite en 1846, date inscrite au chevet. Il pourrait s'agir d'une ancienne possession des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Statues ancienne de la sainte Vierge et de saint Jean-Baptiste. Sur la fontaine voisine, inscription : F. F. PAR Mre H. GESTIN 1733 ;

les calvaires de Kerlégan ou Kerlézan (XVIème siècle), de Bogué (XVIème siècle), de Kerligan (XVIème siècle) ;

les croix de Kerlouet (XVIème siècle) et de Langrenn (XVIIème siècle) ;

les maisons de la Salle-Kerligan (XVIIème siècle) et de Crech-Quenez-Bihan (XVIIème siècle) ;

A signaler aussi :

le tumulus de Langrenn (âge de bronze) ;

la stèle du Biniot (âge du fer) ;

la motte féodale de Cosquer-Jehan (XII-XIIIème siècle) ;

le souterrain de Paou (âge du fer) ;

l'allée couverte de Menez Crec’h-an-Arhan (ou Creach-an-Archant) ;

les menhirs du bourg, de Kerligan, de Cosquer-Jehan ;

le pont de Roudour Guezec (moyen âge) ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de KERIEN

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc en 1480 et de Tréguier en 1481, ainsi que dans le dictionnaire des feudataires des évêchés de Dol et Saint-Malo en 1480, on comptabilise la présence d'aucun noble de Kérien.

© Copyright - Tous droits réservés.