Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Hirelois

HIREL

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Cancale  

La commune de Hirel (bzh.gif (80 octets) Hirel) fait partie du canton de Cancale. Hirel dépend de l'arrondissement de Saint-Malo, du département d'Ille-et-Vilaine (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Hirel, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de HIREL

Hirel vient d'un mot breton signifiant "long sillon".

Hirel est cité pour la première fois dans une enquête de 1181 ordonnée par Henri Plantagenêt. Hirel est une paroisse qui dépendait jadis de l'ancien évêché de Dol. 

Il y a lieu de croire, dit M. de la Borderie (Revue de Bretagne et de Vendée, XXIX, 409), que la paroisse de Hirel remonte au moins à la seconde moitié du XIème siècle. Toutefois, jusqu'ici, la plus ancienne mention que nous en ayons pu trouver ne date que de la fin du XIIème siècle et se rencontre dans l'enquête de 1181 pour le recouvrement des biens de l'archevêché de Dol. Cette enquête nous apprend que l'évêque de Dol — qui portait encore alors le titre d'archevêque — possédait les deux tiers de la dîme de la paroisse de Hirel, « due partes decime de Hirel », et que ces deux tiers étaient déposés dans la maison d'un particulier appelé Chaussegrise, « ferebantur ad domum Grise Calige », mais restaient à la disposition du prélat (Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I, 686). On y trouve aussi le nom des deux prêtres qui desservaient en ce temps-là l'église de Hirel : ils s'appelaient Gautier Bodin et Ruellon. Et l'on y voit figurer un chevalier dit Geffroy de Hirel, qui devait être dans cette paroisse le principal vassal de l'évêque de Dol ; car de tout temps et jusqu'en 1789 le territoire de Hirel releva du regaire de Dol. La famille de Hirel ne semble pas avoir eu d'ailleurs ni longue durée ni grand éclat ; on voit cependant figurer en 1196 un Jean de Hirel, chevalier, et vers la fin du XIIème ou le commencement du XIIIème siècle, deux bienfaiteurs de l'abbaye de la Vieuville, appelés l'un Judicaël ou Gicquel de Hirel et l'autre Guillaume de Hirel. Le Cartulaire de la Vieuville nous apprend aussi que Pierre Querloel, partant pour la Terre-Sainte, donna à cette abbaye les deux tiers de la dîme de sa terre des Marais, « terra de Mareis » qu'il tenait de Gilduin, fils de Geffroy de Hirel (Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I, 726, 773 et 784). C'est probablement à cause de ces diverses donations faites à la Vieuville que les moines de ce monastère possédaient encore en 1682 le fief de la Moinerie, en Hirel. Ajoutons aussi que d'après l'enquête de 1181, tous les lais de mer, et en général toutes les grèves de la paroisse de Hirel, « quocumque mare ascendit vel descendit », étaient du domaine de l'évêque de Dol, et que suivant la bulle du pape Boniface VIII (1294-1303), le Chapitre de Dol possédait une terre de 80 acres, avec bâtiments d'exploitation, en Hirel et le Vivier, et une pêcherie en mer sur le rivage de ces deux paroisses (Bulletin archéologique d'Ille-et-Vilaine, II, 215). En fondant dans leur cathédrale la dignité de grand-chantre, les évêques de Dol abandonnèrent à ce dignitaire une partie de leurs droits en Hirel. Dans les siècles derniers, le chantre de Dol levait le tiers des grosses dîmes de cette paroisse et présentait en tout temps à la cure, qui était par suite un bénéfice monoculaire. L'évêque de Dol jouissait de la plus grande partie du reste des dîmes. Quant au recteur de Hirel, il avait en 1790 la jouissance du presbytère avec ses jardins, estimés 160 livres, — de 48 boisseaux de froment fournis par les décimateurs et valant 300 livres, — et des dîmes vertes et d'agneaux, lui rapportant 350 livres. C'était donc un total de 810 livres de rente. Mais il avait en outre sa part dans l'obiterie de son église : elle valait alors 315 livres 3 sols 4 deniers pour les prêtres et 165 livres 5 sols 4 deniers pour la fabrique. Enfin, le même recteur déclara avoir 243 livres 2 sols de charges (Archives du district de Dol et Pouillé de Rennes).

Vildé-la-Marine, petite paroisse citée pour la première fois au XIVème siècle, est une ancienne possession des templiers de La Guerche (on en trouve trace dès le XIIème siècle). Vildé était à la fin du XIIème siècle un simple village de la paroisse de Saint-Benoît-des-Ondes et appartenait alors à l'Abbaye du Mont-Saint-Michel, avant de passer entre les mains de la commanderie du Temple de La Guerche. La paroisse de Vildé-la-Marine, qui dépendait jadis de l'ancien évêché de Dol, demeure indépendante jusqu'en 1793, date de son rattachement à Hirel. Elle retrouvera son indépendance en 1849 suite à la reconstruction de son église en 1846. On la trouve mentionnée sous les appellations suivantes : Villa Dei de Marina, Vildeu, Villedé, Villdhue, la Ville de la Marine

Son église est dédiée à Saint-Jacques. En 1792, le recteur de Vildé-la-Marine ayant refusé de prêter serment et ayant émigré, les objets du culte et les ornements d'église sont confisqués à Dol, l'église mise sous séquestre et la paroisse, comme celle du Vivier et pour la même raison, rattachée à la paroisse d'Hirel, où exerce un curé assermenté.

Vildé-la-Marine est érigée en commune en 1789, puis rattachée à Hirel le 7 mai 1794 (par un décret, daté du 18 floréal an II, du citoyen Le Carpentier, délégué par la Convention pour les territoires de l'Ouest). Depuis lors Vildé-la-Marine n'a de cesse de réclamer son autonomie et Hirel de s'y opposer : demandes en 1851, en 1882 et en 1906. Vildé-la-Marine est érigée en paroisse succursale le 9 mai 1849.

On rencontre les appellations suivantes : Hirel (en 1181), Hirellum (en 1516). 

Note 1 : Liste non exhaustive des maires de la commune de Hirel (incluant Vildé-la-Marine) : Viot-Leclerc (1791 à 1793), François Barrot (1793 à 1796), Pierre Turmel (1798-1806), Malo Trigory (1806 à 1814), Mathurin Sorre (1814 à 1819), Joseph Sorre (1819 à 1821), Jean Nantel (1821 à 1823), Jean Lemercier (1823 à 1830), Guillaume Dupuis (1830 à 1848), Malo Tézé (1848 à 1876), Jean Marie Pinson (1876 à 1891), François Le Charpentier (1891 à 1905), François Richard (1905 à 1907), Jean Richard (1907 à 1909), Honoré Richard (1909 à 1910), Julien Maubon (1910 à 1929), Auguste Leclerc (1929 à 1945), Aristide Morin (1945 à 1946), ....

Note 2 : liste non exhaustive des recteurs de la paroisse d'Hirel : Gautier Bodin et Ruellan ("Gauterus Bodin et Ruello presbyteri de Hirel" ; en 1181), Michel Le Noir (en 1501), Laurent Gorteau (en 1546), Julien Denys (prêtre de Saint-Malo, il résigna en faveur du suivant), François de Revol (prêtre de Vienne et neveu de l'évêque de Dol, pourvu le 6 septembre 1640, il prit possession le 29), N... Le Corvaisier (en 1656), N... Chauvel (en 1671), N... Boivy (1681), Grégoire Pommeret (de 1700 à 1713 ; il résigna le 29 août 1713 en faveur du suivant), Guy Brébel (de 1713 à 1718 ; prêtre de Dol, chapelain de la Bellière, en Pleudihen, pourvu en cour de Rome, il prît possession le 26 décembre 1713 ; il permuta avec le suivant), Thomas Le Moyne (de 1718 à 1721 ; précédemment recteur de Tressé, il fut pourvu le 21 janvier 1718 et prit possession le 5 février ; décédé en 1721), Jean Dubois (de 1721 à 1731 ; prêtre de Quimper, présenté par le chantre de Dol, refusé par l'évêque, il fut pourvu par l'archevêque de Tours le 13 août 1721 et prit possession le 20. L'évêque nomma vainement recteur Guillaume Thas, prêtre de Tréguier, qui prit possession le 13 octobre 1721, malgré Jean Dubois ; ce dernier demeura maître du bénéfice ; décédé en 1731), Louis-François Reingnet ou Reinguet (de 1731 à 1761 ; prêtre de Dol, présenté par le grand-chantre, il fut pourvu par l'évêque le 20 juin 1731 et prit possession le lendemain ; décédé en 1761), Michel-Jean Richard (de 1761 à 1782 ; prêtre de Dol, il fut pourvu le 8 octobre 1761 ; décédé en 1782), Joseph-Marie-Gilles Desmot (de 1782 à la Révolution ; présenté comme le précédent par le grand-chantre, il fut pourvu le 24 mai 1782 et prit possession le 11 juin ; il gouverna jusqu'à la Révolution, fut exilé, puis revint à Hirel et fut réinstallé en 1803 ; décédé âgé de 76 ans, le 19 février 1826), Jean Delorme (de 1826 à 1863 ; décédé en 1863), Victor Horvais (de 1864 à 1876 ; décédé en 1876), Olivier Hervot (à partir de 1876), ..... 

Liste non exhaustive des recteurs de l'ancienne commune de Vildé-la-Marine (rattachée à la commune de Hirel) : Henry Davy (vers 1550), Jean Alman (1599 à 1611), Jean Lallemand ou Alman (vers 1629), Etienne Joucquan (1638 à 1652), Jean Girrard (1677 à 1683), Gilles Le Camus (1700 à 1717), Jean Le Nepveu (1717 à 1721), Pierre Thezé (1729 à 1755), Claude Marie Plainfossé (1755 à 1786), Guillaume Josseaume (1788 à 1792), François Sollier (durant la Révolution), François Asséré, curé (en 1792), Augustin Durand (1849 à 1852), Aimé Dinard (à partir de 1853), …

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de HIREL

l'église Saint-Louis (1846), édifiée par les habitants de Vildé la Marine à l'emplacement de l'ancienne église dédiée à Saint-Jacques et détruite en 1793. Il ne reste plus rien de l'ancienne église de Hirel, dans laquelle au siècle dernier le marquis de Châteauneuf prétendait avoir la supériorité et les prééminences, y ayant ses écussons et sa litre ; quant au privilège de seigneur fondateur, il était à cette époque disputé par les seigneurs de Landal et de la Villemarie (Terrier ms. de Châteauneuf - La Villemarie était un manoir situé en Hirel et appartenant en 1513 à Eustache de Vauclère). La première pierre est posée le 8 septembre 1846. L'église est terminée et consacrée le 24 juin 1850, et dédiée à St Louis, roi de France. La tour et la flèche sont ajoutées en 1865 ;

l'église Notre-Dame-de-la-Visitation (1855). L'ancienne église était jadis entourée d'une litre aux armes des seigneurs de Châteauneuf. On y conserve une statue de saint Lunaire provenant de la chapelle de ce nom ;

l'ancienne Chapelle Saint-Lunaire, située jadis route de Saint-Benoît-des-Ondes et aujourd'hui disparue. Saint-Lunaire se trouvait près de la grève ; son chapelain jouissait d'un dîmereau valant 30 livres de rente en 1790. Cette chapelle n'existe plus, mais la statue de son saint patron a été transférée à l'église, et l'on continue de venir en pèlerinage à ses pieds pour obtenir la guérison des maux d'yeux (Pouillé de Rennes) ;

7 moulins dont les moulins à eau de la Chèvre (XVIIIème siècle), de la Pintonnière, de la Ville-ès-Brunes, de St Lunaire, du Châtellier, Fantou, de la Petite-Pâture ;

A signaler aussi :

l'ancienne Maison des Alleux, située route de Roz-Landrieux ;

l'ancien manoir de la Ville-Marief, situé route de Roz-Landrieux. Propriété de la famille de Vauclerc en 1513, puis de la famille Toullier en 1678 ;

l'ancien manoir du Planitre ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de HIREL

Dans la liste des feudataires (teneurs de fief) des évêchés de Saint-Malo et Dol en 1480, on comptabilise la présence de 2 nobles de Hirel

le fils Guyon DE VAUCLER (35 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Robin DE LA BOUEXIERE de Quemer, remplacé par Jacquet : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une jusarme ;

Dans la liste des feudataires (teneurs de fief) des évêchés de Saint-Malo et Dol en 1480, on comptabilise la présence de 3 nobles de Vildé-la-Marine :

Macé FLOUVILLE : défaillant ;

les héritiers de Thomas LAUDRY : défaillants ;

Pierre VEILLET : défaillant ;

Lors d'une réformation de l'évêché de Dol en 1513 (rapport fait par Jehan Garnier, Robin Fournel et Etienne Breteau), sont mentionnées à Hirel les personnes et maisons nobles suivantes :

Perceval Le Gallays, frère de Jehan Le Gallays, noble de sa personne, possède heritages qui furent en roture ;

Les héritiers de feu Jean Allart, sieur de la Lardière, possèdent certains heritages et lesquels on ne scait s'ils sont nobles ou roturiers ;

Gilette de la Bouexière, sieur de ... ;

Eustache de Vauclerc, sieur de la Ville-Marie ;

François de la Barre, sieur de la Bruère ;

Jean du Han, sieur des Tourailles ;

Christophe Le Bigot, sieur de la Motte.

Lors d'une réformation de l'évêché de Dol en 1513, est mentionné à Vildé-Marine le noble suivant :

Amaure Mauvoisin, noble homme, a acquis héritages en roture.

© Copyright - Tous droits réservés.