Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Gestellois

GESTEL

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Pont-Scorff  

La commune de Gestel (bzh.gif (80 octets) Yestael) fait partie du canton de Pont-Scorff. Gestel dépend de l'arrondissement de Lorient, du département du Morbihan (Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de GESTEL

Gestel vient du breton « Guestel » ou « Guerved » (gîte des cerfs).

Gestel appartenait primitivement à Quéven. A noter que les paroisses de Quéven (Quetguen en 1387) et de Bihoué (Bevoy en 1387) faisaient autrefois partie de la paroisse primitive de Ploemeur.

Au Moyen Age, un monastère situé au lieu-dit Moustoiric est une dépendance de l'abbaye de Saint-Maurice de Carnoët. En 1387, Gestel s'unit à Bévoy (Bihoué) pour former une paroisse unique. A noter que la paroisse de Gestel aurait été unie à celle de Lesbin dans le courant du XVème siècle.

Au XVIIème siècle, Gestel dépend toujours de l'ancienne paroisse de Lesbin à Pont-Scorff et ce jusqu'à la Révolution. Gestel est érigé en commune en 1790 et en paroisse le 26 janvier 1820.

On trouve les appellations suivantes : Jestel (en 1387), Estel (en 1440) et Iestell ou Yestell.

Note : Gestel est un petit territoire, resserré entre Lesbin-Pontscorff, Quéven et Guidel. En jetant les yeux sur la carte, on est porté à croire que c'est un démembrement de Quéven, opéré au moyen âge. Son nom se trouve écrit Jestel en 1387, et Yestel en 1416. Sa superficie est de 614 hectares, généralement bien cultivés et fertiles. En 1891, sa population est de 466 habitants. Le bourg, desservi par une grande route et par une station du chemin de fer, est à 5 kilomètres de Pontscorff et à 9 de Lorient. Aucun vestige celtique ou romain n'a été encore signalé sur ce territoire. Le village du Moustoiric conserve dans son nom le souvenir d'un établissement monastique, détruit peut-être par les Normands. A quelle époque remonte l'érection de Gestel en paroisse? — On l'ignore. En 1387 on trouve Jestel et Bévoy, unis pour former une paroisse, et payant ensemble un cens annuel de 7 sols au chapitre. Bévoy ou Béhoué était une section de Quéven, et tout fait présumer que Gestel l'était également à l'origine. En 1422, la situation était la même, et on trouve Gestel et Bévoy toujours unis, dans la liste des censaux. Mais dans le courant de ce siècle intervint une grave modification : Gestel fut uni à Lesbin-Pontscorff, et Bévoy à Quéven. Aussi la liste des censaux de 1523 mentionne-t-elle ensemble Lesbin et Estel (sic) ; et cette nouvelle situation a duré jusqu'à la Révolution française (Joseph-Marie Le Mené - 1891).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de GESTEL

l'église Notre-Dame-des-Fleurs (1896), reconstruite en 1945. Elle abrite une statue en bois polychrome de Notre-Dame des Fleurs (XVIIème siècle) et une bannière en soie brodée, datée du XIXème siècle ;

Nota : L'ancienne église paroissiale de Gestel, construite en forme de croix latine, avec une petite tour en pierre, était sans intérêt archéologique. Elle est dédiée à Notre-Dame des Fleurs. Les seigneurs du Lain y possédaient une chapelle prohibitive qui fut reconstruite en 1773. A Kergornet, sur la route de Lesbin-Pontscorff, s'élève une chapelle, dédiée à Notre-Dame, et visitée par de nombreuses nourrices. Elle est en forme de croix latine et en belles pierres de taille. Le porche est au nord, contrairement à l'usage général. Les fenêtres sont ogivales, avec meneaux en trilobes et flammes ; celle du fond du choeur est en partie bouchée ; celle du transept du nord conserve les armes de Henri du Vergier et de Jean Bizien de Kermorvan. Sur une sablière du nord du choeur, on lit encore : En l'an mil. CCCC. LXIIII. fut fait ce bois. La nef a été reconstruite en 1649 par les soins de M. du Lain ; le clocher, qui la surmonte à l'ouest, est également moderne. Près de la chapelle, on remarque trois lechs : l'un arrondi, a été creusé à son sommet, pour servir de bénitier, l'autre porte une croix pattée, gravée en creux, le dernier est employé dans la base d'un mur voisin. Ils prouvent que dans ce lieu on a enterré des chrétiens de très bonne heure. Le recteur de Lesbin-Gestel, résidant habituellement à Lesbin, faisait desservir Gestel par un curé, qu'il choisissait et qu'il payait lui-même. Il se dédommageait en percevant la dîme sur toute l'étendue du bénéfice. En 1790, Gestel, réduit en apparence au rang de trève, fut érigé en commune séparée, et rattaché au canton de Pontscorff, et au district d'Hennebont. Précédemment, il faisait partie du doyenné de Kemenet-Héboé et de la sénéchaussée d'Hennebont. En 1791, son curé eut la faiblesse de prêter serment à la constitution civile du clergé. Bientôt on vendit nationalement une maison et huit parcelles de terre, dépendant de la chapellenie de Kergornet, une maison avec jardin et courtil, appartenant à la fabrique de Gestel, et une tenue située à Locuon et appartenant aux Dominicains de Quimperlé. En 1802, Gestel recouvra son titre de paroisse dans le nouveau diocèse de Vannes. Privé de cet avantage en 1808, il le vit rétabli par une ordonnance du 26 janvier 1820. Dernièrement on a bâti une chapelle à sainte Flamine (Joseph-Marie Le Mené - 1891).

Voir aussi   Ville de Gestel (Bretagne) "L'histoire de la paroisse de Gestel et ses recteurs"

la chapelle Sainte-Flamine (XIXème siècle), reconstruite au XXème siècle près d'une ancienne fontaine. La chapelle abrite une statue de sainte Flamine qui date du XIXème siècle. La bannière, en soie brodée et représentant sainte Flamine, date du XIXème siècle ;

la chapelle Notre-Dame-de-Kergornet ou Sainte-Anne (XVème siècle), édifiée au village de Kergornet par les seigneurs du Vergier et de Bizien. Une sablière du choeur porte l'inscription : "En l'an mil CCCC XLIII, fut fait ce bois". L'édifice est en forme de croix latine. Il possède deux bas-reliefs représentant des animaux. La nef, qui a un porche au Nord, a été agrandie en 1649, et le clocher carré à l'Ouest, de style Renaissance, a été construit en 1786. Le porche Nord, carré, voûté d'ogives, s'ouvre sur la nef par une porte, dont les voussures en tiers-point s'encadrent sous une accolade décorée, accostée de pinacles et surmontée de culs-de-lampe, curieusement sculptés, supportant de vieilles statues de bois. Les fenêtres en tiers-point à réseau flamboyant du chevet plat et du croisillon Nord gardent encore quelques fragments de vitraux armoriés du XVIème siècle. La fenêtre du transept Nord conserve les armes des seigneurs du Vergier et de Bizien. La chapelle était jadis couverte d'une charpente lambrissée à sablières et entraits sculptés. Au choeur était une piscine flamboyante. Le clocheton et la nef sont restaurés au XXème siècle. Elle abrite plusieurs statues en bois polychrome, dont celle de la Vierge à l'Enfant (XVIIème siècle) et celle de Sainte-Anne (XVIIème siècle) ;

le château du Lain (ou Lein ou Lin). Siège de la seigneurie du Lain ou du Lein, propriété successive des familles Le Lain, Lantivy, Guyardet (vers 1600), Monistrol (au XVIIIème siècle). On y trouvait autrefois une chapelle privée bénite le 25 septembre 1773. Le château est aujourd'hui en ruine ;

le château du Verger (ou Vergier). Siège d'une seigneurie et propriété successive de Henry du Verger (en 1281), de Pierre du Verger (en 1396), de Silvestre du Verger (en 1448), de Louis du Leslay (en 1536), puis de la famille Le Prestre de Lezonnet (jusqu'à la Révolution);

l'ancien château de Kerguestenen, détruit en 1944 du fait de la guerre ;

la fontaine (1649) de la chapelle Notre-Dame de Kergornet ;

la fontaine (XIXème siècle) de la chapelle Sainte-Flamine ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de GESTEL

Les seigneuries de Gestel étaient :

1.   Le Lain, à l'est du bourg, aux Guyardet, Le Lain et Monistrol ;

2.  Penfrat, au sud-ouest, aux Plessis ;

3.  Le Vergier, au nord, à la famille de ce nom, puis Le Prestre de Châteaugiron.

 

En 1440, on mentionne deux nobles dans la trève de Gestel (Estel) : Silvestre du Vergier et Henry Le Leslé.

 

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464 et du 4 septembre 1481, on comptabilise la présence d'aucun noble de Gestel. La paroisse de Gestel dépendait autrefois de la paroisse de Pont-Scorff.

© Copyright - Tous droits réservés.