Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Coatascornais

COATASCORN

  Retour page d'accueil         Retour Canton de La Roche-Derrien  

La commune de Coatascorn (pucenoire.gif (870 octets) Koadaskorn) fait partie du canton de La Roche-Derrien. Coatascorn dépend de l'arrondissement de Lannion, du département des Côtes d'Armor (Trégor - Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de COATASCORN

Coatascorn signifie littéralement de "koat" (bois) et "askorn" (os), lié certainement à la présence d'ossements ou d'un ancien ossuaire. 

Coatascorn est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Guénézan, aujourd'hui absorbée par Bégard. L’église de Coatascorn (Coetascorn) est citée vers 1330. On rencontre ce nom à partir de 1505 (Archives des Côtes d'Armor). Coatascorn (Quoitascorn) était une paroisse dès 1429 (Archives de Loire-Atlantique, B2981).

L'ancienne paroisse de Coatascorn dépendait de l'évêché de Tréguier, de la subdélégation et du ressort de Lannion. La cure était à l'alternative. Durant la Révolution, la paroisse de Coatascorn dépendait du doyenné de la Roche-Derrien. Lors des nominations aux succursales en 1803, à Coatascorn, l'évêque désigne d'abord Charles Roverc'h, 30 ans et le maintient malgré les désirs du préfet qui eût voulu y voir conserver « Olivier Jacquin, 48 ans, ci-devant curé constitutionnel, et qui remplit depuis 7 ans les fonctions pastorales à la satisfaction générale et pour lequel il n'aperçoit aucun motif raisonnable de le remplacer ». Le motif de l'exclure, répond Mgr. Caffarelli, n'est autre que son inconduite, aussi ne peut-il accorder sa confiance à ce prêtre qu'il persiste à exclure. La rive droite du Jaudy est cédée à Brélidy le 11 juin 1847.

On rencontre les appellations suivantes : Coetascorn (vers 1330), Coatascorn (à la fin du XIVème siècle), Quoitascorn (en 1429), Coetscorn (en 1439), Coatascorn (en 1505).

Note 1 : la commune de Coatascorn est formée des villages : Convent-ar-Hars, Kernevez-Bras, Kernevez-Bihan, Goas-Rivel, Traou-Josse, Kerthomas, Rubleizic-Kergrenn, Garmel ou Garnel, Kernescop, Rue-Bois, Arzeuren, Kermadec, Kervenio, le Prado, Crebestic, Kergolo, Kerigel, Mezomeur, Kergoulec, Balthazard, Kerguiniou, Pen-an-Guer, Pen-an-Pavé, Coat-Briand, Pen-an-Crec'h, Kerjean, Kermorgar, Kerhalic.

Note 2 : Liste non exhaustive des recteurs de COATASCORN : François Mattorec, jusqu’en 1694. - Olivier Savidan (1694-1699). - Maudet Gouriou (1699-1719). - François-Ignace Legendre, jusqu’en 1719. - Pierre Cavan (1719-1733). - Guillaume le Pape (1733-1738). - Jean-Pierre Lamiré (1738-1776), du diocèse de Léon. - Pierre Jégou (1776-1790), curé de Plouaret, etc ...

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de COATASCORN

l'église Saint-Maudez (XVème siècle - 1777 - 1860 - 1886), reconstruite en 1885 sur les fondations d'une église du XVème siècle. Saint-Maudez, soeur de sainte Juvelte, est le dixième enfant d'un roi d'Irlande (Hybernie) nommé Erelé (ou Eréhée) et de Gentuse, son épouse (VIème siècle). L'édifice possède une nef avec chevet mais n'a pas de transept. Le porche date du XVème siècle. Le clocher-mur, réédifié en 1860, date de 1717. On y trouve une bannière, en broderie de soie, qui date du XVème siècle. " Elle comprend une nef avec bas côtés de six travées précédée d’un clocher-mur. Celui-ci, refait en 1717, en réemployant l’ancien porche du XVème siècle, fut réédifié en 1860 avec les matériaux et sur le plan ancien. Le reste de l’édifice fut reconstruit plus tard par M. Morvan du Vieux-Marché, sur plans de M. Le Guerrannic. Les travaux commencèrent à la fin de juillet 1885 et la première pierre bénite le 5 octobre suivant ; ils furent terminés le 7 mars 1886 et la bénédiction solennelle en eut lieu le dimanche de Pâques, 25 avril 1886. Mobilier : Statues anciennes : crucifix, saint Maudez, sainte Anne, sain Joachim, saint Yves, saint Bernard. Bannière du XVIIème siècle représentant d’un côté saint Maudez et de l’autre la Crucifixion " (R. Couffon) ;

la chapelle Saint-Emilion. Edifice de plan rectangulaire reconstruit de mai à août 1868 par un maçon de la paroisse, Yves Belleguic, et ses compagnons. La pierre vient de la carrière de Garlen. Les menuiseries furent exécutées par Louis Le Huero, de Landébaëron. Elle fut bénite le 29 août 1868 et porte la date de 1868 et l’inscription : H. H. LE CHAUX RECTEUR. LE CALVEZ prêtre. DERRIEN prêtre. Mobilier : Statues anciennes de saint Emilion et saint Maudez (R. Couffon) ;

l'ancienne chapelle Sainte-Anne du Parc Coz, aujourd'hui détruite ;

une croix située près de Kerlast (XVIIème siècle) ;

la croix de Kernevez (XVIIème siècle) ;

la croix de Harz (XVIIème siècle) ;

le calvaire de Garnel (1879), oeuvre de l'atelier Hernot. Ce calvaire est érigé le 8 juillet 1879. A noter que le terme Garnel vient du breton "Karnel" (signifiant ossuaire ou charnier) ;

la fontaine située rue des deux-fontaines (XIXème siècle) ;

l'ancien manoir de Kerguiniou, propriété de Raoul de Kerguiniou, ancien cordelier du couvent de Guingamp ;

3 moulins dont les moulins à eau de Kerizel, de Kermorgant (Brelantec ?).

A signaler aussi :

l'ancien château de Rubleizic, en ruine en 1712. Propriété de Jean d'Acigné en 1540 ;

la découverte d'une motte ou d'un tumulus ;

la découverte en 1879 de vestiges gallo-romains ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de COATASCORN

La seigneurie de Parisy, possédait jadis un droit de moyenne et basse justice et s'étendait à Coatascorn, Brélidy et Prat. Propriété de Christophe du Fou avant 1547, puis de Christophe Le Goagueller et Jean de Launay (à partir de 1547). Cette seigneurie passe ensuite entre les mains des familles de Kermel, Halegoët (en 1647), du Cambour (avant 1714), Crozat (en 1714). Elle est ensuite annexée par Antoine Crozat (baron de Thiers) à celle de Chef-du-Pont.

La seigneurie de Rubleizic possédait jadis un droit de moyenne et basse justice (en 1719) puis de haute justice (en 1770) et s'étendait à Trézélan et Brélidy. Propriété de Jean d'Acigné en 1540 (fils de Jean et d'Anne de Montjean). Cette terre est à partir de 1583 entre les mains des mêmes propriétaires que ceux de la seigneurie du Chef-du-Pont. La seigneurie de Chef-du-Pont possédait jadis un droit de haute, moyenne et basse justice et était la propriété au début du XVème siècle du vicomte de Tonquédec. Cette seigneurie passe ensuite entre les mains des familles d'Acigné (vers 1544), Le Carme ou Le Kerme (vers 1567), Crésolles (suite au mariage d'Anne Le Kerme avec Gilles de Crésolles), Cleuz (vers 1611, suite au mariage de Jeanne de Crésolles avec Guy de Cleuz), du Halegoët (en 1623), du Cambout (en 1698, suite au mariage de Madeleine du Halegoët avec Armand du Cambout) et de Crozat (en 1714).

En 1710, dans un " Rolle de répartition de la somme de treize mil sept cent trente livres qui doit estre imposée sur touttes les seigneuries et fiefs ecclésiastique et laïques de l'évesché de Tréguier " (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, C 3479), on trouve mentionnée à Coatascorn la seigneurie de Parisy au sieur de Quermoizan Kerimel (30 livres).

Lors de la Réformation des fouages de 1426, aucun noble n'est mentionné à Coatascorn, mais les manoirs suivants sont cités à Coatascorn (Quoetascorn) : Ker Last (appartenant à Huon Hengoet, exploité par Yvon le Bechec), Ker Quynyou (appartenant à Olivier Arrel, exploité par Guillaume Morvanec). On y mentionne aussi plusieurs lieux-dits : Ker Ylis, Ker Ysel, Ker Hezrou, Quoet Brient.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc en 1480 et de Tréguier en 1481, on ne comptabilise la présence d'aucun noble de Coatascorn.

© Copyright - Tous droits réservés.