Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Chéziens

LA CHEZE

  Retour page d'accueil        Retour Canton de La Chèze  

La commune de La Chèze (pucenoire.gif (870 octets) Kez) est chef lieu de canton. La Chèze dépend de l'arrondissement de Saint-Brieuc, du département des Côtes d'Armor (Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de LA CHEZE

La Chèze vient, semble-t-il, du latin « casa » (maison, forteresse).

La Chèze est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plumieux.La Chese est mentionné dès 1239 et relève du doyenné de Penthièvre, mais appartient au comté de Porhoët. On trouve la forme la Cheze dès 1241 (cartulaire de la seigneurie de Fougères).

Ville de la Chèze (Bretagne).

La ville s’est développée autour du château de la Chèze (fortericia de la Cheze et villa de la Cheze), édifié par Eudon II, le vicomte de Porhoët de 1142 à 1180 (fondateur de l'abbaye de Lanthenac ou Lantenac, en 1149).Au XIIème siècle, Eudon II, comte de Porhoët, vicomte de Rennes, épouse en premières noces Berthe de Bretagne, fille du duc Conan III, veuve d'Alain Le Noir, comte de Richemont, et donne à ses deux filles cadettes le château et châtellenie de La Chèze et de La Trinité, avec la forêt de Loudéac. Ce démembrement du comté de Porhoët, après avoir appartenu aux seigneurs de la Marche et à Philippe le Bel, est réuni par acquêt du connétable Olivier de Clisson et porté par le mariage de la fille aînée de celui-ci dans la maison de Rohan. Siège d'une châtellenie s'étendant sur 21 paroisses ou trèves, La Chèze échoit en 1239, avec La Trinité et la forêt de Loudéac, à Aliénor de Porhoët, fille d'Eudon III et femme d'Alain V, vicomte de Rohan qu'elle a épousé en 1228 (Mor., Pr. I, 1010), puis à son fils et plus tard entre les mains des vicomtes de Rohan. En 1267, Aliénor exempte de la taille les habitants du bourg de La Chèze. La seigneurie est annexée au duché de Rohan en 1603.

La Chèze (La Chesse) a le titre de paroisse dès 1427 (archives de Loire Atlantique, B2978). Cette paroisse appartient au diocèse de Saint-Brieuc et avait jadis pour succursale, la Ferrière. Durant la Révolution, la paroisse de La Chèze dépendait du doyenné de Plémet. La ville de la Chèze élit sa première municipalité au début de 1790.

L'ancienne paroisse de La Chèze avait pour subdélégation Josselin et pour ressort le siège royal de Ploërmel. Son bourg était le lieu d'exercice de la juridiction de son nom, de celles d'Estner, de Glécour (ou Glécouet), de Lantenac ou Lanthenac (l'abbaye est maintenant dans la commune de La Ferrière) et de Timadeuc. Le duc de Rohan était seigneur de la châtellenie de La Chèze.

On rencontre les appellations suivantes : La Chese (1239), forteritia et villa de la Cheze (en 1241), Chesia (en 1250), La Cheise (1302), eccl. de Chesia (vers 1330), La Cheze (en 1424).

Ville de la Chèze (Bretagne).

Note 1 : A la fin de 1487, le prince d'Orange, commandant l'armée ducale, assiège le château de La Chèze, appartenant au vicomte de Rohan, mais doit se retirer avant le 27 décembre sans prendre la ville. En mars 1488, l'armée ducale, commandée par le maréchal de Rieux, met de nouveau le siège devant La Chèze. Le Vicomte de Rohan remet alors la place au duc de Bretagne par traité du 26 mars 1488. En janvier 1490, le maréchal de Rieux, en révolte contre la duchesse Anne de Bretagne, fait investir la Chèze par Odet d'Aydie, sire de Lescun. En avril 1603, la vicomté de Rohan est érigée en duché et pairie de France en faveur de Henry de Rohan. La châtellenie de la Chèze en forme un des membres. En novembre 1628, à la suite de la confiscation du duché de Rohan par le Roi, la garnison de la Chèze rend le château. Henri de Rohan rentre en grâces en août 1629 et recouvre ses biens. Le 13 avril 1638, le duché de Rohan, dont la châtellenie de la Chèze est un des membres, s'éteint par la mort du duc. Par lettres patentes données à Paris en décembre 1648, le duché de Rohan et pairie de France comprenant le membre de la Chèze est à nouveau érigé en faveur de Henry Chabot, gendre du dernier duc. Ce second duché de Rohan subsiste jusqu'à la Révolution.

Note 2 : la commune de La Chèze est formée des villages : Bellevue, le Presbytère, Septfaut, Lagrange, etc...

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de LA CHEZE

l'église Saint-André (XVème siècle - 1707 - 1806). Il s'agit de l'ancienne chapelle Notre-Dame de la Croix, qui date du XIème siècle. Cette chapelle est restaurée en 1707 par Louis Grignon de Montfort qui y établit une confrérie de la Croix. Elle remplace ensuite vers 1806 l'ancienne église paroissiale de la Madeleine, mentionnée dès 1424 et détruite durant la Révolution. Le bénitier en granit date du XVème siècle et porte les armes des familles de Clisson, de Rohan et de Navarre (il s'agit semble-t-il des fonts baptismaux de l'ancienne chapelle du château, propriété des ducs de Rohan). La chaire date du XVIIIème siècle. Le tableau intitulé " La Vierge Protectrice " date du XVIIIème siècle. L'aigle-lutrin date du XVIIIème siècle et provient de l'abbaye de Lanthénac (fondée en 1149 par Eudon II, comte de Porhoët et vicomte de Rennes). L'église abrite une Pietà (encore appelée Notre-Dame de la Croix ou Notre-Dame de la Pitié), en bois polychrome et qui date du XVIIème siècle. " Edifice lambrissé en forme de croix latine. C’était jadis une simple chapelle sous le vocable de Notre-Dame de la Croix ou Notre-Dame de Pitié. L’ancienne église paroissiale, sous le vocable de la Madeleine, ayant été démolie en 1806, le culte fut transféré à Notre-Dame de la Croix. L’édifice actuel remonte dans ses parties les plus anciennes au XVème siècle, époque dont datent les remarquables grandes arcades du carré du transept. Il a été agrandi et remanié en 1710, puis restauré en 1860, et enfin, en 1937 et 1938, sur les plans de M. A. Lebreton, architecte. Dans cette dernière campagne, l’on a refait le pignon ouest et les parties hautes du choeur. Mobilier : Bénitier en pierre du XVème siècle, aux armes de Rohan Clisson et mi parti au 1° coupé Navarre et France avec lambel, au 2° Rohan. Pieta ancienne en bois donnée par le Bienheureux Grignon de Montfort. Chaire, autels, tribune exécutés par un ouvrier du pays nommé Mogno (1876-1878) " (R. Couffon) ;

Eglise de la Chèze (Bretagne).

l'ancienne chapelle Saint-Michel, détruite en 1792-1793 ;

l'ancienne chapelle Saint-André, en ruines en 1808, les matériaux en furent vendus sur la place du bourg le 8 juin de cette dernière année ;

le château ou manoir de la Grange (1610 ou 1670), situé rue de la Grange. Il s'agit d'un ancien rendez-vous de chasse de la famille de Rohan ;

le vieux château en ruines (appelé fortericia en 1241). Il s'agit d'une forteresse en 1429 (lettres de Jean V, n° 1850). Sa façade principale était tournée vers le Sud. Elle était flanquée de neuf tours massives et entourée de douves profondes. La tour du vieux château (XII-XIIIème siècle) subsiste. Le château est d'abord occupé par Aliénor de Porhoët, dame de La Chèze, puis devient la résidence d'Olivier de Clisson, seigneur de La Chèze. Il passe ensuite entre les mains de la famille de Rohan suite au mariage de Béatrix de Clisson, comtesse de Porhoët, avec Alain VIII, vicomte de Rohan et de Léon, mort en 1429. Jean Ier de Rohan y habite entre 1352 et 1396. Il est assiégé par les troupes anglaises en 1362 ou 1363 : le siège des Anglais est levé grâce à l'intervention de Geoffroi de Pluméliau et de quelques chevaliers. Le 9 août 1379, le vicomte Jean Ier ratifie au château le testament de son épouse Jeanne de Navarre. En 1381, la garnison de la Chèze bat la campagne et tue un grand nombre de soldats anglais. En février 1396, Jean Ier de Rohan décède. Son fils Alain VIII lui succède et doit payer 3000 livres au duc de Bretagne pour le rachat de la vicomté et de La Chèze. Alain VIII de Rohan fait exécuter divers travaux d'aménagement au château entre le 12 janvier et le 6 avril 1421. Quelques années plus tard, Alain VIII rédige son testament à La Chèze où il meurt le 25 juillet 1429. Marié en premières noces à Marguerite de Bretagne (fille du duc Jean IV), Alain IX devient veuf en 1428. Il épouse en 1450 Marie de Lorraine. De cette union naît le futur Jean II au château de La Chèze, le 6 novembre 1452. Le 10 février 1454, un traité de mariage est établi au château en vue d'union du futur Jean II qui n'a que deux ans, avec Marie de Bretagne, fille du duc François Ier. Puis Alain IX étant à nouveau veuf, épouse en 1454 Peronnelle de Maillé. Malade, Alain IX rédige son testament au château de La Chèze le 22 février 1462. Le 8 mars 1462, le mariage de Jean II, vicomte de Rohan, avec Marie de Bretagne, fille du duc François Ier, est célébré dans la chapelle du château de La Chèze par Jean Prigent, évêque de Saint-Brieuc, en présence du duc François II et du vicomte de la Bellière. Le troisième fils de Jean II, Georges, naît au château en avril 1479 et meurt en 1502, avant son père. Le château est pris et occupé en mars 1488 par les troupes mercenaires allemandes du duc François II, commandées par le prince d'Orange. En janvier 1490, c'est au tour du maréchal de Rieux de faire investir La Chèze par Lescun. En 1591, le capitaine du château, François de Coetlogon, seigneur de La Motte-au-Vicomte, meurt. Il est remplacé dans ses fonctions par le seigneur de Querherio, qui est encore en place en 1597, avec titre de "gouverneur". Le château est démantelé en 1629 sur ordre de Richelieu. Une partie des pierres du château est vendue le 25 août 1743 et sert à l'édification de la nouvelle église de Loudéac. En 1779, le duc de Rohan est toujours seigneur de la châtellenie de La Chèze, qui dépend du siège royal de Ploërmel, mais le château est ruiné.. Le domaine de La Chèze est vendu le 25 août 1802 par le duc de Rohan à Louis Henri Janzé. Puis, le 22 novembre 1814, Janzé le revend au duc Louis Auguste de Rohan Chabot. En 1836, il subsistait encore du château "un édifice flanqué de neuf tours dont cinq étaient encore apparentes" ;

Ville de la Chèze (Bretagne) : les ruines du château.

 

Ville de la Chèze (Bretagne) : les ruines du château.

le manoir de Bellevue (XVIIIème siècle) ;

la maison (XVIème siècle), située rue de Rohan ;

la maison (XVIIème siècle), située au n°10, rue de la Madeleine. Elle est encore appelée maison Beaubois. Il s'agit d'une ancienne propriété des moines de l'abbaye de Lanthénac ;

A signaler aussi :

la pierre gothique (1541), située Place de la Mairie. Elle marque l'emplacement de l'ancienne église Sainte-Magdeleine, détruite pendant la Révolution ;

Ville de la Chèze (Bretagne).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de LA CHEZE

Le 14 mai 1370, Olivier de Clisson, devient seigneur de la Chèze lorsqu'il prend possession, par échange, de la châtellenie de Josselin en Porhoët (Mor., Pr. I, 1639).

Lors de la réformation de 1426, sont mentionnés deux nobles de La Chèze : Jehan Le Comte (écrit Le Cointe, en 1427) et Guillo de Bodegat. S'ensuivent les officiers serviteurs des seigneurs de Rohan, de Porhoët et Quintin : Raoullet Le Fenour (arbalétrier du sieur de Rohan), Raoul Le Frere, Jacquet Travaille (charretier du sieur de Porhoët), Eon Robert (au service des Rohan), Jehan Morin (au service des Rohan), Eflam Maillart (au service des Rohan à Quintin), Godart Aiflier (au service des Rohan), Richard Lenglois (au service des Rohan), Hannequin du Boays (fauconnier), Thomas Besses (pâtissier).

Lors de la réformation du 27 mai 1536, sont mentionnées plusieurs maisons nobles de La Chèze et La Ferrière : Quillien, en la Ferrière (à Gilles Le Coamte, fils de Jehan Le Coampte), Quiauduc en la Ferrière (à Jehan de La Tronchaye), autre Quiauduc en la Ferrière (à Jehan de Couetlogon).

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc de 1480, on comptabilise la présence de 2 nobles de La Chèze :

Eonnet LE BRETON (20 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une vouge ;

Thomas LE COUAINTE (5 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une vouge ;

© Copyright - Tous droits réservés.