Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Chapelle-Neuvois

LA CHAPELLE-NEUVE

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Belle-Isle-en-Terre  

La commune de La Chapelle-Neuve (pucenoire.gif (870 octets) Ar Chapel-Nevez) fait partie du canton de Belle-Isle-en-Terre. La Chapelle-Neuve dépend de l'arrondissement de Guingamp, du département des Côtes d'Armor (Trégor / Goëlo - Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de LA CHAPELLE-NEUVE

La Chapelle-Neuve a pris naissance autour d’une chapelle édifiée au XVIème siècle et située jadis à Plougonver. Cette chapelle, aujourd'hui détruite, était dédiée à saint Mamers (sant Memor, en breton), qu'il ne faut pas confondre avec saint Mamert, évêque de Vienne (en Dauphiné) en 477.

La Chapelle-Neuve est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plougonver et une ancienne trève de Plougonver. Durant la Révolution la paroisse de La Chapelle-Neuve dépendait du doyenné de Belle-Isle. 

La Chapelle- Neuve devient une paroisse le 5 avril 1862 et une commune le 27 juin 1873.

Note : la commune de La chapelle-Neuve est formée des villages : Lanzéo, Lanbruc, ...

Ville de Chapelle-Neuve

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de LA CHAPELLE-NEUVE

l'église Notre-Dame de Pitié, ancienne chapelle du XVIème siècle fondée par les seigneurs de Kerméno et les seigneurs de Botloy-Koathalek ou Botloy-Coatelec (propriétaire de la seigneurie de Kerméno au milieu du XVIème siècle). On y voit d'ailleurs leurs armoiries. " Eglise de Notre-Dame-de-Pitié, du seizième siècle : Une nef avec collatéral nord, celui du midi ayant été détruit : quatre travées à piliers cylindriques au sommet desquels des arcades ogivales à simples moulures viennent s’amortir. Abside composée de trois demi-tours, formant à l’intérieur autant de niches en cul de four dont les bords saillants portent des colonnettes à chapiteaux allongés. Autel massif en granit dont la table a trois mètres soixante centimètres de longueur sur quatre-vingts centimètres de largeur. Du côté de l'Evangile, dans le pan de la cavité demi-circulaire, sacraire décoré de pilastres prismatiques et d’un linteau en accolade, surmonté d’un fronton triangulaire avec crochets et panaches. Sous l’autel, crypte éclairée et défendue par des meurtrières dont les jours forment une croix plantée sur un disque placé au centre des demi-tours. Dans l’angle de la crypte, couloir sous-terrain se dirigeant sous l’église et parallèlement à la nef, sur une longueur de sept mètres ; l’éboulement des terres sous le pavé de l’église ne permet pas de voir où débouche cette espèce de chemin couvert. (De Keranflec’h de Kernesne) " (J. Gaultier du Mottay). Devenue église paroissiale en 1862, elle est restaurée et agrandie de 1891 à 1893 par l'entrepreneur Le Menez, d'après les plans de l'architecte Le Guerrannic. L'édifice est en forme de croix latine et comprend une nef avec bas-côtés à trois travées. Elle possède une crypte et un souterrain qui conduisait jadis au manoir de la famille Kerméno. La crédence, que l'on voit, date du XVIème siècle. L'église abrite un chevet et un retable du XVIème siècle, ainsi que les statues en bois de saint Nicolas et saint Maudez, datées du XVI-XVIIème siècle. " En forme de croix, elle comprend une nef avec bas côtés de trois travées avec clocher-mur, un transept à ailes arrondies et un chœur. Le soubassement du chœur forme une crypte trèflée garnie de meurtrières d’où part un long souterrain. Suivant l’ancien cahier de paroisse, dont malheureusement seuls de courts extraits ont été transcrits dans l’actuel, la Chapelle Neuve aurait été entreprise par les Kermeno, au XVIème siècle, mais non terminée. Elle fut restaurée de 1891 à 1893 et achevée alors par la construction des ailes du transept et du bas côté sud. Les travaux furent exécutés par M. Menez, sur plans de M. Le Guerrannic. Le clocher fut reconstruit vaques années plus tard. Mobilier : Autel de Notre-Dame de Pitié exécuté par Ph. Le Merer avec des panneaux du XVIème siècle retrouvés dans la crypte et dans les combles et décoré d’une belle Pièta ; piscine Renaissance ; statues anciennes de saint Pierre, saint Nicolas, saint Julien, saint Nicodème, saint Evêque et saint Mamert, moderne de saint Yves " (R. Couffon) ;

Ville de Chapelle-Neuve  

l'ancienne chapelle de Saint-Mamert ou Saint-Mamers, aujourd'hui détruite ;  

l'ancienne chapelle Saint-Julien, entre Treusvern et Guinaman, détruite au XIXème siècle ;  

l'ancienne chapelle Saint-Nicodème, près de Tournemine, détruite. Elle existait encore à la fin du XVIIIème siècle ;

les vestiges du château de Kerméno (ou Kermino). Propriété, en 1427, de Jean de Kermenou (ou Kerméno), et de Jean de Botloy (seigneur de Coatelec, en Kermaria Sulard) en 1543 ;

la fontaine-oratoire de la Vierge, édifiée en 1913 ;

la fontaine de Saint-Mamert (ou Saint-Mamers) ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de LA CHAPELLE-NEUVE

La Chapelle-Neuve était jadis sous l'emprise des familles nobles de Kerméno et de Botloy-Coatelec, qui possédaient une haute justice. A signaler que la seigneurie de Kerméno était la propriété de Jehan de Kerméno (en 1427), de François de Tournemine (en 1535), de Jean de Botloy (en 1543), de Jean de Rosmar et Françoise Le Picard (en 1623)

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc en 1480 et de Tréguier en 1481, on ne comptabilise la présence d'aucun noble de La Chapelle-Neuve. La Chapelle-Neuve dépendait autrefois de la paroisse de Plougonver.

© Copyright - Tous droits réservés.