Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Calanhelois

CALANHEL

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Callac  

La commune de Calanhel (pucenoire.gif (870 octets) Kalanel) fait partie du canton de Callac. Calanhel dépend de l'arrondissement de Guingamp, du département des Côtes d'Armor (Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de CALANHEL

Calanhel vient de l’ancien breton « calann » (calandes). 

Calanhel est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plusquellec. Certains lieux-dits tels que Parc-an-C'hlandy semblent révéler la présence aux abords du bourg d'une ancienne maladrerie. Calanhel était, sous l'Ancien Régime, une succursale de la paroisse de Plusquellec. 

Les principales maisons nobles de Calanhel étaient La Roche-Droniou et Kergadou. La Roche-Droniou était jadis la maison seigneuriale de la paroisse de Calanhel. Elle possédait un droit de haute, moyenne et basse justice et relevait de Callac. Kergadou avait été érigé en châtellenie en 1643 avec haute, moyenne et basse justice. Cette châtellenie comportait les terres de Brunault (en Trébrivan), de Kergadou, Kerlan et Rosperez (en Calanhel), Kermelin et Kermenou (en la Chapelle-Neuve), Kerroux (en Botmel).

La succursale de Calanhel dépendait jadis de l'évêché de Quimper et avait pour subdélégation Callac et pour ressort la cour royale de Carhaix. En 1789, Calanhel relevait du roi. Durant la Révolution, la paroisse de Calanhel dépendait du doyenné de Callac.

On rencontre les appellations suivantes : Calaner (en 1535-1536), Callanel (en 1591), Callanhol (en 1599),  Callanhel en 1605 (archives des Côtes d’Armor, 20 G 30), Calanhel (en 1633), Callaner (en 1676), Callanner (en 1754), Calanner (en 1755).

Ville de Calanhel (Bretagne). 

Note 1 : la commune de Calanhel est formée des villages : Kerfoen, Collodeven, le Magoarou, Keraden, Kerspars, Kerudon, Kerangoat, Guervily, Tressaint, etc....

Note 2 : Calanhel est une ancienne trève de Plusquellec. Les derniers Curés avant la Révolution furent M. Yves Le Cam, né à Plusquellec en 1734, prêtre en 1764 ; il avait été jésuite prédicateur et missionnaire, « excellent sujet du meilleur ton, dit Mgr. de Saint-Luc, ferait supérieurement au concours, mais il n'y veut pas venir ». Il mourut en 1787, et fut rem­placé par Claude-Louis Le Noan, né à Plusquellec en 1761, « sujet de la meilleure espérance ». (Aujourd'hui paroisse du diocèse de Saint-Brieuc) .

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de CALANHEL

l'église Saint-Vincent Ferrier (1891). L'église est bénite le 8 septembre 1891. L'ancienne église avait comme titulaire saint Calanhel (personnage inconnu) : " Elle était jadis sous le patronage de saint Calanhel ainsi que le montre une quittance de 1623 du peintre Jean Marchant. Il reçu en effet 103 livres et 12 sous tournois pour avoir peint la croix et les images à l’entrée du cimetière et aussi l’image de Monsieur saint Calanhel, patron de l’église " (R. Couffon). L’édifice actuel, de plan rectangulaire, comprend une nef avec bas côtés de six travées, plus celle formée par le clocher, celui-ci encastré avec tribune. De style XIIIème siècle, il a été construit sur les plans de M. Le Guerrannic par M. Morvan, entrepreneur au Vieux-Marché. La bénédiction de la première pierre eut lieu le 8 septembre 1891. Parmi les statues modernes : saint Yves. Le baptistère, orné de dix têtes sculptées et vestige de l'ancien édifice, date du XVI-XVIIème siècle. L'église abrite des reliques de saint Vincent Ferrier. Les seigneurs de Kergadou possédaient jadis des prééminences dans les anciennes églises de Botmel et de Calanhel ;

Eglise de Calanhel (Bretagne).

la chapelle Saint-Maur (1778), édifiée, semble-t-il, à l'emplacement d'un ancien sanctuaire. Edifice en forme de croix latine datant du XVIIIème siècle. Sur le pignon ouest, on lit l’inscription en partie en écriture anglaise : Mr. A. FLOYD Recteur — Y. LE CAM curé 1778. La chapelle abrite les statues de saint Nicolas et de saint Maur, ainsi qu'un Christ en croix et trois bénitiers. Mobilier : Statues anciennes de la sainte Vierge, de saint Maur, de saint Nicolas (second patron), d’un saint évêque (statue très fine) et Crucifix. Meuble à dîme ;

Calanhel (Bretagne) : chapelle de Saint-Maur. 

la chapelle Saint-Yves de Kerduel (1626). En forme de croix latine, elle est en ruines. Elle avait été fondée près du manoir de Kergadou (aujourd'hui disparu) le 11 juillet 1626 par Yves Le Bervet et Marie Huon, sa femme, dont les blasons ornent la table d'autel. Le 18 juin 1630, ils demandaient à l’évêque de Cornouailles qu’elle serve d’église tréviale et proposaient une fondation de 90 livres tournois de rentes pour l’entretien d’un chapelain. En ruines dès 1806, la fabrique demandait le 12 avril de cette dernière année à disposer des matériaux pour réparer l’église ; 

l'ancienne chapelle Saint-Grégoire. Jadis fréquentée par les fiévreux, elle est détruite. La statue ancienne du saint a été transportée dans l'église ;

la fontaine Saint-Maur (1717). On prétend que son eau guérit l'arthrite ; 

le manoir de Kergadou (XVIIIème siècle). Propriété successive des familles du Vieuxchastel de Brunault, Huon (au XVI-XVIIème siècle), Le Bervet, et du Parc (de 1628 à 1789) ; 

3 moulins ; 

A signaler aussi : 

la motte féodale de la Roche-Droniou, propriété de la famille Druniou ou Droniou attestée en 1088 (moyen âge). Le château est au XV-XVIème siècle, entre les mains de la famille du Chastel de Mezle, seigneurs de Châteaugal en Landeleau ; 

le menhir de Kerudu (époque néolithique). 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de CALANHEL

La seigneurie de La Roche-Droniou possédait jadis un droit de basse, moyenne et haute justice.

La seigneurie de Keraslouant possédait jadis un droit de basse et moyenne justice et appartenait à la famille du Gage. Cette famille s'est fondue en 1785 dans celle de Kerouartz.

Les seigneuries de Kergadou, Ruperis et Keramelin possédaient jadis un droit de basse, moyenne et haute justice et appartenaient à la famille du Parc-Keryvon.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc en 1480 et de Tréguier en 1481, on ne comptabilise la présence d'aucun noble de Calanhel. Calanhel dépendait autrefois de la paroisse de Plusquellec.

© Copyright - Tous droits réservés.