ANNE DE BRETAGNE : duchesse de Bretagne et reine de France (épouse de Charles VIII et Louis XII)

Région Bretagne : Web Internet de Voyage, Vacances, Location, Séjour, Immobilier, Hôtel, Camping, Boutique en Bretagne

Bienvenue ! 

ANNE DE BRETAGNE

  Retour page d'accueil   

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Anne de Bretagne, duchesse de Bretagne et reine de France     

Anne de Bretagne (1477-1514), héritière du duché de Bretagne, épouse en 1491 le roi de France, première étape, mais très décisive, de l'union du duché de Bretagne au royaume de France. Cette union devient définitive en 1532.

 

Anne de Bretagne, duchesse de Bretagne et reine de France

 

Anne de Bretagne, fille de François II et de Marguerite de Foix, est née le 25 janvier 1477 au château ducal de Nantes.

François II (fils de Richard de Bretagne d'Etampes et de Marguerite) n'a de sa première épouse, Marguerite de Bretagne (décédée en 1469), fille de François Ier (décédé en 1450), qu'un garçon mort en bas âge, et se remarie en 1471, après le décès de Marguerite en 1469, avec une autre Marguerite (fille de Gaston IV, comte de Foix, et d'Eléonore d'Aragon, héritière de Navarre), originaire du comté de Foix. Eléonore d'Aragon est la fille de Jean II roi d'Aragon et de Blanche, reine de Navarre.

Note : Ferdinand V, roi d'Aragon (époux d'Isabelle de Castille) est né d'une première union de Jean II, roi d'Aragon, alors qu'Eléonore d'Aragon est née d'une seconde union de Jean II, roi d'Aragon, avec Blanche, reine de Navarre.

La petite Anne, née en 1477, est sevrée dès son jeune âge par une dame de Rennes, Mme Eon. Anne a une sœur Isabelle (ou Isabeau), née en 1478 et décédée en 1490. François II confie la tutelle de ses filles au maréchal de Rieux et à Lescun. A partir de 1480, Anne et sa sœur ont comme gouvernante Françoise de Dinan, choisie par le trésorier Landais, véritable chef de la maison ducale à l'époque. A noter que Françoise de Dinan, dame de Laval appartenait à la famille des Dinan Montafilan, et était apparentée par sa mère Catherine de Rohan, à la puissante famille des Rohan.

En 1486, Anne, alors âgée de 9 ans, assiste au décès de sa mère Marguerite de Foix. Anne est promise, dès 1486, au titre de duchesse de Bretagne. Dès son jeune âge, Anne devient un jeu dans l'échiquier politique franco breton. De nombreux prétendants se font connaître. En avril-mai 1481, un premier prétendant est présenté par le duc lui-même, qui cherche en Angleterre un appui contre le royaume de France, mais ce projet entre François II et Edouard IV tombe vite à l'eau. Le prince de Galles, fils aîné du roi d'Angleterre, devait épouser la fille aînée du duc lorsque celle-ci aurait eu douze ans, et le duché devait être dévolu au deuxième fils, qui l'habiterait et en porterait les armoiries (« In eventu quo dictus princeps Gallie ex filia predicta herede Britannie plures masculos suscitaverit, ille dux erit Britannie, arma ipsius patrie portabit, & in ea moram faciet, qui in ondine nascendi proximus post heredem Anglie filius aut frater extiterif », Morice, 395). Un autre prétendant est Louis d'Orléans (situé en seconde position après Charles VIII pour le titre de roi de France). Sur les rangs, il y avait aussi François de Rohan, fils de Jean de Rohan, Maximilien d'Autriche (alors âgé de 28 ans) et le sire d'Albrecht (âgé de 47 ans), neveu du vicomte Jean II de Rohan.

François II meurt à Couëron, le 9 septembre 1488 et son corps est d'abord inhumé au Couvent des Carmes, près de sa première épouse, avant de recevoir sa sépulture définitive dans la cathédrale Saint-Pierre (à Nantes), où Anne lui fera construire un magnifique tombeau réalisé par Michel Colombe et achevé vers 1507.

François II, père d'Anne-de-Bretagne

Anne de Bretagne

Anne est couronnée duchesse de Bretagne, le 10 février 1489 dans la cathédrale de Rennes par l'évêque du diocèse, Michel Guibé. Pour rétablir son autorité, Anne de Bretagne fait appel à des troupes étrangères : anglaises, espagnoles et allemandes. Le roi d'Angleterre Henri VII lui envoie 6 000 hommes qui débarquent à Morlaix. Le roi d'Espagne, Ferdinand lui envoie 2 000 hommes qui débarquent dans le Sud de la Bretagne, sous la direction du comte de Salinas. Maximilien Ier de Habsbourg (archiduc d'Autriche, roi des Romains de 1486 à 1519, et Empereur germanique de 1493 à 1519) débarque avec 1 500 hommes à Roscoff et contribue sans doute à la reprise de Tréguier, Lannion et Morlaix. Un traité est signé le 22 juillet 1489 à Francfort entre Maximilien et Charles VIII, que la duchesse Anne ratifie le 3 décembre 1489.

Le 16 décembre 1490, Anne de Bretagne (âgée de 13 ans) épouse Maximilien Ier de Habsbourg (âgé de 31 ans et veuf de sa première épouse Marie de Bourgogne). Maximilien, fils de l'empereur Frédéric III, est élu roi de Germanie en 1486 à l'unanimité par les princes allemands et succède à son père en 1493. Il épouse en août 1477 Marie de Bourgogne, fille et unique héritière de Charles le Téméraire (décédée accidentellement en 1482), faisant ainsi entrer les Pays-Bas dans les possessions des Habsbourg. Cette union entre Maximilien et Anne devait permettre à la Bretagne de garder une indépendance totale vis à vis de la France et de l'Angleterre. Mais ce mariage était une violation du traité du Verger puisque Anne n ‘avait pas demandé le consentement du roi de France. Jaloux, le vieux Alain Albrecht, capitaine de Nantes, livre le château aux Français dans la nuit du 19 au 20 mars 1491. 

Nota : Battu par les troupes françaises commandées par La Trémoille, à Saint-Aubin-du-Cormier, le 28 juillet 1488, le duc de Bretagne doit signer le traité du Verger, le 19 août 1488. Il promet par ce traité que sa fille et héritière Anne ne se marierait pas sans le consentement du roi de France.

Une ambassade allemande dirigée par Wolgang de Polham arrive en Bretagne, porteuse d'une lettre demandant la main de la duchesse Anne de Bretagne. La mariage est avalisé le 16 décembre 1490 par les Etats de Bretagne réunis à Vannes. Mais Maximilien, retenu en Allemagne, ne peut être présent pour le mariage. Une coutume allemande est alors proposée. Après une messe solennelle, célébrée par l'évêque Guibé, dans la cathédrale de Rennes, le 19 décembre 1490, une cérémonie particulière est organisée le soir même en présence des conseillers d'Anne et de Maximilien : « Anne couchée sur un lit de parade avait sorti sa jambe gauche dénudée, et Wolgang debout à côté du lit, aurait mis sa jambe gauche à côté de celle d'Anne pour signer l’union de son maître avec la duchesse ».

Nota : à signaler qu'à cette époque, Charles VIII (fils et successeur de Louis XI à l'âge de 13 ans), roi de France, était fiancé avec Marguerite de Bourgogne (Marguerite d'Autriche), la propre fille de Maximilien. Anne de Bretagne devenait ainsi sa belle-mère.

Cette union mécontente Charles VIII déjà lié par un mariage blanc avec Marguerite d'Autriche, fille de Maximilien. Délaissée par Maximilien et le mariage d'Anne avec Maximilien n'ayant pas été consommé, Charles VIII rompt avec Marguerite d'Autriche le 25 novembre 1491 et demande alors à la duchesse de Bretagne de l'épouser. Devant le refus de cette dernière, Charles VIII lui propose alors une dot de 100 000 écus et le choix entre trois époux : Louis de Luxembourg, le duc de Nemours et le comte d'Angoulême. Anne refuse en stipulant qu'elle ne pouvait épouser qu'un « roy ou fils de roy ». Finalement, après mure réflexion et devant l'insistance de nombreux seigneurs bretons qui supplient la duchesse Anne de rompre avec Maximilien, Anne accepte la proposition de mariage avec Charles VIII, roi de France. A noter que Charles et Anne sont cousins à un degré prohibé et doivent donc obtenir une validation du mariage par le Pape. Le 12 novembre 1491, Anne accepte de se montrer nue devant les ducs d'Orléans, le duc de Bourbon, madame de Bourbon, et monseigneur d'Aurigny et on lui demande aussi de marcher pour vérifier sa légère boiterie (le roi voulait en effet savoir si elle n'avait pas de malformations majeures). Les fiançailles entre Anne de Bretagne et Charles VIII ont lieu à Rennes le 15 novembre 1491. Le mariage a lieu à la chapelle du château royal de Langeais, le 6 décembre 1491, avec la bénédiction de Jean de Rely, confesseur du roi. La messe est dite par Georges d'Amboise. Plusieurs témoins sont présents : le duc Louis d'Orléans, le duc de Bourbon, les comtes d'Angoulême, de Foix et de Vendôme, le prince d'Orange, le chancelier Philippe de Montauban, le sire de Coëtquen. Le soir même six bourgeois de Rennes assistent à la consommation du mariage.

Nota : les deux époux se font donation mutuelle de leurs droits sur le duché. Le contrat de mariage entre Anne de Bretagne et Charles VIII stipule que si Anne meure la première, le roi de France devient automatiquement duc de Bretagne et la Bretagne est alors unie à la France. Si le roi, meurt le premier, Anne reste duchesse de Bretagne, mais son fils aîné hérite du duché de Bretagne. Et s'il n'a pas de fils, au moment du décès de Charles VIII, la reine ne peut se remarier qu'avec le roi suivant . Voici quelques passages du texte : « Pour obvier aux guerres (…) qui ont eu cours & acquérir (…) & maintenir paix (…) perpétuelle « Anne », fille & héritière seule & unique « du duc » donne (…) perpetuellement à héritaige audit seigneur, ses successeurs roys de France, par titre de donnaison faite pour cause (…) dudit mariage, au cas qu’elle ira de vie à trespas paravant ledit seigneur sans qu’aucuns hoirs nés & procréés d’eux, les droits, propriétés (…) compétans à ladite dame es duché & principauté de Bretaigne. Et pareillement ledit seigneur (…) donne (…) perpétuellement & à héritage, au cas que ledit seigneur décède (…) avant ladite dame sans aucuns hoirs nés (…) légitimement de leur chair (que Dieu ne veuille) tout tel droit (…) propriété (…) competans audit seigneur, à condition toutefois & pour éviter les (…) guerres (…) que ladite dame ne convolera à autres nopces fors avec le roi futur, s’il lui plaist et faire se peut, ou autre plus prochain présumptif futur successeur de la Couronne (…). En présence & du consentement (…) dudit seigneur prince d’Orenge, prouchain parent ou affin de ladite dame, lequel (…) ratiffie (…) ce que dessus ».

Anne est couronnée reine de France le 8 février 1492 dans la basilique de Saint-Denis. L’office est célébré par André d'Espinay, archevêque de Bordeaux. Le lendemain, Anne fait son entrée solennelle dans Paris, et la cérémonie se termine à Notre-Dame de Paris par une grande messe.

Couronnement d'Anne de Bretagne

Couronnement d'Anne de Bretagne (XVème siècle)

Charles VIII prend en main le duché de Bretagne dès avril 1491 en convoquant les Etats de Bretagne. Il place, dans le même temps, ses hommes à la tête de l'administration financière. Ainsi, Jean François de Cardonne est nommé général des finances et Thomas Bohier remplace Jean de Lespinay, à la trésorerie générale. Après le mariage, la prise de contrôle est renforcée par l'alignement des institutions bretonnes sur les institutions françaises. Après avoir interdit à Anne de Bretagne de porter le titre de duchesse, Charles VII, par deux ordonnances, l'une du 9 décembre 1493 et l'autre du 16 juin 1494, supprime la chancellerie et la remplace par une cour de justice. Par les ordonnances datées du 7 juillet 1492 et du mois d'octobre 1493, il reconnaît pourtant les privilèges de la Bretagne : privilèges fiscaux avec le droit pour les Etats de consentir à l'impôt et privilèges judiciaires avec la garantie pour les Bretons d'être jugés par les instances de la province. 

Maximilien d'Autriche, renonce alors à son titre de duc de Bretagne, et se marie à Bianco Maria (Blanche Srorza), nièce de Ludovic le More. Il réussit à unir les maisons d'Autriche et d'Espagne, en mariant son fils Philippe le Beau avec Jeanne la Folle (héritière des Rois Catholiques et fille de Ferdinand d'Aragon et Isabelle de Castille), en 1496. Maximilien négocie aussi le mariage de ses petits-enfants avec les héritiers de Ladislas II Jagellon, qui devait faire passer aux Habsbourg les couronnes de Hongrie et de Bohême en 1526.

Marié, Anne était en charge de faire des enfants du sexe mâle au roi de France. Anne va donner naissance à cinq enfants. Elle accouche le 10 octobre 1492 d'un garçon du nom de Charles-Orland. Elle perd un enfant mâle à deux mois de son terme en août 1493. Elle accouche au printemps 1495, d'une fille mort née. Un garçon, prénommé Charles, naît le 8 septembre 1496 et décède le 20 octobre 1496. Anne accouche à nouveau d'une fille le 20 mars 1498 qui meurt quelques heures après. De ces cinq enfants, seul le premier était né viable. Or ce garçon, le dauphin, meurt à trois ans le 16 décembre 1495, victime d’une épidémie de petite vérole ou de rougeole. A 21 ans, Anne était arrivée à son cinquième échec de ses maternités.

Charles VIII décède le 7 avril 1498, suite à un accident stupide (il se heurte la tête contre le linteau d'une porte dans un couloir du château d'Amboise). La mort soudaine de Charles VIII sans descendance, fait d'Anne une reine douairière de France et la seule propriétaire du duché. Dès le 9 août 1498, Anne redevient duchesse de Bretagne puis rétablit la chancellerie de Bretagne et le conseil de Bretagne « pour ce que entre autres choses y a de tout temps acoustumé avoir chancelerie et conseil serviz et exercez par chancelier et vice-chancelier » avec à sa tête Philippe de Montauban, comme chancelier, et Guillaume Guéguen (abbé de Redon et évêque élu de Nantes), comme vice-chancelier. Jean de Lespinay, pour sa part, retrouve la trésorerie générale, dont il avait été écarté par le roi Charles VIII. 

Anne de Bretagne a alors 21 ans et Louis XII (Louis, duc d'Orléans, fils de Charles d'Orléans et de Marie de Clèves), son cousin et successeur de Charles VIII, a 36 ans. Louis XII est marié à Jeanne de France, fille disgracieuse de Louis XI, depuis 1476. Anne s'engage à épouser Louis XII dès que l'union avec Jeanne de France est annulée. La répudiation de Jeanne est officielle le 17 décembre 1498 après l'accord du Pape Alexandre VI, dit Borgia (d'origine espagnole). Le texte du contrat de mariage entre Louis XII et Anne de Bretagne est signé le 7 janvier 1499. Le contrat de mariage est accompagné d’un traité par lequel Louis XII s'engage à respecter les privilèges de la Bretagne et les institutions bretonnes (Parlement, Chancellerie, Chambre des Comptes et Trésorerie générale) sont confirmés. Le mariage a lieu à Nantes dans la chapelle ducale, le 8 janvier 1499.

Nota : une clause nouvelle régente les conditions de succession : en effet, si Anne décède la première, le duché de Bretagne revient au deuxième fils ou au deuxième petit-fils s'il n'y a qu'un seul fil au cours du nouveau mariage. Voici le texte : « Si icelle dame alloit de vie à trespas avant le roy Très Chrestien sans enfans d’eux ou que la lignée d’eux procréée … défaudroit, en ce cas ledit roy Très Chrestien jouira desdits duché de Bretaigne & autres pays & seigneuries que ladite dame tient à présen. ; & apprès le déceds du roy Très Chrestien, les prochains vrais héritiers de ladite dame succéderont auxdits duché & seigneuries, sans que les autres roys et successeurs en puissent quereller ». Une autre clause prévoit : « A ce que le nom de la principauté de Bretaigne ne soit & demeure aboli pour le temps avenir … & que le peuple d’icelui pays soit secouru & soulagé de leurs nécessitez & affaires, a esté accordé que le second enfant masle, ou fille au déffaut de masle, venant de leurdit mariage … seront & demeurreront princes dudit pays … & s’il advenoit que deux … n’yssit … qu’un seul enfant masle, et que dicelui masle cy après yssissent … deux ou plusieurs enfansts masles, ou filles ils succéderont pareillement audit duché, comme dit est ».

Une fille, prénommée Claude, naît le 15 octobre 1499. Un garçon naît le 21 janvier 1503 mais meurt aussitôt. Onze ans, plus tard, après plusieurs maternités difficiles, Anne a une autre fille, prénommée Renée, qui naît le 20 octobre 1510. En 1512, le 21 janvier, elle accouche d'un garçon mort-né. Anne n'arrive pas à avoir des garçons viables pour la succession royale.

Anne de Bretagne envisage de marier sa fille Claude à Charles de Luxembourg (le futur Charles-Quint), petit fils de Maximilien Ier de Habsbourg (Maximilien d'Autriche), âgé d’un an. Tout commence par l'arrivée à Lyon au début de 1501 de Philippe le Beau, époux de Jeanne la Folle (fille de Ferdinand d'Aragon et d'Isabelle de Castille), père de Charles, qui vient discuter du mariage de son fils (âgé de deux ans) avec Claude de France (âgée de trois ans). Un traité (le traité de Blois) conclu le 22 septembre 1504 et où Louis XII promet de marier sa fille avec Charles, futur souverain des Pays-Bas, et de lui accorder, outre son héritage de Bretagne, une dot comprenant les duchés de Bourgogne et de Milan, est ratifié par Anne de Bretagne à Orléans douze jours plus tard. Mais, le 10 mai 1505 , le roi de France, Louis XII, prend la décision définitive de marier sa fille Claude à François d'Angoulême (futur François Ier). Il rédige pour cela un testament où il rompt les fiançailles de Claude et Charles et ordonne un mariage rapide avec François d'Angoulême. De juin à fin septembre 1505, Anne de Bretagne part effectuer un pèlerinage dans le duché de Bretagne, le Tro-Breiz (tour de Bretagne). Les fiançailles de Claude et de François, célébrées par le cardinal Georges d'Amboise, ont lieu le 21 mai 1506. Le mariage a lieu le 18 mai 1514 à Saint-Germain-en-Laye. Dès le 25 octobre 1514, François Ier reçoit de Louis XII le pouvoir d'administrer la Bretagne.

Anne de Bretagne décède à Blois le 9 janvier 1514 après être tombée malade le 2 janvier 1514 et sans avoir sacrifié l'indépendance de sa chère Bretagne. Elle est ensevelie dans la basilique Saint-Denis. Son cœur arrive à Nantes le 13 mars 1514 et il est déposé provisoirement dans l'église des Chartreux. Ce n'est que le 19 mars 1514 que le cœur arrive au Couvent des Carmes de Nantes et qu'il est déposé dans la tombe de François II, son père.

Louis XII épouse Marte d'Angleterre en octobre 1514, avant de décéder dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 1515. François d'Angoulême, fils de Louise de Savoie et époux de Claude (fille d'Anne de Bretagne) accède alors au trône de France sous le nom de François Ier. Claude devient reine de France à l'âge de 14 ans. Dès le 22 avril 1515, François d'Angoulême obtient le duché de Bretagne si Claude décède la première. Le 28 juin 1515, Claude lui en fait une donation définitive. François Ier décide ensuite que le duché revient au dauphin et non au deuxième fils de Claude. Ce dauphin, prénommé également François, devient plus tard le duc François II en 1524. Le dauphin garde le titre de duc qui disparaît en 1547.

Fiançailles de François d'Angoulême et de Claude de France

Fiançailles de François d'Angoulême et de Claude de France (XVIème siècle).

Claude décède à Blois le 20 ou 30 juillet 1524 à l'âge de 25 ans. En 1524, à la veille de son décès, la reine Claude accepte d'instituer par testament son fils aîné héritier universel. Eléonore d'Autriche (sœur de Charles-Quint) devient la seconde épouse de François Ier après la mort de Claude de France. En 1528, Renée, sœur de Claude de France, est mariée à Hercule d'Este, duc de Ferrare, et reçoit le duché de Chartres contre la renonciation aux droits qu'elle peut prétendre sur la succession d'Anne de Bretagne. Pour obtenir le consentement de la population bretonne, François Ier va s'appuyer sur la riche noblesse du duché : en 1525, Jean de Laval, baron de Châteaubriant, entre au conseil du roi, et en août 1526, Guy (XVI), comte de Laval, est promu gouverneur. C'est le 6 août 1532, que les Etats généraux de Vannes approuvent le rattachement du duché de Bretagne au royaume de France. Le 13 août 1532, François Ier publie à Nantes l'édit d'union du duché de Bretagne au royaume qui précise que les « droits et privilèges » du pays seraient respectés. Le 21 septembre 1532, le roi de France publie au château de Plessis-Macé un Edit qui unit irrévocablement la Bretagne à la couronne royale de France.

Nota : le blason des ducs de Bretagne était d'hermines plein, et portait la devise "Potius mori quam foedari" (plutôt mourir qu'être souillé).

Nota : UNE LETTRE DE LA DUCHESSE ANNE AUX HABITANTS DE RENNES. — La pièce dont nous donnons ici le texte inédit est, extraite des archives municipales de Rennes, qui nous fourniront encore plus d'une fois de curieux documents. Le duc François II venait de mourir le 9 septembre 1488, à Coiron (aujourd'hui Couëron), près de Nantes, laissant à sa fille Anne une couronne mal affermie et un pays divisé, envahi, en proie aux intrigues du dedans et aux convoitises d'un ennemi puissant et redoutable, déjà maître d'une bonne partie des places fortes du duché. Le Roi de France, dont les troupes venaient de disperser, à Saint-Aubin-du-Cormier, la dernière armée bretonne, avait pourtant accordé la paix au vieux duc mourant, d'après l'avis de son chancelier, Guy de Rochefort. La mort n'avait pas laissé à François II le temps d'exécuter les conditions du traité, dictées au Verger, par le roi, dans le mois d'août, et ratifiées à Couëron par le duc de Bretagne. Pendant que les intrigues, pour marier la jeune duchesse, héritière de la Bretagne, s'agitaient autour d'elle et divisaient les seigneurs de sa cour en factions plus acharnées entre-elles que contre l'ennemi extérieur, Anne, retirée à Guérande, avec son tuteur Jean de Rieux, maréchal de Bretagne, échangeait des ambassades avec le Roi de France, et adressait en même temps à ses fidèles bourgeois de Rennes la lettre suivante, signée de sa main : « De par la Duchesse. Nos bien amez et feaulx, vous scavez le deceix avenu du Duc nostre très redoubté seigneur et père que Dieu absolle, qui nous est et à tout le pais dure chose à porter, fors le reconfort de sa très-belle fin ; en son vivant peu de temps avant son deceix eut troicté de paix avec le Roy, lequel par avant son deceix me commanda tenir, que suys delibérée de faire. Mais pour ce que en celui troicté y a aucuns pouaints et promesses qui restent estre acomplies tant de la part du Roy que de nous, en actandant les Estatz de nostre dit pais lesquelz avons mandez, vous prions et neantmoins mandons que promptement et en toute diligence vous chouaissisez tant de gens d'église, gens de conseil que bourgeois jucques au nombre de seix bons personnaiges des plus notables et scavans de nostre ville de Rennes, pour venir devers nous ; car en déliberacion de ce que sommes tenuz faire touchant ledit troicté et autres noz affaires, desirons avoir voz conseilz et avis comme de ceulx en qui avons seurté et qui tousiourz ont esté à noz predecesseurs et au bien de leurs pais bons et loyaulx subgectz et que esperons que soyez envers nous. Et à tant soyez Dieu qui, noz bien amez et feaulx, vous veille preserver et tenir en sa garde. Escript à Guerrande le XVIe jour de septembre. Signé : Anne, et plus bas : DEFORESTZ ». [Note : La suscription de ladite lettre est ainsi conçue : « A noz bien amez et feaulx les gens d'eglise, gens de justice, bourgeoys et habitans de nostre ville de Rennes »].

Tombeau de François II, père d'Anne-de-Bretagne

Tombeau de François II

Tombeau de Louis XII et d'Anne-de-Bretagne

Tombeau de Louis XII et d'Anne de Bretagne

Voir aussi   Anne de Bretagne "La Basilique de Saint-Denis et ses tombeaux". 

 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

CHRONOLOGIE :

Signature d'Anne de Bretagne

26 juin 1471 : Mariage de François II, duc de Bretagne, et de Marguerite de Foix, fille de Gaston IV, comte de Foix, et d'Eléonore d'Aragon, héritière de Navarre.
25 janvier 1477 : Naissance d'Anne de Bretagne à Nantes.
16 avril 1481 : François II et Maximilien d'Autriche signent un traité d'alliance contre Louis XI.
10 mai 1481 : François II et Edouard IV d'Angleterre signent un traité d'alliance contre Louis XI. Anne de Bretagne est promise en mariage au prince de Galles, ou à défaut à son frère cadet, le duc d'York .
Début 1484 : Assassinat des enfants d'Edouard IV (le prince de Galles et le duc d'York) par leur oncle Richard III.
Janvier 1487 : Louis d'Orléans s'échappe de la cour de France et se réfugie en Bretagne.
Fin mai 1487 : Une armée française de 15 000 hommes envahit la Bretagne.
28 juillet 1488 : Défaite de l'armée bretonne à Saint-Aubin-du-Cormier. Le duc d'Orléans est fait prisonnier par les Français.
10 février 1489 : Anne de Bretagne est couronné duchesse de Bretagne à la cathédrale de Rennes.
27 octobre 1490 : La duchesse Anne de Bretagne adhère à la ligue formée contre Charles VIII, roi de France, par Maximilien d'Autriche et Henri VII d'Angleterre.
19 décembre 1490 : Mariage par procuration de la duchesse Anne de Bretagne et de Maximilien d'Autriche (Maximilien Ier de Habsbourg).
Fin mai à octobre 1491 : Les Français se rendent maîtres de la Bretagne à l'exception de la ville de Rennes.
15 novembre 1491 : Signature du traité de Rennes qui conclut la paix entre Anne de Bretagne et Charles VIII.
6 décembre 1491 : Mariage d'Anne de Bretagne et de Charles VIII.
8 février 1492 : Anne de Bretagne est couronnée reine de France à Saint-Denis.
Mars à juin 1492 : Complot breton ayant pour but de livrer la Bretagne aux Anglais.
9 décembre 1493 : Charles VIII supprime la Chancellerie de Bretagne.
7 avril 1498 : Décès du roi de France Charles VIII.
9 avril 1498 : Anne de Bretagne rétablit la Chancellerie.
27 mai 1498 : Louis d'Orléans est sacré roi de France et devient Louis XII.
28 septembre 1498 : Anne de Bretagne préside les États de Bretagne à Rennes.
8 janvier 1499 : Mariage d'Anne de Bretagne et de Louis XII.

Mariage d'Anne de Bretagne et de Louis XII

Août 1501 : Premières négociations en vue de marier Claude, fille d'Anne de Bretagne, et de Louis XII, à Charles de Luxembourg (futur Charles-Quint).
18 novembre 1504 : Anne de Bretagne est reine de France pour la deuxième fois.
10-31 mai 1505 : Testament du roi ordonnant le mariage de Claude, fille d'Anne de Bretagne, avec François de Valois-Angoulême.
Juin à fin septembre 1505 : Tro Breiz d'Anne de Bretagne en Bretagne.
21 mai 1506 : Fiançailles de Claude, fille d'Anne de Bretagne, avec François d'Angoulême.
9 janvier 1514 : Décès d'Anne de Bretagne.
16 février 1514 : Inhumation d'Anne de Bretagne à Saint-Denis. Les cérémonies funèbres durent cinq semaines.
19 mars 1514 : Le coeur d'Anne de Bretagne est déposé au Couvent des Carmes à Nantes.

 

© Copyright - Tous droits réservés.