Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Varadais

VARADES

  Retour page d'accueil         Retour Canton de Varades  

La commune de Varades (pucenoire.gif (870 octets) Gwared) est chef lieu de canton. Varades dépend de l'arrondissement d'Ancenis, du département de Loire-Atlantique.

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de VARADES

Varades vient du breton "gwarez-da" (bonne défense).

Aux IXème et Xème siècles, les vikings établissent sur le territoire de Varades un camp retranché. Aux XIème et XIIème siècles, les seigneurs de Varades édifient pour le compte des ducs de Bretagne, une motte féodale, puis un château fortifié.

Ville de Varades (anciennement en Bretagne).

Au XVème siècle, la baronnie d'Ancenis est subdivisée en cinq grandes sections féodales : 1°- La Prévôté, 2°- Le Fief-Guéheneuc, 3°- Varades, 4°- Belligné et 5°- La Poitevinière en Riaillé. Ancenis, une des plus considérables seigneuries de Haute-Bretagne, est une ancienne baronnie d'ancienneté. A l'origine, elle comprend le territoire des châtellenies d'Oudon, Châteaufromont, Montrelais et Viorau. Vers le XIIIème siècle elle s'incorpore celles de Varades, Belligné et le Fief-Guéhéneuc qui relèvent d'elle.

Ville de Varades (anciennement en Bretagne).

Au XIIème siècle, Varades a ses seigneurs particuliers qui figurent parmi les bienfaiteurs des moines, leurs contemporains. Le premier seigneur de Varades mentionné en 1120 se nomme Brient : ce dernier est connu à travers une donation qu'il fait à l'abbaye Saint-Martin de Marmoutier (Indre-et-Loire). En l'année 1196, le chevalier André de Varades rédige son testament dans l'abbaye angevine de Pontron et son premier legs, le plus important, 10 livres d'or, est destiné à la construction de la chapelle de Saint-Ouen en Riaillé. Par suite du mariage de Marguerite de Varades avec Geoffroy Ier, baron d'Ancenis, en 1149, la châtellenie de Varades échoit aux sires d'Ancenis, après le décès d'André de Varades dernier seigneur du lieu, vers 1196. En 1459 (aveu d'Ancenis en 1459), le domaine de Varades consiste en "l'emplacement, où il y a plusieurs vieilles murailles du chasteau de Varades autrement dit le chasteau de la Magdeleine, sur un costeau dessus le bourg de Varades, avec les terres, îles et bois en dépendant". Belligné appartient au XIIème siècle aux seigneurs de Varades et partage le sort de cette dernière châtellenie.

Ville de Varades (anciennement en Bretagne).

Il y avait, en 1400, un prieuré de Rieux, aujourd'hui disparu. Une verrerie est édifiée en 1787 et eut comme directeurs les Muller, Servole et Misset. C'est entre Varades et Saint-Florent-le-Veil que l'armée vendéenne franchit la Loire en octobre 1793. La chouannerie s'y poursuit jusqu'en 1832.

Ville de Varades (anciennement en Bretagne).

On rencontre les formes Varethda (en 1050) et Varesda (en 1066).

Ville de Varades (anciennement en Bretagne).

  

Ville de Varades (anciennement en Bretagne).

Note 1 : Charles-Melchior Arthus, marquis de Bonchamps (futur général vendéen) est né le 10 mai 1760 au manoir du Crucifix en Anjou. A 6 ans, il perd prématurément sa mère. Son père ne tarde pas à se remarier (un an plus tard) avec une jeune femme de 18 ans. Toute la famille Bonchamps, M, Mme, Charles et ses trois soeurs déménagent alors dans la demeure familiale des Bonchamps : la Baronnière, à Saint Florent le Vieil. A 16 ans, il s’engage dans le régiment d’Aquitaine où il servira plus tard en qualité de major. En 1782, il combat en Inde contre les Anglais, dans le régiment du Bailli de Suffren comme lieutenant. En 1787, il est capitaine des grenadiers et épouse en 1789, Marie Renée Marguerite de Scépeaux. Ils s’installent dans son château de la Baronnière, près de Saint-Florent-Le-Vieil. Bonchamps prend la tête des hommes de Saint Florent le Vieil au tout début de l'insurrection en Vendée. Bonchamps avec 7000 hommes prend Varades, Ancenis et Oudon avant d’attaquer Nantes, le 29 Juin 1793, par la route d’Angers, dans le faubourg de Saint Donatien. Fin stratège, il a mené ses hommes aux succès, jusqu'à l'ultime combat de Cholet, le 17 octobre 1793. Blessé, il est évacué à la Meilleraie, en face de Saint Florent le Veil, avant de mourir et d'être inhumé dans le cimetière de Varades. D'une grande humanité, il meurt en graciant 5 000 prisonniers républicains. Il dira avant de s'éteindre : "J'ai servi mon Dieu, mon Roi, ma Patrie. J'ai su pardonner ". Il est aussitôt inhumé dans le cimetière de Varades.

Ville de Varades (anciennement en Bretagne).

Note 2 : parmi les maires de Varades au XIXème siècle, citons : Gicqueau, Servole, Arnous-Rivière, Briau, Crouan.

Ville de Varades (anciennement en Bretagne).

 

Ville de Varades (anciennement en Bretagne).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de VARADES

l'église Saint-Pierre (XII-XVIII-XIXème siècle). L'église primitive du XIIème siècle fait l'objet de nombreux remaniements aux XVIIIème et XIXème siècles. Vers 1750 est édifiée, au nord de l'église, la chapelle de la Trinité, alors que la chapelle Saint-Côme et Saint-Damien est située au sud. Deux bas-côtés sont ajoutés entre 1847 et 1850 après la démolition de la chapelle de la Trinité. L'horloge date de 1860. Le retable de Saint-Sébastien (autrefois consacré à Saint Michel) date du XVIIème siècle. Le retable de la Vierge (abrité dans la chapelle du Rosaire) date du XVIIème siècle. La statue de la Vierge, située sur le retable de la chapelle du Rosaire, date du XVIIIème siècle. La statue de la Vierge à l'Enfant, en bois polychrome, date du XIXème siècle. La boîte aux saintes huiles date du XVIIIème siècle. La bannière de procession date de 1808 ;

Eglise de Varades (anciennement en Bretagne).

 

Eglise de Varades (anciennement en Bretagne).

les vestiges de la chapelle de la Madeleine (vers le XIVème siècle), situés au Parc de la Madeleine. Cette chapelle aurait été fondée par un sieur de Rieux, seigneurs d'Ancenis. L'ancienne métairie de La Herrière (à Varades) dépendait de cette chapellenie ;

l'ancienne chapelle des Mortiers-Plats, fondée en 1642 par Julien Mesnil sous l'invocation de saint Joseph, saint Juste et saint Urbain. Cette chapelle est détruite vers 1850. Le bénitier date du XVIIème siècle. La cloche de la chapelle des Mortiers-Plats se trouve dans la nouvelle chapelle Saint-Joseph édifiée en 1860 ;

les vestiges de la chapelle Saint-Barthélemy (milieu du XVème siècle), situés à La Fenouillère. Cette chapelle est fondée en 1448 par un baron d'Ancenis, François de Rieux. La chapelle est démolie au XIXème siècle ;

une autre chapelle, dédiée à Saint Barthélemy et située à La Fenouillère. Cette chapelle aurait été édifiée au début du XVIIIème siècle. Elle est convertie en maison d'habitation à partir de 1813 ;

la croix (XXème siècle), située à La Basse-Meilleraie ;

les vestiges de château (XI-XIVème siècle), situés à La Madeleine. Ce château défend les marches de Bretagne. Propriété d'un certain Brient en 1120. C'était le siège d'une châtellenie de la baronnie d'Ancenis. La châtellenie de Varades rapportait en 1459 au baron d'Ancenis 136 livres 19 sols d'argent, 798 boisseaux d'avoine, 11 oies et 11 gelines. Il lui était dû, en outre, une dîme de grains et de vins. Au même seigneur appartenaient les coutumes et trépas de Varades. Le prieur de Varades devait au baron d'Ancenis, quand arrivaient les fêtes de Pâques, la Toussaint et Noël "six rouesselles, six fouaces et six pintes de vin". Enfin le même seigneur d'Ancenis avait un droit de quintaine sur tous les derniers mariés de Varades, et il présentait les chapelains de la chapelle de l'ancien château de Varades dédiée à sainte Madeleine et de la chapelle de la Fénouillère (Aveux d'Ancenis en 1549 et 1741). Le château est détruit au XVIème siècle durant les guerres de la Ligue. Il reste des ruines du XIIIème siècle. Les salles souterraines du vieux château de La Madeleine ont servi de quartier général aux Vendéens pendant les guerres de Vendée ;

Ruines du château de la Madeleine à Varades (anciennement en Bretagne).

le château du Bourg (vers 1868), situé au n° 33 rue du Maréchal Foch et édifié à l'emplacement de l'ancien presbytère démoli au XIXème siècle. A proximité, se trouvait jadis une chapelle, disparue dans les années 1960 ;

Château du Bourg à Varades (anciennement en Bretagne).

le château du Coteau (XVIIIème siècle). Propriété de René Doudart, seigneur du Prat, en 1680. La famille Doudart possède aussi, à cette époque, le fief de la Petite Rivière. C'est au XVIIIème siècle, le domaine de planteurs et d'armateurs nantais. Il appartient aux Courault, aux Thoinet, aux Tobin et aux Arnous-Rivière qui possédaient des noirs à Saint-Domingue. Au mariage d'Eutrope Thoinet et d'Anne Courault en 1781, figurent les Carié, Génevois, Cantin, Vilamin, Poydras, Deguer, Charlery, ... tous du haut négoce. Le château actuel date du XVIIIème siècle et appartient à cette date à M. Gabory. Il passe en 1918 entre les mains de l'hôpital de Pen-Bron : le château est alors confié aux sœurs de la compagnie des Filles de Saint-Vincent-de-Paul. L'orangerie du Coteau date du XVIIIème siècle ;

Château du Coteau à Varades (anciennement en Bretagne).

l'ancienne métairie de la Chesnaie (vers le XVIème siècle). Cette demeure est mentionnée dès 1446 et relève alors directement de la baronnie d'Ancenis. Propriété de la famille Denion du Pin au XVIIème siècle ;

le Palais-Briau (1854-1862), situé à La Madeleine, face à l'abbatiale de Saint Florent le Veil (XVIIème siècle), et œuvre de l'architecte Edouard Moll. Les fresques, œuvre de Jules Dauban et Jules Eugène Lenepveu, datent de 1864. Le chenil date de 1860. La chapelle funéraire de la famille Briau, œuvre de l'architecte Edouard Moll, date des années 1860. François Briau, ingénieur des Arts et Métiers d'Angers (1812-1890) est entrepreneur de travaux publics à Ancenis avant de se lancer dans la construction de lignes de chemin de fer (construction des lignes Tours-Nantes, Nantes-Pornic, ainsi que de la ligne Bologne-Ancône, en Italie). Lorsqu'il arrive à Varades, il s'installe d'abord à La Ficheterie dont il est propriétaire au milieu du XIXème siècle ;

Château de la Madeleine à Varades (anciennement en Bretagne).

la maison de Bonchamps (XVII-XVIIIème siècle), située au n° 61, rue de la Basse-Meilleraie. Il s'agit de la demeure où décède, à l'âge de 33 ans, le général vendéen Charles Arthus de Bonchamps (le 18 octobre 1793) ;

la maison (XIV-XVème siècle), située à La Nantaiserie. Cette demeure fait partie des dépendances du château du Coteau jusqu'au début du XXème siècle ;

la maison (XVII-XVIIIème siècle), située à Villebeslay. Il s'agit de l'ancienne propriété de François Briau ;

la maison (XVII-XIXème siècle), située à La Mabiterie. Propriété de Julien Foucher (avant 1686), de Pierre Massicot (à partir de 1686) et de Arnaud Morinière (en 1809). Cette demeure est ensuite occupée par la communauté des sœurs de Grillaud avant de devenir une maison familiale ;

Manoir de la Mabiterie à Varades (anciennement en Bretagne).

la maison (1610 – 1715 – 1875), située à La Clergerie. Cette maison est édifiée en 1610 puis remaniée en 1715 et en 1875. Propriété de la famille Nenable (en 1683 et jusqu'en 1926), puis de leurs descendants, les Leferme, suite au mariage en 1821 d'Adelaïde Eléonore Nenable avec Pierre-Paul Leferme ;

la maison (XVIIIème siècle) et son four à pain, situés à l'Arche ;

l'ancienne maison de pêcheur (XIXème siècle), située au n° 86 rue de la Haute-Meilleraie ;

l'ancienne maison de marinier (XIXème siècle), située à La Meilleraie ;

l'ancienne maison de Vigne (XIXème siècle), située à La Turmelière ;

la halle (1806), située sur la place Jeanne-d'Arc et œuvre de l'architecte M. Sengstack ;

Les halles de Varades (anciennement en Bretagne).

le presbytère (1806-1808), situé rue de Verdun ;

la gare (vers 1850), située sur la ligne de chemin de fer de Tours à Nantes ;

Gare de Varades (anciennement en Bretagne).

la Grange (vers 1875), située à La Boucherie ;

la Grange (XIXème siècle), située à La Magauderie ;

10 moulins dont ceux du Bourg, Petit, de la Madeleine, du Ferté, des Haies,.... ;

Moulins de Varades (anciennement en Bretagne).

 

Moulins de Varades (anciennement en Bretagne).

A signaler aussi :

la découverte de haches en pierre polies, de poteries, de débris de tuiles, de scories (époque néolithique et gallo-romaine) ;

l'arc (vers le XV-XVI-XVIIème siècle), situé impasse du Dauphin. Il s'agit aujourd'hui d'une porte d'accès à un terrain enclos de murs ;

le four à chanvre (1750), situé sur l'île Bataileuse ;

Château du Grand-Patis à Varades (anciennement en Bretagne).

  

Château de la Lande à Varades (anciennement en Bretagne).

 

Ville de Varades (anciennement en Bretagne).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de VARADES

La châtellenie de Varades rapportait en 1459 au baron d'Ancenis 136 livres 19 sols d'argent, 798 boisseaux d'avoine, 11 oies et 11 gelines ; il lui était dû, en outre, une dîme de grains et de vins. Au même seigneur d'Ancenis appartenaient les coutumes et trépas de Varades et le passage de Saint-Florent, dont les redevances étaient doublées quand avaient lieu les foires du Marillais. Le prieur de Varades devait au baron d'Ancenis, quand arrivaient les fêtes de Pâques, la Toussaint et Noël « six rouesselles (gâteaux fait avec de la farine et des oeufs), six fouaces et six pintes de vin ». Enfin le même seigneur d'Ancenis avait un droit de quintaine sur tous les derniers mariés de Varades, et il présentait les chapelains de la chapelle de l'ancien château de Varades dédiée à sainte Magdeleine et de la chapelle de la Fénouillère (Aveux d'Ancenis en 1549 et 1741).

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.