Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Troguerois

TROGUERY

  Retour page d'accueil         Retour Canton de La Roche-Derrien  

La commune de Troguéry (bzh.gif (80 octets) Trogeri) fait partie du canton de La Roche-Derrien. Troguéry dépend de l'arrondissement de Lannion, du département des Côtes d'Armor (Trégor - Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de TROGUERY

Troguéry vient du vieux breton "treb" (village) et, semble-t-il, d'un nom de personnage "Guerry" ou "Geri". 

Troguéry est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Pleudaniel. Le manoir du lieu est mentionné en 1330 dans le Procès de canonisation de saint Yves. Treauguery (Troguéry) est une paroisse dès 1437 (Archives de Loire-Atlantique, B2982). La paroisse faisait jadis partie du fief épiscopal des Régaires de Tréguier et relevait de l'évêque. 

Le territoire de la succursale de Troguéry a été diminuée de celui de la succursale de Pouldouran, érigée par ordonnance du 4 novembre 1845. L'ancienne paroisse de Troguéry faisait partie jadis du diocèse de Tréguier : elle dépendait de la subdélégation de Tréguier et ressortissait au siège royal de Lannion. La cure était à l'alternative. Durant la Révolution, la paroisse de Troguéry dépendait du doyenné de la Roche-Derrien. La première municipalité de Troguéry est élue en 1790.

On rencontre les appellations suivantes : Treguerri (en 1330), eccl. de Treuguerri (à la fin du XIVème siècle), Treauguery (en 1427), Treuguerri (en 1444), eccl. de Tnouguerri (en 1457), Treuguerri (en 1461), Tnouguery (en 1481), Trouguery (en 1486), Treguerri, Treuguerri, Treuguerry (en 1505), Tnouguery (en 1547), Tuonguerry, Tnouguerry (en 1554, en 1614), Troguerry en 1600. La forme actuelle Troguéry apparaît en 1709.

Note 1 : la commune de Troguéry est formée des villages : Kerscabot, Pen-an-Antré, Guémoret, Ville-Basse, Sainte-Anne, Kermeur, Convenant Tilly, Convenant Mabo, Kerino, Biliguen, Convenant Munudic, Convenant Coco, le Cozquer, Traou an Dour, Roz-Lan, Pen-an-Cra, etc....

Note 2 : Liste non exhaustive des recteurs de TROGUERY : Noble Guillaume-Gabriel Cillart de la Villeneuve jusqu’en 1703. - Fabien le Tinevez (à partir de 1703). - Yves Daniel jusqu’en 1725. - Louis le Rumeur (1725-1727). - Yves le Chaffotec (à partir de 1727), recteur de Lanmérin. - Yves Feunten, décédé en 1778. - Guillaume-Gilles le Béaudour (1778-1780). - M. Le Borgne ou Guillaume le Roux (1783-1790), recteur de Loguivy-les-Lannion, etc ...

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de TROGUERY

l'église de la Sainte-Trinité, appelée autrefois « église Saint-Ildut » (1633-XVIIIème siècle). L'église est en forme de croix et comprend une nef, accostée au nord d'un bas côté partiel de deux travées (entre le porche latéral et le transept), un transept et un choeur. Le hameau de Kerillud semble rappelé saint Ildut, l'ancien titulaire de l'église. Le clocher date de 1633-1651 ainsi que l'indiquent la date de 1633 placée dans un cartouche et l'inscription suivante de la balustrade : C. HERVE. FAB. ET. Y. QUEDEN. 1651. Sur la tourelle, autre inscription : M. PEAN. SAVIDAN. R. A AIDE F. CESTES. Le chevet porte la date de 1729. Le porche nord porte la date de 1743. Le maître-autel, en bois polychrome, date du XVIIIème siècle : il est restauré par le sculpteur Le Merrer et le tableau du centre représente le Père éternel (deux statues latérales représentent la Vierge et un évêque). " Mobilier : Maître-autel du XVIIIème siècle restauré par Le Merer ; tabernacle du XVIIIème siècle sur l'autel de l'aile sud ; bénitier du XIVème siècle aux armes des La Feillée et de leurs alliances ; fonts baptismaux à deux cuves armoriés des armes de Guillaume de Ploeuc et de Marguerite de Kerymerch (XVème siècle) ; tribune du début du XVIIème siècle avec panneau peint représentant la Résurrection ; chaire moderne, style Louis XV, de l'atelier de Le Merer ; statues anciennes de la sainte Vierge, saint Roch, sainte Barbe et, parmi les modernes, de saint Iltud et de saint Yves " (R. Couffon). Le seigneur de Troguéry se déclare le fondateur de l'église paroissiale (titre que revendique aussi la seigneurie Kerandraou ou La Ville-Basse) ;

Eglise de Troguéry (Bretagne)

la chapelle Sainte-Anne (XVIème siècle-1779), reconstruite en grande partie en 1779 et restaurée en 1881 (date gravée sur le porche) et en 1925 (fenêtres et toiture). D’après l'acte de fondation d'une messe, daté du 17 septembre 1623, la chapelle, de plan rectangulaire, remonterait au XVIème siècle. Elle fut en partie reconstruite en 1779, et a été restaurée, ainsi que l'indique la date de 1881 sur le porche, puis à nouveau en 1925 par les soins du recteur qui y fit entre autres des fenêtres et une toiture neuves (R. Couffon). Privée jusqu'au XIXème siècle, elle est cédée à la commune de Troguéry le 5 janvier 1878. Elle abrite les statues de sainte Anne et de saint Pierre. Elle possède un clocher mur à lanternon ;

la chapelle de la Ville Basse en Kerandraou (XIVème siècle). Il s'agit de la chapelle privée du manoir de même nom ;

le calvaire de Kerino (1826), de Pen-ar-C’hra (XIXème siècle) ;

le manoir de la Ville-basse ou Kerandraou (XIV-XVème siècle). Il s'agit d'une construction attribuée aux Templiers. Le manoir comprenait une chapelle à l'étage. La porte charretière date du XIVème siècle. Propriété de Renaud de La Touche en 1542, des familles de Québriac (avant 1599), Louaisel (en 1599), Le Cornulier (en 1673), Hay (à partir de 1725). Le seigneur Henri Phelippes de Coëtgoureden, conseiller et ambassadeur du duc de Bretagne, dont le gisant figure dans la nef de la cathédrale de Tréguier, y aurait séjourné. On y trouve un colombier et une tour d'environ 17 mètres de haut comportant à son sommet un imposant chemin de ronde ;

les moulins du Cosquer (moulin à marée du XVIII-XIXème siècle) et de Huallec.

A signaler aussi :

des briques et tuiles trouvées au lieu-dit Coz-Quinquis (le vieux Plessis), dans le secteur de Cosquer (époque romaine) ;

le routoir à lin (XVII-XVIIIème siècle), situé baie de Gwenored ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de TROGUERY

La seigneurie de Kerinou (Kerino) s'étendait jadis à Hengoat et Pouldouran. Sa juridiction est mentionnée en 1579 et en 1656. Propriété de Guillaume Le Du en 1535 et de Charles Le Du en 1656.

La seigneurie de Kersquerbault (Kerscabot), qui s'étendait à Coatascorn, Trézélan, Guénézan, Gurunhuel, Cavan, Botlézan, Hengoat et Pleubihan, possédait jadis un droit de haute justice qui s'exerçait à La Roche-Derrien au XVIIIème siècle. Propriété des seigneurs de la seigneurie du Chef-du-Pont (en Roche-Derrien).

La seigneurie de Troguéry possédait jadis un droit de haute justice (mentionnée en 1601) et moyenne et basse justice (dès 1653). Propriété, en 1540, de Sylvestre Perrien et Guillemette de Lézerdault, son épouse. Cette seigneurie passe ensuite entre les mains successives des familles de Kerguézec (en 1601, suite au mariage de Claude de Perrien avec Jean de Kerguézec), de Kersulguen (avant 1653, suite au mariage de Jeanne de Kerguézec avec François de Kersulguen). 

La seigneurie de la Ville-Basse ou de Kerandraou s'étendait jadis à Hengoat, Lanmérin, et possédait un droit de haute justice qui s'exerçait à Tréguier. Les seigneurs possédaient aussi des prééminences dans la cathédrale de Tréguier. Propriété de Renaud de La Touche, seigneur de Coatfrec, Kerimel et Lesnévez, en 1542. Cette seigneurie passe ensuite entre les mains successives des familles de Québriac (avant 1599), Louaisel (en 1599), Le Cornulier (en 1673), Hay (à partir de 1725).

En 1710, dans un " Rolle de répartition de la somme de treize mil sept cent trente livres qui doit estre imposée sur touttes les seigneuries et fiefs ecclésiastique et laïques de l'évesché de Tréguier " (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, C 3479), on trouve mentionnée à Troguéry la seigneurie de La Ville Basse à Mme la présidente de Cornullié (10 livres).

Lors de la Réformation des fouages de 1426, le noble suivant est mentionné à Troguéry (Treauguery) : le chevalier Raoul de Plusquellec. On y mentionne aussi le manoir de Kerdetnou (appartenant à Chefdubois, sire de Coetrevan, exploité par Olivier Leslech).".

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Tréguier de 1481, on comptabilise la présence de 1 noble de Troguéry (il y en avait 1 en 1426) :

Jehan HAMON (30 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît en archer ;

© Copyright - Tous droits réservés.