Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Trégonnois

TREGONNEAU

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Bégard  

La commune de Trégonneau (bzh.gif (80 octets) Tregonev) fait partie du canton de Bégard. Trégonneau dépend de l'arrondissement de Guingamp, du département des Côtes d'Armor (Trégor - Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de TREGONNEAU

Trégonneau signifie littéralement "Treb" (village) et "gonneau" (Saint-Conéo ou Saint-Gonneau ou Saint-Goneri). 

Trégonneau est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plouëc. Trégonneau est citée comme paroisse dès 1461.

L'ancienne paroisse de Trégonneau dépendait autrefois de l'évêché de Tréguier, de la subdélégation de Guingamp et du ressort de Lannion. La cure était à l'alternative.

On rencontre les appellations suivantes : Trégonneau (en 1461) et Tregonneau (en 1481).

Note 1 : la commune de Trégonneau est formée des villages : Kermozou, Kerhamon, Beuzit-Bras, Kerio, Kersant, Kercoq, Pen-an-Pavé, Pen-an-Hoat, Kercado, Pen-Lan, Bongoat, Ruguezou, Keredern, Carsveur, le Quévez, le Beuzit-Bihan, etc...

Note 2 : Liste non exhaustive des recteurs de TREGONNEAU : Pierre Quérou, décédé en 1729. - Yves le Clenche (1729-1755), du diocèse de Vannes. - Olivier le Diourou (1755-1772). - Yves Caitté jusqu’en 1772. - Jean le Calvez (1772-1790), etc...

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de TREGONNEAU

l'église Notre-Dame, reconstruite entre 1858 et 1861. En forme de croix latine, elle a été édifiée par M. Jacques Auffret, de Plouisy, sur plans de M. Dar, architecte à Guingamp, datés du 15 avril 1858. La bénédiction de la première pierre eut lieu le 8 avril 1861 et la première grand'messe chantée le 11 août suivant. La bénédiction solennelle n'eût toutefois lieu que le 22 mai 1863. De l'ancienne église, l'on a conservé le fenestrage du chevet, du XIVème siècle et d'un type que l'on rencontre autour de Bourbriac, le porche daté de 1706, ainsi que le clocher, également du début du XVIIIème siècle, mais qui a été reconstruit 15 mètres plus à l'ouest (R. Couffon). Les fonts baptismaux datent de 1649. L'église abrite des statues anciennes de Notre-Dame, saint Joseph, sainte Anne, saint Jean évêque. Le groupe de personnages est daté du XVIIème siècle : il est composé de statues en bois de la Vierge Marie et de sa mère sainte Anne. Le fenestrage du chevet date du XIVème siècle. Le vitrail de saint-Pierre et saint-Paul date du XIXème siècle. Les seigneurs de Bongoat possédaient jadis des prééminences dans l'église de Trégonneau. On y voyait aussi autrefois, dans l'ancienne église, un enfeu : probablement celui d'Olivier Larchiver (possesseur du fief de Kergoff), parrain d'une cloche appelée Maria et fondue en 1658 à Trégonneau ;

Eglise de Trégonneau (Bretagne).

la chapelle Saint-Yves (1840). Edifice de plan rectangulaire reconstruit en 1840 ainsi que l'indique ce millésime. Il renferme les statues anciennes de saint Yves et sainte Marguerite. La statue en bois de saint Yves est datée du XVIIème siècle ;

la croix du cimetière (1756). La croix comporte une pietà (la Vierge portant Jésus) ;

la fontaine Notre-Dame ;

la maison de Beuzit-Bras (XV-XVIIIème siècle) ;

le moulin à eau du Saint ; 

A signaler aussi :

le menhir de Kerbour (3m40) ;

le dolmen de Beuzit-Bras (époque néolithique) ;

des débris de tuiles et des pesons trouvés près du village de Beuzit-Bras ;

la voie romaine Guingamp - Tréguier qui passe à Trégonneau : aux lieux-dits Pen-ar-Pavé et Croas-Martin ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de TREGONNEAU

La seigneurie de Bongoat, qui s'étendait jadis à Squiffiec et à Plouisy, possédait un droit de moyenne et basse justice (en 1583). Propriété d'Alain de Bongoat (ou Bougeot) en 1499, de Jean de Kersulguen en 1556 et de Nicolas Moisan en 1690.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Tréguier de 1481, on comptabilise la présence de 2 nobles de Trégonneau (il y en avait 2 en 1426) :

Pierre DU BOUGEOT (60 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Amice KERGOC, veuve d’Olivier Lachiver (20 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

© Copyright - Tous droits réservés.