Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue

SAINT-NICOLAS-DU-TERTRE

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Malestroit  

La commune de Saint-Nicolas-du-Tertre (bzh.gif (80 octets) Sant-Nikolaz-ar-Roz) fait partie du canton de Malestroit. Saint-Nicolas-du-Tertre dépend de l'arrondissement de Vannes, du département du Morbihan (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Saint-Nicolas-du-Tertre, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-NICOLAS-DU-TERTRE 

Saint-Nicolas-du-Tertre est un démembrement de la paroisse primitive de Ruffiac. Il s'agit d'une ancienne trève de la paroisse de Ruffiac. Saint-Nicolas-du-Tertre est cité dans le Cartulaire de l'abbaye de Redon dès le IXème siècle. Saint-Nicolas-du-Tertre dépend de la baronnie de Malestroit. 

En 1576, les habitants réclament l'établissement d'une trève à Saint-Nicolas. Cette trève dépend de la paroisse de Ruffiac. Saint-Nicolas-du-Tertre est érigé en commune du canton de Caro et du district de Ploërmel en 1790. 

En 1801, Saint-Nicolas-du-Tertre est rattaché au canton de Malestroit. Saint-Nicolas-du-Tertre est érigée en paroisse en 1802.

Note : Saint-Nicolas-du-Tertre, ancienne trève de Ruffiac, est limité au nord par Tréal, à l'ouest par Ruffiac, au sud par Saint-Martin et les Fougerêts, et à l'est par Carentoir. Sa superficie est de 1293 hectares, arrosés au nord par le Rahun, et couverts au midi par de vastes landes et par le bois de Grisan. En 1891, sa population est de 679 habitants. Le bourg, situé presque au centre, est à 5 kilomètres de Ruffiac, à 14 de Malestroit et à 19 de Ploërmel. On ne connaît dans ce pays aucune antiquité celtique ni romaine de quelque importance. Quant aux émigrés bretons, ils ont certainement pénétré dans ce territoire. Au IXème siècle, le Cartulaire de Redon nous montre une foule de noms bretons à Ruffiac, et Saint-Nicolas-du-Tertre faisait alors partie de cette paroisse. Après bien des siècles écoulés, on retrouve encore aujourd'hui les noms bretons de Quilvin, de Lestréhan, du Bot... (J-M. Le Mené).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de SAINT-NICOLAS-DU-TERTRE

l'église Saint-Nicolas. La chapelle tréviale, devenue église paroissiale, a été reconstruite à la fin du XVIème siècle ou au commencement du XVIIème siècle sur l'emplacement d'un édifice roman dont on voit encore des témoins dans les petites fenêtres en plein cintre très ébrasées de la chapelle sud. Elle comprend une nef rectangulaire sur laquelle s'ouvrent deux chapelles dissymétriques, formant croisillons, ouvrant sur le vaisseau central par une arcade en plein cintre pénétrant directement dans la muraille. La fenêtre du chevet a encore quelques fragments d'un vitrail du XVIIème siècle, aux armes de la famille de La Bourdonnaye ;

Nota : L'église, tréviale puis paroissiale, de Saint-Nicolas, est située sur une colline, et c'est de là que lui vient le nom de Saint-Nicolas-du-Tertre. Elle est en forme de croix latine irrégulière ; à chaque transept se voient deux arcades en plein cintre sans tailloirs ; on remarque au bras sud des fenêtres en plein cintre très évasées, et au bras nord une fenêtre géminée. L'une de ces chapelles, dédiée à saint Etienne, renfermait trois tombes prohibitives des seigneurs de Pont-Billy. Sur un entrait et dans les restes de vitraux, se trouve l'écusson de la Bourdonnaye : de gueules à 3 bourdons d'argent en pal. Dans le cimetière se dresse une grande croix de schiste, au sommet gracieusement découpé. C'est en 1576 que la frairie de Saint-Nicolas-du-Tertre fut érigée en trève. Les habitants du quartier exposèrent au recteur la distance qui les séparait de l'église paroissiale, le danger pour les enfants de mourir sans baptême avant d'arriver au bourg, et la nécessité d'établir chez eux des fonts baptismaux. Le recteur Nicolas de la Bouère reconnut le bien fondé de ces raisons, en faisant quelques réserves pour la forme, et l'évêque Louis de la Haye autorisa l'établissement de la trève. Les registres conservés jusqu'à ce jour ne remontent toutefois qu'à 1642. Ce quartier ne possède aucune chapelle secondaire, mais on est porté à croire que le hameau de Saint-Donat tire son nom d'une ancienne chapelle. Les chapellenies, desservies à Saint-Nicolas, étaient : — 1° Celle du prêtre Jean Ayoul. — 2° Celle du Pré-Gâté. — 3° Celle de la Bridelaie ou de la Porte-Potel. — 4° Celle de la Vallée. En 1790, Saint-Nicolas-du-Tertre fut érigé en commune, comme beaucoup d'autres trêves, et fit partie du district de Ploërmel. Son curé, René Houée, refusa le serment en 1791, et vit vendre nationalement des terres dépendant de la cure, divers immeubles appartenant aux chapellenies, et un moulin à vent dépendant du prieuré de Ruffiac. En 1801, Saint-Nicolas-du-Tertre passa dans le canton de Malestroit, arrondissement de Ploërmel, et en 1802 il fut définitivement séparé de Ruffiac et érigé en paroisse succursale (J-M. Le Mené).

les deux croix du cimetière. Elles sont toutes les deux de forme templière ;

le manoir de la Châtaigneraie (1634). On mentionne Guillaume Aubin en 1427 et Pierre Boquan en 1536. On y trouve des boulins. La date de 1634 est inscrite sur une des lucarnes ;

l'alignement de la Ruaudaie (XVII-XVIIIème siècle). Restauré au XIXème siècle. Cet alignement comprend quatre logis ;

la maison (XVIIème siècle), située à La Ruaudaie ;

le moulin à eau de Langle, et le moulin à vent de la Porte ; 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de SAINT-NICOLAS-DU-TERTRE

Comme Ruffiac, Saint-Nicolas-du-Tertre dépendait jadis de la baronnie de Malestroit. Les seigneuries du lieu étaient :

1° La Châtaigneraye, vers le sud-est, aux Héligon.

2° Le Pont-Billy, au sud-ouest, aux Morin et aux Rollo.

3° La Porte, au sud-est, aux Mézière.

4° Saint-Donat, vers le sud, aux La Ruée.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464 et du 4 septembre 1481, on comptabilise la présence d'aucun noble de Saint-Nicolas-du-Tertre. Saint-Nicolas-du-Tertre dépendait autrefois de Ruffiac.

© Copyright - Tous droits réservés.