Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Bartholoméens

SAINT-BARTHELEMY

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Baud  

La commune de Saint-Barthélemy (bzh.gif (80 octets) Bartelame) fait partie du canton de Baud. Saint-Barthélemy dépend de l'arrondissement de Pontivy, du département du Morbihan (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Saint-Barthélemy, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-BARTHELEMY 

Saint-Barthélemy vient d'un saint, nommé Barthélemy.

Saint-Barthélemy est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Baud. La paroisse de Saint-Barthélemy est en fait une ancienne trève de Baud et dépendait autrefois du doyenné de Porhoët. Saint-Barthélemy est érigé en paroisse en 1871.

La commune de Saint-Barthélemy n’existe que depuis le 17 juillet 1867, date où son territoire est détaché de celui de Baud.

Note : Saint-Barthélemy est une section de Baud, érigée en commune le 17 juillet 1867, et en succursale le 27 septembre 1871. Ses limites sont : au nord, un ruisseau qui le sépare de Pluméliau, à l'ouest, le Blavet, qui longe Melrand et Quistinic, au sud, le ruisseau de Saint-Adrien, qui le sépare de Baud, et à l'est, le même ruisseau qui le divise de Guénin. En 1891, sa superficie est de 2192 hectares, assez bien cultivés, et sa population est de 1760 habitants. De l'époque celtique, on cite deux menhirs, situés entre la chapelle de Saint-Adrien et le moulin de Kernars, l'un de 5 mètres de hauteur, l'autre de 3 mètres 50. De l'époque romaine, il reste une voie venant de Castennec et passant à Talforêt, à Tylosquet et au Henven, et de plus un reste de retranchement à Penn-Mané. Les Bretons sont venus dans ces parages dès le VIème siècle, et y ont laissé leur langue et leurs usages, fidèlement conservés jusqu'à nos jours (Joseph-Marie Le Mené). 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de SAINT-BARTHELEMY

l'église Saint-Barthélemy (XIX-XXème siècle), oeuvre des architectes M. Gloire et Caubert de Cléry. En forme de croix latine, elle a été édifiée à proximité de l'ancienne chapelle de Saint-Barthélemy. L'ancienne chapelle qui datait du XVIème siècle a été démolie, et a fait place, en 1891, à un banal édifice moderne de style gothique. Il s'agit d'un grand vaisseau terminé par une abside semi-circulaire. L'église actuelle est bénite le 27 octobre 1895. Le clocher, oeuvre de l'architecte Caubert de Cléry, est édifié en 1913 ;

Nota : La chapelle de Saint-Barthélemy, devenue église paroissiale depuis 1871, a la forme d'une croix latine et n'offre rien de particulier. On a dû l'agrandir pour sa nouvelle destination. Mais ce n'était là qu'une solution provisoire, et il a fallu construire une église neuve, comme on avait fait un presbytère neuf et des écoles neuves. La nouvelle église, livrée au culte depuis le 27 octobre 1895, fait la joie de toute la population. Les chapelles de cette nouvelle paroisse sont les suivantes : — 1° Saint-Adrien, sur les bords du Blavet, édifice de style ogival, en forme de croix latine. Ses fenêtres, à meneaux en flammes, trilobes et fleurs de lys, renferment des restes de vitraux et de nombreux écussons, parmi lesquels on distingue ceux de Baud, de Kerméno, de Rimaison, le Sénéchal, etc... Une fontaine dans le choeur, une autre dans le transept, une troisième au dehors, reportent l'imagination jusqu'à la période celtique. On prétend que les Templiers y ont eu un établissement, qui a dû passer ensuite aux Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem ; mais rien ne le prouve, et il parait au contraire qu'il y a ici confusion avec une chapelle voisine, située en Quistinic et dédiée à saint Jean. — 2° Saint-Fiacre, au village de ce nom, vers le sud. — 3° Saint-Corentin, au village du même nom, au sud-est. — 4° Saint-Guen, vers le nord, au village de ce nom. — 5° Saint-Thuriau, vers le nord, renfermait quelques restes de vitraux et d'écussons ; elle a été complètement rebâtie. Il y avait anciennement une chapelle à Saint-Ily, vers l'ouest ; le nom et la fontaine du saint existent encore en 1891. Il y avait aussi une chapelle privée au château de Kerhuélic (J-M. Le Mené).

la chapelle Saint-Adrien (XV-XVIème siècle), achevée vers 1565 (date gravée sur une boiserie). L'édifice est en forme de croix latine, avec un choeur à chevet plat, très enterré à l'extérieur. L'édifice présente, au choeur, deux colonnettes engagées qui semblent attendre une arcade. La décoration extérieure des rampants, des contreforts et des portes est toute flamboyante. Au-dessus du portail occidental, une petite fenêtre en plein cintre, très ébrasée, semble indiquer l'existence d'une construction antérieure. Les autres fenêtres sont en tiers-point avec réseaux flamboyants ou dessinant des fleurs de lis. On y voit quelques fragments de vitraux du XVIème siècle avec des écussons aux armes de Bretagne, Cadoudal, Rimaison et Le Sénéchal. La chapelle est couverte d'une charpente aux entraits à têtes de crocodiles et aux sablières finement sculptées d'animaux et de personnages, avec les armes de Baud et de Kerméno. L'édifice abrite deux fontaines. A l'intérieur de la chapelle se trouve un jubé en bois sculpté du XVI-XVIIème siècle récemment restauré et représentant les douze apôtres, ainsi qu'une tribune à panneaux également sculptée de personnages (XVIIème siècle). Le lambris peint de la voûte au-dessus du choeur date du milieu du XVIème siècle : il représente deux grandes scènes du martyre de saint Adrien ;

la chapelle Saint-Thuriau (fin du XIXème siècle), édifiée à l'emplacement d'une ancienne chapelle. Quelques fragments de vitraux armoriés proviennent de l'ancienne chapelle. On y trouve la dépouille de Claude Lorcy, chef chouan de la région de Baud, tué le 26 juin 1798 ;

l'ancienne chapelle Saint-Fiacre (XVIème siècle), située au village de Saint-Fiacre. Il s'agit d'un édifice de forme rectangulaire. Cet édifice est signalé en 1930 ;

l'ancienne chapelle Saint-Corentin, reconstruite au XVIIème siècle et située au village de Saint-Corentin. Cet édifice est signalé en 1930 ;

l'ancienne chapelle Saint-Guen, reconstruite au XVIIIème siècle et située au village de Saint-Guen. Cet édifice est signalé en 1930 ; 

le château de Pen-Mané (fin du XIXème siècle). L'ancien manoir appartenait autrefois à la famille La Fuglaie. Racheté par la famille Le Courrierec de Talnay vers 1850, le manoir est reconstruit vers 1885-1890 ;

l'ancien manoir de Kerhuilic. Le château de Kerhuelic ou Kerhuilic était jadis une importante maison noble qui possédait un moulin et une chapelle privée aujourd'hui désaffectée ; 

la fontaine (XVIème siècle) de la chapelle Saint-Adrien ;

la maison de Talhouët (XVIIème siècle) ;

la maison de Tréblavet (1769). Une inscription figure au-dessus d'une des fenêtre de l'étage : "Georges Nedellec et Marie Lorcy ont fait construire cette maison cy" ;

le moulin de Kerhuilic ;

A signaler aussi :

les deux menhirs de Kernars (époque néolithique) ;

la stèle gauloise de Kerhel (âge du fer). Il s'agit d'une stèle hémisphérique de près de deux tonnes ;

les bracelets de Kerru ;

la villa de Libihan ;

le souterrain gaulois de La Villeneuve ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de SAINT-BARTHELEMY

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464 et du 4 septembre 1481, on comptabilise la présence d'aucun noble de Saint-Barthélemy. La paroisse de Saint-Barthélemy dépendait autrefois de Baud.

© Copyright - Tous droits réservés.