Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Saint-Aubinais

SAINT-AUBIN-DU-PAVAIL

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Châteaugiron  

La commune de Saint-Aubin-du-Pavail (pucenoire.gif (870 octets) Sant-Albin-ar-Pavez) fait partie du canton de Châteaugiron. Saint-Aubin-du-Pavail dépend de l'arrondissement de Rennes, du département d'Ille-et-Vilaine (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Saint-Aubin-du-Pavail, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-AUBIN-DU-PAVAIL

Saint-Aubin-du-Pavail vient de saint Aubin, évêque d'Angers au VIème siècle. Le terme "Pavail" désigne le pavé de la voie gallo-romaine qui traversait la commune.

Saint-Aubin-du-Pavail, localité très ancienne, tire son nom de la voie gallo-romaine de Rennes à Angers, qui traversait son territoire. Lorsqu'au milieu du XIème siècle Brient, premier seigneur de Châteaubriant, fonde près de son château le prieuré de Béré en faveur des moines de Marmoutiers, il donne entre autres choses à ces religieux deux métairies en Piré et la dîme de l'église de Saint-Aubin, située dans ce même Piré, « duas mediaterias apud villam quoe nuncupatur Piriacus, decimam quoque ecclesioe Sancti Albani quoe est in ipsa villa » (Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I, 401). Cette donation est confirmée en 1217 par Geoffroy, baron de Châteaubriant. Faut-il conclure qu'au XIème siècle Saint-Aubin-du-Pavail n'est pas encore paroisse et fait partie de celle de Piré ? Non, car il n'est point dit que Saint-Aubin est in parochia, mais in villa, ce qui est très différent. Nous croyons que ce mot villa doit être pris ici dans le sens de fief, et que cette note indique simplement la position de Saint-Aubin-du-Pavail dans le fief de Piré, appartenant au seigneur de Châteaubriant. 

Quoi qu'il en soit, il est formellement question de la paroisse de Saint-Aubin-du-Pavail dans la charte suivante, datée du mois de mars 1245 : A cette époque, Mathieu du Teil, sénéchal de Bonabes, seigneur de Rougé, constate que Geffroy Lainé renonce en faveur des moines de Béré au huitième de la dîme de la Gillerie, levée par ces religieux dans la paroisse de Saint-Aubin-du-Pavail. Geffroy ne fait cet abandon qu'à la condition, toutefois, qu'il jouisse de ce huitième de dîme tant qu'il vivra, et que les moines lui fournissent chaque année trois miches de pain, « tres panes qui miche vocantur », et une demi-bouteille de vin ; après sa mort, ces religieux jouiraient de toute la dîme et ne devraient plus ni pain, ni vin (Archives départementales de la Loire-Inférieure, fonds de Béré). L'abbaye de Marmoutiers unit ce qu'elle possède en Saint-Aubin-du-Pavail à son prieuré de la Franceule, annexe du prieuré de Béré. Aussi est-il dit en 1681 que le prieur de Béré et de la Franceule perçoit seul en Saint-Aubin le trait de dîme dit "trait de Béré", mais ne lève que deux tiers des autres traits, nommés la Guinais, Mardeau et le Bourg ; le dernier tiers de ces dîmes appartient au recteur, qui lève, comme les moines, la onzième gerbe. En 1790, le recteur de Saint-Aubin déclare que son tiers de dîmes est estimé 760 livres, et qu'il jouit en outre du presbytère et de son pourpris, contenant 7 journaux de terre labourable et 3 journaux de prairies, valant 300 livres ; c'est donc un revenu total de 1 060 livres de rente, dont il faut vraisemblablement déduire les charges (Archives nationales, P 1708 - Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 1 V, 25).

La seigneurie de Saint-Aubin-du-Pavail relevait jadis de la baronnie de Châteaugiron. Elle passe par alliance à la fin du XVème siècle aux seigneurs du Boisorcan, qui l'unissent à leur châtellenie en 1583.

On rencontre les appellations suivantes : ecclesia Sancti Albani (en 1050), Sanctus Albinus de Pavello (en 1516). 

Note : liste non exhaustive des recteurs de la paroisse de Saint-Aubin-du-Pavail : René Vannier (1611-1633), Pierre Goupil (1633-1638), Jean Jamois (à partir de 1638), Julien Jamois (1653-1669), N... Pamoys (1670-1671), A... Guérin (1672-1677), N... Barat (1680-1685), Pierre Labbé (1685-1712), Raoul Fougeray (1712-1722), Pierre Le Petit (en 1722), Olivier-André Geslin (1722-1740), René Le Sage (1740-1755), Pierre Chefdemail (1755-1774), Paul-Jean-Baptiste Sauvaget (1774-1789), François-Michel Gautier (1803-1808), François Leroy (1809-1821), Pierre Roussel (1822-1842), Jean-Marie Mahé (1842-1844), François Desnos (1844-1875), Julien Perdriel (1875-1878), Jean-Baptiste Thomas (à partir de 1878), .... 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de SAINT-AUBIN-DU-PAVAIL

l'église Saint-Aubin (XII-XVI-XVII-XVIII-XIXème siècle). Dédiée à saint Aubin, évêque d'Angers, l'église de Saint-Aubin-du-Pavail n'a rien de remarquable. C'est une construction en forme de croix. La nef présente intérieurement les dates de 1607 et 1620, et à l'extérieur on lit sur une porte latérale le millésime 1618 (ou 1638). La chapelle du Nord semble seule un peu plus ancienne et pourrait bien remonter au XVIème siècle. Quant au choeur actuel, il fut construit avec un chevet droit en 1763, en place d'un chanceau terminé en hémicycle. Il est très probable que ce choeur primitif était d'architecture romane. Le clocher se trouvait à l'origine au milieu de l'église, mais en 1853 on le construisit au bas de la nef, qu'on allongea à cette occasion. Il nous semble qu'aux siècles derniers le baron de Châteaugiron était seigneur supérieur de cette église, dans laquelle le seigneur de Saint-Aubin prétendait avoir les autres prééminences. Il y avait quelques fondations dans cette église, entre autres celle de la messe matinale chaque dimanche faite par Jean Denys. Les deux chapelles faisant transept sont construites au nord et au sud de l'édifice respectivement au XVIème siècle et en 1607. La nef qui porte les dates de 1607 et de 1620 a été allongée en 1853 sur les plans de l'architecte Auguste Marchand. Deux sacristies sont construites en 1863 et 1864. La cloche nommée Thérèse date de 1732 (elle a comme parrain René Jacques Louis Le Prestre et comme marraine Thérèse Pauline Le Prestre). Les fonts baptismaux, oeuvre du sculpteur Mazères, datent de 1855 ; 

la croix (1526), située route de Saint-Aubin ; 

l'ancien presbytère (1884-1885) ; 

A signaler aussi : 

des vestiges gallo-romains à plusieurs endroits : au Gacel, à Tébry, à Tayée et à l'Aubriais ; 

l'ancien manoir de Saint-Aubin-du-Pavail. Le manoir de Saint-Aubin-du-Pavail, relevant de Châteaugiron, appartenait aux XVIème et XVIème siècles au seigneur du Boisorcant (ou Boisorcan). Il devait se trouver dans la partie du bourg appelée encore maintenant la Salle. Propriété successive des familles Saint-Aubin (en 1427), Pontrouault (en 1478), Thierry, seigneurs du Boisorcan (vers 1513), Angennes (vers 1583), Morais, seigneurs du Boisorcan (en 1682 et 1718), Martigné (en 1734) ; 

l'ancien manoir de la Touche-Fouquet. Propriété de la famille de Châteaugiron (en 1427 et 1513) et de la famille Déélin (en 1660) ; 

l'ancien manoir de Mardeaux ; 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de SAINT-AUBIN-DU-PAVAIL

Lors de la Réformation faite en 1427, dans l'évêché de Rennes, par les commissaires Jamet Baude et Alain Le Jambu, plusieurs nobles sont mentionnés à Saint-Aubin-du-Pavail (35 contribuants) :

le sire de Saint-Aulbin, sr. du manoir de Saint-Aubin et de la Chasaye ;

Jacques de Chateaugiron, sr. du manoir de la Tousche Fouquet.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.