Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Pouldourannais

POULDOURAN

  Retour page d'accueil         Retour Canton de La Roche-Derrien  

La commune de Pouldouran (pucenoire.gif (870 octets) Pouldouran) fait partie du canton de La Roche-Derrien. Pouldouran dépend de l'arrondissement de Lannion, du département des Côtes d'Armor (Trégor - Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de POULDOURAN

Pouldouran vient du breton "poul" (mare) et de "Douran" ou "Ouran", saint breton du IXème siècle. On y mentionne une chapelle aujourd'hui disparue et dédiée jadis à Saint Ouran ou Douran.

Pouldouran est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Pleudaniel. En 1427, le « treff de Plodoran » était le minihy de la paroisse de Hengoat (c'est-à-dire le fief que l'évêque de Tréguier possédait dans cette paroisse). Cette trève était aussi dès 1599 une paroisse succursale de celle de Hengoat. La seigneurie de Pouldouran est la propriété de François de Pouldouran en 1535.

Pouldouran est érigé en succursale par ordonnance du 4 novembre 1845, son territoire étant détaché de celui de la succursale de Troguéry. La paroisse de Pouldouran dépendait jadis de l'évêché de Tréguier, de la subdélégation de Pontrieux et du ressort du siège royal de Lannion. Durant la Révolution, la paroisse de Pouldouran dépendait du doyenné de la Roche-Derrien. Pouldouran élit sa première municipalité au début de 1790.

On rencontre les appellations suivantes : Poldoran (vers 1330), treff de Plodoran (en 1427), Pouldouran (en 1437), Pouldoran (en 1461), Ploudoran (en 1463), Pouldouran (en 1481).

Note : la commune de Pouldouran était formée des villages : Convenant Stéphan, Kermouelc'h, Convenant Cousin, Convenant Champart, Kervouinen, Ty-an-Dossen Névoué, Convenant Coat Aval, Kercaradec, Convenant Dabern, la Ville-Neuve, Ty-Moc'h, Ty-Bergat, Convenant an Rojou.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de POULDOURAN

l'église Saint-Bergat (1859-1867). Saint Bergat (ou Pergat) est né vers 548 et décédé vers 620. Bergat n'est connu qu'à travers les IIème et IIIème Vies de saint Tugdual. Il est arrivé d'Irlande pour s'installer sur le site de Tréguier avec Tugdual. Après la mort de Tugdual, Bergat se retire en hermite à Pouldouran. Saint Bergat ou Pergat (Pebrecat) aurait eu, selon la tradition, son ermitage à Ty-Bergat. L'édifice, en forme de croix latine, est construit sur des terres données par la famille Jacob. L'adjudication des travaux eut lieu le 14 juin 1859 et ils commencèrent aussitôt. La première pierre fut bénite le 5 juillet 1859 et la première messe fut célébrée le 30 octobre, l'édifice n’avait pas alors de tour. Les plans avaient été dressés par M. Cangilly, de Tréguier, et les travaux exécutés par MM. Gonery Kerleau entrepreneur de maçonnerie, Jean Coadic charpentier, et Jacques le Vacon couvreur. La tour, commencée en février 1866 sur les plans du recteur, M. l'abbé Le Corre, et édifiée sous sa direction, fut achevée en 1867 ; enfin l'église fut consacrée le 15 octobre 1867. Le haut de la flèche, détruit par la foudre dans la nuit du au 5 octobre 1916, fut réparé en 1917 par M. Le Besque, entrepreneur à Guingamp. Le baptistère, qui forme un ensemble de deux cuves octogonales, date du XIIIème siècle. Le maître-autel, en bois polychrome, date du XIXème siècle. Le chemin de croix date du XIXème siècle. Parmi les statues modernes : saint Bergat dû au ciseau de Le Merer et saint Yves. Les seigneurs de Pouldouran étaient les fondateurs de l'ancienne église tréviale de Pouldouran et possédaient jadis une chapelle dédiée à saint Joseph dans la cathédrale de Tréguier ;

l'ancienne chapelle Saint-Ouran ou Saint-Douran, aujourd'hui disparue ;

le calvaire de Villeneuve (1684) ;

le calvaire de Kerleau ou Kerlo (1680). Il occupe l'emplacement de l'ancienne église de Pouldouran ;

le manoir de Villeneuve ou Kernevez (1683). On y trouve un cadran solaire daté de 1687 ;

le moulin à eau de Dout.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de POULDOURAN

La seigneurie de Kerduaut est citée en 1722. Elle possédait des prééminences dans l'église paroissiale. Propriété de Pierre de Kerivoal, puis de Pierre François de Rosmar en 1722. Cette seigneurie passe ensuite entre les mains de la famille de Kerampuil (suite au mariage de Charlotte Sylvie de Rosmar avec Charles Robert Saisy de Kerampuil).

La seigneurie de Kernec'h, mentionnée en 1766, possédait jadis un droit de basse justice qui s'exerçait à Pouldouran.

La seigneurie de Pouldouran possédait jadis un droit de moyenne et basse justice. Propriété de François de Pouldouran en 1535, puis de François Loz en 1562. Cette seigneurie passe ensuite entre les mains de la famille de Bégaignon, seigneurs du Rumen (en 1600, suite au mariage de Françoise Loz avec Bertrand de Bégaignon), puis de la famille Sarsfield (en 1750). En 1770, Marie de Levis, épouse de Jacques Hyacinthe de Sarsfield vend la seigneurie à Anne Marie Potor, comtesse de Tonquédec et épouse de René du Quengo.

Lors de la Réformation des fouages de 1426, les nobles suivants sont mentionnés à Pouldouran (« treff de Poldoran ou Pouldoran ») : Alain Pouldoran, Jouhan de la Porte. On y mentionne aussi le lieu-dit de Ker an Melec.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Tréguier de 1481, on comptabilise la présence de 6 nobles de Pouldouran :

Jehan EVEN (25 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan HAMON (20 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan de LA PORTE (25 livres de revenu) : défaillant ;

Jehan POULDOURAN (120 livres de revenu) : comparaît en Homme d’Armes ;

Yvon POULDOURAN : défaillant ;

François POULDOURAN : défaillant.

© Copyright - Tous droits réservés.