Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Porspoderiens

PORSPODER

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Ploudalmézeau  

La commune de Porspoder (pucenoire.gif (870 octets) Porspoder) fait partie du canton de Ploudalmézeau. Porspoder dépend de l'arrondissement de Brest, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Porspoder, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de PORSPODER

Porspoder vient du breton « porz » (port) et « poder » (potier).

Porspoder est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plourin. Porspoder est mentionnée comme trève de Plourin au XVème siècle (Couffon). C'est à Porspoder qu'aurait débarqué saint Budoc ou Buzeuc : "sur la grève de Porspoder, on vit aborder un jour une grande auge en pierre qui venait d'outre-mer en flottant sur les eaux. De cet auge se leva saint Budoc (Beuzec, qui veut dire noyé en breton)"

Porspoder devient paroisse au XVIIème siècle et commune en 1790. La paroisse de Porspoder dépendait autrefois de l'ancien évêché de Léon. La commune de Larret (Lazret en 1695), une des plus petites communes de France avec 143 habitants, lui est rattachée en 1970.

On trouve les appellations suivantes : Portz Poeder (fin XIVème siècle), Porzpoder (en 1427).

Voir aussi   Porspoder "L'ancienne paroisse et commune de Larret

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de PORSPODER

l'église Saint-Budoc (XVIème siècle). L'édifice comprend une nef de six travées avec bas-côtés, précédée d'un clocher légèrement encastré et terminée par un choeur profond éclairé latéralement. Entre les quatrième et cinquième travées, un arc diaphragme supporte un petit clocheton amorti en dôme. Entre les seconde et troisième travées, on trouve des arcs diaphragmes seulement sur les bas-côtés. Le clocher comprend une tour à deux étages en retrait et surmontée d'un beffroi à deux étages de cloches amorti par une flèche : il ne comporte qu'une galerie. A sa base, se trouve une porte en plein cintre surmontée des armes de la famille Du Chastel. L’autel du Rosaire date de la fin du XVIIème siècle. La chaire à prêcher date du XVIIIème siècle. Sur le porche sud, on trouve les armoiries des Kergadiou et des Kerlozrec, ainsi qu'une inscription "M : P : Boreneur". L'église renferme deux tableaux ex-voto datés de 1768 et 1771, ainsi que trois panneaux sculptés peints et dorés du XVIIIème siècle (sans doute des volets de niches de statues) dont deux sont consacrés à la Vie de saint Budoc, l'autre à l'Annonciation et à la Visitation. Les vitraux, sortis des ateliers de G. Félep à Landerneau en 1899, retracent la vie de saint Budoc. L'église abrite une statue ancienne de saint Pierre en kersanton (sur le porche sud) et provenant de Larret, les statues de saint Jean-Baptiste, saint Nicolas, sainte Marie Madeleine et une Pietà. L'église abrite aussi des statues modernes de saint Budoc (l'ancienne a été transférée au musée de Quimper), saint Pierre et Saint Paul ;

l'ancienne chapelle Notre-Dame dite aussi Sainte-Anne. Transformée en salle de catéchisme, elle renfermait une statue de sainte Anne ;

la chapelle Saint-Léonor ou Lénord (XVIème siècle-1729), profondément remaniée en 1729. Il s'agit, en fait, de l'ancienne église de Larret. Edifice de plan rectangulaire avec porche au sud voûté en berceau : l'édifice date du XVIème siècle avec remploi d'un fenestrage du XIVème siècle. On y trouve l'écu des du Chastel. Le clocher est ajouré de trois arcades en plein cintre, dont deux jumelées : le clocher-mur est percé à sa base d'une porte gothique surmontée des armes de la famille Autret de Kerguiabo. Une bannière avec la Vierge date du XVIIème siècle. La chapelle abrite les statues de saint Léonor (en soutane et portant une tonsure monacale) et de deux saintes. Un ancien cimetière entourait la chapelle ;

l'ancienne chapelle Saint-Ourzal, fondée par les seigneurs de Kermenou. A la base du clocher, on pouvait lire la date de 1715 ;

l'ancienne chapelle Notre-Dame des Flots à Melon. Il s'agissait en fait d'un ancien bâtiment d'usine de plan rectangulaire, aménagé en chapelle et bénit le 3 juin 1951 ;

l'ancienne chapelle Saint-Denec, aujourd'hui disparue ;

la croix de Larret ou de la chapelle Saint-Léonor (XIVème siècle). On y trouve l'écu de la famille des du Chastel ;

la croix du Dreff ou Le Croazoc ou Créac'h-ar-Groaz (XVème siècle) ;

la croix de mission du cimetière du Dreff (1883). La croix provient de l'ancien cimetière : elle est transférée en 1901 ;

la croix de Mentiby (XVIème siècle), trouvée dans la grève et insérée dans un mur de clôture ;

d'autres croix ou vestiges de croix : la croix de Kernioual (Haut Moyen Age), la croix ou stèle du Larret (Haut Moyen Age), la croix de Prat-Bihan (Haut Moyen Age), la croix de Prat-Joulou (XVIIème siècle), la croix de Prat-Joulou (Haut Moyen Age), la croix de Radénoc ou Pen-ar-Vur (Moyen Age), la croix de la chapelle Saint-Ourzal (XVIème siècle), la croix ou stèle de Saint-Ourzal (Haut Moyen Age), la croix gravée sur un rocher à Saint-Ourzal (Haut Moyen Age), la croix fruste de Saint-Ourzal (Haut Moyen Age), la croix de Spernoc (Haut Moyen Age), la croix de Traonigou (Haut Moyen Age) ;  

l'ancien manoir de Kerazant (XVIème siècle), propriété des familles Tanguy Autret et Keranguen ;

le manoir de Kermenou (XV-XVIème siècle), édifié par la famille Kermenou. Vers le milieu de la cour, se trouvait autrefois un édifice carré qui était la fontaine, à laquelle on accédait par un large escalier de 15 marches à 2 volées. Elle était divisée en deux bassins : l'un, à ciel ouvert, servait pour l'eau potable, l'autre, abrité, servait de lavoir ;

le colombier de Kermenou (XVIème siècle). On peut voir au-dessus de la porte du colombier, les armoiries des Kermenou ;

le poste de garde (XVII-XVIIIème siècle) de Melon ;

la fontaine de l’enclos de la chapelle Saint Ourzal. Les parents y plongeait trois fois les petits enfants pour qu'ils apprennent à marcher ;

la maison située au n° 6, rue Spernoc (XVIIIème siècle) ;

la ferme située au n° 8, route Saint Ourzal (XVIIIème siècle) ;

A signaler aussi :

le menhir et le dolmen de Kerivoret (époque néolithique) ;

le menhir de Kerhouézel (époque néolithique ) ;

la stèle de la chapelle Saint-Léonor (âge de fer - XVIème siècle) ; 

le menhir et le dolmen de l'île Melon ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de PORSPODER

Kermenou (de), sr. dudit lieu, en Porspoder, — de Coëtforn et de Kerduat, en Plouarzel, — de Kerroc'hic, — de Plivern, en Cléder, — de Kermalvezan, en Beuzit-Conogan, — du Mescouëz, — du Liscouet, — de la Salle. Ancienne extraction chevaleresque. — Dix générations en 1669. — Réformes et montres, de 1427 à 1534, en Plourin et Plouarzel, évêché de Léon. Blason : Fascé ondé d'or et d'azur de six pièces, comme Talec. André, vivant en 1380, marié à Marguerite Bohic, dont Hervé, époux d'Anne de Kergroadez. Guillemette de Kersauson, veuve du sr. Tanguy de Kermenou (mariée en 1611), mourut en 1626 et fut enterrée en la chapelle de Kermenou, en Porspoder.

Lors de la Réformation de l'évêché de Léon en 1443, plusieurs familles nobles sont mentionnées à Larret :

Autret, seigneur de Kerguiabo, paroisse de Larret. D’or à quatre [aliàs : cinq] fasces ondées d’azur. Yvon se trouve mentionné entre les nobles de Plourin.

Gozern Jean se trouve mentionné entre les nobles de Larret.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.