Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Plovanais

PLOVAN

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Plogastel-Saint-Germain  

La commune de Plovan (pucenoire.gif (870 octets) Ploan) fait partie du canton de Plogastel-Saint-Germain. Plovan dépend de l'arrondissement de Quimper, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Plovan, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de PLOVAN

Plovan vient du breton « ploe » (paroisse) et de Ozvan (moine breton).

Plovan est une paroisse primitive qui englobait, à l’origine, les territoires actuels de Plovan, de Peumerit et de Tréogat. La paroisse de Plovan dépendait autrefois de l'ancien évêché de Cornouaille.

On rencontre les appellations suivantes : Ploezven (en 1325), Ploeozvan (en 1404), Ploezvan (en 1574), Plozvan (en 1655).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de PLOVAN

l'église Saint-Gorgan (XIIIème siècle), restaurée en 1660 et 1791. L'édifice, reconstruit en grande partie en 1791, est en forme de croix et présente, à l'intérieur, un plan irrégulier suite aux divers remaniements et restaurations. Le vaisseau, avec bas-côtés, comprend d'abord au nord trois petites travées en tiers point et au sud deux en plein cintre et une en tiers point. Les piliers sont de la seconde moitié du XIIIème siècle. Viennent ensuite, de chaque côté, deux grandes travées en plein cintre avec chapelles en ailes au droit de la seconde, puis enfin deux travées en tiers point. Le clocher, à une chambre et sans galerie, date de 1520 : il porte l'inscription "Le Galles Mg. P. F. D. Alanou. M. K(er)vahvo". La façade ouest date de 1660. L'avant dernier pilier de la nef est daté de 1791, année de la restauration du chevet et des murs gouttereaux. Le chevet porte l'inscription "M. Bariou. F. I. Le Gouff. F.". Le maître autel date du XVIIème siècle. L'église abrite les statues (dont plusieurs proviennent de Languidou) de saint Gorgon, saint Guy en abbé, saint Herbot, sainte Anne, saint Eloi, saint Maudez, saint Roch, saint Michel, saint André, saint Corentin, saint Marc, sainte Catherine, sainte Elisabeth, sainte Brigitte, saint Sébastien, sainte Barbe, saint Antione, saint Jean-Baptiste, Notre-Dame de Grâces, un Crucifix, deux Pietà et deux Vierges-Mères ;

les vestiges de la chapelle de Languidou (vers 1160-1162 ou 1260). La chapelle, dédiée à Saint-Guy ou Saint Kido, a été édifiée par l'atelier de Pont-Croix. Elle est fondée sous le vocable de saint Quidou ou Guidou ou Guideau (saint breton mentionné dans le bréviaire gothique de Quimper). Elle aurait été édifiée vers 1260 par Auffray Le Guiriec comme indiqué sur un chapiteau "Auvredus Gurreu Hoc Opus Fecit" et "Guillelmus canonicus et Yvo de Revesco aedificaverunt istam ecclesiam". L'édifice comportait une nef de quatre travées avec bas-côtés, séparée par un arc diaphragme d'un choeur de trois travées avec bas-côtés. La chapelle, qui mesure approximativement 22 mètres de long sur 13 mètres de large, a été remaniée dans la première moitié du XVème siècle : la rosace du pignon date d'ailleurs du XVème siècle. Vendue sous la Révolution, la chapelle a été en partie démolie en 1794 afin d'utiliser les pierres à la construction d'un corps de garde de la commune de Plovan ;

la croix de Kroaz-Pilo (XI-XIIème siècle), située à Languidou ;

la croix de l’enclos paroissial de la chapelle Saint-Guy (XV-XVIème siècle) ;

le calvaire du placitre de l’église de Plovan (1705). IL s'agit d'un calvaire en kersanton du XVIème siècle, restauré au XVIIIème siècle ainsi que l'indique l'inscription "M. Provost 1705" ;

d'autres croix ou vestiges de croix : Kerlivin (vers 1614), Pencluziou ou Croix-de-Créhen (1553) ;  

l'ancien presbytère (XVIème siècle), restauré en 1628 ;

le manoir de Lesnarvor (XVIème siècle). En 1536, les dames de Lesnavor se nomment Hélène Du Bois et Suzette Kergoët. En 1577, on y trouve la famille Lezildry puis, en 1640, la famille Du Marhallac’h ;

le manoir de Lesvez (1691) ;

la fontaine du manoir de Lesnavor (XVIème siècle) ;

le pigeonnier (XVIème siècle) ;

la maison de Keriliz (XVII-XVIIIème siècle) ; 

5 moulins dont les moulins à eau de Henry, de Pontalan, et les moulins à vent de Kerilis, du Crugou,... 

A signaler aussi :

le menhir de Lespurit-Hellen (4000 avant Jésus-Christ) ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de PLOVAN

Gourcuff ou Gourcun, sr. de Tréménec, en Plovan, — de Kervennec, en Plomeur, — de Kerbiquet, en Kerfeunteun, — de Penanguer, — de Kerourchant, — de Penarpont, — de Kergolant, — de Kerdanet et de Mescosquer, en Poullan, a figuré aux reformations de 1426 à 1536 avec les nobles et gentilshommes des paroisses de Plovan, Pontcroix, Kerfeunteun, ancien évêché de Cornouailles. (Anc. Réf., t. III). A la grande réformation faite sous Louis XIV, cette maison a fourni les preuves de sept générations, et, par arrêt du 9 janvier 1669, déclarée noble d'ancienne extraction. Quelques membres de cette famille sont parvenus à des positions distinguées ; citons entre autres : Louis, sr. de Tréménec et de Kerdanet, fils d'Alain et de Gillette de Kerofil, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roy, par brevet du 4 juillet 1646, et chevalier de l'ordre, en 1653. — Jean-François, page de Louis XV, en 1722. Blason : D'azur, à la croix pattée d'argent, chargée d'un croissant de gueules, en abyme. Les Gourcuff, dont les srs. de Kerven, de Saint-Spé, de Keromnès, etc., sont un ramage, remontent à Guillaume, croisé en 1248. Un acte daté de Limisso, en avril 1249, a fait admettre les armes de cette famille à Versailles.

Vincent-Casimir de Kersauson (fils de Pierre Michel Kersauson et de Jeanne du Mescam, mariés en 1740) épouse, en 1776, Corentine de Gourcuff. Vincent-Casimir, mousquetaire du Roi, comme son aïeul, de 1760 à 1775, reçut à sa sortie le brevet de capitaine avec le titre de comte. « Commission au sr. Vincent-Casimir, comte de Kerdrel, mousquetaire de la seconde compagnie des mousquetaires du Roy, pour tenir rang de capitaine de cavalerie » Signé : Louis. De par le roy : Montregnorel. Vincent-Casimir est nommé lieutenant des maréchaux de France, en 1776 (J. de Kersauson).

A la "Montre" de l'Evêché de Cornouailles de l'an 1481 qui s'est tenue à Carhaix les 4 et 5 septembre, revue militaire à laquelle tous les nobles devaient participer munis de l'équipement en rapport avec leur fortune, les nobles suivants de Plovan étaient présents :

Jehan Gourcuff, représenté par Alain son frère, archer en brigandine ;

Jehan du Bois Kergunou, représenté par Alain son fils, archer en brigandine ;

Hervé Gauvain, représenté par Hervé son fils, archer en brigandine ;

Yvon le Moster, représenté par Guillaume son fils, en pal et vouge.

A la "Montre" de l'Evêché de Cornouailles de l'an 1562 qui s'est tenue à Quimper les 15 et 16 mai, les nobles suivants de Plovan (Ploesnan) apparaissent :

René Keravaing, sieur de Kercorentin, présent, dict faire arquebususier à cheval ;

Le sieur de Tremenec, présent, dict faire arquebususier à cheval ;

Les héritiers de Jehan le Monster, default ;

Le sr. de Kerrisanat, default.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.