Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue

PLESTAN

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Jugon-les-Lacs  

La commune de Plestan (pucenoire.gif (870 octets) Plestan) fait partie du canton de Jugon-les-Lacs. Plestan dépend de l'arrondissement de Dinan, du département des Côtes d'Armor (Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de PLESTAN

Plestan vient du breton « plou » (paroisse) et de « Jestin » (saint breton nommé Iostin, Iestin) ou de "Justan" (saint nommé Iestan).

Plestan est une ancienne paroisse primitive qui englobait jadis outre le territoire actuel de Plestan, ceux de Noyal et de Saint-Rieul.

Ville de Plestan (Bretagne).

Plestan a un prêtre dès 1198 et un recteur dès 1230 (Anc. év. IV, 12 ; III, 67). Plestan (Plesten) est mentionné comme paroisse en 1255, à l'occasion du règlement d'un différend entre l'abbaye de Saint-Aubin des Bois et un certain Guillaume Roussel de Bodan. Plestan est également cité comme paroisse en 1427 (actes de Jean V, n° 1778). 

La paroisse de Plestan appartient, sous l'Ancien Régime, au diocèse de Saint-Brieuc. L'ancienne paroisse de Plestan avait pour subdélégation Lamballe et pour ressort Jugon. La cure était à l'alternative. Au moment de la Révolution, le duc de Penthièvre était seigneur de cette paroisse, qui dépendait du doyenné de Jugon. Plestan élit sa première municipalité au début de 1790.

Lors des nominations aux succursales en 1803, à Plestan, le préfet désirait conserver l'ex-bernardin Toussaint-Yves Le Corre, 46 ans, depuis 12 ans curé assermenté de cette paroisse, et, à son dire, « connu par la conduite la plus régulière et beaucoup d'attachement à ses devoirs, puisque pour les remplir, il a souvent bravé la mort, supporté les avanies des chouans qui ont pillé trois fois sa maison et que loin d'avoir démérité, il a au contraire acquis des droits réels à conserver sa paroisse ». Malgré cela, Mgr. Caffarelli persiste à désigner pour Plestan, François Clérivet, 52 ans, curé assermenté, de Plurien, « qu'il juge indispensable de déplacer pour le bien public ». Finalement, il se rendit cependant au désir du préfet et nomme à Plestan Toussaint-Yves Lecorre.

On rencontre les appellations suivantes : Plestan (en 1198, en 1230, Plesten (en 1231), Pleten (en 1232), Par. de Plesten (en 1255), Eccl. de Plostan (vers 1330), Plestan (en 1427).

Ville de Plestan (Bretagne).

Note : la commune de Plestan est formée des villages : l'Hôtel-Coëpel, Crehu, les Salles, Gardisseul, Touche-au-Provost, Querry, Trémaudan, les Guilliers, Boudan, Bréhinier, Saint-Clavien, Carmoran, les Perrières, la Mazaie, la Rente, la Haie, le grand et le petit Lais, Cathiomouron, le Val, la Barre, etc ...

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de PLESTAN

l'église Saint-Pierre (XVème siècle), restaurée au XVIIIème, XIXème et XXème siècles. Elle comprend une nef avec bas côté nord de sept travées, un transept et un choeur. Au sud, contiguë à l'aile du transept et communiquant avec elle, est une grande chapelle ; le clocher lui est adjacent. A l'exception de la tour, qui date du XVIIIème siècle et porte l’inscription (manque le début sans doute : CETTE TOUR)... R. A ETE BASTIE PAR Mre PIERRE BECO Rr DE CEANS L'AN 1739 P. BOTREL, Me MACON., le reste de l'édifice date du XXème siècle. L'église, reconstruite en 1887 sur les plans de M. Maignan ayant en effet été détruite par un incendie en 1917, dans la nuit du 6 au 7 avril, l'édifice fut aussitôt réédifié par M. Cogneau sur les plans de M. Faure datés du 12 novembre 1917. L'adjudication des travaux eut lieu le 27 janvier 1918 et la bénédiction de l'église le 23 juin 1921. La tour rappelle celle de Saint-Martin de Lamballe (R. Couffon). Le porche date du XVème siècle ou du début du XVIème siècle. La tour, dont la porte date du XVIème siècle, est reconstruite en 1739. Vers 1770, l'édifice est agrandi par l'ajout d'un bas-côté au Nord. La chapelle Sainte-Anne, construite au XIXème siècle, comporte les armes de la famille de La Moussaye ;

Eglise de Plestan (Bretagne).

la chapelle du Val. Edifice rectangulaire, presque carré, datant du XVIIème siècle. Fermé pendant la Révolution, le propriétaire en demandait la réouverture le 10 vendémiaire an 14. Elle est dédiée à Notre-Dame et à saint Joseph ;

les chapelles aujourd'hui disparues : - la chapelle de Bréhinier, détruite en 1914. Elle avait été élevée au XVIème siècle par les de la Fontaine et ses matériaux ont servi à décorer l'église de La Malhoure. - la chapelle de Gardisseul. - la chapelle de Bohéas. - la chapelle de la Chaise. - la chapelle de Saint-Clavien. - la chapelle de Carcouët ;

la croix du cimetière (XIIIème siècle), dont le socle est orné des symboles des évangélistes ;

la croix du Coudray ;

la croix de la Touche-aux-Provost (XVIème siècle) ;

le château ou manoir de Créhu (XVII-XIXème siècle), édifié par la famille Ruellan de Créhu ;

le château de Gardisseul (XVIème siècle), édifié par la famille Hingant, puis passe entre les mains de la famille Forzans. Propriété d'Olivier Hingant en 1440, de Jean James en 1476 et de Gaillart de Fortscens (ou Forzans) en 1536 ;

le manoir de la Touche-aux-Provost (XVIIème siècle), édifié par la famille Le Provost, puis propriété de la famille Rouxel (dès 1685). Propriété de Regnault Le Provost en 1536 ;

le château ou manoir du Val (XVI-XIXème siècle), propriété de la famille Poulain de Tramain. Propriété de Pierre Poullain en 1536 et de Thomas Poullain en 1569. Des remaniements importants de l'édifice ont lieu au XIXème siècle. Le château devient la propriété de la famille de la Bretesche au début du XXème siècle ;

Ville de Plestan (Bretagne) : château du Val.

le château de Carcouët (1740), édifié par Amaury François de La Moussaye. Cette seigneurie appartenait dès 1349 à Allain Rolland, seigneur de Carcouët. Elle appartient à Juhel Rolland en 1440 et à Guillemette Rolland en 1476. Elle passe plus tard par alliance entre les mains de la famille de la Moussaye (originaire de Plénée-Jugon) qui la possède encore en 1780. Propriété d'Arthur de La Moussaye en 1536. Elle possédait jadis un droit de haute justice ;

Ville de Plestan (Bretagne) : château de la Moussaye.

le manoir du Bohéas (XVIIIème siècle) ;

le manoir ou la villa de la Moussaye (XVIII-XIXème siècle), édifié par un descendant des La Moussaye, le colonel Pollock'Gore ;

le manoir du Bréhinier. Cette terre appartient à Guillaume de La Fontaine en 1476 et à Thomas de La Fontaine en 1536 ;

le moulin à vent des Landes et le moulin à eau de Hillion ; 

A signaler aussi :

l'allée couverte de la Ville-Dren ;

le puits de la Touche-aux-Provost ;

les écuries du manoir de Carcouët ;

le cimetière des martyrs (XXème siècle) ;

la découverte au XIXème siècle, d’une tête de statue antique et de monnaies du Bas-Empire près du village du Chauchix.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de PLESTAN

Avant la Révolution, les terres nobles de Plestan étaient : le château de Carcouët (avec haute justice) qui appartenait à la famille Rolland puis à la famille de La Moussaye. Gardisseul (avec haute justice) qui appartenait à la famille Forsanz, originaire de Gascogne, puis à la famille de La Moussaye en 1780. La maison des Forsanz a fourni trois gentilshommes de la maison du roi, un gouverneur de Dinan en 1540 et un maître de camp en 1680. Gautrel (avec moyenne justice) qui appartenait, en 1780, à M. Poulain du Tramain. Le Val (avec moyenne justice) qui appartenait, en 1780, à M. Poulain du Tramain. Guilliers (avec basse justice) qui appartenait à M. Brunet du Guilliers. La Chèze (avec moyenne justice) qui appartenait à M. Brunet du Guilliers. Les Perrières (avec moyenne justice) qui appartenait à M. de Lorgeril. Le Bois-Ménard (avec basse justice) qui appartenait à M. Urvoy de Ketangui. Le Verger (avec moyenne justice) qui appartenait à M. Bertho de la Ville-Josse. La Ville-Héliou appartenait à Jean de la Chapelle, sieur de la Beuvre et de Plédran. La Ville-Auléan, Brébiguen, la Torche, la Houssaye, les Salles, Saubosseq étaient connus dès 1480. Le Plessis-Budes, le Brauchet, le Couessaret appartenaient à Thébaud de Queryennec, sieur du Quillio. Hirel de Gast, Baetura de Coessurel appartenaient à Bertrand Budes. La Touche, la Ville-Gual appartenaient à Jean Budes. Les manoirs de Saze, de Vaumorin, de Salles-Chiperon appartenaient à Charles de Couvranz. La Ville-Auger, la Ville-Guerdret et la Garde appartenaient à Geoffroy Hidoux. Le manoir de la Fontaine-Ménet appartenait à Guillaume Grassion. Les manoirs de la Ville-Glé et du Chalonge appartenaient à Jean Le Mintier, par son mariage avec Jeanne Le Sénéchal, héritière de ces deux terres vers 1488.

Lors de la réformation du 11 juillet 1427, plusieurs nobles de Plestan sont mentionnés : Pierre Cliczon et la mère de sa femme (Isabelle Rolland), Jean Bedelle, Guillaume Rolland, Juhel Rolland, Robert et Jouhan Le Ruffet, Guillaume Jouhan, Olivier de La Gouyblaie et Coline Le Noir, Thomas de La Fontaine, Jean Labbé, Jean L'Esné, Jean Le Batart, Perrot Glé, Perrot et Olivier Roti, Guillaume Roti, Olivier Hingant, Robine (déguerpie Olivier Hingant), Margot (déguerpie Jean de Coespelle), Guillaume de Coespelle, Guille Rolland, Bertrand Hingant, Guillaume Hingant, Jean Hingant, Briette (déguerpie Olivier Bernier), Robert Le Noir, Amice Rolland (déguerpie Jean Martel). Plusieurs autres personnes se disent nobles : Guillaume Mahé, Julien Gautier, Jamet Le Bourdays et André Le Bourdays, Perrot Rouxel, Jean Le Moenne, Pierre Le Gueussu, Jouhan Martel et Guillaume Aubret. 

Lors de la réformation du 8 mars 1536, plusieurs maisons nobles de Plestan sont mentionnées : Carcouët (à Arthur de La Moussaye), Launay-au-Grand (à Françoise Le Grand et son fils Roland de La Moussaye), Bréhinier et Le Haut-Carcouët (à Thomas de La Fontaine), Le Val (à Pierre Poullain), Carmoran (à Jehan Le Noir), La Chèze (à Roland de Couespelle), Les Perrières (à François Le Noir), Le Verger et La Ville-Bat (à Vincent Chaignon), La Rue (à Jehan Chaignon), La Ville-Derrien (à Thomas Chaignon), Launay-Rouault (à Jehanne Le Court), Bois-Menard (à Anne Roty), autre Bois-Menard et Lescouët (à Bertrand Glé), La Touche-au-Prévôt (à Regnault Le Provost), Trémaudan (à Mathurin Hingant), Boquigné (à Cristophe, bâtard de La Hunaudaye), Gardisseul (à Gaillart de Fortscens, anciennement à Jehan James), L'Escoublière (à Jacques Le Rebours), Lescouët (à Olivier Rouxel), Le Bos (à Jehan Rouxel, fils d'Olivier Rouxel), Le Rocher (à Jacquette Glorias, anciennement aux familles Bertho et Rollandays), La Lande-Bernier (à Alain-Visdelou), Rolette (à Thomas Symon ou Simon), Cathio-Mouron (à Pierre Le Bourdays ou Bourdais), La Ville-Anger (à Pierre de Brehant, fils de Jehanne Rado), L'Ecluse (à Olivier Mouchet), une maison (à Pierre Le Borgne), La Barre (à François Le Court), une maison (à Pierre Le Court), Le Bois-Charles (à François Rouxel), une maison (à Olivier Quemerreuc), deux maisons (à François et Guille Bedele).

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc de 1480, on comptabilise la présence de 35 nobles de Plestan :

Robert BEDELE (10 livres de revenu) : porteur d’une brigandine ;

Olivier BERNIER (100 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Geoffroy BERTHELEMER (30 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

André BOURDAES (23 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une vouge ;

Mathelin CHAIGNON (30 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une vouge ;

Jehan CHRESTIEN (6 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une vouge ;

Jehan DE BREHAND (20 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une jusarme ;

Robin DE BREHAND de la Ville Auger (15 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une jusarme ;

Jehan DE COUESPELLE (4 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan DE COUESPELLE (20 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une vouge ;

Guillaume DE LA FONTAINE (2 livres de revenu) ;

Jehan DE LA FONTAINE de Bréhinier (10 livres de revenu) ;

Guillaume DE TREMERREUC (20 livres de revenu) : porteur d’une brigandine ;

Denise DU BREIL (1,5 livres de revenu) ;

Catherine DU MENGUY (2 livres de revenu) ;

Eonnet ESVEILLART (15 livres de revenu) : porteur d’un paltoc et comparaît armé d’une jusarme ;

Bertrand HINGANT (20 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une jusarme ;

Olivier HINGANT (15 livres de revenu) : porteur d’une salade (casque) et comparaît armé d’une jusarme ;

Guillaume LE COURT (10 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Olivier LE COURT (4 livres de revenu) : porteur d’un paltoc et comparaît armé d’une jusarme ;

Guillaume LE GRAND (40 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Olivier LE MOUENNE (3 livres de revenu) : porteur d’un paltoc et comparaît armé d’une vouge ;

Guillaume LE NOIR (50 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une jusarme ;

Jehan LE NOIR (100 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une jusarme ;

Jehan LESNE (30 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Alain MAHE (15 livres de revenu) : porteur d’une salade (casque) et comparaît armé d’une vouge ;

Guillemette ROLLAND de Carcouët (100 livres de revenu) : excusé ;

Jehan ROTY de le Bourg : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une jusarme ;

Mathelin ROTY (30 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Pierre ROTY (10 livres de revenu) ;

Marie ROUXEL (3 livres de revenu) ;

Eonnet SAUVAIGET : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan TANNES (50 livres de revenu) : porteur d’une salade (casque) et comparaît armé d’une vouge ;

Jehan DU QUELENEUC (3 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Guillaume GAULTIER (1,5 livres de revenu) ;

© Copyright - Tous droits réservés.