Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Mottérieux

LA MOTTE

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Loudéac  

La commune de La Motte (pucenoire.gif (870 octets) Ar Voudenn) fait partie du canton de Loudéac. La Motte dépend de l'arrondissement de Saint-Brieuc, du département des Côtes d'Armor (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur La Motte, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de LA MOTTE

La Motte vient, semble-t-il, d'une motte féodale appelée Motte Gargajan et située jadis à La Douve-aux-Louais (ou Douve-à-l'Oie).

La Motte est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Cadelac. Cadelac aujourd'hui en Loudéac englobait jadis les territoires de Loudéac, La Motte, Saint-Hervé, Grâce-Uzel, Saint-Barnabé, Saint-Thélo, Saint-Maudan, Trévé et Uzel.

La Motte (la Mote) est mentionnée dès le XIVème siècle : en effet, le seigneur Olivier de la Mote est cité dans un accord passé en 1307 entre Olivier de Rohan et sa mère, Thomasse de la Roche. La Motte est une paroisse dès 1640 et doit son nom à la motte dite de la Douve-aux-Louais (ou Douve-à-l'Oie). Cette paroisse, née des défrichements de la forêt de Loudéac, est une succursale de celle de Loudéac. 

Durant la Révolution, la paroisse de La Motte dépend du doyenné de Loudéac. La Motte élit sa première municipalité le 17 février 1790. De 1795 à 1789, la Motte, chef-lieu du canton rural de Loudéac, est le siège d'une municipalité cantonale, puis devient le chef-lieu d'un canton de 1799 à 1801. 

On rencontre les appellations suivantes ; La Mote (en 1307), La Motte (en 1640), La  Motte Gargajan (en 1687, en 1689), La Motte (en 1695). Le nom de Gargajan est celui d'un village, situé non loin du bourg.

Note : la commune de La Motte est formée des villages : la Clairaie, la Villeneuve, la Croix-Chambrin, Garde-en-Bourg, la Boulaie, la Deude, Bout-Mouhé, Gagajent, les Epinais, le Vantouet, Quiballion, la Gressue, la Récompense, Gratte-Loup, le Gué, Lépine, la Bichoterie, la Noë-Grasse, le Loup-Pendu, la Brousse, le Boulet-Loup, Malaunay, Longuet, Boquedan, Languerneau, Saint-Potan, etc... Saint-Potan était une possession de l'abbaye de Lantenac. A la fin du XIIIème siècle, il s’y trouvait une vacherie des seigneurs de Rohan, mentionnée dans le testament de Thomasse de la Roche.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de LA MOTTE

l'église Saint-Vincent-Ferrier (1748-1749), édifiée (sur les plans de l'architecte Jean Gueno, dit Du Chesne) à l'emplacement d’une construction de 1640. Saint Vincent Ferrier, moine missionnaire, naquit à Valence le 23 janvier 1357. En 1415, Vincent fut appelé au concile de Constance. En 1418, il retourna en Bretagne, à la sollicitation du duc, et mourut à Vannes le 5 avril 1419. L'église est en forme de croix latine avec chevet et extrémités des ailes à pans coupés. L’édifice actuel est dû aux plans de Jean Gueno, dit du Chesne, architecte, demeurant à Taupont, près de Ploërmel. Il fut commencé en 1748, terminé l’année suivante et bénit solennellement en mai 1751. La chapelle des fonts baptismaux, attenante au milieu de la nef, ne fut construite qu’en 1767, sous la dédicace et l'invocation de Notre-Dame de Délivrance. Le clocher-porche, construit avant l’église, porte la date de 1724. Le maître-autel, en marbre de Carrare, date de 1772, mais il n'est installé dans l'église de La Motte qu'en 1787. Les retables latéraux et la chaire datent du XVIIIème siècle. Le retable du côté de l’épître porte à son extrémité droite la peinture assez naïve d’un capucin avec l’inscription suivante : Cy gît le Reverand Père Gabriel de Dinan, capucin missionnaire apostolique, âgé de 72 (ans). (Il) mourut le 3 may 1723, faisant ici la mission. On y voit un lutrin, en bois, qui date du XVIII-XIXème siècle. Le vitrail, représentant saint Vincent Ferrier, date du XIXème siècle. L'église abrite une statue de saint Yves et de sainte Marguerite (XVIIème siècle) ;

l'ancienne chapelle dédiée à saint Potan et détruite sous la Révolution. Saint Potan, serait saint Potentin, abbé qui vivait en 620 (du temps de saint Colomban, dont il fut l'un des disciples). Cette chapelle appartenait jadis à l'abbaye de Lantenac (diocèse de Saint-Brieuc), fondée en 1150 par Eudon II, comte de Porhoët, de Vannes et de Cornouaille ;

la croix de la Douve-aux-Louais (XVIIIème siècle) et sa fontaine de dévotion ;

la croix de la Tenue-Bocon (XIXème siècle) ;

l'école Notre-Dame-de-Lourdes (1722, 1742, 1757) ;

les fermes de la Ville-Neuve (1720) et de Gardembourg (1718) ;

l'ancien presbytère (XVIIIème siècle) ;

un oratoire (XXème siècle) ;

3 moulins dont les moulins à eau de la Forêt, de Cassebreil,… ;

A signaler aussi :

les trois menhirs de Port-Coëpzenet (époque néolithique) ;

le camp de la forêt de Loudéac (époque néolithique) ;

la motte et l'enceinte de la Douve-aux-Louais (haut Moyen Age) ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de LA MOTTE

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint--Brieuc en 1480 et de Tréguier en 1481, on ne comptabilise la présence d'aucun noble de La Motte. La Motte dépendait jadis de la paroisse de Loudéac.

© Copyright - Tous droits réservés.