Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Montourois

MONTOURS

  Retour page d'accueil       Retour Canton de Saint-Brice-en-Coglès  

La commune de Montours (bzh.gif (80 octets) Montourz) fait partie du canton de Saint-Brice-en-Coglès. Montours dépend de l'arrondissement de Fougères, du département d'Ille-et-Vilaine (Bretagne).   

Vous possédez des informations historiques sur Montours, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de MONTOURS

Montours vient, semble-t-il, du latin "Ursus". 

Montours est cité dès 1163 dans la charte de Raoul II, baron de Fougères, qui confirme la possession par les chanoines réguliers de l'abbaye de Rillé des dîmes de sa châtellenie de Valaines qui leur avaient été données en 1151. C'est de cette époque que date la fondation du prieuré de Montours par les religieux de l'abbaye de Rillé. La paroisse de Montours dépendait jadis de l'ancien évêché de Rennes. Les moines de Rillé desservirent la paroisse de Montours, avec le titre de prieurs-recteurs, jusqu'en 1790, et nous avons fait connaître leurs revenus à cette époque. Ajoutons seulement qu'en cette même année 1790 la fabrique de Montours avait 80 livres de rente, la bourse des défunts 41 livres et le bureau des pauvres 65 livres (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine).

A Valaines, une motte féodale, élevée par les seigneurs de Fougères, subsiste sur l'emplacement de l'ancien château fort détruit entre 1600 et 1630. Lors de la réformation de 1676-1680, la seule terre noble de la paroisse de Montours est la seigneurie de Bonteville (tenue par la famille Hay) qui relève alors du marquisat de Saint-Brice. 

On rencontre les appellations suivantes : Montours (en 1163), Mons ursi (en 1662), Mons turris (en 1674).

Note : liste non exhaustive des recteurs de la paroisse de Montours : Guillaume de Linières (il rendit aveu au roi en 1540 pour son prieuré-cure ; décédé en 1587). N... Cherel (décédé le 30 mai 1635). Frère Henri-Christophe Grisolet (chanoine régulier comme ses successeurs, il rendit aveu en 1657 et résigna vers 1662). Frère Jean Richier (il prit possession le 19 mars 1662 de l'église Saint-Melaine de Montours, « ecclesiam Sancti Melanii de Monte ursi » ; il rendit aveu au roi le 8 août 1663 et résigna en 1665 en faveur du suivant ; décédé en octobre 1668). Frère Jacques Brèche (il succéda au précédent ; décédé en 1674). Frère André Coquebert (pourvu en 1674, il rendit aveu le 4 novembre 1678 pour son presbytère, son église et les deux cimetières qui avoisinaient celle-ci ; décédé le 27 juillet 1715, inhumé le 28 dans l'église). Frère Jean-François Dubois (sieur de l'Establère, il succéda au précédent ; décédé le 11 octobre 1743, inhumé le 12 dans l'église). Frère Philippe Huart (il fut pourvu le 18 octobre 1743 ; décédé âgé de soixante-huit ans, le 5 juin 1771, et inhumé le 6 dans l'église). Frère Pierre-René-Félix Geslin (il fut pourvu en 1771 ; décédé en 1782). Frère Joseph-Claude Proust (il fut pourvu le 16 avril 1782 ; comme il était déjà prieur de Landéan, il fut obligé de résigner Montours). Frère François Turge (pourvu le 3 juillet 1783, il gouverna jusqu'à la Révolution. Il fut exilé, puis revint à Montours et fut réinstallé en 1803 ; il mourut ou se retira en 1809). N... Lemaitre (1809, décédé en 1814). Joseph Berthelot (1814, décédé en 1844). Laurent Corvaisier (en 1845). Emmanuel Simon (1845-1856). Auguste Brisebarre (1856-1876). Jean-Baptiste Bougeard (1876-1882). Ernest Bagot (à partir de 1882), .....

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de MONTOURS

l'église Saint-Martin (1852-1867-1893). L'église de Montours est dédiée à saint Melaine ; c'était naguère, dit-on, un très-vieil édifice composé d'une seule nef, à laquelle on avait ajouté, vers 1733, deux chapelles formant la croix. On y voyait un retable d'autel en granit de style flamboyant, offrant sous ses arcatures les figures en relief du Christ, de la Sainte Vierge et de saint Jean. Cette pierre a été transférée au presbytère, qui était autrefois le logis priorat de Montours. Dans cette église existait la confrérie du Rosaire, ayant 37 livres de rente en 1790. Le baron de Fougères était seigneur supérieur de l'église de Montours, mais le seigneur de Bonteville y avait droit d'enfeu, banc, litre et prééminence comme seigneur fondateur ; en 1678 il avait dans le chanceau une tombe armoriée, une lisière et deux bancs ; un troisième banc lui appartenait dans la nef, devant l'autel de Notre-Dame. Il ne reste plus rien de cette ancienne église ; on commença en 1852 par y adjoindre une tour, puis on reconstruisit complètement le temple ; c'est aujourd'hui un édifice de style ogival formant une croix et orné d'autel, stalles et chaire en bois sculpté (Pouillé de Rennes). L'ancien sanctuaire dédié à saint Melaine appartient dès le XIIème siècle à l'abbaye Saint-Pierre de Rillé. Ce sanctuaire est remplacé en 1867 par un nouvel édifice religieux. La tour qui date de 1852 est restaurée en 1892 et 1893. La cuve baptismale date de 1817. On y a replacé quelques pierres tombales du XVIIème siècle ; 

la chapelle Sainte-Anne (XIème siècle - 1858). Cette chapelle, mentionnée au XIème siècle et située à Valaines, est reconstruite en 1858. Notre-Dame de Valaines dépendait à l'origine du château-fort de Valaines, dont l'assiette voisine est encore apparente à la fin du XIXème siècle. Il ne reste plus d'ancien que le portail de cette chapelle, qu'on a sagement utilisé quand on a rebâti l'édifice en 1858. Cette porte, de bon style roman du XIème siècle, est remarquable et témoigne que la vieille chapelle devait avoir de l'importance ; elle se compose de trois archivoltes cintrées dont les deux premières reposent sur quatre colonnes à chapiteaux ornés de rinceaux, tandis que la troisième retombe sur de simples pieds-droits. Il y avait jadis une assemblée nombreuse à Valaines le jour de la mi-août, et l'on y vénère encore une antique statue de sainte Anne. Avant la Révolution, cette chapelle était régulièrement desservie et considérée comme frairienne (Pouillé de Rennes)

la chapelle-oratoire (1876), qui remplace l'ancienne Chapelle de Mont-le-Houx ou de Mont-Haut dédiée à saint Gorgon. Cette chapelle Saint-Gorgon de Mont-le-Houx n'était plus fondée en 1713 ; 

l'ancienne chapelle située au village de Chalonge et aujourd'hui disparue ;

l'ancien prieuré Saint-Melaine de Montours, aujourd'hui disparu, et jadis membre de l'abbaye Saint-Pierre de Rillé. Vers 1151, Raoul II, seigneur de Fougères, possédant en Montours le château de Valaines, donna aux chanoines réguliers de Rillé, pour son propre salut et pour celui de l'âme de son père Henri, les dîmes de sa châtellenie de Valaines. Raoul fit solennellement ce don dans l'église abbatiale de Rillé, en déposant sur l'autel Saint-Pierre la charte de donation, accompagnée d'un tableau d'argent, « cum tabula argentea » ; puis il reçut le baiser de paix de tous les chanoines, en présence de Juhel Cordon, Jean de Combourtillé et Hamon, médecin de Tremblay (D. Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I, 644). Deux ans plus tard, le même seigneur de Fougères confirmant, en 1153, les religieux de Rillé dans la possession des dîmes de Valaines, entra dans quelques détails sur ce qu'ils possédaient en ce lieu : « In Valleniis decimam omnium reddituum seu passagii, molendini, furni, fori et census » (D. Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I, 651). Ainsi, à cette époque, Valaines avait une certaine importance, et les chanoines réguliers y levaient la dîme des recettes seigneuriales du passage, du moulin, du four, du marché et du cens. Lorsque le château de Valaines eut été détruit, la dîme de la châtellenie. de ce nom n'en demeura pas moins à Rillé, et dans les derniers siècles le roi, en qualité de seigneur de Fougères, payait encore aux chanoines réguliers le dixième de la recette du moulin, de la coutume, du trépas et du marché de Valaines (Déclaration de Rillé en 1678) ; mais cette dîme faisait partie des revenus de l'abbaye de Rillé même et ne dépendait pas du prieuré de Montours. Cependant, le prieur de Montours était tenu de dire une messe dans la chapelle de Notre-Dame de Valaines à toutes les fêtes de la Sainte Vierge (Pouillé ms. de l'évêché de Rennes sous Mgr de Crissé). En 1790 il avait même un vicaire spécial pour desservir cette chapelle. Quoiqu'il soit question de la paroisse de Montours en 1163, il ne paraît pas cependant que l'église appartînt dès cette époque à l'abbaye de Rillé ; mais cela ne dut pas probablement tarder beaucoup à se faire, le seigneur de Valaines, c'est-à-dire le baron de Fougères, étant alors tout puissant à Montours. En 1678, frère André Coquebert, recteur-prieur de Montours, déclara au roi le 4 novembre que son prieuré consistait en ce qui suit : « Le presbytère et maison priorale, sise proche l'église, avec les écuries et fanneries, cour et jardins au devant et au derrière ; — la pièce de terre du Grand-Clos, contenant 3 journaux et demi ; — cinq autres pièces de terre en Montours, — et le pré Guillopel, au Ferré ». Le prieur ajouta « avoir entendu dire qu'en outre le temporel de Montours comprenait autrefois plusieurs autres pièces de terre aliénées pour les subventions ecclésiastiques » (Archives départementales de la Loire-Inférieure). Mais le prieur-recteur de Montours jouissait encore « des dîmes de toutes espèces de grains, lins, chanvres, agneaux et cochons » levées dans sa paroisse. En 1786, frère François Turge afferma une partie de son pourpris, composé d'un verger et de huit pièces de terre, et la totalité de ses dîmes, moyennant 4 250 livres d'argent, plus 150 demaux de sarrasin, 200 demaux de seigle, 100 demaux d'avoine, 100 livres de filasse et 8 charretées de paille (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 1 V, 27). Aussi en 1790 le même prieur déclara-t-il que son bénéfice de Montours rapportait environ 5 000 livres de rente. Mais il évaluait ses charges à 2 000 livres, payant 400 livres de décimes, 800 livres pour l'entretien du chanceau et du presbytère, la pension de deux vicaires, dont l'un pour desservir la chapelle de Valaines, et ayant quarante-six familles pauvres à secourir (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 1 V, 27). Les chanoines réguliers de Rillé desservirent la paroisse de Montours jusqu'à l'époque de la Révolution (abbé Guillotin de Corson) ;

le manoir du Tilleul (1644) ; 

le manoir de Bonteville (XVI-XVIIème siècle). Il possédait jadis une chapelle privée datée du XVIIème siècle et relevait de la seigneurie de Saint-Brice. Cette chapelle Notre-Dame de Bonteville, bâtie à côté du manoir de Bonteville, fut fondée le 22 octobre 1665, en l'honneur de la Sainte Vierge et de saint François, par Jean Hay, seigneur de la Montagne, et Françoise du Hallay, dame de Bonteville, sa femme, demeurant ensemble à Bonteville ; ils y fondèrent une messe pour tous les dimanches et la dotèrent de 24 livres de rente. Cette chapelle est abandonnée à la fin du XIXème siècle, mais il y avait encore naguère à Bonteville une assemblée le dimanche le plus voisin de la Visitation (Pouillé de Rennes). Le domaine est la propriété d'Alix Gouyon épouse d'Harscoët du Hallay en 1380, puis des familles du Hallay (en 1574) et Hay seigneurs de la Montagne (vers 1663 et en 1775). Le manoir est restauré au XXème siècle ; 

le manoir (1732), situé au lieu-dit Le Rocher Noury. Ce manoir est édifié par Jean-Baptiste Morasain et son épouse Perrine Cochet ; 

la maison (XVIIème siècle), située au lieu-dit Les Perruches ; 

la maison (XVIIème siècle), située au lieu-dit Le Brézel ; 

la maison (XVII-XVIIIème siècle), située au lieu-dit Le Rochelet ; 

la maison (XVIIIème siècle), située au lieu-dit Chevrigné ; 

les maisons (XVIIIème siècle), situées au lieu-dit La Morandais ; 

le presbytère (XVIII-XIXème siècle). Il s'agit de l'ancien logis prioral ; 

4 moulins à eau : du Haut-Roulais, du Bas-Roulais, de Quincampoix, Neuf ;   

A signaler aussi : 

les vestiges de tours d'un château féodal situé au lieu-dit Bonteville ;

une motte située au Tertre, route de Saint-James-de-Beuvron ;

l'ancien manoir de la Boivandière, situé route de Saint-Jean-de-Beuvron. Propriété de la famille du Hallay seigneurs de Bonteville en 1513 ;

l'ancien manoir de Vallenelles. Propriété de la famille du Hallay seigneurs de Bonteville en 1513, puis de la famille Hay seigneurs de la Montagne vers 1676 et en 1740 ;

le manoir de Brézel. Propriété successive des familles de la Vieuxville (en 1513), du Chastellier seigneurs de Villavran (vers 1539 et en 1588), de la Haye seigneurs de la Haye de Saint-Hilaire (avant 1615), Préhu sieurs de la Gendrière (en 1615 et en 1680), Gesland sieurs de Lauvrais (en 1744) ;            

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de MONTOURS

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.