Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Monterrein

MONTERREIN

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Malestroit  

La commune de Monterrein (bzh.gif (80 octets) Mousterrin) fait partie du canton de Malestroit. Monterrein dépend de l'arrondissement de Vannes, du département du Morbihan (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Monterrein, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de MONTERREIN 

Monterrein vient de "mons terrenus", nom d'un tumulus voisin.

Monterrein semble être un démembrement de la paroisse primitive de Ploërmel et relève du doyenné de Beignon, du diocèse de Saint-Malo et de la sénéchaussée de Ploërmel. 

Monterrein est érigé en commune en 1790 et rattaché au canton de Caro. A partir de 1801, la commune appartient au canton de Malestroit. Trève de la paroisse de Saint-Abraham, Monterrein acquiert le titre de paroisse en 1802.

On trouve les appellations suivantes : Henterran (au IXème siècle), Monterrin (au XVème siècle).

Note : Ancienne trêve de Saint-Abraham, Monterrein en est aujourd'hui séparé par la Chapelle. Ses limites sont : au nord Ploërmel, à l'ouest la Chapelle, au sud et à l'est Caro. En 1891, sa superficie est de 697 hectares, et sa population de 362 habitants. « Presque tout le territoire de cette commune se compose de la colline dite des moulins de la Haute-Touche, et forme deux côteaux. L'un, exposé au sud, est rocailleux et aride, excepté auprès du bourg ; l'autre, exposé au nord, est sur un sol argileux, qui va en décroissant de valeur à mesure que l'on gagne la base de la colline. Les terres sont en général mal cultivées, mais les prairies sont bonnes et fertiles, parce que les pluies d'orage les dotent sans cesse des parties les plus fines des sols qui les dominent » (Ogée. II. 47). On a dit que Monterrein venait de Mons terrenus ; c'est possible, mais nullement prouvé. De la période celtique, il reste auprès du village de Piperay deux menhirs remarquables par leurs dimensions, et à l'ouest, sur la lande dite de Saint-Méen, un petit tumulus. M. Mahé mentionne en outre une allée couverte, située dans la lande de la Chapelle en Monterrein (Ant. p. 171). On rapporte à la période romaine un retranchement de petite dimension et de forme elliptique, qui se trouve au sommet de la lande des moulins de la Haute-Touche, à peu près à mi-distance de ceux-ci au bourg. Le bourg est à 12 kilomètres de Malestroit, à 7 de Ploërmel, et à 45 de Vannes (Joseph-Marie Le Mené - 1891).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de MONTERREIN

l'église Saint-Malo (XIIème siècle, XVIIème siècle et 1927), reconstruite en 1927. L'édifice comprend une nef avec un seul bas-côté au Nord, un transept et un choeur à chevet plat. Cet édifice très remanié aux XVIIème, XVIIIème et XIXème siècles, a perdu presque tout caractère architectural. Les traces de la construction primitive sont assez nombreuses : contreforts plats et peu saillants, porte en plein cintre mouluré d'un simple tore au Sud, petites fenêtres romanes très ébrasées, grandes arcades en plein cintre reposant directement sur de lourdes piles cylindriques. Une tour carrée, dont la base est du XIIème siècle, s'élève à l'angle de la nef et du croisillon Nord. Entre ce croisillon et le choeur, une petite construction circulaire, relevée sans doute à la fin du XVIème siècle, sert de sacristie. Dans l'église se trouve un groupe en albâtre du XVIème siècle, représentant la Sainte Trinité ;

Nota : L'église, dédiée à saint Malo, évêque d'Aleth, a la forme d'une croix latine, avec un bas côté au nord. Les arcades sont en plein cintre, sans tailloirs ; les fenêtres romanes, évasées à l'intérieur. Les contreforts sont simples et peu saillants ; à l'aisselle du bras nord et de la nef se dresse une tour carrée, avec une flèche en ardoises. Dans le cimetière se trouve une croix à bras pattés sécuriformes ; à la sortie du bourg, sur le chemin de la Chapelle, autre croix à bras pattés, de forme gracieuse. Il n'y a de chapelle que celle de la Haute-Touche. Monterrein était du doyenné de Beignon, du diocèse de Saint-Malo, et de la sénéchaussée de Ploërmel. En 1790, il fut érigé en commune distincte de Saint-Abraham, et fit partie du canton de Caro, du district de Ploërmel, et du département du Morbihan. En 1791, son curé, M. Josset, refusa le serment schismatique, et vit vendre une métairie de la Ville-Déné, qui appartenait à la Retraite des hommes de Vannes. Monterrein passa en 1800 dans l'arrondissement de Ploërmel, et en 1801 dans le canton de Malestroit et dans le nouveau diocèse de Vannes. En 1802, il acquit le titre de paroisse, qu'il a conservé depuis (J-M. Le Mené).

la croix de l'If, située près de l'église Saint-Malo. En son centre, sont gravées une croix et une coupe ;

la croix (XVIème siècle), située à la Touche-Haute. Elle porte un blason aux armes de la famille de La Bourdonnaye ;

le château de la Haute-Touche (1760). L'édifice primitif est la propriété successive des familles Bérard (en 1427), Lopriac de Kervignac (en 1637) et Boisbaudry (depuis 1750). Il est pillé par les Bleus en 1794. On y trouve une chapelle privative du début du XXème siècle et un colombier du XIIIème siècle. Les bâtiments des XVIème et XVIIème siècles servent de communs et ne sont autres que ceux de l'ancien manoir. Le portail et sa ferronnerie sont l'oeuvre de l'architecte Jobbé-Duval et datent du XXème siècle ;

le moulin à vent de la Touche ;

A signaler aussi :

deux menhirs appelés, l'un "la Roche Longue", l'autre "la Grenouille" et situés au lieu-dit Le Piprais (époque néolithique) ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de MONTERREIN

Les seigneuries de Monterrein étaient :

1° La Haute-Touche, à l'ouest, possédée successivement par les Bérard en 1427, les Lopriac de Kervignac en 1637, et les Boisbaudry en 1750.

2° Rumfort, au nord-est.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464 et du 4 septembre 1481, on comptabilise la présence d'aucun noble de Monterrein. Monterrein dépendait autrefois de Saint-Abraham.

© Copyright - Tous droits réservés.