Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Monterblancais

MONTERBLANC

  Retour page d'accueil        Retour Canton d' Elven  

La commune de Monterblanc (bzh.gif (80 octets) Sterwenn) fait partie du canton d' Elven. Monterblanc dépend de l'arrondissement de Vannes, du département du Morbihan (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Monterblanc, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de MONTERBLANC 

Monterblanc vient, semble-t-il du breton "Ster Huen" (moustier blanc ou monastère blanc).

Le nom de Monterblanc vient de "monastère blanc", sans doute parce que desservie par des moines habillés de blanc, par opposition aux moines vêtus de bure. Les moines dépendaient certainement du monastère de Redon, comme semble le suggérer le "Cartulaire de Redon".

Monterblanc est une ancienne trève de la paroisse de Plaudren et dépendait de la seigneurie de l'Argoët. Monterblanc est érigé en paroisse en 1802 et reçoit son premier vicaire en 1821. En 1801, Monterblanc est rattaché au canton d'Elven.

Note 1 : Ancienne trève de Plaudren, Monterblanc est borné au nord par Plaudren, à l'ouest par Locqueltas et Saint-Avé, au sud par Saint-Avé et Saint-Nolff, à l'est par Saint-Nolff et Elven. Sa superficie est de 2541 hectares, dont la moitié environ est inculte. Les meilleures terres sont situées au sud, les médiocres au nord, les plus faibles sur le plateau : c'est dans cette dernière partie que se trouvent presque toutes les landes, si considérables en cette localité. On y cultive le seigle et le blé noir, avec un peu d'avoine et de froment. En 1891, la population est seulement de 1029 habitants. Le bourg, dans un bas-fond, est à 8 kilomètres d'Elven, et à 12 de Vannes. De l'époque celtique, on n'a encore signalé aucun vestige. De la période gallo-romaine, il reste deux voies : la première de Vannes à Corseul, passe à Parc-carré ; la seconde, de Vannes vers Trédion, passe au Pavé, à Palhoarn , et près de Kergo. On trouve aussi des ruines romaines sur la hauteur de Mangolorian, dont le nom s'écrivait jadis Mangoér-Aurélian (le mur d'Aurélien). Le nom seul de Monterblanc trahit une origine monastique. Au XVIème siècle, on disait encore Moustoir-blanc, en français, et Moustér-huen en breton ; aujourd'hui c'est Ster-huen par syncope. Dans le Cartulaire de Redon, on trouve un acte du 21 septembre 852, par lequel le mactyern Alfrid donne à l'abbaye de Saint-Sauveur deux propriétés, appelées alors Macoer-Aurélian et Budwéré (p. 17). La première est bien connue, c'est Mangolorian ; la seconde est inconnue, mais elle devait se trouver dans le même pays ; si on l'identifie avec Monterblanc, l'origine de l'établissement monastique, et par suite celle du bourg, est trouvée ; si on rejette cette identification, il faut nécessairement admettre l'existence d'un autre établissement religieux, pour expliquer l'étymologie du nom de Moustoirblanc. Quoi qu'il en soit, cet établissement dut disparaître, comme beaucoup d'autres, pendant les ravages des Normands, au Xème siècle. A la grande restauration religieuse du XIème siècle, ce territoire fut compris dans la paroisse de Plaudren, dont il dépendait peut-être déjà antérieurement (Joseph-Marie Le Mené - 1891).

Note 2 : Proche de Vannes, Monterblanc peut s'enorgueillir de posséder un aéroport (XXème siècle) et un camp militaire (dénommé "camp de Meucon" et créé après la défaite de 1870).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de MONTERBLANC

l'église Saint-Pierre (XVIIIème siècle). Elle est en forme de croix latine et a été restaurée en 1834 et en 1990. Sa tour est carrée et prolongée par une flèche en ardoises. Les deux retables sont de style Renaissance. Les orgues datent de 1853 et ont été reconstitués à l'identique en 1993. L'église abrite un reliquaire du XVIIème siècle ;

Nota : L'église est dédiée à saint Pierre. Dans l'ancien édifice, la tour était sur le côté nord, car les registres rapportent, en 1629, l'acte de sépulture d'une personne " en l'église tréviale de Monterblanc, en l'une des tombes étant vers le grand autel, du côté de l'évangile et de la porte du clocher ". L'édifice actuel, de construction récente, est en forme de croix latine, et la tour est sur le bas de la nef ; les fenêtres sont en plein cintre. L'unique chapelle actuelle de ce territoire est celle de Notre-Dame à Mangolorian, vers le sud-ouest. C'est une construction de forme rectangulaire, mesurant 18 m. sur 8 environ. Au-dessus de la porte du sud, se voient séparément les écussons de Bretagne et de Rieux. A l'intérieur se trouve un bénitier, avec quelques sculptures et les armes de Rieux, 4. 3. 2, 1. Sur les sablières une inscription apprend que la charpente fut commencée le 8 décembre 1463 et placée au mois de septembre suivant, et qu'en 1463 la perrée de blé était tombée à 2 sous 4 deniers, le froment à 4 sous et l'avoine 20 deniers. La fenêtre du fond est ogivale à meneaux flamboyants. Le clocheton a été refait en 1565, et le retable posé en 1720. Il y a foire très suivie, auprès de cette chapelle, le jeudi avant la Passion, le lundi de Quasimodo, le 28 avril, le 16 mai, le 14 juin, le 2ème lundi de juillet et le 1er mercredi d'octobre. Il paraît certain qu'il y a eu autrefois deux autres chapelles, l'une au Gohilis, près du village de Kerhalleguen, l'autre au village de Hélène, dédiée à sainte Hélène. La maison du prêtre très reconnaissable, servant de cellier à un fermier de Kerhalleguen, une croix en granit et une fontaine, aujourd'hui entourée d'une margelle comme celle d'un puits, quelques pierres taillées, existent encore au Gohilis et l'on montre l'emplacement de la chapelle, devenu aujourd'hui un pré. Au Hélène, la fontaine est devenue un lavoir. Monterblanc, comme Plaudren, dépendait de la seigneurie de Largoet, du territoire et de la sénéchaussée de Vannes. En 1790, il fut érigé en commune, du canton de Saint-Avé, et du district de Vannes. En 1791, M. Le Texier, son curé, refusa le serment à la constitution civile du clergé, et dut se cacher dès l'année suivante. La cause royaliste trouva dans ce pays de généreux combattants. Monterblanc passa en 1800 dans l'arrondissement de Vannes, et en 1801 dans le canton d'Elven, et fut enfin érigé en paroisse en 1802. C'est en allant donner la confirmation dans cette localité, que Mgr de Pancemont fut arrêté et rançonné le samedi 23 août 1806. Un an après, de La Haye Saint-Hilaire, l'auteur principal de l'attentat, fut pris au village du Salo en Monterblanc, jugé à Vannes et fusillé sur la Garenne. Les anciens registres font mention d'un curé, d'un sub-curé et d'un prêtre, qui faisaient de temps à autre des baptêmes ou des enterrements. — En 1812, lorsqu'il s'agit de demander un vicariat à Monterblanc, le conseil de fabrique et le conseil municipal rappelèrent qu'avant la Révolution, ils avaient trois prêtres (J-M. Le Mené).

la chapelle Notre-Dame ou chapelle de Montgolérian (1460), située au village de Mangolérian et édifiée par les seigneurs de Rieux. Elle est encore surnommée du "Bon Secours" ou de "Mille Secours". Il s'agit d'un édifice de forme rectangulaire. L'inscription de la sablière nous apprend que la charpente, "commencée le 8 décembre 1463, année où la perrée de blé valait 2 s. 4 d., le froment 4 s. et l'avoine 20 d. fut placée au mois de septembre suivant, et qu'elle était l'oeuvre de Pierre Le Ny et de Donalt". La porte méridionale, en arc brisé, est ornée d'écussons où se voient les armes de Bretagne et de Rieux. L'église est restaurée en 1887. Le clocher sur le pignon occidental date de 1565. Le pignon (XV-XVIème siècle) est épaulé par deux contreforts à double ressaut et à larmier. La longère Sud est percée de deux fenêtres en cintre brisé. A l'intérieur, se trouve un beau bénitier du XVIème siècle, aux armes de Rieux, sur lequel est sculptée une chasse au sanglier. Le retable semi-circulaire date de 1720. La chapelle abrite une statue en bois de la Vierge à l'Enfant qui date du XIIème siècle. L'appellation Mangolérian vient de "Mangoer-Aurélian" (mur d'Aurélien) et semble indiquer que les Romains y ont séjourné et ont bâti un fort entouré de murs de défense dont il ne reste que quelques ruines ;

le calvaire de la chapelle Notre-Dame (XVIIème siècle) ;

la fontaine de la chapelle Notre-Dame (XVIIème siècle) ;

la fontaine Saint-Pierre (XVIIème siècle). Une statue de saint Pierre surmonte le toit de l'édifice ;

le vieux château ou Coh Castel (XXème siècle). L'édifice appartient à la famille Fraval de Coatparquet. Il s'agit d'un manoir édifié à l'emplacement d'un ancien château ;

les moulins à eau du Procureur, de Largouet, et le moulin à vent de Monterblanc ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de MONTERBLANC

Au point de vue féodal, il faut citer le nom significatif de Cohcastel ou Vieux-château.

Les seigneuries de Monterblanc étaient :

1° Cambrigo, au sud-sud-ouest, aux Douarain.

2° Le Faouédic, aux Lentivy en 1630.

3° Le Hentcoet, berceau d'une famille de ce nom.

4° Kergo, vers le sud-sud-est.

KERGO ou KERGOFF. Seigneurie en la paroisse de Plaudren (nunc commune de Monterblanc), qui a donné son nom au XVIIème siècle à un rameau des Lantivy issu des seigneurs de Talhouet et dont les membres sont connus depuis 1709 sous le nom de vicomtes de Trédion (Théodore Courtaux, 1899).

5° Kerloho, vers le sud.

6° Lorvaise, aux Marzant en 1660.

7° Redevant, à F. de Chefdubois en 1550, puis Lechet.

(de Joseph-Marie Le Mené).

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464 et du 4 septembre 1481, on comptabilise la présence d'aucun noble de Monterblanc. Monterblanc dépendait autrefois de Plaudren.

© Copyright - Tous droits réservés.