Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Minihicois

LE MINIHIC-SUR-RANCE

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Dinard  

La commune de Le Minihic-sur-Rance (bzh.gif (80 octets) Minic'hi-Poudeur) fait partie du canton de Dinard. Le Minihic-sur-Rance dépend de l'arrondissement de Saint-Malo, du département d'Ille-et-Vilaine (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Le Minihic-sur-Rance, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE du MINIHIC-SUR-RANCE

Le Minihic-sur-Rance vient, semble-t-il, du gallo-romain "minihi" qui signifie "lieu sacré".

La paroisse du Minihy (ou Minihic), d'origine récente, est un démembrement de celle de Pleurtuit. Nous avons plusieurs fois parlé des lieux d'asile, appelés au moyen-âge minihys, mais nous ignorons malheureusement l'origine du minihy de Pleurtuit. C'était au XVIIème siècle un simple bailliage, appelé en 1679 Le Ménéhil, et formant cinq fiefs : la Franchise, les Vignes, la Vieuville, Cordouin et Ville-aux-Rats. Il ne s'y trouvait même pas de chapelle frairienne, mais trois chapelles domestiques s'élevaient dans les environs, et l'une surtout, celle de Notre-Dame du Houx, était au XVIIIème siècle régulièrement desservie, étant fondée pour les besoins spirituels des habitants de ce quartier de Pleurtuit. En 1803, M. Gallet, curé de Pleurtuit, demanda lui-même à l'ordinaire « l'érection d'un oratoire dans le quartier du Ménéhil, au moins provisoirement, en attendant que la chapelle frairienne de Saint-Antoine fût rebâtie, ce qu'offraient de faire les habitants à leurs frais » (Archives de l'évêché de Rennes). Mais ceux-ci ne se contentèrent pas de la chapelle Saint-Antoine ; ils construisirent à quelque distance une véritable église et sollicitèrent l'érection d'une paroisse au Minihy ; Louis-Philippe leur accorda cette faveur par ordonnance royale en date du 3 juillet 1843. Le 17 août suivant, Mgr Saint-Marc érigea lui-même canoniquement la nouvelle paroisse, composée des villages dont voici les noms : le Minihy, le Houx, Montrivage, Trégonde, le Bignon, la Gauchiais, la Landriais, la Gaudrais, Beauchesne, la Huliais, l'Auffenair, la Rabinais, Saint-Bucq et la Gantière (Archives paroissiales). L'évêque nomma premier recteur M. Guillaume 0llivier, vicaire à Pleurtuit, qui depuis plusieurs années déjà s'occupait du Minihy (Pouillé de Rennes).

Jusqu'en 1849, Le Minihic fait partie de Pleurtuit. La paroisse du Minihic-sur-Rance appartenait jadis à l'ancien évêché de Saint-Malo. Du XIXème siècle aux années 1920, la construction navale de bois a permis le développement du Minihic et a tenu une place très importante dans l'histoire du Minihic. Il y aura environ 42 constructeurs au Minihic tout au long du XIXème siècle.

On rencontre l'appellation Le Ménéhil (en 1679). 

Note : liste non exhaustive des recteurs de la paroisse du Minihic-sur-Rance :  Guillaume 0llivier (1843-1865). Alcide Chevalier (1865, décédé en 1875). Marin-François Bourdonnais (1875-1877). Jean-Marie Verger (à partir de 1877), ....

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE du MINIHIC-SUR-RANCE

l'église Saint-Malo (1827-1839-1845). Cette église est construite à l'emplacement de l'ancienne chapelle du village et du moulin de Vaucouleurs. La Nef et le Chœur datent de 1855. L'ancre en bois avec le Christ en croix date du XVIème siècle ; 

la chapelle Sainte-Anne (1631 ou 1660), restaurée au XXème siècle. Le retable date du XVII-XVIIIème siècle. Cette chapelle faisait partie du château de St Buc ; 

la chapelle Notre-Dame du manoir du Houx (1625, 1716), édifiée par Guillemette Desages, dame Du Houx, et restaurée en 1716 (date inscrite au-dessus de la porte). Guillemette Desages, dame du Houx, demeurant à Saint-Malo, fit bâtir au commencement du XVIIIème siècle une chapelle dans l'enclos de sa maison du Houx, en Pleurtuit, et la dédia à Notre-Dame-de-la-Délivrance. Puis, par acte du 21 août 1717, elle y fonda une messe pour tous les dimanches, avec un catéchisme et la prière du soir ; elle voulut même que ce catéchisme se fit pendant le carême plusieurs fois par semaine. L'évêque de Saint-Malo approuva cette fondation le 7 septembre 1719 (Registre des insinuations ecclésiastiques de l'évêché de Saint-Malo). La chapelle du Houx existe encore ; c'est un rectangle terminé à l'Est par un chevet à pans coupés ; la date 1716 apparaît au-dessus de la porte. Cette chapelle servit aux habitants pendant qu'on construisait leur église ; elle continue d'être entretenue, et l'on y vient en procession aux Rogations ; elle renferme le tombeau de la famille Desages (Pouillé de Rennes) ; 

la croix historiée dite Croix du Taluet (XIV-XVème siècle), située près du village de la Caduçais ;

le château de Saint-Buc ou Saint-Bucq (XVIIIème siècle), situé route de Langrolay. Sa chapelle a été reconstruite en 1660 : elle est surmontée d'un petit clocheton carré en ardoises avec un toit en dôme. En 1676, Michel Lucas y fonda par testament une messe toutes les semaines. Restaurée depuis peu, cette chapelle est parfois desservie, notamment le jour Sainte-Anne (Pouillé de Rennes). Propriété de la famille Lucas en 1676, puis des familles de Pontbriand et Jénouvier ; 

le manoir du Houx (XVII-XVIIIème siècle). Son jardin renferme un cadran solaire. Propriété de la famille Gravé sieurs du Houx en 1652, puis de Michel Des Hayes ou Dessayes ou Desages Du Houx (armateur de Saint-Malo) en 1716 et de la famille Boiceau. Restauré au XXème siècle. On y trouve une chapelle privée ; 

l'ancien manoir de Montrivage, situé route de Langrolay. Il possédait jadis une chapelle privée édifiée au milieu du XVIIème siècle, dédiée à Saint-Vincent, et aujourd'hui disparue. Vincent Gravé, sieur du Houx, ayant fait bâtir une chapelle en l'honneur de son saint patron près de son manoir de Montrivage, en Pleurtuit, y fonda une messe pour tous les dimanches, le 2 novembre 1652 ; il fit cette fondation à sa propre intention et pour le repos de l'âme de Perrine Picot, sa défunte femme (Registre des insinuations ecclésiastiques de l'évêché de Saint-Malo). Propriété de la famille Gravé sieurs du Houx en 1652 ;

le manoir des Auffenais (XVII-XIXème siècle). Ce manoir existait en fait déjà dès 1506 et appartenait alors à Dame Jehanne de Malestroit, vicomtesse de la ville de Dinan. Il est la propriété des frères Jérôme et Jean Tharaud de 1920 à 1945 ; 

les vestiges du moulin de Fosse-Mort (1506) ; 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE du MINIHIC-SUR-RANCE

Dans la liste des feudataires (teneurs de fief) des évêchés de Saint-Malo et Dol en 1480, on ne comptabilise la présence d'aucun noble du Minihic-sur-Rance. Le Minihic-sur-Rance dépendait jadis de la paroisse de Pleurtuit.

© Copyright - Tous droits réservés.