Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Meuconais

MEUCON

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Grand-Champ  

La commune de Meucon (bzh.gif (80 octets) Meukon) fait partie du canton de Grand-Champ. Meucon dépend de l'arrondissement de Vannes, du département du Morbihan (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Meucon, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de MEUCON 

Meucon vient de Montgonne.

Meucon est un démembrement de la paroisse de Vannes. Sous l'Ancien Régime, Meucon comme Plescop faisaient partie des Régaires de l'évêque de Vannes. 

Au XIIème siècle, à l'époque des croisades, une maladrerie pour les lépreux est installée sur le territoire de Meucon. On y édifie aussi une chapelle dédiée à Marie Madeleine. Meucon est érigé en paroisse en 1779 et en commune en 1790.

On retrouve les appellations suivantes : Montgonne (en 1275), Montcon, Moncon.

Note : A 7 kilomètres au nord de Vannes, Meucon ne possède, en 1891, qu'une superficie de 400 hectares, et une population de 307 habitants. On ne trouve plus de vestiges celtiques sur ce territoire, mais les Romains ont laissé, au nord du bourg, près du hameau du Guernené, un camp retranché, d'où ils pouvaient surveiller la voie de Vannes à Corseul. Cette localité est remarquable par la qualité et l'abondance de ses eaux ; aussi la majeure partie des sources a-t-elle été acquise par la ville de Vannes. Le territoire de Meucon faisait primitivement partie de la paroisse de Saint-Avé : un simple coup d'œil sur la carte de l'Etat-major suffit pour s'en convaincre. A l'époque des croisades, on y établit une maladrerie pour les lépreux, et tout à côté une chapelle, dédiée, suivant l'usage, à sainte Marie-Madeleine. Plus tard, la maladie ayant disparu, le village, qui s'y était groupé, fut érigé en paroisse. Son nom a subi quelques transformations : ainsi en 1275, dans les archives de l'abbaye de Lanvaux, on trouve Montgonne parrochia ; dans l'enquête de 1454, pour la canonisation de saint Vincent Ferrier, on lit Montcon, et plus tard Moncon et enfin Meucon (Joseph-Marie Le Mené - 1891).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de MEUCON

l'église Saine-Madeleine (1497), remaniée en 1838. Une inscription de la sablière gauche du choeur nous apprend que l'église fut couverte d'une charpente en 1497, du temps de dom G. du Clérigo, recteur de Meucon. Des réparations et transformations successives ont entièrement dénaturé cet édifice du XVème siècle dont il ne reste guère que la charpente du choeur et une fenêtre à réseau flamboyant au chevet, masquée à l'extérieur par la sacristie, à l'intérieur par un grand retable du XVIIème siècle. Les blasons de Julien Le Seneschal de Tréduday et de Catherine Gouyon de Vaudurant, son épouse (mariés à Meucon, le 6 septembre 1646), ornent le sommet du retable. Dans la partie centrale du retable figure une peinture du Rosaire, oeuvre de Parfait Pobéguin et datée de 1858, et de part et d'autre, se trouvent les statues de sainte Madeleine et d'une Vierge à l'Enfant. En 1838, deux ailes donnent à l'édifice sa forme actuelle. La tour date de 1888 ;

Nota : L'église paroissiale de Sainte-Marie-Madeleine est en forme de croix latine ; la sacristie, prise sur le chœur, masque une fenêtre ogivale, à meneaux flamboyants, de la fin du XVème siècle ; sur la sablière gauche du chœur, se lit l'inscription gothique : Ou tps de dom G. du Clérigo, recteur de Meutcon, fait fut lan mil IIIIcc IIIIxx XVII (1497). Plus tard on a placé derrière l'autel un retable de la Renaissance, où se voient deux écussons accolés et mutilés. Récemment on a construit au bas de l'église une tour en pierre, avec une petite flèche. Dans le cimetière, attenant à l'église, on voit une croix en pierre du XVème siècle, et un calvaire de 1791. Les chapelles de Meucon sont : — 1° Saint-Adrien, attenant au presbytère, construite par un recteur à cause de la distance de l'église. — 2° Saint-Barthélemy, à Cranhuac, acquise sur Granchamp depuis le Concordat ; construction ogivale et restes de vitraux ; tout auprès se trouve un lech. Il n'y avait jadis aucune chapellenie. Le recteur, nommé à l'alternative, jouissait de la dîme à la 11ème gerbe, sans compter un droit de prémice ; son revenu net, en 1756, était évalué à 430 livres, ce que des paroisses plus considérables dépassaient à peine. Une seule seigneurie se rencontrait dans la paroisse ; c'était celle du Guern, possédée par les Gouyon de Vaudurant, qui y avaient une chapelle privée. Meucon était du territoire et de la sénéchaussée de Vannes et dépendait des régaires de l'évêque. En 1790, il fut érigé en commune, du canton de Grand-Champ, et du district de Vannes. Son recteur, M. Samson, refusa le serment schismatique en 1791, et fut rétabli en 1802. Il a laissé des cantiques bretons et une tragédie des Trois-Rois (J-M. Le Mené).

la chapelle privative Saint-Adrien (XVIème siècle). Il s'agit d'un petit édifice moderne attenant au presbytère. Sa porte en anse de panier est ornée de moulures et date de la fin du XVIème siècle ;

l'ancienne chapelle Saint-Barthélemy (XVème siècle), située au village de Cranhuac (voir Grand-Champ) ; 

le calvaire (1787), certainement restauré. Il porte la date de 1787 ;

la croix du Guern (1899). Il s'agit d'une croix monolithe aux bras courts et pattés ;

le calvaire situé à Norbrat ;

le puits de Norbrat ;

le puits de Cadual (1812) ;

le lavoir de Saint-Barthélemy. Il ne subsiste que quelques pierres ;

les maisons de Norbrat ;

le four à pain de Cranuhac ou Cranhuac ;

A signaler aussi :

le camp retranché des romains, situé près du hameau du Guernevé ;

la stèle gauloise (âge du fer), située près de la chapelle Saint-Barthélemy ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de MEUCON

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464, on comptabilise la présence de 2 nobles de Meucon :

Gregoire PAYEN (70 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et d'une salade (casque), comparaît armé d'une vouge et d'une épée ;

Henry LESTRELIN (30 livres de revenu) : porteur d'un paltoc et d'une salade (casque), comparaît armé d'une vouge et d'une épée ;

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 4 septembre 1481, on comptabilise la présence d'un seul noble de Meucon :

La veuve Gregoire PAYEN, remplacé par Mahé Lorfevre : comparaît en archer ;

© Copyright - Tous droits réservés.