Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Mérillaciens

MERILLAC

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Merdrignac  

La commune de Mérillac (pucenoire.gif (870 octets) Merelieg) fait partie du canton de Merdrignac. Mérillac dépend de l'arrondissement de Dinan, du département des Côtes d'Armor (Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de MERILLAC

Mérillac vient, semble-t-il, du nom d’un fondateur gallo-romain Matrilius ou Merulius et du suffixe "acos".

Mérillac est une ancienne paroisse primitive et gallo-romaine qui englobait jadis outre le territoire actuel de Mérillac, ceux de Langourla, Saint-Vran et Laurenan.

Ville de Mérillac (Bretagne).

Mérillac est une paroisse, avec la même graphie qu'aujourd'hui (à l'accent près), lors de la réformation des feux de 1427. La paroisse de Mérillac dépend, sous l'Ancien Régime, du diocèse de Saint-Brieuc. L'ancienne paroisse de Mérillac dépendait de la subdélégation de Lamballe et ressortissait au siège royal de Jugon. La cure était à l'ordinaire. Durant la Révolution, la paroisse de Mérillac dépendait du doyenné de Merdrignac. Mérillac élit sa première municipalité au début de 1790 et est rattaché au canton de Langourla.

Certains lieux-dits tels que le village du Temple semblent révéler la présence des Templiers et/ou des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

On rencontre l'appellation Merillac en 1427 et Merilac en 1492.

Ville de Mérillac (Bretagne).

Note : la commune de Mérillac est formée des villages : la Tanson ou Tancon, Lepinay, Carfaud, la Monfrodais, Quillien, la Croix-Rabuant, la Garinais, la Ville-ès-Bocquions ou Ville-ès-Bosquiaux, Issafreux, la Ville-Bougaux, Digouet, les Roncelets, le Rocher, la Ville-Guerneuf, etc ...

Ville de Mérillac (Bretagne).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de MERILLAC

l'église Saint-Pierre (1860-1863). Edifice en forme de croix latine avec chevet à pans coupés. L’église ancienne tombant de vétusté, un marché pour sa reconstruction, sur les plans de M. Maignan, fut passé directement par la commune le 6 janvier 1860 avec M. Mathurin Boulvard, maître maçon à Saint-Alban, et Jean-Marie Allée, tailleur de pierres. Les travaux furent vérifiés en 1863 par MM. Viet-Villeneuve et Maignan, experts de la commune. La pierre vint de la Plançonnais en Langourla et les rosaces furent exécutées en pierre de Languedias (R. Couffon). La voûte en lambris présente des peintures de scènes religieuses. Les fonts baptismaux (aujourd'hui bénitier) datent du XVème siècle. Le Chemin de Croix, oeuvre de Xavier de Langlais (1906-1975), date de 1932. L'église abrite une statue en bois polychrome de la Vierge (XIII-XIVème siècle) ;

Eglise de Mérillac (Bretagne).

la croix du cimetière (XVème siècle). Il s'agit d'une croix monolithique qui présente un auvent et arbore deux coquilles Saint-Jacques ;

la croix de l'ancien cimetière (XVIème siècle), située près de l'église ;

les maisons La Ville-ès-Bosquiaux (1760), La Morguenais (XVII-XVIIIème siècle) ;

un moulin ;

 Ville de Mérillac (Bretagne) : le moulin.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de MERILLAC

En 1789, Mérillac avait deux maisons nobles : les Rougeul et les Guéron (ou Guesron). Ces deux maisons possédaient jadis un droit de haute justice et appartenaient à M. de Saint-Pern-Ligouyer.

Lors de la réformation du 29 décembre 1513, sont mentionnées plusieurs maisons nobles de Mérillac : La Géoglinais ou Joguelinaye (à Jacques de la Motte, sieur de Lorfeil), L'Epinay ou Lespinay (à Yvon et Jean Le Barts), trois maisons roturières au village de La Tancon (à Gilles de Kersalliou, sieur de Limouellan).

Lors de la réformation du 27 mai 1536, sont mentionnées plusieurs maisons nobles de Mérillac : L'Epinay ou Lespinay (à Jehan Le Bar, époux de Françoise du Moustouer), la Tancon (au sieur de Limouellan), Rougeul (à Jehan de Largourla ou Langourla).

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc en 1480 et de Tréguier en 1481, on ne comptabilise la présence d'aucun noble de Mérillac.

© Copyright - Tous droits réservés.