Lannebert : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune du canton de Lanvollon)

Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Lannebertois

LANNEBERT

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Lanvollon  

La commune de Lannebert (pucenoire.gif (870 octets) Lannebeur) fait partie du canton de Lanvollon. Lannebert dépend de l'arrondissement de Saint-Brieuc, du département des Côtes d'Armor (Trégor / Goëlo - Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de LANNEBERT

Lannebert vient de l’ancien breton « lann » (ermitage) et « Eber », nom d'un saint breton.

Lannebert est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Pludual. Dès 1232, on cite un seigneur de Lannebert, ainsi que son recteur (Anc. év. IV, 92, 93). La seigneurie de Lannebert a donné son nom à la famille de Lanneber. On rencontre Olivier et Alain de Lannebert (petit-fils d'Olivier) entre 1245 et 1271, lors d'une donation faite à l'abbaye de Beauport (Anc. év. IV, 119, 167, 181, 186, 192). Le bourg semble issu d'une fondation monastique du haut Moyen Age. L’église de Lannebert (Lanneber) est mentionnée en 1482 et Laneber est une paroisse dès 1578 (archives des Côtes d'Armor, 1E 1668), mais son recteur et sont seigneur sont mentionnés dès 1232. 

L'ancienne paroisse de Lannebert avait autrefois pour subdélégation et pour ressort Saint-Brieuc, qui était en même temps, comme aujourd'hui, le siège de son évêché. La cure était à l'alternative. Durant la Révolution, la paroisse de Lannebert dépendait du doyenné de Lanvollon. Cette paroisse élit sa première municipalité au début de 1790.

On rencontre les appellations suivantes : Lanniber, Lannebert (en 1232), Lanneber (en 1235), Lannebert (en 1245), Lanneber (en 1263, en 1271), Lannebeur et Lanebert (en 1543), Laneber (en 1578). On trouve l'appellation Lanneber jusqu’en 1678 et Lannebert dès 1700.

Ville de Lannebert (Bretagne).

Note 1 : Jean Marie Jacob (1741-1801) est recteur de la paroisse de Lannebert quand il est élu maire en 1790, puis évêque constitutionnel des Côtes-du-Nord en 1791.

Note 2 : la commune de Lannebert est formée des villages : Kergaff, Traou-Goaziou, Croix-Rouge, le Veuzit, Saint-Maudez, la Boëssière, le Borgne, le Pente, Kernevez, Kernon, Rue-Basse, Kerleron, Ar-Guyvoas, Château de la Grand'ville.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de LANNEBERT

l'église Saint-Evence (XIXème siècle), construite à l ‘emplacement d’une ancienne chapelle datant de 1482, devenue église en 1588 et fondée par les seigneurs de Bourne. Saint Evence est un saint romain martyrisé en 119. L’édifice actuel, de style roman et dû aux plans de M. Le Guerrannic, eut sa première pierre bénite le 10 juin 1894 et fut livré au culte en décembre 1895. En forme de croix latine, elle comprend une nef avec bas côtés de cinq travées, un transept et un choeur. L'église abrite les statues modernes de saint Evence et saint Yves, ainsi qu'un Christ en bois, qui date du XVIIIème siècle et qui provient de la chapelle de Liscorno ;

Nota 1 : Le lendemain, 6 novembre (1485), sommes transportés au bourg de Lannebert et, entrés dans l'église, après avoir fait nos prières et sonné les cloches, avons remarqué dans la principale vitre un escu parti au premier d'une croix greslée (La Feillée) et au second de 9 annelets (Coëtmen) ; puis, sommes entrés en possession des droits du moulin nommé le Moulin Prat, possédé par le Sr de la Motte de Rollon, du moulin Roch, possédé par le Sr Gouaru de Escallou, des maisons possédées par le Sr Jean de Garnech (Kerguenech), Sr du Pan, etc .... » (Voir Prise de possession des prééminences de Coëtmen par Gilles Compadre pour haut et puissant François de Neufville, duc de Villeroy et h. et p. Marguerite de Cossé son épouse - Archives Nationales, M. 372).

Eglise de  Lannebert (Bretagne).

la chapelle Notre-Dame de Liscorno (XIII-XV-XVIIIème siècle), construite à l'origine par les seigneurs de Coatmen ou Coëtmen (leurs blasons martelés par ordre de l'évêque constitutionnel Jacob, ex-recteur de Lannebert, sont encore visibles). Ruinée suite aux guerres civiles, le pape Clément VII accorde en 1380 (12 janvier 1380) des bulles d'indulgence pour sa reconstruction. Il s'agit d'un lieu de pèlerinage très fréquenté, car la Vierge y aurait opéré jadis un grand nombre de miracles (d'après un écrit du pape). L'ancienne chapelle de Liscorno, entièrement détruite par un incendie en 1705, est reconstruite en 1707. " L’ancien édifice, datant du XVème siècle, fut entièrement détruit en 1705 par un incendie et reconstruit alors grâce aux aumônes des fidèles. Il fut lambrissé, en 1720, par Pierre Loyer, maître menuisier à Etables. Vendu le 3 octobre 1795 comme bien national et acheté 100 livres par Toussaint Le Guen et Marguerite Le Goaster, sa femme, il fut donné à la fabrique par leurs enfants, le 16 juillet 1817 " (R. Couffon). Edifice en forme de croix latine avec abside et extrémités des ailes du transept semi-circulaires. La porte latérale date du XVème siècle. Le clocher et la façade Sud sont des restes de l'édifice du XVème siècle. Les retables latéraux, oeuvre du sr. Guillou de Guingamp, datent de 1784 (ils sont commandés le 26 septembre 1784). Le tableau de " l'Education de la Vierge ", oeuvre de Jean Blévin, date de 1786. Statues du XVIIIème siècle : sainte Vierge, Pieta, saint Joseph, sainte Anne, saint Pierre, sainte Catherine, Crucifix. Un état de 1793 indique, en plus, à cette époque, une statue de saint Maudez. Le cadran solaire date de 1769 ;

Nota 2 : « ... Le 5 novembre (1485), .... Sommes transportés en la paroisse de Lannebert, en la chapelle de Liscorno, où s'exerce la juridiction de la dite baronnie (de Coëtmen), et ayant entré en l'audiance tenue par le Sr de Boisbraud, en présence des avocats et autres officiers de baronnie, avons pris possession sans opposition et le dit Compadre a pris place dans la chaise du sénéchal. Le dit Compadre nous a fait voir le patibulaire à quatre piliers situé au-dessus et proche la dite église de Liscorno, sur le grand chemin qui conduit du dit lieu à la ville de Pontrieux, et sommes rentrés à Lanvollon .... » (Voir Prise de possession des prééminences de Coëtmen par Gilles Compadre pour haut et puissant François de Neufville, duc de Villeroy et h. et p. Marguerite de Cossé son épouse - Archives Nationales, M. 372).

Chapelle de Liscorno à Lannebert (Bretagne).

les anciennes chapelles, aujourd'hui disparues : - la chapelle de Saint-Maudez, détruite. Elle existait encore au XVIIIème siècle, au village de la Boissière ; - la chapelle Saint-Jean-Baptiste, détruite. Elle existait également au village de la Boissière, à la fin du XVIIIème siècle ;

le calvaire de Notre-Dame de Liscorno (1680). Ce calvaire porte les armes de la famille de Bourne ;

la croix du cimetière de l'église Saint-Evence (XVIIIème siècle) ;

la fontaine Saint-Evence (XVIIIème siècle). Cette fontaine comporte une statue de saint Evence ;

le puits de Liscorno ;

l'ancien presbytère (XVII-XVIIIème siècle). Il est restauré en 1759. Le linteau de la porte d'entrée porte la date de 1768 ;

3 moulins : Boulard, de Prat (XVIIème siècle), de la Roche.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de LANNEBERT

La seigneurie de Lannebert possédait jadis un droit de haute justice. Elle appartenait, dit Ogée, à M. de Retz peu de temps avant la Révolution. La cour seigneuriale des Coatmen y exerçait jadis sa justice : l'auditoire et les patibulaires à quatre piliers s'élevaient alors au lieu-dit Justice.

Lors de la réformation de juillet 1427, est mentionné à Lannebert un seul noble : Olivier Le Moel.

Lors de la réformation du 24 mars 1536, sont mentionnées à Lannebert les maisons nobles suivantes : Guermeur (à Jehan Clech) et Le Borgne (à Eon Le Borgne).

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc de 1480, on comptabilise la présence de 2 nobles de Lannebert :

Conen CLEREFF ou CLEREST (15 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît en archer ;

Yvon MILLON (60 livres de revenu) : porteur d'une brigandine ;

© Copyright - Tous droits réservés.