Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Landéhennais

LANDEHEN

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Lamballe  

La commune de Landéhen (pucenoire.gif (870 octets) Landehen) fait partie du canton de Lamballe. Landéhen dépend de l'arrondissement de Saint-Brieuc, du département des Côtes d'Armor (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Landéhen, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de LANDEHEN

Landéhen vient du breton « lann » (ermitage) et de Saint-Guihen ou Saint-Guéhen ou Téhen.

Landéhen est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Maroué. Landéhen est mentionné en 1243 lors d'un différend survenu au sujet du fief de Prabarou entre Guillaume du Breuil et Alain, gendre d'Eudon le Clerc. Landéhen a le titre de paroisse dès 1243 et appartient au diocèse de Dol, dès 1244 : " Omnibus, etc., Petrus de Cherment, miles, senescallus domini Hugonis le Brun, filii domini Hugonis de Lezinen, comitis Marchie et Engolesme, in Pentheuria, salutem in Domino. Noveritis quod cum contencio verteretur coram nobis, in curia domini Hugonis apud Lambalum, inter Guillelmum de Brolio, filium defuncti Alani Bedou, ex une parte, et Alanum generum Eudonis Clerici de Landeben, militis, pro se et junioribus suis, de feodo Prabarou, in parochia de Landehen, Dolensis dyocesis sito, ex altera ; super hoc quod dictus Willelmus dicebat quod dictus Alanus et juniores sui, de feodo Prebarou, erant in obedientia sua et districtu de toto feodo supradicto ; et cum dictus Willelmus peteret coram nobis ballium de pueris defuncti Guillelmi fratris dicti Alani, et dictus Alanus diceret quod ipse et Guillelmus frater suus, et juniores sui, dicti feodi erant in obediencia predicti domini de placitis et de omni alio districtu, tam de balliis, quam omnibus aliis feodi supradicti. Et dictus Alanus, et juniores sui dicti feodi dicerent quod ipsi non debebant dicto Willelmo preter quinque perreas frumenti ad mensuram Lambalie ; et pro illis quinque perreis tenebatur dictus Willelmus deliberare dictum Alanum et suos juniores erga omnes et garantizare de omni dominio pertinenti feodo supradicto. Tandem compositum fuit inter ipsos in hunc modum quod dictus Alanus et juniores sui dicti feodi dant dicto Guillelmo Bedou pro escambio predictarum quinque perrearum frumenti medietatem tocius decime dicti feodi Prabarou, in parrochia predicta siti, excepta decima Des Haies eidem parrochie quam dictus Alanus et juniores sui non possident in presenti : et sciendum est quod dicte quinque perree frumenti que dicto Guillelmo reddebantur remanent dicto Alano et suis junioribus predicti feodi, et remanet dictus Alanus et juniores dicti feodi in obediencia et districtu domini comitis super omnibus pertinentibus ad dictum feodum, cum assensu et voluntate dicti Willelmi Bedou. Et sciendum est quod dictus Guillelmus Bedou remanet in obediencia et districtu domini comitis de medietate dicte decime de feodo supradicto ; et sciendum est quod dictus Willelmus tenetur reddere pro dictis Alano et junioribus suis exercitum predicti feodi, et servicium presbiteri quod debetur domino comiti supradicto. Et sciendum est quod dictus Alanus tenetur facere pueris Willelmi, fratris sui defuncti, dum venerint ad etatem legitimam, tenorem hujus composicionis concedere et gratare super tota porcione sua de feodo supradicto. Et sciendum est quod si dicti pueri dicti Guillelmi nollent dictam composicionem concedere et gratare, dictus Alanus tenetur integrare dicto Guillelmo in dicto feodo pro dictis pueris et reddere dicto Guillelmo totum illud pro dictis pueris quod eis contingeret reddere de dicta decima dicto Guillelmo in feodo supradicto. Et sciendum est quod dicti pueri tenentur reddere dicto Alano totum illud quod reddebant dicto Willelmo Bedou in frumento et omnibus aliis obedienciis, in feodo superius annotato ; et sciendum est quod dictus Alanus et juniores sui tenentur dimittere dicto Guillelmo Bedou dictam medietatem dicte decime dicti feodi, et suis heredibus de cetero in perpetuum tamquam (sic) jus suum hereditarium pacifice possidendam, etc. Anno gracie M° CC° quadragesimo tertio, mense marcio " (Archives des Côtes-d'Armor - Anciens Evêchés, III, 240-241). 

Landéhen avait jadis pour succursale ou trève, l'Aile-des-Haves ou L'Aile-des-Haies (devenue Penguily), érigée en 1719.

L'ancienne paroisse de Landéhen, qui dépendait de l'évêché de Dol, avait pour subdélégation Lamballe et pour ressort Saint-Brieuc. La cure était à l'alternative. La paroisse de Landéhen élit sa première municipalité au début de 1790 et devient chef-lieu de canton jusqu'en 1801. Par l'ordonnance du 5 mai 1830, la commune de Landéhen cède à celle de Maroué l'enclave de la Grenouillière en échange du village de la Gabibière.

On rencontre les appellations suivantes : Par. de Landehen (en 1243), Landehen (vers 1330), Landehan (à la fin du XIVème siècle).

Note : la commune de Landéhen est formée des villages : Champ-Raymond, le Probriend, les Maudrettes, Quillané, Chabucet, le Breuil, Mauny, la Porte-ès-Bourdais, le Breil, Ville-Corbelin, les Préaux, le Clos-Vieux, la Ville-Commaux, la Tour-Juhel, la Censée, Carnais, la Jonchère, le Tancenou, le Petit-Marchix, le Clos-Plisse et Bon-Abry.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de LANDEHEN

l'église Saint-Guihen ou Saint-Guéhen (1880). En forme de croix latine, avec chevet polygonal et clocher extérieur surmonté d’un beffroi en ciment armé. L’édifice actuel est commencé par la tour édifiée sur les plans dressés en 1842 par René Tardivel, de Lamballe. L’architecte du département, Lorin, consulté, la trouve dénuée de tout intérêt artistique ; mais le recteur, M. Rio, écrit en 1845 : « On vient de construire une tour assez jolie sans être distinguée ». Le reste est construit sous les rectorat de M. Le Téno (1858-1862) ; enfin l’église est consacrée le 20 juin 1880. Parmi les statues modernes : saint Guchen, saint Yves ;

la croix de l'enclos ou de la Bruyère (XVIème siècle), aujourd'hui située au centre du bourg ;

la croix Cochon (XVIIème siècle), située à l'Enche ;

la croix mérovingienne (XVème siècle), située route de Maroué, à l'entrée du bourg. Elle se trouvait primitivement dans le cimetière et a été déplacée ;

le château de Mauny ou Maulny (XVIème siècle), édifié par la famille Mauny, puis propriété de la famille Poulain de Mauny. Le château primitif appartenait, en 1312, à Gautier de Mauni, seigneur de Mauni, qui se distingua à la défense d'Hennebont et força Charles de Blois à lever le siège de cette ville. Le château primitif fut rasé par le parti de Charles de Blois. Celui qui existe aujourd'hui est donc postérieur à cette époque. Il est construit sur les ruines mêmes de l'ancien. Il appartenait avant la Révolution, à Poulain de Mauni. La chapelle domestique, en ruines vers 1937 et aujourd'hui disparue, était un édifice de plan rectangulaire avec chevet circulaire ;

le château de la Ville-Hervé (XVème siècle). Propriété de Pierre de La Roue en 1476, de Guyon de La Roë en 1536 et de Guyon de La Roüe en 1569. La chapelle privée, aujourd'hui détruite, est mentionnée dans un minu du 30 mars 1600 ;

le manoir de la Ville-Tanet. Propriété de Bertrand de La Vigne en 1444, de Roland de La Boexiere en 1476, de Jehan de La Boessiere en 1536 et de François de La Bouexiere en 1569. La chapelle domestique, détruite avant 1937, était située au sud-ouest du manoir ;

le manoir de la Cassoire. Propriété de Charles Urvoy en 1536 ;

le manoir du Breuil (XVIIème siècle). Propriété de demoiselle Gilette Le Court en 1536 ;

le manoir de la Roche-Richard. La porte date du XVIème siècle. Propriété de Christophe Richart en 1536 ;

le manoir du Haut-Quartier (1777). Propriété de Guyon de La Roë en 1536 ;

le manoir des Salles (XVIème siècle), propriété au XVIème siècle de la famille de Beaurepaire ou Beaurepere. Propriété de Jehan de Boharnet, sieur de Beaurepaire, en 1536 ;

le presbytère (XVIIIème siècle) ;

la fontaine Saint-Guihen, située dans la ferme de la Cassoire ;

les maisons du XVIIème siècle de la Porte-es-Bourdais, de Chauchix-Collet, de Cabra (appartenant à Jehanne Bourdon en 1536), de Cour-Verte, de Fontenimy et Aires ;

5 moulins dont les moulins à eau de la Ville-Commaux, de Bédo, d’Albert, ... 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de LANDEHEN

Landéhen est jusqu’au XIXème siècle, le fief de la famille de Mauny (ou Mauni). En 1371, Olivier de Mauni, chevalier banneret, avait une compagnie qui se composait de deux chevaliers et de trente-deux écuyers au service du roi Charles. En 1544, Henri II nomma François Michel de Mauni à l'évêché de Saint-Brieuc.  

Les maisons nobles étaient Penguily (avec haute justice), les Vaux (avec moyenne justice) et Mauny (avec moyenne justice).

Lors de la réformation du 11 juillet 1427, sont mentionnés à Landéhen les nobles suivants : Bertrand Le Viconte ou Vicomte, Jehan Bourdon, Bertrand de La Vigne, Guillaume de Roue, Thomas Volance, Guillaume Le Court, Thomas La Pie, Olivier La Pie et son fils, Thomas Le Court, Jehan du Val, Pierre Badoual, Guillaume Le Court, Perrot James, Guillaume Labbe, Jehan Le Court, Margot Abbe, Mathelin Simon, Pierre des Hes, Normand Rolland, Eon Roy, Jehan des Hes. D'autres personnes se disent nobles : Jouhan Thomas et son fils, Olivier Glorioux, Thomas Haedurant, Pierre Mace et Jehan Rado.

Lors de la réformation du 18 avril 1444, sont mentionnés à Landéhen les nobles suivants : Bertrand de La Vigne, Jean Bourdon, Bertrand Le Vicomte, Guillaume Labbé, Olivier Le Court, Pierre de La Roue, Thomas Vollance, Pierre Mace, Alain La Pie, Pierre Nouéal, Alain Conulle, Robin Le Court, Jacques Le Court, Thomas Le Court, Jean du Val, Jean James, Pierre Badoual, Pierre La Pie, Jean des Haes, Jean Haesdurant, Eon Rosty, Olivier James, Jean Rolland, Normand Dammel, Etienne Baudre. Ont été anoblis par lettres : Jean Jouguet, Jehan Thomas et Jehan Radou.

Lors de la réformation du 7 mars 1536, sont mentionnées à Landéhen les maisons nobles suivantes : La Ville-Tanet (à Jehan de La Boessiere), La Ville-Hervé et Le Haut-Quartier (à Guyon de La Roë), Mauny (à demoiselle Jehanne Bourdon), La Lande-Mouette et Cabra (à Jehanne Bourdon), Le Breuil (à demoiselle Gilette Le Court), La Cassoire (à Charles Urvoy), La Roche-Richard (à Christophe Richart), Bedo (à un nommé Le Rebours de Plénée-Jugon), Kervaell (à un nommé Le Chevalier de Dinan), Kervael (au fils de Jehan Richart et son épouse Françoise Guyho), Le Petit-Marchix (au sieur d'Uzel), Péminier (à Jacques de Bouedan), Les Jonchèrets (à Louis Bourdon), Les Salles-de-Beaurepere (à Jehan de Boharnet, sieur de Beaurepere), Les Perrières (à un nommé Le Court), Cambry (à nommé Le Noir), La Rosée (à Roland de Lescouet, sieur de La Moguelaye), Le Pont (aux héritiers de Guillaume Le Court), Maguelo (à Louis de Couespelle, sieur de La Chaussiere), Quihanet (à Mathurin Le Charetier).

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc de 1480, on comptabilise la présence de 28 nobles de Landéhen :

Jehan BADOUAL (5 livres de revenu) ;

Olivier BAULDRE (40 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une vouge ;

Hervé BOURDON de le Mauny (100 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan DANIEL (3 livres de revenu) : porteur d'un paltoc et comparaît armé d'une vouge ;

Bertrand DE GUEHOGANT (5 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une jusarme ;

François DE LA BOUEXIERE (40 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît en archer ;

Roland DE LA BOUEXIERE (80 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît en archer ;

Margilie DE LA ROCHE (40 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît en archer ;

Pierre DE LA ROUE de Villehervé (100 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une vouge ;

Utaesse DE MONTALO (3 livres de revenu) ;

Aliette HAESDURANT (2 livres de revenu) ;

Lorans JAMES (10 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une jusarme ;

Roland JAMES (15 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une vouge ;

Jehanne LAMBALLAES (2,5 livres de revenu) ;

Guillaume LARCHIER (10 livres de revenu) ;

Mathelin LE BOURDAES (3 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une vouge ;

Olivier LE COURT (40 livres de revenu) ;

Jehanne LE MOUENNE : porteur d'une brigandine et comparaît en archer ;

Plesette LE PRE (15 livres de revenu) ;

Jehan LE VICONTE (2,5 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une jusarme ;

Pierre LE VICONTE (120 livres de revenu) : comparaît en homme d'armes ;

Guillaume RADON (1 livre de revenu) ;

Bertrand ROLLAND de Marlanday (7 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une vouge ;

Jehan RONDEL (30 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une vouge ;

Margot ROTY (2 livres de revenu) ;

Olivier ROTY (10 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une vouge ;

Jehan ROUXEL (1,5 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une vouge ;

Jehan THOMAS (40 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une vouge ;

© Copyright - Tous droits réservés.