Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Kerfotais

KERFOT

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Paimpol  

La commune de Kerfot (pucenoire.gif (870 octets) Kerfod) fait partie du canton de Paimpol. Kerfot dépend de l'arrondissement de Saint-Brieuc, du département des Côtes d'Armor (Trégor / Goëlo - Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Kerfot, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de KERFOT

Kerfot vient du breton « Ker » (village) et de « fot » (déversoir).

Kerfot est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plourivo. Le territoire de Kerfot est situé à proximité de l'ancienne forteresse de Correc, résidence d'Alain (le comte de Goëllo) et mentionnée en 1202. Le territoire de Kerfot devient ensuite la propriété des moines de l'abbaye de Beauport. De nombreux villages de Kerfot, dont celui de Poulnabat (la mare de l'abbé), sont nés d'un défrichement d'une zone boisée, vestige de la forêt de Plouézec.

La chapelle Notre-Dame de Kerfot, située dans la paroisse d'Yvias, est citée dès 1387. Selon la légende, la chapelle aurait été au Moyen Age le lieu de plusieurs miracles. Le Pape lui accorde en 1387 et en 1458 une bulle d'indulgences. La trève de Kerfot, détachée de la commune d'Yvias, est érigée en succursale en 1853 (décret du 4 juin 1853) et en commune par la loi du 31 mars 1859.

On rencontre les appellations suivantes : Cap. Beate Marie de Quaensoc (en 1307), Nostre Dame de Kerfod (en 1677), Kerfot (en 1699).

 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de KERFOT

l'église Notre-Dame de Kerfot (XVIème siècle - 1922), reconstruite en 1922. Cette église remplace un édifice daté de 1574 et détruit en grande partie par un incendie. En forme de croix latine. Jadis chapelle du château de Correc, puis chapelle tréviale et enfin église paroissiale. Le 6 mai 1387, le pape accorda une bulle d'indulgences en faveur de cette chapelle « où le Christ opéra plusieurs miracles » ; puis, en 1458, de nouvelles indulgences furent accordées aux pèlerins à la demande du duc Arthur III. L’ancienne église, dont le pignon de l’aile midi du transept portait l’inscription : « J. COVAITRU m a fet 1574 », ayant été incendiée le 9 mai 1921, la première pierre du nouvel édifice fut bénite le 21 Mai 1922 et la bénédiction de l’église eut lieu le 18 février 1923. L’on a conservé de l’ancien monument une partie du pignon ouest avec son porche et son clocher ainsi que le porche midi. Les travaux furent exécutés par MM. Le Besque et Auffret, sur les plans de M. Louis Collet. Le clocher en forme de campanile, ainsi que le porche Sud datent du XVIème siècle. Mobilier : Sous le porche midi, trois statues anciennes : une sainte Vierge à l’enfant coiffée d’une perruque Louis XIV ; sainte Barbe, et sainte du XVIème siècle rappelant sainte Colombe dans sa chapelle de Lanloup. Dans l'incendie de l’église, fut entre autres détruit le retable du maître-autel qui avait été commandé le 25 juillet 1717 au Sr. de Kereven Le Liffer, maître sculpteur à Paimpol, moyennant 1.500 livres (R. Couffon) ;

la chapelle Saint-Yves (1868-1872), située route de Paimpol. Saint Yves aimait à faire halte au " Repos de la Côte ", où s'élève désormais la chapelle. Selon une croyance saint Yves collait son oreille sur une dalle (encore visible) pour entendre sa mère qui lui parlait depuis Minihy-Tréguier. " Edifice de plan rectangulaire reconstruit en 1872 et complètement restauré en 1902. Mobilier : Statue ancienne de saint Guillaume provenant de l’ancienne église et de saint Yves, moderne " (R. Couffon) ;

la croix du cimetière ;

la fontaine (1644), située dans une crypte, sous l’église Notre-Dame de Kerfot. L'église primitive avait été jadis construite au-dessus d'une fontaine, dont la niche abrite une statue de la Vierge. Cette fontaine est placée à l'entrée d'un passage souterrain, qui selon la légende permettait à saint Yves de se rendre de l'église à l'abbaye de Beauport ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de KERFOT

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc en 1480 et de Tréguier en 1481, on ne comptabilise la présence d'aucun noble de Kerfot. Kerfot dépendait autrefois de la paroisse d'Yvias.

© Copyright - Tous droits réservés.