Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Yviasais

YVIAS

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Paimpol  

La commune de Yvias (bzh.gif (80 octets) Eviaz) fait partie du canton de Paimpol. Yvias dépend de l'arrondissement de Saint-Brieuc, du département des Côtes d'Armor (Trégor / Goëlo - Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Yvias, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE d' YVIAS

Yvias vient, pour certains, de Saint-Yvi ou Saint-Ivy. Un chevalier nommé Guillaume de Yvias ou Ivias et originaire, semble-t-il, de la paroisse de Yvias, aurait possédé des biens à Pléhérel de 1240 à 1264.

Yvias et son ancienne trève de Kerfot sont des démembrements de l'ancienne paroisse primitive de Plourivo. L’église d’Yvias ou d’Ivias est mentionnée dans les chartes de l’abbaye de Beauport en 1202 lors de sa donation par le comte Alain de Goëlo à l'abbaye de Beauport. Yvias devient un prieuré-cure de l'abbaye de Beauport et dépend du diocèse de Saint-Brieuc. Yvias a le titre de paroisse dès 1220 (Anc. év. IV, 46, 77). 

Au XIIIème siècle, les chartes de Beauport mentionnent plusieurs fois l'église (" ecclesiam de Yvias ", en 1202, dans la charte de fondation de l'abbaye de Beauport), le bourg (en 1235), le cimetière (en 1269) et la paroisse ( " parrochia de Iviaz " lors d'une donation d'une costa de froment en Yvias : " Noverint , etc., quod [ego Conanus] filius Gaufridi filii Gormaelon et heredes mei per donum ... Willelmi Galaes in perpetuum tenentur solvere .... abbacie Sancte Marie de Bello Portu unam costam frumenti de redditu ... in parrochia de Iviaz per manum locati mei ; etc. Artum anno Domini M° CC° vicesimo ... " (Archives des Côtes-d'Armor, Anciens Evêchés, IV, 77). En 1234, lors d'une donation de Tanguy Le Gach, de Yvias : " Universis Sancte Matris Ecclesie filiis, etc., ego Eudo, filius Tengui Le Gach, notum facio quod ego dedi et concessi Deo et ean. Sancte Marie de Bello Portu, pro salute anime mee et parentum meorum, duas garbas decimarum sitas in parrochia de Yvias, que michi jure hereditario contingebant, in perpetuum possidendas, retenta in decima de villa Conani donec decime quorumdam militum de parrocbia de Yvias ad dictos canonicos revertant, etc. Actum anno Domini M° CC° XXX° quarto " (Archives des Côtes-d'Armor, Anciens Evêchés, IV, 98). En 1235, lors d'une donation d'une dîme aumonée en Yvias : " Universis, etc., magister Ivo, persona de Lanvolon, Ivo, persona de Lanneber, et magister ... persona de Stabulo, presbiteri, etc. Universitati vestre notum facimus quod Ruallanus, filius Joches filii Guidomarci, dedit et concessit, pro salute anime sue et parentum suorum, Deo et abbacie Beate Marie de Bello Portu et can. ibidem Deo serv. totam decimam tocius terre sue site in parrochia de Yvias, etc. Datum anno gracie M° CC° XXX° quinto " (Archives des Côtes-d'Armor, Anciens Evêchés, IV, 100). En 1235, lors d'une donation d'une dîme en Yvias : " Universis, etc., Th., archidiaconus Goloie Gaufridus de Stable, Ivo de Lanneber et Alanus de Penros, capellani, etc. Noverit universitas vestra quod Theophania, relicta Gaufridi filii Tangui Le Gac, de Yvias, et W., Eudo et Oliverius filii eorum, in presencia nostra constituti, dederunt et concesserunt abbacie et canonicis Belli Portus totam decimam suam sitam in villam ecclesie de Yvias, in puram et perpetuam elemosinam sine reclamacione de cetero possidendam : et de hoc firmiter tenendo fuit fidejussor pro eis Alanus, filius Galteri filii Aufredi de Plurivou, abbacie et canonicis prefati sub pena sex librarum currentis monete, etc. Actum anno Domini M° CC° XXX° V° in vigilia Beati Barnabe apostoli " (Archives des Côtes-d'Armor, Anciens Evêchés, IV, 101). En 1245, lors d'une donation de la moitié d'une terre en Yvias : " Universis , etc., officialis curie Brioc., etc. Noveritis quod Guehenocus, filius Rualenni filii Juhel, militis, in nostra presencia constitutus, dedit et concessit, pro salute anime sue et suorum, abbacie Beate Marie de Bello Portu canonicisque in ea Deo serv., Prem. ord. medietatem terre que dicitur terra Gorvenan in parrochia de Yvias, juxta Leboriven a parte occidentali, etc. Datum die lune proxima ante festum Omnium Sanctorum, anno Domini M° CC° XL° quinto " (Archives des Côtes-d'Armor, Anciens Evêchés, IV, 121). En 1249, lors d'une donation en Yvias : " Universis, etc., Gaufridus, archidiaconus Goloie, etc. Noveritis quod Jegou Le Crabanec et Hamo filius Almanchet, coram nobis apud Lanvolon .... constituti, dederunt et eciam concesserunt pro salute animarum suarum abbacie Beate Marie de Bello Portu canonicisque ibidem Deo serv. terciam partem terre Govenan in parrochia de Yvias juxta Le Borrivet sitam, in puram et liberam elemosinam in perpetuum pacifice possidendam, etc. Datum anno Domini M° CC° XL° nono die veneris proxima post Trinitataem " (Archives des Côtes-d'Armor, Anciens Evêchés, IV, 130). En 1251, lors d'un don d'un journal de terre en Yvias : " Universis, etc., Gaufridus, archidiaconus Goloie, etc. Noveritis quod Hilari, filius Auquerre de parrochia de Yvias, in nostra presencia constitutus, dedit et concessit pro salute anime sue abbati et conventui Belli Portus unum jornellum terre situm juxta Coze Marigon in parrochia supradicta, etc. Datum anno Domini M° CC° L° primo, in crastino Epiphanie Domini, apud Bellum Portum " (Archives des Côtes-d'Armor, Anciens Evêchés, IV, 132). En 1260, lors d'un accord entre Conan Le Clerc, chevalier, et le recteur d'Yvias : " Universis, etc., Radulfus Harel, miles, senescallus domini comitis Britannie in Trecorensi diocesi tunc tempore, etc. Noverint universi quod cum contencio verteretur coram nobis inter Gaufridum personam de Yvias, ex una parte, et Conanum dictum Clericum, ex altera, super quadam terra que nominatur Terra Maenguen, in parrochia de Yvias sita, concesserunt predicte partes coram nobis quod nos inquireremus veritatem de contencione predicta : inquisita vero veritate tam per testes ydoneos hinc et inde productos et diligenter a nobis examinatos, quam per litteras, invenimus quod dictus Gaufridus emerat racionabiliter in curia vicecomitis de Rohan a quo dicta terra tenebatur, duas partes dicte terre et decimas tocius dicte terre, et decimam de villa Tanue ad dictam terram pertinentem ab heredibus Yvisan Le Bec qui jure hereditario dictam terram et decimas cum pertinenciis possidebat : unde super hoc nos, de prudencium virorum consilio et judicio, auctoritate domini comitis mediante, predictas duas partes dicte terre et decimas ut suam empcionem racionabiliter factam predicto Gaufrido et suis in perpetuum adjudicavimus permanere et jure hereditario possidere ; etc. Datum anno Domini M° CC° sexagesimo, mense maii " (Archives des Côtes-d'Armor, Anciens Evêchés, IV, 156. — Vidimus donné en 1267 par le doyen de Lanvollon). En 1260, lors d'une donation par Eudes et Gautier Chequou, en Yvias : " Universis , etc., Gaufridus, persona de Stabulis, allocatus archid. Goloie, et Gaufridus, persona de Queriti, allocatus domini Dolensis in Goloia et Trecoria, etc. Noveritis quod Eudo et Galterus, fratres, filii Alani filii Chequou, in nostra presencia constituti, cum assensu et voluntate Adenor eorum sororis et Auffredi ejusdem Adenor mariti, dederunt et bona fide concesserunt pro salute anime quondam memorati Alani patris sui deffuncti, et pro salute animarum suarum, monasterio Beate Marie de Bello Portu, viginti et unum sillonnes terre sitos in parrochia de Yvias apud Quaerosan, propinquiores et mediocres et sinistro latere magne vie que vadit de Quaermaniou ad Polcasec , etc. Datum in Ascensione Domini, anno gracie M° CC° LX° " (Archives des Côtes-d'Armor, Anciens Evêchés, IV, 157). En 1268, au sujet des dîmes d'Yvias : " Omnibus, etc., Eudo Duaut, senescallus nobilis viri Alani vicecomitis de Rohan, militis, in terra sua de Goloya, etc. Noveritis quod cum contencio mota fuisset coram nobis inter religiosos viros abbatem et conventum Belli Portus, Prem. ord., Brioc. dyoc., ex una parte, et Alanum dictum Frotepestel, filium Conani Clerici militis, ex altera, super quibusdam decimis sitis in parrochia de Yvias que vocantur decime de Maenguen, de Kaertonven et de Les Menau, tandem idem Alanus, bona, libera et spontanea voluntate, dimisit et quittavit dictis religiosis quidquid juris et sesine habebat ; etc. Datum die sabbati proxima post Nativitatem Beate Mariee Virginis, anno Domini M° CC° LX° octavo " (Archives des Côtes-d'Armor, Anciens Evêchés, IV, 180). En février 1262 : " Carta magistri Yvonis de Lanlain de quodam orto quod dedit Eudoni in Yvias ". Cet acte est à peu près illisible. On voit seulement que la terre en question était sise près du cimetière de l'église d'Yvias, sous le fief du vicomte de Rohan (Anciens Evêchés, IV, 164). En 1269, lors d'un accord avec le vicomte de Rohan au sujet du moulin d'Yvias : " Universis , etc. , frater Robertus, humilis abbas monasteri Belli Portus, Prem. ord., Brioc. dioc., et ejusdem loci conventus, etc. Noveritis quod cum contencio verteretur inter nos, ex una parte, et nobilem virum Alanum vicecomitem de Rohan, ex altera, super medietatem molendini Conani Clerici, quondam militis, siti super aquam que vocatur Lem in parrochia de Yvias, nobis a dicto Conano elemosinatam, ut dicebamus ; et super prato Kacherel, et super quodam clauso sito in dicta parrochia inter cimiterium de Yvias et Kernecfarau, et super clausum Ade, sito in parrochia de Ploozoc ; tandem deventum fuit ad concordiam inter nos et dictum nobilem in hunc modum : quod dicta medietas dicti molendini, et dictum pratum, et dicta clausa remanebunt nobiscum in perpetuum, ita tamen quod nos tenemur facere anniversarium annuatim Isabellis, quondam uxoris nobilis supradicti : debemus et habere et percipere pelles arietum de Ploozoc sicut consuetum est, et in nostris cartulis continetur : et sic sopite sunt omnes contenciones mote inter nos et dictum nobilem usque ad datam presencium litterarum, excepto nemore de Ploozoc quod nos in hanc formam concordie deducere nolebamus : in cujus rei testimonium et munimen presentes litteras eidem nobili sigillis nostris prebuimus sigillatas. Datum apud Bellum Portum, anno Domini M° CC° LX° nono " (Blancs-Manteaux, 73, f° 253).

En 1387, des indulgences sont accordées à Yvias par le Saint Siège à ceux qui par leurs aumônes concourent aux réparations des édifices du culte : " Cum itaque, sicut accepimus, in parrochia de Yvias, Briocensis diocesis, sit quedam capella Beate Marie de Quaensoc nuncupata, sub nomine Beate Marie Virginis fundata, in qua Dominus noster Jhesus Christus ob honorem ipsius Beate Marie quamplurima dignatus est operari miracula, et que magnis indiget reparationibus … Datum Avenione, II nonas maii, anno nono (6 mai 1387) " (Archives du Vatican).

L'ancienne paroisse d'Yvias dépendait de l'évêché et du ressort de Saint-Brieuc. Paimpol était le siège de sa subdélégation. La cure était présentée par l'abbé de Beauport. Au moment de la Révolution, elle avait pour seigneur le prince de Christelle, M. de Langeuc et M. Querault-Vittu. Elle a fait partie de l'ancien comté de Goëlo. Yvias élit sa première municipalité au début de 1790 et devient chef-lieu d'un canton depuis cette époque jusqu'en l'an X. Par décret du 14 juin 1853, est érigée la succursale de Kerfot, aux dépens de celle d'Yvias. Par la loi du 31 mars 1859, la partie nord-est du territoire de la commune en est distraite pour former celui de la nouvelle commune de Kerfot.

On rencontre les appellations suivantes : Eccl. de Yvias (en 1202, en 1211), Ivias (en 1206), Par. de Iviaz (en 1220), Yvias (en 1229, en 1266), Yvias (vers 1330) et Yvyas (en 1536).

Note 1 : En 1783-1784, nous trouvons l'affaire dite de la Clique des voleurs de Kerfot, en Yvias (Archives des Côtes-d'Armor, Cour royale de Lannion, 1783-84). Il s'agit d'une bande très bien organisée. Mais ici on a mis la main sur une bonne partie des coupables. Jean Lescop âgé d'environ 30 ans, marchand mercier [Note : On remarquera combien les professions ambulantes se rencontrent dans cette forme de l'attentat], de la paroisse d'Yvias, précédemment détenu aux prisons de Saint-Brieuc à la suite d'une rixe ; son père Nicolas, sa mère Louise Ollivier, ses soeurs Renée et Catherine, la veuve Hervé, Yves Le Compère et ses enfants, Marie Legonidec, maîtresse dudit Compère, Guillaume André dit Nevez, Marie Denis, sa maîtresse, Jeanne Denis et leur mère [Note : On trouve dans les bandes, et dans celle-ci en particulier beaucoup de liens de famille], Marie Leguen, dite Houiller, Guillaume Kerichand, Marie Le Foll, sa femme, Guillaume le Quenquis, Yves Richard, Jean Legars, François Le Compère, Marie Bizot « forment une même clique n'ayant d'autre état et métier que de courir les foires et marchés de la province ». Les méfaits relevés à l'actif de la bande sont nombreux : un vol d'église à Ploezal, « dans les cinq ans derniers, et 10 à 12.000 livres à l'église de Saint-Mayeux, près de Corlay, le 9 août 1775, au moyen d'un morceau de bois plat, élastique et glué par l'un des bouts ; ils ont emporté du tronc des trépassés, de l'église Notre-Dame-du-Roncier, en la ville de Josselin, la somme de 11 livres, 11 sols, 25 deniers et une mauvaise pièce de six liards » ; en 1782, ils ont forcé les portes de la sacristie de Camber, volé chez un prêtre, commis divers vols d'argent plus ou moins considérables au préjudice de particuliers, sans parler de nouveaux enlèvements de marchandises, laines, dentelles, etc. Les foires de Pontrieux, Lanvollon, Pléhédel, Faouët, Auray, Hennebont, etc. sont mises en coupes réglées. L'on dirait une reconstitution, de la bande de Marion du Faouët, et cela d'autant plus volontiers que le Faouët figure parmi les lieux exploités. La sentence condamne François Le Compère, Guillaume André, dit Nevez, et Jean Lescop fils aux galères perpétuelles, après avoir été marqués de la lettre V, leurs biens confisqués, mais les deux premiers étant coutumaces leur condamnation sera « exécutée par tableau attaché à la potence au pillier dans la place du marché de la ville de Lannion ». Marie Legonidec, Marie Denis, Louise Ollivier, Nicolas Lescop et sa femme, Renée et Catherine ses filles, Marie Leguen, dite Houiller, sont condamnés définitivement à une « sentence perpétuelle, préalablement fouettés dans tous les carrefours et lieux accoutumés en cette ville, leurs biens meubles confisqués », etc. ;  Kerrichand, Guillaume le Quenquis sont condamnés à être pendus sur la place de cette ville, leurs biens confisqués, etc. — Ce sont ces derniers qui ont volé à l'église de Saint-Mayeux, et forcé la sacristie de Camber. Jean Legars sera marqué et envoyé aux galères pour trois ans. Nicolas Lescop et quelques autres hommes et femmes sont renvoyés hors d'instance

Note 2 : la commune d'Yvias est formée des villages : le Savazou, Kervouriou-Naur, Lan-Hamon-Kerfot, Pen-Coat, Kermorvad, les Rues, Poul-Nabat, Lan-Yvias, Kerévan, Kericun, Poustoulic, Kerfraval, le Danot, Kerélec, le Minguen-eur-Ouern, Keraudry, Kerhamon, Kernou, le Veuzit, Kergonan, Kergors, Kervaquin, Pan-Bras, Pors-André, Kervouriou-Harhaut, Porzou-Keraul, Largoat. Une partie des villages dépendent aujourd'hui de la commune de Kerfot.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE d' YVIAS

l'église Saint-Judoce (XVème siècle). Saint-Judoce (décédé en Picardie, en l'an 651), est le fils de Juthael (ou Judaël), souverain de Domnonée, et de Pritella, son épouse. L'ancienne église paroissiale d'Yvias est démolie en 1865. Les travaux de la nouvelle église sont adjugés le 22 février 1865 et reçus le 9 février 1869 (archives des Côtes d'Armor, V 3742 et 3743). En forme de croix latine, elle comprend un clocher extérieur, une nef avec bas côtés de cinq travées, un transept et un choeur. La première pierre fut bénite le 5 mars 1866 et la consécration de l'édifice faite le 7 août 1881. La flèche fut édifiée en 1895-1897 suivant les plans primitifs. L’architecte fut M. Angier. On y voit une chaire qui, dit-on, provient de l'abbaye de Beauport et qui date du XVIIIème siècle. Le lutrin date du XVII-XVIIIème siècle. L'église abrite des bénitiers anciens ; des statues anciennes de saint Judoce, saint Brieuc, saint Jean-Baptiste, sainte Barbe, saint Nicodème, et de sainte Marguerite. Parmi les statues modernes : saint Yves. Le maître-autel, oeuvre de Le Merer, date de 1879 ;

la chapelle du calvaire (1685 - XVIIIème siècle), située route de Plourivo et fondée en 1685, sur demande d'Alain Maigneau et de son épouse, Jeanne Gouriou. Edifice de plan rectangulaire à un étage. Elle est remaniée et agrandie en 1701, puis remaniée à nouveau en 1758. Une fenêtre est datée de 1779. La crypte est creusée en 1779. Dans la chapelle basse (ou crypte), se trouve une " Mise au tombeau ", en bois polychrome, attribuée à l'atelier d'Yves Corlay et qui date de la seconde moitié du XVIIIème siècle. Le balustre date du XVIIème siècle. La chapelle abrite des statues anciennes : sainte Vierge, saint Eloi, saint ermite avec un bâton, saint évêque, et statue moderne de saint Isidore en costume breton avec une faux, ainsi qu'un tableau du Christ du XVIIème siècle ;

l'oratoire de Saint-Judoce (XVème siècle - 1964). A l'emplacement de cet édifice, s'élevait jadis une ancienne chapelle signalée en ruine vers 1930. L'oratoire est construit en 1964 en y incorporant des éléments de l'ancienne chapelle ;

l'ancienne chapelle Notre-Dame de Landebaeron, disparue ;

l'ancien presbytère (1623), restauré en 1988 et transformé en bibliothèque et salle de réunion. Durant la période révolutionnaire, il a abrité l'hôtel de ville d'Yvias ;

la croix de Runehaus ou Runhaus (XVIIème siècle), située route de Kerfot ;

les deux socles de croix de l'enclos paroissial (1745, 1777) ;

la croix plate monolithe de la chapelle du calvaire (haut Moyen Age) ;

9 moulins dont les moulins à eau de Traou-Durant, Neuf, Correc, de Lac'h-Logot, Bescont, Frotet, Rivoalan, Gludic, …

A signaler aussi :

le dolmen (sous tumulus) de Tossen-ar-Run (époque néolithique), situé route de Plouézec. Le tumulus est surmonté au début du XXème siècle d'une croix ;

le colombier de Pann-Braz (XVIIème siècle), situé route de Quemper-Guézennec ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE d' YVIAS

En 1500, les maisons nobles d'Yvias étaient : Damnoët qui appartenait au sieur du Pont-Quellenec, le château de Correc qui appartenait au sieur de Guemené, le Porzou-Kerbresellec qui appartenait à Yves Le Roux et Tranestang qui appartenait à François de Kerlan.

Lors de la réformation de juillet 1427, plusieurs nobles d'Yvias sont cités : Alain Raison, Hamon Raison, Olivier Le Frotter, Derien de Kergozou, Eon Le Lez, Jeanne Le Chalne, déguerpie Jean de Kerraoul, la déguerpie Alain Le Froter, Marguerite de La Lande. Se disent aussi nobles : Geffroy Thomas et Jouhan Ladan.

Lors de la réformation du 24 mars 1536, plusieurs maisons nobles d'Yvias sont mentionnées : Le Pant (à Olivier Kerleau et Catherine Raison), Kerizel (à Fouquet Ruffault), Kerpuns en Kerfot (à Guillaume Boschier), Danot (à Guy de La Motte, sieur de La Touche-à-la-Vache), Trostang (à un nommé Le Bozec de Lantréguier), Kerverguen (à Silvestre Boschier), Keryllys (à Pierre Raison), Kerhamon (à François Tanguy, ancienne propriété de Roland de Quelneuc), Kergararoff (à Jehan Couetmenech, ancienne propriété de Jehanne Gaultier).

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc de 1480, on comptabilise la présence de 12 nobles de Yvias :

Charles BODIN (2 livres de revenu) : défaillant ;

Jehan BOSCHIER (100 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Yvon DU BOUES (10 livres de revenu) : porteur d’un paltoc et comparaît armé d’une javeline ;

Pierre GEFFROY ;

Jehan KERGOZO (30 livres de revenu) : porteur d’un paltoc et comparaît armé d’une javeline ;

Philippe KERHAMON (10 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Constance LE LAY (30 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Henri LE LEZ (20 livres de revenu) : défaillant ;

Thomine LESQUIDRY (20 livres de revenu) : défaillant ;

Philippe PHELIPPOT (5 livres de revenu) : défaillant ;

Guillaume RAISON (20 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Yvon RAISON (80 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

© Copyright - Tous droits réservés.