Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Kerborziens

KERBORS

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Lézardrieux  

La commune de Kerbors (pucenoire.gif (870 octets) Kerborzh) fait partie du canton de Lézardrieux. Kerbors dépend de l'arrondissement de Lannion, du département des Côtes d'Armor (Trégor - Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de KERBORS

Kerbors vient du breton « Ker » (village) et de « Porz » (cour).

Kerbors (Kerbortz) est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Pleubian. Kerbors est érigé en paroisse succursale de celle de Pleubihan (Pleubian) le 23 juin 1605, par l’évêque de Tréguier, à la requête de Mme de Quelen (veuve du seigneur de Kerhorz ou Kerhoz). 

Un lieu-dit " Ar Hastel Pri " (le château d'argile) perpétue sans doute le souvenir d'une ancienne fortification de terre. 

Kerbors, après avoir élu une municipalité en 1790 (supprimée le 21 mars 1791, car illégale), est réunie à Pleubian par arrêté du département en date du 21 mars 1791, puis la commune de Kerbors est de nouveau séparée de Pleubian par la loi du 17 mai 1856.

On rencontre les appellations suivantes : eccl. Mariae de Kerportz (en 1546) et Kerpors (en 1778).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de KERBORS

la chapelle Saint-Aubin (1752), dont l'emplacement semble cité vers 1050 dans la troisième vie de saint Tugdual (vallem Trecorensi ecclesiae subjacentem, quae Albini dicitur). Edifice rectangulaire portant les dates de sa construction et de sa restauration : CH. ADAM Gr 1752 - J. F. LE CALVEZ 1890. Statues de saint Aubin et saint Yves (XVIIIème siècle) ;

la chapelle ou l’église Notre-Dame des Neiges (1859-1864), dans laquelle se trouve la tombe du chevalier du Guiny de Bonaban (XVème siècle), des fonts baptismaux (XVIème siècle) et une balustrade de choeur datée de 1659. La première pierre est bénie le 26 mai 1859. La nef est édifiée par Alain et Tugdual Lageat. L'église est bénite le 15 juin 1864. Il s'agit en fait de l'ancienne chapelle de de Kerbors (consacrée en 1546) qui a été reconstruite ou agrandie. Le clocher n'a pas de flèche du fait que l'église est construite sur un ancien marécage : la flèche aurait considérablement alourdi l'ensemble. L'origine du nom de Notre-Dame des Neiges remonterait à une église de Rome dédiée à la vierge des Neiges et priée en cas de peste (d'après un cantique) ou viendrait d'une tempête de grêle qui se serait abattue sur Kerbors en août 1863, détruisant les récoltes. Pour éviter que l'événement ne se reproduise, l'église a été mise sous la protection de la Vierge et aurait reçu le nom de Notre-Dame des Neiges, le 25 juin 1864 (d'après le dictionnaire des communes des Côtes-d'Armor). Les fonts baptismaux datent du XVIème siècle et sa cuve porte les armes des Quélen. La statue de Sainte Anne date du XVIIème siècle. L'autel date des années 1870 : il semble être l'oeuvre du sculpteur Le Merer. Le vitrail, oeuvre du sculpteur Rault, date de la fin du XIXème siècle. " En forme de croix latine, comprend une nef avec bas côtés de cinq travées plus celle du clocher, un transept et un choeur. Un petit oratoire existait très anciennement à Kerbors. « Nouvellement réparé, orné et agrandi », il fut consacré le 20 septembre 1546 par R. P. en Dieu messire Louis du Cambout, vicaire général d'Hippolyte d'Este, cardinal de Ferrare. L’autel majeur fut alors dédié à la très sainte Trinité, à la sainte Vierge, à tous les saints et à saint Sylvestre ; un autre autel fut dédié à saint David, évêque de Ménèvie. Fermé à la Révolution, Mgr. Cafarelli demandait sa réouverture le 3 septembre 1806. La première pierre de l'édifice actuel, construit par MM. Alain et Tugdual Lageat, de Lannion, sur les directives de M. l'abbé Collin, de Saint-Brieuc, fut bénite le 26 mai 1859 et l'église le 15 juin 1864. Le portail ouest porte la date de 1859, la porte midi celle de 1861. Mobilier : Tombe du XVème siècle avec statue d’un chevalier provenant de l'enfeu des du Guiny de Bonaban ; statues anciennes de saint Tugdual, sainte Pompée, sainte Anne, saint Pierre ; statues de saint Yves, saint Eloi, saint Isidore et saint Loup, datant de 1870 et dues au ciseau de Le Merer ; balustrade de choeur ancienne : elle fut exécutée en 1659 par François Querveau, maître menuisier " (R. Couffon) ;

Eglise de Kerbors (Bretagne)

la croix de Pont-Begou, de Kroas-Santel (1874, érigée par Pierre Moreau et Marie Jeanne Gouronnec et oeuvre de l'atelier Hernot), du cimetière de Notre-Dame des Neiges (XVIème siècle). Cette dernière est transférée depuis 1994 au cimetière de Kerbors ;

le manoir de Mez-Huel (XVIIIème siècle) ;

le manoir de Troezel-Vras (XVIIème siècle). A l'entrée du manoir se trouve une croix datée du milieu du XIXème siècle ;

le manoir de Troezel-Bihan (XVIIIème siècle) ;

le manoir de Keralio ou Keraliou (XVIIème siècle). Une des cheminées porte gravée la date de 1733. Propriété de la famille d'Acigné, puis des seigneurs de Trézel. Sa juridiction s'étend dans les paroisses de Pleubian, Lanmodez, Pleumeur et Lézardrieux ;

le manoir de Kerhorz ou Kehoz (XVI-XVIIème siècle). Ce manoir était la propriété de Jeanne du Liscouët en 1606. " L'évêque Adrien d'Amboise donna le 23 juin 1605 à Jeanne du Liscouet, veuve de François de Quelen, sr. de Kerhoz et de Kerbortz, l'autorisation de faire bâtir des fonts baptismaux à la chapelle N.-D. de Kerbortz et d'y célébrer les sacrements " (R. Couffon). La cheminée date du XVI-XVIIème siècle et on y voit des armoiries, martelées semble-t-il durant la Révolution ;

le moulin à vent du Merdy (1574) ;

A signaler aussi :

l'allée couverte de Men-ar-Rompet. A proximité, ont été découverts des restes d'un cromlech, des vases campaniformes, des jattes, des gobelets et des écuelles ;

le puits du Merdy-Bras (XVIIème siècle) ;

l'atelier de briquetage d’Enez-Yar (âge de fer) ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de KERBORS

- Kerhorz était en 1606, la propriété de Jeanne du Liscouët ;

- Keralio était la propriété de la famille d’Acigné, puis de Trézel ;

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc en 1480 et de Tréguier en 1481, on  ne comptabilise la présence d'aucun noble de Kerbors. A cette époque, Kerbors dépendait de Pleubian.

© Copyright - Tous droits réservés.