Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Coatrévenais

COATREVEN

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Tréguier  

La commune de Coatréven (pucenoire.gif (870 octets) Koatreven) fait partie du canton de Tréguier. Coatréven dépend de l'arrondissement de Lannion, du département des Côtes d'Armor (Trégor - Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de COATREVEN

Coatréven signifie littéralement « bois de Reven ». Saint-Reven (ou Raven) naquit au IVème siècle en Armorique. " Tréven " pourrait aussi dérivé du vieux breton " treb " (village).

Coatréven est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plougrescant. Coatréven est mentionné, dès 1182, dans une charte énumérant les biens possédés par les Templiers ou les Hospitaliers. Ils possédaient, semble-t-il, des biens au village de Pratlédan (au lieu-dit Lannec-an-Hospital) et au village de Lochrist

Une partie du territoire de Coatréven (minihy de Coatréven) dépendait jadis du fief épiscopal des Régaires de Tréguier et formait une trève distincte, mais sans être une paroisse succursale [Note : lors de la réformation des fouages en 1426, sur 25 feux (77 contribuants) de Coatréven, 3 feux se trouvent situés au Minihy]. Au moment des guerres de la Ligue (XVIème siècle), la paroisse de Coatréven est imposée par commission du duc de Mercoeur : 26 écus 40 sous (dont le minihy de Coatreven pour 2 écus). Dans le Minihy est mentionné la maison Pourlosquet appartenant à la famille Champion.

La paroisse de Coatréven (Quoytrevan ou Coytrevan) est mentionnée dès 1330, lors du procès de canonisation de Saint-Yves. En effet, à cette époque plusieurs personnes de Coatréven témoignent : " Henri de Ker Guezonec, prêtre, paroissien de Coatreven, âgé de 40 ans " (témoin n° 135) ; " Oliva, fille d'Olivier Rivallon, autrement dit Bollocz, paroissienne de Coatreven, âgée de 20 ans ou environ " (témoin n° 138) ; " Yves Morvan de Lamoelen, paroissien de Coatreven, âgé de 50 ans " (témoin n° 139) ; " Lavina, veuve de Darien Hervé, clerc, de la paroisse de Coatreven, âgée de 50 ans ou environ " (témoin n° 203).

On rencontre un seigneur de Coetrevan en 1248, un Guillaume de Coetrevan en 1381, et un Henry de Coetrevan en 1415.

L'ancienne paroisse de Coatréven dépendait jadis de l'évêché de Tréguier, de la subdélégation et du ressort de Lannion. Elle relevait du roi. La cure était à l'alternative. Durant la Révolution, la paroisse de Coatréven dépendait du doyenné de Tréguier. Coatréven élit sa première municipalité au début de l'année 1790. 

On rencontre les appellations suivantes : Coatrevan (en 1182), Coytrevan, Coytrevant, Quoytrevan (en 1330), Coetrevan (en 1381), Quoetrevan (à la fin du XIVème siècle), Coetrevan (en 1427, en 1437, en 1543), Quoitrevan (en 1486), Coatreven (en 1600). 

Note 1 : Yves-Marie Croc (1829-1885) est né à Coatréven le 30 juin 1829. Il est sacré évêque titulaire de Laranda le 7 juin 1868.

Note 2 : la commune de Coatrèven est formée des villages : Prat-Lédan, Mez-ar-Lan, Kerfeillen, Keryer, Saint-Avel, Kerjouron, Crec'h-ar-Bider, Poul-ar-Ranet, Kerlivizec, Crec'h-ar-Roux, Toul-Conan, Couvent-Vilin-Coz, Kermée, le Manoir, Kertanguy, la Ville-Neuve, Kerauffret, Kersalic, Pen-an-Crec'h, Rosamel, Crehernec, Boudiliau, Pont-Losquet.

Note 3 : Liste non exhaustive des recteurs de COATREVEN : Guillaume le Moal (1692-1707). - Maurice le Bourhis (1707-1718), du diocèse de Quimper. - Matthieu le Prestre (1718-1719). - Jacques de Gharanus (1719-1722), licencié en théologie. - Noble Yves Thos (1722-1724). - Matthieu Lozach (1724-1760), recteur de Squiffiec. - François Scolan (1760-1790), directeur des Ursulines de Lannion, etc ...

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de COATREVEN

l'église Saint-Pierre (XVI-XVIIIème siècle). Edifice en forme de croix latine avec grande chapelle près de l’aile nord du transept et communiquant avec elle. Il date du XVIIIème siècle. Le porche sud porte l’inscription : LOSACH 1730, et le clocher-mur : L. M. M. LOSACH Rr. 1743. Le retable, en bois polychrome, date de la fin du XVIIème siècle. Au centre du retable figure une scène de la vie de la Vierge. Les niches latérales du retable abritent les statues de saint Pierre et Notre-Dame de Bonne Nouvelle. Un ancien autel, qui date de 1696, se trouve dans le transept nord : la boiserie de l’autel du croisillon nord porte la signature : M. GUILLAUME LE MOAL. Un tableau, représentant Yves Marie Croc ou Croq, date des années 1870. Les seigneurs de Coatréven ont le titre de fondateur de l'église paroissiale. Statue ancienne de saint Jean-Baptiste, et moderne de saint Yves. Dans la nuit du 26 au 27 octobre 2013 (vers 3 h du matin), une mini-tornade (vent soufflant d'Ouest en Est) arrache le toit de l'église, cassant au passage un vitrail et à l'extérieur de nombreuses tombes dans le cimetière ;

Eglise de Coatréven (Bretagne)

la chapelle Notre-Dame de Lochrist (fin du XVème siècle), reconstruite en 1852 avec réemploi de fenestrages du XVème siècle. " Fondée fort anciennement par les seigneurs du Botil. L’édifice actuel, de plan rectangulaire avec chevet à pans coupés date de 1852 et a été restauré en 1920. Les fenestrages anciens, de la fin du XVème siècle, ont été réemployés " (R. Couffon). Elle possède un chevet à pans coupés aveugles. Les seigneurs de Coatréven ont le titre de fondateur de la chapelle (cette chapelle a été, semble-t-il, édifiée par les seigneurs de Botil). Mobilier : Restes de vitraux de la fin du XVème siècle ; statues anciennes de Notre-Dame de Lochrist, saint Tugdual, saint Yves, sainte Marguerite, et les Cinq Plaies du Christ ;

Nota : Probablement dû aux ateliers de Tréguier, la chapelle de Lochrist en Coatréven renferme au centre d'un quare feuilles un petit médaillon représentant sur fond rouge un saint Christophe, vêtu d'une robe verte et d'un manteau blanc, et portant l'Enfant-Jésus en blanc. Dans les quatre lobes, en grisaille et or, sont trois des symboles des évangélistes : le boeuf, le lion et l'aigle, ainsi qu'un fragment de résurrection. Ce sont là les seuls restes des verrières qu'énonçaient ainsi en 1849 de Barthélemy et Guimart : une sainte Catherine, une Résurrection, un saint Christophe, une Vierge tenant l'Enfant-Jésus, et le Père éternel entre les animaux symboliques des évangélistes [Note : De Barthélemy et Guimart : Bulletin Monumental de 1849, loc cit. Depuis la chapelle de Lochrist a été reconstruite en 1852 et restaurée en 1920 ce qui explique suffisamment la disparition d'une partie des vitraux]. Le carton de saint Christophe est également d'influence rhénane (Contribution à l'étude des anciennes verrières - Société d'Emulation des Côtes-d'Armor, 1935).

l'ancien presbytère (vers 1770) ;

le manoir de Kermereot Velan ou Uelan ou Kermerrot-Uélan (XV–XVIème siècle). Il possédait jadis une chapelle privée et un colombier ;

le manoir de la Villeneuve ou de Kernévez (XVIème siècle) ;

une maison du bourg datée du XVIIIème siècle, de Kervézène (1724) ;

le convenant Person ou Pen-Crech (1664) ;

2 moulins à eau : Milin-Kernevez et Vieux Moulin ;  

A signaler aussi :

la motte castrale du Manoir, où l'on relève aussi un lieu-dit " Coat-Bihan-ar-Mouden " (le petit bois de la motte) ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de COATREVEN

La seigneurie de Coatréven possédait jadis un droit de haute, moyenne et basse justice. Propriété des familles Coatréven (au XIIIème siècle), Dornec, puis de Rolland de Chef-du-Bois (en 1437) et de Pierre de Boiséon, veuf de Péronelle de Chef-du-Bois (en 1507). Cette seigneurie est échangée en 1654 par Claude de Boiséon (vicomte de La Bellière et de Dinan) contre la seigneurie de Kermoroc'h (appartenant à Michel de Kergorlay, baron de Pestivien). Cette terre est à François de Boiséon en 1682 et à Madame de Montaran en 1711.

- La Villeneuve appartenait en 1460 à Alain Daniel, sieur de Kermoisan. Plus tard, cette terre passa aux mains de Le Moal ;

- Kerberiou appartenait à Jean Thomelin ;

- Kerveret appartenait en 1655 à René Raison, sieur de la Garde ;

- Le Pont-Losquet et Coaterel étaient aussi des terres nobles.

En 1710, dans un " Rolle de répartition de la somme de treize mil sept cent trente livres qui doit estre imposée sur touttes les seigneuries et fiefs ecclésiastique et laïques de l'évesché de Tréguier " (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, C 3479), on trouve mentionnées à Coatreven (et Minihy) la seigneurie de Quergrescan au sieur de Querhain Le Lay (10 livres), la seigneurie de Villeneuve Kerinhan au sieur de Boisguezennec de Trogoff (10 livres), la seigneurie de Coatreven à madame de Montaran (60 livres).

Lors de la réformation des fouages de 1426 sont mentionnés à Coatréven (Quoetrevan) les nobles qui suivent : Olivier le Moel, Thomas Gaultier Rochumelen et Marguerite veuve d'Hervé Kerlevyzic. On mentionne aussi le manoir de Coettreven (Coatreven), occupé par Alain Caguaguell et propriété de Chefdubois, sire de Coetreven (Coatréven), ainsi que les confrairies de Ker Tanguy, de Lemezlen, du Menec, du Ker Ylis, de Ker Argent. .

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Tréguier de 1481, on comptabilise la présence de 6 nobles de Coatréven (il y en avait 3 en 1426) :

Jehan de BONHEURE : défaillant ;
Jehan de CHIEFFDUBOYS de Coetrevan (600 livres de revenu) : comparaît en robe ;
Guillaume COETARREL (25 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;
Bizien de LA SALLE : défaillant ;
Jehan LE CHAMPION (20 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;
LE MOEL (50 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer. 

© Copyright - Tous droits réservés.