Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Camléziens

CAMLEZ

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Tréguier  

La commune de Camlez (pucenoire.gif (870 octets) Kamlez) fait partie du canton de Tréguier. Camlez dépend de l'arrondissement de Lannion, du département des Côtes d'Armor (Trégor - Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de CAMLEZ

Camlez vient du vieux breton "camm" (courbe ou boîteux) et "les" (château). Camlez (créé au détriment de Penvénan) est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plougrescant. 

La paroisse de Camlez est citée à la fin du XIVème siècle et faisait alors partie du fief épiscopal des Régaires. En 1602, Jean le Lay, seigneur de Kerancam (aujourd'hui Kerham) achète au Chapitre de Tréguier la juridiction des Régaires. 

En 1609, on mentionne à Camlez la frairie du Minihy dans laquelle se trouve la métairie de Pen an crec'h, le manoir de Traou ar stang et son moulin. Cette frairie semble avoir été incorporée par la suite dans celle de Kerillis [Note : lors de la réformation des fouages en 1426, sur 81 contribuants de Camlez, 21 se trouvent situés au Minihy. Il y avait 34 feux dont 3 du minihy, ramenés à 27 dont 7 du minihy]. Au moment des guerres de la Ligue (XVIème siècle), la paroisse de Camlez est imposée par commission du duc de Mercoeur : 22 écus (dont le minihy de Camlez pour 2 écus 30 sous).

L'ancienne paroisse de Camlez dépendait jadis de l'évêché de Tréguier, de la subdélégation et du ressort du siège royal de Lannion. Elle relevait encore du roi au moment de la Révolution. La cure était à l'alternative. Durant la Révolution, la paroisse de Camlez dépendait du doyenné de Tréguier. La première municipalité de Camlez est élue en 1790. Lors des nominations aux succursales en 1803, à Camlez, l'évêque désigne pour ce poste M. Sébastien Le Saint, 48 ans, assermenté ; ancien curé constitutionnel de Pommerit-Jaudy. Il l'y maintient malgré le préfet qui voulait voir conserver à Camlez le curé constitutionnel de cette paroisse « M. François Allanet, 61 ans, ecclésiastique de la meilleure conduite, instruit, zélé et généralement estimé ». Mgr. Caffarelli se contente de répondre au préfet que « la commune de Pommerit lui a demandé le renvoi de l'abbé Le Saint et qu'il est aussi mal renseigné sur M. Allanet par rapport à Camlez ».

On rencontre les appellations suivantes : Camlez (au XIVème siècle), Kamles (en 1426), Camles (en 1444), Camlez (en 1731).

Ville de Camlez (Bretagne)

Note 1 : la commune de Camlez est formée des villages : Kerhoul-Bihan, Kerhoul-Bras, Pont-an-Balen, Pen-an-Stang, le Cozlec'h, Kernavalet-Bras, Kermateman, Trostang, Ruduno, Pallac'h, Launay, Prat-an-Lan, Runigalen, Convenant-Langogan, Poul-Fanc, Pradic-Glas, Prat-an-Scoul, Croas-an-Izi, Coat-Jélégou, Penprat, Donan (ou Donnant), Pen-Crec'h, Kerogan, Kerfiet, Kerellot, Saint-Nicolas, etc.... A mentionner le lieu-dit : Lanogan.

Note 2 : Liste non exhaustive des recteurs de CAMLEZ : Yves le Bras, décédé en 1708. - Henri Nicol (en 1708). - Noble Yves Lesné (1708-1711). - Pierre le Bris (1711-1730). - Hervé Cazoulat (1730-1731), curé à Plougasnou. - Jacques le Carou : à partir de 1731, etc ...

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de CAMLEZ

l'église Saint-Trémeur (1891). En forme de croix latine, elle comprend une nef avec bas côtés de quatre travées, plus celle du clocher encastré avec tribune, un transept et un choeur. Construite par M. Marzin, entrepreneur au Vieux-Marché, sur plans de M. Le Guerrannic, sa première pierre fut bénite le 20 juillet 1891, après adjudication des travaux le 10 février, et sa bénédiction faite le 18 décembre 1892. Mobilier : Statues anciennes (XVIIIème) de saint Trémeur, de la Sainte Vierge, de saint Joseph, sainte Marguerite et de saint Jean-Baptiste ; statue moderne de saint Yves ; autels, fonts et confessionnaux du XVIIIème siècle (R. Couffon). Saint Trémeur serait d'après la Vie de saint Gildas, le fils de sainte Trifine, fille du comte de Vannes, Waroc, et du tyran Conomor qui lui fit trancher la tête. C'est pour cela que saint Trémeur est mis au nombre des martyrs. Les Troguindy sont les fondateurs de l'ancienne église paroissiale et possédaient jadis des prééminences dans l'église. A signaler que l'enclos du cimetière et son entrée principale (don de la famille Boussougan) proviennent du château de Kerham ;

Eglise de Camlez (Bretagne)

la chapelle Saint-Nicolas (1824-1922), surnommée " Notre-Dame de Kervoenan " (ou Kerguenanen) en 1781 et située à Kerguénan. Mentionnée fort anciennement. Il s'agit, à l'origine d'une chapelle domestique appartenant au manoir de Kerguenan. L’édifice actuel, de plan rectangulaire avec chevet à pans coupés et petite sacristie au nord, fut construit en 1824 par Yves Guillou, maître maçon. Tombant en ruines, il a été restauré en 1922 (par le recteur Gonidec) et bénit le 26 mars 1922. Statues anciennes de saint Nicolas et de la Sainte Vierge. Le clocher-mur lanternon possède une chambre de cloche. Cette chapelle abrite les statues en bois de la Vierge Marie et de saint Nicolas ;

l'ancienne chapelle Saint-Houardon, à Kerhuel, détruite. Deux champs appelés parco chapel et une fontaine indique son emplacement ;

l'ancien oratoire Saint-Joseph, aujourd'hui disparu. Petit oratoire rectangulaire moderne à l’école ; 

les calvaires de Kernavalet, du Coq ou Croas-ar-Chog, de Croas-Ru (1648), de Saint-Nicolas (1635) ; 

les croix de Paul Fank, de Croas-Hent (1625) ; 

le château de Kerham ou Kergrescant (entre 1634 et 1650), détruit en 1960. A l'origine, le domaine (avec sa motte féodale) appartient à la famille Coatellan ou Coadellan ou Coadallan, puis passe par alliance (suite au mariage de Jean Le Lay avec Jeanne de Coatellan ou Coadalan) à la famille Le Lay (branche cadette des Le Lay de Kermabin en Plouaret) [Note : en 1634, Jeanne de Coatallan, mère de Jean Le Lay, est encore douairière de Kerancam (Kerham) et propriétaire de Kergrescant], seigneurs de Kerham durant tout le XVIIème siècle et jusqu'au début du XVIIIème siècle. Ce château passe ensuite entre les mains de la famille Kerousy de Plouguiel (vers 1721), et de la famille Marboeuf (dont l'un des héritiers est archevêque de Lyon et émigre à la Révolution). On y trouvait autrefois une chapelle privative appelée " chapelle coz ". Ce château est en partie détruit sur ordre du cardinal Richelieu et reconstruit sous l'impulsion de Jean Le Lay, seigneur de Kerham. On trouve une description du château de Kerham dans le procès-verbal de la vente des biens nationaux : « Château et Métairie de Kerham ou Kergrescant saisi sur Marbeuf, archevêque de Lyon : consistant en un château flanqué de deux pavillons ayant de longueur entre les deux pavillons 62 pieds, de largeur 20 pieds et 26 de hauteur. Chacun de ces deux pavillons ayant 50 pieds de largeur, 21 pieds de large et 26 de hauteur. Ledit château est composé au rez de chaussée d'un vestibule voûté, d'une cuisine également voûtée en taille ; d'une grande salle planchéiée en sapin, la cheminée boisée. Chaque pavillon est composé dans le bas au rez de chaussée, d'un escalier en pierre de taille, un grand appartement. Le premier étage est composé d'une grande chambre au-dessus de la cuisine, d'un cabinet au-dessus du vestibule, voûté de pierre de taille dans lequel est une cache argent et autre grande chambre. Au-dessus de la salle et dans chacun des pavillons, une grande chambre et au-dessus de tout sont les greniers ayant ... de leurs combles tout en bois de sciage sous couverture d'ardoises avec corniche de pierre tout autour. Dans la façade vers la cour, neuf fenêtres de taille dont partie sont bouchées de maçonnerie et dans la façade donnant sur le grand clos au couchant, 12 fenêtres de taille en majeure partie bouchées. Chaque appartement a sa cheminée de taille boisée. Au devant de chaque façade est un trottoir ou promenade. Celui vers la cour est élevé de 1,5 pieds, celui au couchant de 6 pieds, ayant chacun un perron de taille. Lesdits trottoirs sont en taille et piqués à la petite pointe. Au-dessous de chaque escalier on a pratiqué des caves séparées du vestibule par des grilles en bois. A chaque côté de la cour, il y a une remise composée de 4 arcades en taille qui ont chacune de longueur 44 pieds, largeur 16 pieds, hauteur 18 pieds. Au plancher supérieur, 6 poutres et solives pour faire plancher. Les greniers éclairés chacun par 4 oeil-de-boeuf, sous ardoises. Ecurie et petit pavillon en-dehors de la cour 47 pieds. Au levant de la remise, magasin voûté (47 pieds). Pour y entrer, porte en taille, chambre voûtée en taille... La cour au-devant de la maison ou château dont une moitié pavée, contenant de plat 15 cordes. Le frontispice ou mur de la cour a de longueur 62 pieds, hauteur 12 pieds et de largeur ou épaisseur, 10 pieds. Sa plate-forme est couverte en grandes pierres de taille. Ledit frontispice est dans son parement intérieur et extérieur construit en pierre de taille piquée à la petite pointe. Le puits étant dans la cour construit en pierre de taille piquée à la petite pointe ainsi que sa margelle. Tous les susdits logements, château et tous les autres logements de la cour ont leurs voûtes " soutairene " dans toute leur étendue, en pierre de taille et ayant leur porte d'entrée et de communication en taille. Dans deux desquelles caves sont deux cheminées en taille. Toute l'enceinte du château est entourée de douves ou fossés plus ou moins larges. Pour entrer dans la cour existait autrefois un pont levis au proche du grand portail d'entrée. Les casemates au-devant de la cour et à gauche en entrant présentent un front de 60 pieds et un flanc de 24 pieds le tout avec double casemates ou flanc bas. Le tout couvert et ayant leur porte de communication et leur meurtrière, le tout en taille et composé de 16 casemate tant hautes que basses. Au midy du château, il existe également cinq casemates voûtées tout en taille, ayant chacune une petite cheminée. A la suite de ces casemates et sur le même alignement est la maison à four aussi voûtée en taille, mais en majeure partie en ruine. La maison à four et les casemates ont de long, ensemble 80 pieds et de hauteur 8 pieds, de largeur 10 pieds. L'enclos au couchant ou château, contenant de plat compris le fond sous les édifices et douves ou fossés 512 cordes. Ledit clos cerné de murs de tous les côtés formant un carré long c'est-à-dire que chaque côté a 600 pieds de long, et de largeur aussi de chaque côté 492 pieds, ce qui donne au total 2184 pieds de longueur de murs et 7 pieds de hauteur. A chaque coin dudit mur on y avait construit des donjons dont en partie sont en ruine. La chapelle au proche du château, au nord de l'enclos, bout au levant en ruine » (Archives des Côtes d'Armor) ; 

Le château de Kerham en Camlez (Bretagne)

le manoir de Luzuron, récemment restauré. Il possède un cadran solaire qui date de 1568 ;

le manoir de Donan (XVème siècle). Il appartient au début du XVIème siècle à Olivier de Bégaignon (seigneur du Rumen), puis il devient successivement la propriété des familles de Poulgras (en 1535), de Lezhildry (en 1537) et Trécesson (au XVIIIème siècle) ;

le manoir de Traou-Stang ; 

5 moulins dont les moulins à eau de Luzuron, de Ruduo, Ar-Voern ; 

Manoir de Camlez (Bretagne) 

A signaler aussi : 

les menhirs de Saint-Nicolas, de Launay, de Prat-Quinican (époque néolithique)

la stèle de Saint-Nicolas (âge de fer). Cette stèle a le pouvoir, dit-on, de rendre la fécondité aux femmes ; 

les deux tumulus situés à Kerhasor ; 

la motte castrale de Croas-Husto (X-XIème siècle). Elle est de forme tronconique circulaire ;  

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de CAMLEZ

La seigneurie de Donnant s'étendait jadis à Penvénan et Coatréven et possédait une moyenne et basse justice. Cette juridiction est annexée à celle de Lezhildry en Plouguiel à partir de 1537. Propriété d'Olivier de Bégaignon, seigneur du Rumen, en 1506. Cette seigneurie passe ensuite entre les mains successives des familles ou Poulgras (Plougras) ou Poulcroix (en 1535) et Lezhildry (en 1537).

La seigneurie de Kergrescant (alias Kerham) possédait jadis un droit de basse justice. Propriété de François de Coadallan en 1540, puis des familles Le Lay (en 1600, suite au mariage de Jeanne de Coadallan avec Jean Le Lay), Kerouzy (suite au mariage de Anne Gabrielle Le Lay avec Joseph Marie de Kerouzy), Marboeuf (vers 1723, suite au mariage d'Anne Marie de Kerouzy avec Claude François Marie, marquis de Marboeuf, comte de Gué). Le fils de ces derniers, qui était au moment de la Révolution archevêque de Lyon, hérita de tous leurs biens et émigra. En 1678, Jean-Baptiste Le Lay, seigneur de Kerham, rend aveu au roi pour la seigneurie de Kergrescant où il demeure.

Note : Les Le Lay de Kergrescant sont une branche cadette des Le Lay de Kermabin en Plouaret. Leurs armoiries sont " d'argent à une fasce d'azur surmontée de trois annelets de gueule et une aigle éployée de sable en pointe ". Au XVIème siècle, les Coadellan étaient propriétaires de Kerancam (Kerham), de Kergrescant et de Coat Jézégou (ou Jélégou). " Coat Jézégou donnait, d'après un acte de 1781, du levant sur les terres de Kergrescant et sur Parc an pors et Kerguillarm appartenant à monsieur de Kergariou de Lannion... Parmi les gentilshommes envoyés à la garde de la coste de Por-Blanc le huitième jour d'Avril 1562 se trouve Rolland Coadalen pour son fief de Kergrescant " (N. Choteau). La famille de Kerousy est originaire de Plouguiel.

La seigneurie de Kerelleau-Lislemeur (composée des terres de Kerelleau ou Kerello à Camlez et d'Enez-Veur ou Lislemeur à Penvénan) s'étendait à Trélévern, Kermaria-Sulard, Trévou, Tréguignec et Rospez et possédait jadis un droit de moyenne et basse justice. Propriété de Jean de Quélen en 1461, puis de la famille de Trogoff (à partir de 1616).

- Dès 1380, la terre noble de Luzuron existait déjà. Elle appartenait alors à Charles du Halgoët, chevalier, seigneur de Luzuron ; 

- Keralio, autre terre noble, appartenait en 1440 à Jean de Clisson, maître d’hôtel du duc Jean V ; 

- Trostang était aussi une maison noble. 

En 1710, dans un " Rolle de répartition de la somme de treize mil sept cent trente livres qui doit estre imposée sur touttes les seigneuries et fiefs ecclésiastique et laïques de l'évesché de Tréguier " (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, C 3479), on trouve mentionnées à " Camlez et Minihy " la seigneurie de Leshildry au sieur de Leshildry (30 livres), la seigneurie de Donnan au dit sieur de Donan (30 livres), la seigneurie de Querdoal au dit sieur de Querdoal (10 livres).

Lors de la réformation des fouages de 1426 sont mentionnés à Camlez les nobles qui suivent : le chevalier Henri de Troguindy (Tuonguindy), Alain Cadguallen de Kergoesquent ou Kergresquent (il s'agit de Cadoellan ou Coatallan de Kergrescant) et Neal Gargan (Noel Gargain). On mentionne aussi les manoirs suivants : Kerhuhel (métayer Jehan le Louenan) appartenant à Alain du Parc ; Quoet Jezegou ou Coat Jézégou (métayer Guillaume le Mareschal), propriété d'Alain Cadguallen (Cadgouellan ou Cadoellan) ; Kerfret ou Kerfrec (métayer Jehan fils de Tugdual Baellec), propriété de Louis de Botloy ; Launoy (métayer Jehan Evenou), propriété de Henri de Troguindy (Tuonguindy) ; Donnant (métayer Jehan le Penhuhel), propriété d'Alain de Plougras (Ploegroez ou Ploegras) ; Kergouriou (métayer Jehan le Boce), propriété d'Alain de Troguindy. 

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Tréguier de 1481, on comptabilise la présence de 7 nobles de Camlez (il y en avait 3 en 1426) : 

Alain CADOELLAN (50 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé en archer ; 

Henry ERNAULD (10 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ; 

Jehan GARGEAN (30 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ; 

Pierre MERYEN (20 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ; 

PLOEGROEZ (2 livres de revenu) : défaillant ; 

Jehan de TNOUGUINDY de Launay (300 livres de revenu) : comparaît en Homme d’armes ; 

Jehan TNOULONG (70 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer.

© Copyright - Tous droits réservés.