Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Tronchetois

LE TRONCHET

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine  

La commune de Le Tronchet (bzh.gif (80 octets) Ar Granneg) fait partie du canton de Châteauneuf-d'Ille-et-Vilaine. Le Tronchet dépend de l'arrondissement de Saint-Malo, du département d'Ille-et-Vilaine (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Le Tronchet, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE du TRONCHET

Le Tronchet dérive du mot "Petit Tronc" signifiant Petit Bois

Au début du XIIème siècle, un ermite du nom de Gaultier et quelques uns de ses disciples fondent un prieuré. En 1150, le prieuré est placé sous la tutelle de l'abbaye bénédictine du Thiron ou Thyron ou Tyron, située près de Chartres. Les moines de l'abbaye y créent alors un couvent élevé en 1117 au rang d'abbaye (l'abbaye Notre-Dame du Tronchet). Cette abbaye périclite dès le XVIème siècle. 

L'abbaye est reconstruite entre 1642 et 1679 par la congrégation réformatrice de Saint Maur, mais cette abbaye tombe en ruine durant la Révolution et les pierres servent alors en 1854 à la construction des quais de Saint-Servan ainsi qu'à la construction du presbytère de Roz-Landrieux.

Le Pouillé de Rennes stipule que l'abbaye du Tronchet, sise dans la paroisse de Plerguer, appartenait à l'ordre de Saint-Benoît. A la restauration du culte, en 1803, l'ancienne église abbatiale de Notre-Dame du Tronchet fut rendue à la piété des fidèles et desservie comme chapelle vicariale de Plerguer. Une ordonnance royale, en date du 16 avril 1826, érigea la paroisse du Tronchet, composée d'une section du territoire de Plerguer. Le premier recteur fut Arnaud-Thomas Caperan, qui desservait déjà Le Tronchet depuis 1810 avec les pouvoirs de pasteur sans en avoir le titre légal. M. Caperan, savant orientaliste, a laissé des travaux estimés dont on trouve la liste dans la Biographie Bretonne, I, 245 ; il mourut au Tronchet le 26 novembre 1826, âgé de soixante-douze ans. La paroisse du Tronchet a été agrandie en 1855 par l'adjonction de quelques villages de Plerguer (Pouillé de Rennes).

La paroisse de Tronchet, qui dépendait jadis de l'ancien évêché de Dol, est rattachée à la paroisse de Plerguer en 1803 et devient une paroisse indépendante en 1826. Le Tronchet est érigé en commune en juin 1953. 

L'Abbaye du Tronchet possédait autrefois un droit de haute justice : ses fourches patibulaires, ainsi que son cep et son collier, se trouvaient devant la Métairie des Lauriers.

On rencontre les appellations suivantes : Ecclesia de Trunchet (en 1140), ecclesia de Troncheto (en 1177).

Note : liste non exhaustive des recteurs de la paroisse du Tronchet : Arnaud-Thomas Caperan (1826). Jean-Marie Leporce (1827-1851). Edouard Verron (1851-1859). Pierre Nantel (1859, décédé en 1864). Pierre Lefoul (1864, décédé en 1869). Joseph Saubost (1869-1872). Louis Launay (à partir de 1872), ....

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE du TRONCHET

l'abbaye Notre-Dame du Tronchet (XVIIème siècle), oeuvre de l'architecte Béziers-Lafosse. Dédiée à la Sainte Vierge, fêtée le jour de la Purification, l'église du Tronchet n'est autre que l'ancienne église abbatiale. « Le 18 juillet 1810 y fut posée la première pierre des fonts baptismaux par demoiselle Angélique de Gouyon de Beaufort, en présence d'Augustin Delalande, recteur de Plerguer ; François Durocher, vicaire à Plerguer, et Arnaud Caperan, curé desservant du Tronchet. Le 26 du même mois on y administra pour la première fois le baptême » (Registre paroissial). Le cimetière fut bénit le 17 septembre 1810, et la même année M. Baude de la Vieuville nomma une cloche au Tronchet. L'églisee possède une nef à chevet droit. L'intérieur de l'église est restauré en 1856. L'ancienne porte date de 1642-1671. La nef date du XIXème siècle. Son autel date du XVIIème siècle. On y voit un pierre tombale datée de 1703. Le cloître date du XVIIème siècle. Cette église devient une chapelle vicariale de Plerguer en 1803, et une paroisse en 1826 ; 

Nota : L'église du Tronchet se compose d'une seule nef, terminée par un chevet droit ; la façade présente une porte flanquée de colonnes, de niches et de pilastres dans le style du XVIIème siècle. Ce fut, en effet, le 17 juin 1659 que François Chereau, trésorier et chanoine de Dol, neveu d'Anthyme Cohon, évêque de Nîmes et abbé commendataire du Tronchet, bénit, au nom de ce prélat, la première pierre de cette église. L'édifice ne fut terminé qu'en 1679 (Histoire ms. mon. B. M. de Truncheto - Bibliothèque Nationale). Au-dessus de cette porte principale de l'église est une fenêtre de style rayonnant, à double meneaux, avec quatre-feuilles, dernier vestige de l'église abbatiale précédente, apportée là de l'ancien monastère. La tour, posée au centre, est couronnée par trois petits dômes superposés ; au Sud sont deux portes, l'une ouvrant jadis sur le cloître, l'autre décorée de deux inscriptions, dont la première est ainsi conçue : NOSTRE DAME PATRONNE DU TRONCHET 9 JUIN 1671. Faut-il voir en cette date l'époque de la consécration de l'église avant son complet achèvement? Nous ne voudrions pas l'affirmer. Quant à l'autre inscription, elle n'est certainement pas à sa place primitive ; elle a été transférée du monastère, et elle rappelle la date de la bénédiction de la première pierre des bâtiments claustraux, et non pas, comme on l'a cru à tort, celle de la dédicace de l'église ; elle porte ces mots :  1642, XI JULII, DIVO BENEDICTO SACRA AEDIFICANTUR.  Et au-dessus le mot PAX entouré d'une couronne d'épines. Or, c'est bien le 11 juillet 1642 (dix-sept ans avant la bénédiction de la première pierre de l'église) que dom Constant Navarin, prieur claustral du Tronchet, bénit la pierre fondamentale du monastère, en présence de ses confrères dom Denis Plouvrier et dom Claude Lévesque, Bénédictins du Tronchet (Histoire ms. mon. B. M. de Truncheto - Bibliothèque Nationale). A l'intérieur, l'église de Notre-Dame du Tronchet n'offre rien de remarquable ; l'autel, à colonnes, est de style renaissance, et il reste encore quelques-unes des anciennes stalles, « au nombre de vingt-quatre et d'assez bon goût », dit un Inventaire de 1790. Une seule pierre tombale subsiste, portant deux crosses en sautoir et la date 10 janvier 1703, sans autre inscription. Il est vraisemblable que cette dalle fermait l'ouverture d'un caveau sépulcral creusé à cette époque pour recevoir les corps des abbés défunts. Quelques familles nobles du pays avaient aussi leurs enfeus dans l'église abbatiale du Tronchet, entre autres les seigneurs de la Barre-Guéhenneuc devant l'autel Saint-Eloi, et les Saliou de la Ville-Morin au pied de l'autel Saint-Nicolas ; mais il n'y a plus de traces de leurs tombeaux (abbé Guillotin de Corson).

la chapelle de la malouinière du Haut-Mesnil (1875), édifiée par Adolphe Surcouf, maire de Plerguer de 1865 à 1871. Elle est octogone et de style ogival ;

l'ancienne chapelle Notre-Dame de la Salette, voisine du manoir du Mesnil, a été bâtie en 1865 ; c'était un but de pèlerinage très-fréquenté (Pouillé de Rennes) ;

l'ancienne Abbaye bénédictine du Tronchet, située route de Lanhélin. Cet ancien prieuré est donné en 1133 et 1147 par le sénéchal de Dol, Alain, fils de Jourdan, comme prieuré à l'Abbaye de Tyron (diocèse de Chartres) et devient abbaye en 1170. L'abbaye est réformée au début du XVIIème siècle par la Congrégation de Saint-Maur et reconstruite à la même époque. Cette dernière abbaye du XVIIème siècle comprend l'église et les bâtiments claustraux. Elle possédait aussi jadis un colombier (voir Abbaye Notre-Dame du Tronchet) ;

la maison (XVI-XVIIème siècle), située à Le Bas-Liage ;

la malouinière (1849), située au lieu-dit Le Haut-Mesnil, édifiée par Adolphe Surcouf, fils du célèbre corsaire Robert Surcouf. Il possède une chapelle octogonale. On voit près de cette habitation un rocher surnommé le Château du Diable

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE du TRONCHET

Dans la liste des feudataires (teneurs de fief) des évêchés de Saint-Malo et Dol en 1480, on ne comptabilise la présence d'aucun noble du Tronchet. Le Tronchet dépendait jadis de la paroisse de Plerguer.

© Copyright - Tous droits réservés.