Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Trézélidéens

TREZILIDE

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Plouzévédé  

La commune de Trézilidé (pucenoire.gif (870 octets) Trezilide) fait partie du canton de Plouzévédé. Trézilidé dépend de l'arrondissement de Morlaix, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Trézilidé, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de TREZILIDE

Trézilidé vient du breton 'treb" (village) et du nom d'un saint inconnu.

Trézilidé est une ancienne trève et un démembrement de la paroisse de Tréflaouénan. Tréflaouénan (et donc par conséquent Trézilidé) est issue d'un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plouzévédé (vers 1330).

Tout Trézilidé dépendait jadis du fief de la Marche, possession des familles Kermavan et Maillé. La paroisse de Trézilidé dépend de l'évêché de Léon. Elle est érigée en paroisse indépendante en 1839.

On trouve les appellations suivantes : Tref de Treselide (en 1426), Trezelide (en 1481).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de TREZILIDE

l'église Saint-Péran (1767), édifiée à l'emplacement d'une ancienne église. Il s'agit d'un édifice en forme de croix avec chevet polygonal. La façade porte la date de 1767 et un écusson renversé, où on croit lire les armes de Kermavan, seigneurs de la Marche, qui étaient les fondateurs. Le clocher-mur est terminé par un pignon triangulaire. Le maître-autel date du XVIIème siècle. L'église abrite les statues de saint Pèran, saint Herbot et saint Quay ;

l'oratoire de Saint-Péran. Derrière l'oratoire se trouve un fragment de roche qu'on appelle le "lit de saint Péran". Les fidèles s'y étendent pour se guérir de leurs douleurs ;

l'ancienne chapelle de Leslech, aujourd'hui disparue ;

la croix de Croas-Grall ou Croaz-Gall (1920) ;

le calvaire du cimetière (1630) ;

d'autres croix ou vestiges de croix : Creac'h-Marvail (XVIIIème siècle), Mescouez (XVIIème siècle) ; 

le lavoir couvert (XIXème siècle) ;

la maison de Kerellou (XIXème siècle), édifiée par la famille Kervenoaël ;

2 moulins dont les moulins à eau de la Marche et de Kermerien ;

A signaler aussi :

une motte féodale dite "Castel-Huel" ;

l'ancien pont de la Marche (1910) ;

l'ancien manoir de Kermerien (XVIème siècle), aujourd'hui disparu. Le portail était jadis coiffé d'un colombier. Propriété successive des familles Vincent Trousson (en 1582), Le Moyne et Kerliviry ;

l'ancien manoir de Cosquermeur, jadis propriété des familles Nouël, Crechquéraut, Le Veyer du Beuzidou ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de TREZILIDE

La famille Kermavan est fondatrice de l'église. Cette famille, dont le nom est devenu Kerman puis Carman, possédait autrefois la seigneurie de la Marche, dans la paroisse de Trézilidé.

Lors de la Réformation de l'évêché de Léon en 1443, une famille noble est mentionnée à Trézilidé :

Nouël ou Nédellec, seigneur du Cosquermeur, paroisse de Trézilidé. Alain se trouve mentionné entre les nobles de Plougourvest, et Hervé se trouve mentionné entre les nobles de Trézilidé.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de l'évêché de Léon reçue à Lesneven en 1481, on comptabilise la présence de 11 nobles de Tréflaouénan et Trézilidé :

le sire de KERMELIN (200 livres de revenu) : comparaît armé d'une lance. Il s'agit d'Alain Tournemine, époux de Marguerite du Chastel ;

Pierre COËTQUELFEN (78 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Yvon, fils de Jehan COËTNEMPREN (25 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ; 

Guillaume FREON (35 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

le fils dudit Guillaume FREON, absent ;

Catherine KERMELLEUC (6 livres de revenu), remplacé par Yvon Drean : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Jehan KEROURFIL, ancien (45 livres de revenu), remplacé par Jehan Boseuc : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Bernard de LAUNAY (12 livres de revenu), remplacé par Tanguy Harnic : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Jehan NOUEL (30 livres de revenu), malade, remplacé par son fils Henry : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ; 

Hervé NOUEL (6 livres de revenu), remplacé par Jehan Goeletreff : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Jehan SELVESTRE (21 livres de reveu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de l'évêché de Léon reçue à Lesneven le 25 septembre 1503, plusieurs nobles de Tréflaouénan et Trézilidé (Treflaouenan, Keran et Tresélidé) sont mentionnés :

Tanguy Coetnempren, en brigandine ;

Pierre Coetquelfen, en brigandine ;

Jehan Freon, en brigandine ;

Pierre Keranraës, pour Anne Kerourfil, tutrice d'Yvon Keranraës. Injonction de s'armer ;

Tanguy Selvestre. Injonction de salade ;

Yvon Poncin, pour le fils Alain Olivier, en brigandine ;

Henry Cozguermeur.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.