Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Treffiolais

TREFFIEUX

  Retour page d'accueil          Retour Canton de Nozay  

La commune de Treffieux (bzh.gif (80 octets) Trefieg) fait partie du canton de Nozay. Treffieux dépend de l'arrondissement de Châteaubriant, du département de Loire-Atlantique. 

Vous possédez des informations historiques sur Treffieux, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de TREFFIEUX

Treffieux semble évoqué les trois anciens fiefs : La Baudrais, Montjonnet et La Fleuriais. Treffieux s'écrivait aussi jadis Treffieuc ou Treffioc.

Treffieux dépendait autrefois des barons de Derval, puis de la famille Laval, barons de Châteaubriant, et des châtelains de Nozay. On signale plusieurs seigneuries : La Baudrais, Montjonnet et La Fleuriais. C'est autour des seigneurs de La Fleuriais que l'histoire de Treffieux s'écrit. Les hameaux de La Boulais et de La Maclais (intégré dans le domaine de La Fleuriais) ont longtemps constitué le cœur de la paroisse.

Du XVIème au XVIIIème siècles Treffieux est sous l'emprise du baron de Châteaubriant : - Henri de Bourbon, (prince de Condé et époux depuis 1609 de Charlotte de Montmorency) qui rend aveu au roi en 1634 pour Châteaubriant, - Louis de Bourbon, prince de Condé qui rend aveu au roi en 1680 pour sa baronnie de Châteaubriant. Vinrent ensuite Henri Jules de Bourbon (décédé en 1710), Louis Henri (décédé en 1740) et enfin Louis-Joseph, duc de Bourbon et prince de Condé (décédé en 1818).

Aucune école à Treffieux en 1783 (Brevet du recteur - Archives départementales, G 57).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de TREFFIEUX

l'église Saint-Grégoire (vers 1880), située place Saint-Grégoire. Les barons de Châteaubriant-Derval étaient prééminenciers dans l'ancienne église (jadis entourée de son cimetière) : ils avaient des bancs, des enfeus ainsi que leurs armoiries. L'édifice est démoli vers 1880 pour laisser place à l'église actuelle. Le clocher est entouré de quatre clochetons ajourés ;

la chapelle de la Fleuriais (XVIème siècle). Il s'agit de l'ancienne chapelle privée du manoir de La Fleuriais ;

la croix (vers le XVIIIème siècle), située dans le bourg de Treffieux ;

la croix (vers le XIXème siècle), située au Patis de La Mare ;

l'ancien manoir de La Fleuriais (XIXème siècle). Propriété, à l'origine, de la famille de Vay, vassal des barons de Derval. Le dernier descendant, Marie Gédéon Louis Pierre Henry de Vay, est exécuté à Nantes sous la Terreur. Le manoir devient ensuite la propriété successive des familles Bouteiller, Carmickaël de Baiglie et Chanteloup (propriété de Roger Plouay de Chanteloup vers 1900). Ce manoir possédait autrefois des douves, une fuie et une chapelle privée. Démoli vers 1966, les pierres vont servir à la construction de l'école primaire des garçons Sainte Jeanne d'Arc ;

le château de Bégly (vers 1820), situé au Bois-d'Inde. Le domaine du Bois-d'Inde appartient, à la veille de la Révolution, à Louis Joseph de Bourbon, prince de Condé. Après avoir quitté et délaissé le domaine de La Fleuriais, la famille Carmickaël construit le château de Bégly. Une chapelle privée est édifiée en même temps que le château par la famille Carmickaël ;

l'ancienne maison (XIXème siècle) de La Maclais et Boulaie. La chapelle, aujourd'hui disparue et située à La Maclais, fonctionnait grâce à un legs (gagé sur les revenus de la métairie de La Guinguenais) fait par le recteur Mésanger ;

le moulin à vent (XIXème siècle) de La Clé-des-Bois ;

les anciens moulins de la Fleuriais, La Pile, Foucherais (près de La Morlais) ;

A signaler aussi :

la découverte de plusieurs centaines de monnaies dans la rue du Don (époque gallo-romaine) ;

le menhir de la Pierre (âge du fer), situé à La Bazinais ;

le four à pain (XIXème siècle), situé au lieu-dit "Le Chesnel" ;

le puits (vers le XIXème siècle), situé rue Pierre-Gardée ;

l'étang de Gruellau. Il a une surface d'environ 50 hectares. La légende dit que la ville d'Inde fut enfouie jadis à l'emplacement de l'étang, et qu'à Noël on entend encore sonner les cloches ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de TREFFIEUX

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.