Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Théhillacois

THEHILLAC

  Retour page d'accueil        Retour Canton de La Roche-Bernard  

La commune de Théhillac (bzh.gif (80 octets) Tehelieg) fait partie du canton de La Roche-Bernard. Théhillac dépend de l'arrondissement de Vannes, du département du Morbihan (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Théhillac, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de THEHILLAC 

Au milieu du XVIIème siècle, Théhillac est une succursale et frairie de la paroisse de Missillac (au diocèse de Nantes). 

C'est en 1354 qu'apparaît pour la première fois le nom d'un seigneur de Théhillac : Guillaume, vassal du baron de La Roche-Bernard. 

Théhillac est érigé en commune en 1790 et passe dans le Morbihan alors que Missillac reste dans la Loire-Inférieure.

Note : Ancienne trêve de Missillac, au diocèse de Nantes, Théhillac est limité au nord par la Vilaine, à l'ouest par Saint-Dolay, au sud par Missillac, et à l'est par Sévérac. En 1891, sa superficie est de 1446 hectares ; le nord et le centre sont assez bien cultivés, et le sud est couvert des bois du Lézay et de Cranhoet. En 1891, sa population est de 651 habitants. Le bourg, situé au nord, est à 17 kilomètres de la Roche-Bernard. Les Celtes et les Romains ont tour à tour occupé ce territoire mais on ne trouve plus trace de leur passage. Les Bretons semblent y être venus aussi, comme le témoignent les noms de Cranhoet et du Bot (J-M. Le Mené).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de THEHILLAC

l'église Saint-Pierre-du-Moutier (XVI-XIXème siècle), agrandie en 1852 (par le prolongement du choeur actuel) et complétée en 1864. La chapelle tréviale, fondée par un seigneur de Théhillac, est donnée à l'abbaye de Saint-Gildas des Bois. C'était un édifice du XVIème siècle, à décoration flamboyante, dont il ne reste plus que le choeur à chevet plat et une porte en tiers-point moulurée d'un gros tore s'appuyant sur de petites colonnettes. La nef et le haut clocher qui s'élève sur le porche occidental ont été construits à la fin du XIXème siècle. Le clocher date de 1864. On y trouve, placées de chaque côté de l'entrée de l'église, des pierres tombales de deux seigneurs de Théhillac, dont l'une est datée de 1545 ;

Nota 1 : L'église de la paroisse de Théhillac, dédiée à saint Pierre, était primitivement une simple chapelle, fondée par les seigneurs de Théhillac, et donnée par eux à l'abbaye de Saint-Gildas-des-Bois. Les religieux la desservirent longtemps, et elle prit à cause d'eux le nom de St-Pierre-du-Moustier (aujourd'hui Saint-Pierre du Moutier). L'importance du quartier et sa distance du bourg de Missillac y firent établir une trève, qui a subsisté jusqu'à la Révolution. Cette église tréviale, à portes ogivales et à clocheton en pierre sur le pignon ouest, portait à l'extérieur et à l'intérieur l'écusson sculpté à 3 croissants des Théhillac. A droite du choeur, se voyait une pierre tombale, portant les armes de Théhillac et l'inscription suivante en capitales romaines sur la bordure : Cy gist le corps de feu Messire Jacques de Théhillac, chevalier, en son vivant seigneur de Théhillac, de Bodel, de la Roche-Hervé, de Beaumont, lequel debcéda le 21ème jour de janvier l'an 1545 (V.S.). Dieu lui face pardon. Une autre tombe, vers le haut de la nef, et postérieure à la précédente, était celle d'un Becdelièvre, également seigneur de Théhillac. Outre l'église de Saint-Pierre, il y a vers le sud une chapelle dédiée à saint Lienne. Un oratoire dédié à N.-D. de la Salette a été élevé près du bourg par M. Boitard, recteur, en 1856, et agrandi en 1890. Les pèlerins des paroisses voisines y viennent en assez grand nombre chaque année. Théhillac dépendait jadis de la baronnie et du doyenné de la Roche-Bernard et de la sénéchaussée de Nantes. En 1790, il fut érigé en commune distincte de Missillac, et fit partie du canton et du district de la Roche-Bernard et du département du Morbihan : cette dernière attribution était absurde, car toute la rive gauche de la Vilaine appartient naturellement au pays nantais. En 1791, M. Pério, qui desservait Théhillac, refusa le serment et vit bientôt vendre nationalement 276 sillons, deux maisons avec jardins et prairies, appartenant à l'église. En 1801, la commune fut régulièrement détachée de l'ancien diocèse de Nantes et annexée au nouveau diocèse de Vannes, puis érigée en paroisse en 1802. Depuis cette époque, l'ancienne église, devenue trop petite, a été augmentée d'une nef, et d'un clocher qui se voit du chemin de fer de Redon à Nantes (J-M. Le Mené - 1891).

la chapelle de la Salette (1857), située au Port Bily et agrandie et restaurée en 1890. Il s'agit d'un petit oratoire édifié, dit-on, suite à une épidémie qui aurait sévi dans la commune de Théhillac en 1856 ;

l'ancienne chapelle Sainte-Lienne (XVII-XVIIIème siècle), aujourd'hui disparue ;

la croix du cimetière (XVIème siècle) ;

la croix dédiée à Notre-Dame-de-Boulogne (1944) ;  

le château de Théhillac ou de la Cour (XVIIème siècle) a remplacé un manoir du XIVème siècle, propriété de la famille Théhillac qui avait dès 1354 un droit de haute justice. En 1400, Jeanne de Théhillac épouse Tristan de La Lande. Le château devient ensuite successivement la propriété des familles Gabard (en 1629), Rollieux, Becdelièvre (en 1702), Derval (en 1773), Trogoff (en 1877), Saint-Germain (1950), Le Verger (1977). Il a été restauré intérieurement en 1830 ;

Nota 2 : Le château de Théhillac, ou la Cour, situé au bord de vastes prairies, est un vieil édifice ; cependant on y remarque des traces de constructions plus anciennes encore que celles du corps principal. De profondes douves, jadis remplies d'eau, en défendaient l'accès. Ce château a donné son nom à une ancienne famille, qui portait pour armes : de gueules à trois croissants d'argent. Jeanne, dame de Théhillac, épousa vers 1400 Tristan de la Lande, de Guignen, veuf de Marguerite de Bruc, et les enfants de ce second mariage prirent le nom et les armes de Théhillac. En 1629, Gabrielle de Théhillac et son mari vendirent ce domaine à Jean Gabart et à Bonne Guichardy, sa femme. Louise Gabart, leur petite-fille, le porta en 1702 à Pierre de Becdelièvre, son mari. Le château de la Cour a été possédé jusqu'en 1887 par ladite famille ; vers 1891, il est la propriété de M. de Trogoff qui l'a reçu en héritage. Cette seigneurie avait droit de haute justice (J-M. Le Mené).

le presbytère (1762) ;

la fontaine de Saint-Lienne. A proximité, se trouvait jadis une chapelle disparue à la suite du remembrement effectué à Théhillac en 1972 ;

le moulin de Port-Bily, le moulin à eau du Rocher, et le moulin à vent de Saint-Lienne ; 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de THEHILLAC

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464 et du 4 septembre 1481, on comptabilise la présence d'aucun noble de Théhillac.

© Copyright - Tous droits réservés.