Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Scrignaçais

SCRIGNAC

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Huelgoat  

La commune de Scrignac (pucenoire.gif (870 octets) Ar Skrignag) fait partie du canton de Huelgoat. Scrignac dépend de l'arrondissement de Châteaulin, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Scrignac, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SCRIGNAC

Scrignac vient du gaulois « skarena » (lieu rocailleux).

La première mention écrite de Scrignac (Scruyniac) n’apparaît qu’en 1318. La paroisse de Scrignac, qui dépend de l'évêché de Cornouaille, a pour trèves, jusqu’à la Révolution, Bolazec (aujourd'hui paroisse) et Coat-Quéau (noté Coetkaeou, en 1318, et aujourd'hui simple chapelle rurale).

En 1388, des indulgences sont accordées à Scrignac par le Saint Siège pour la chapelle Notre-Dame de Coatqueau : " Cupientes igitur ut capella Beate Marie de Coaitquayo, sita infra parrochiam ecclesie Destrinnac, Corisopitensis diocesis, congruis honoribus frequentetur … et ad reparationem ipsius promptius manus adjutrices porrigant … Datum Avenione, II idus januarii, anno decimo (12 janvier 1388) " (Archives du Vatican).

On rencontre les appellations suivantes : Scruyniac (en 1318), Destrinnac (en 1388), Scruignac (en 1394 et 1591).

Nota : le bourg de Scrignac a été détruit par les Allemands, à titre de représailles, en 1944.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de SCRIGNAC

l'église Saint-Pierre (XVème siècle), reconstruite au XIXème siècle. L'édifice, en forme de croix, comprend une nef de cinq travées avec bas-côtés et clocher encastré, un transept à ailes peu débordantes et un choeur. Menaçant ruines dès 1782, l'église a été reconstruite en 1865-1866, à l'exception du clocher qui date du XVème siècle. Le bénitier date du XIVème siècle. L'église abrite les statues de saint Pierre, saint Paul, saint Jean Baptiste, saint Ronan, saint Nicolas de Tolentino, saint Herbot, une groupe de l'Ecce Homo, une Pietà, une sainte (avec livre ouvert, la sainte Vierge et saint Jean encadrant le Christ en Croix). " Prééminences en l'église de Scrignac. 1° Dans la vitre qui éclairait la chapelle du Rosaire qui est du côté de l'évangile, se voyaient les armes des du Parc, à trois jumelles, seules, uniques et en supériorité. 2° Dans la maîtresse vitre du grand autel, on remarquait les anciennes armes de Guernaon, d'argent, à trois jumelles de gueules, cantonnées d'or au lion de sable, avec une ancienne inscription dans la corniche du côté de l'évangile, où était précédemment la sacristie [Note : la sacristie, à cette époque (1749) se trouvait derrière le maître-autel], contenant en lettres gothiques, « Marc du Parc me fist faire lan 1433 ». On remarquait encore des inscriptions des seigneurs du Parc Brelidy, dans les corniches de bois de la nef de la dite église, en l'endroit du portique et de la petite porte donnant sur le cimetière du côté du presbytère " (A. B.) ;

la chapelle Saint Corentin de Trénivel (XV-XVIIème siècle), fondée par l’abbé Guillaume Le Gualès (monastère du Relec). Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire avec chapelle en aile au nord. La chapelle abrite les statues de saint Corentin, sainte Catherine et deux anges ;

la chapelle Saint-Corentin (XVIème siècle), située à Toul-ar-Groaz. Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire avec fenestrage du chevet du XVIème siècle. La chapelle abrite les statues de saint Corentin, sainte Marguerite et une Pietà. " Chapelle du Guernaon (joignant la forêt du même nom, et dite chapelle du Château). Située sur un placître, nommé : Placître de Toulangroas. Cette chapelle prohibitive était dédiée à saint Corentin. Au fond, pignon d'orient, il y avait une grande fenêtre ornée de taille à rosettes de même, en haut de laquelle, dans la rose de la vitre, au jour supérieur, se trouvaient les seules et uniques armes des seigneurs du Parc. Il y avait dans cette chapelle, un calice avec sa patène ; deux ornements, l'un de différentes couleurs, et l'autre noir, ce dernier en mauvais état ; en plus, des nappes d'autel. La cloche de cette chapelle était dans un arbre, au haut du dit placître. Le 26 août 1749, l'estimation de cette chapelle fût réduite à mi-deniers, eu égard à son indigence et à sa carence " (A. B.) ;

la chapelle Saint-Hernin et Saint-Divy (1761), située à Keforc'h (ou Quefforc'h ou Quéforc'h). Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire portant au-dessus de la porte sud la date de 1761. La chapelle abrite les statues de saint Hernin (en évêque bénissant), saint Divy (en évêque bénissant), Dieu le Père et un Crucifix ;

la chapelle Notre-Dame de Coatqueau (1937), édifiée à la demande de l'abbé Perrot par James Bouillé à l’emplacement d’une ancienne chapelle signalée en 1388. L'abbé Perrot est le fondateur du Bleun Brug, mouvement culturel breton et catholique fondé en 1905. L'ancienne chapelle, en ruines, a été vendue et reconstruite à Cascadec en Scaër en 1926 ;

les anciennes chapelle de Scrignac, aujourd'hui détruites ou disparues : la chapelle Saint-Isidore, la chapelle Saint-Conogan, la chapelle Saint-Nicolas de Péridec ou Pérideg (XVIIème siècle, édifiée par les augustins du couvent de Carhaix), la chapelle Saint-Sébastien ;

la croix de la chapelle de Trénivel ou Trinivel (XVème siècle) ;

la croix de Coat-Quéau (1669) ;

d'autres croix ou vestiges de croix : Coat-Quéau (1950), Croas-ar-C'hrom (XVIème siècle, 1816), Kerennou-Huella (Moyen Age), Kerséac'h (XVIème siècle), Kervoazou ou Croaz-ar-Harz (1928), Lannuzon (1950), Quilivel ou Croix-du-Curé (XVIème siècle), Quillournou (XVIème siècle), la croix de l'église de Scrignac (XVIème siècle), la croix du cimetière de Scrignac (vers 1900), Toul-ar-Groas (1931) ;

la fontaine de Coat-Quéau (XVIIème siècle) ;

l'ancienne fontaine de Trénivel ;

15 moulins dont le moulin à eau Rozlann, Lannouédic, Baunou, Goasq, Kerroué, Ruguen, Draguel (XIXème siècle), Coz,…

A signaler aussi :

la motte féodale de Guernaon (Xème siècle). Le site fortifié est conçu selon un plan rectangulaire et protégé par une double enceinte ;

le four à chaux (1830) ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de SCRIGNAC

La seigneurie de Guernaon avait droit de haute, moyenne et basse justice, tant sur ses domaines que sur les mouvances de son fief, sous l'usement de Poher [Note : Dans l'usement de Poher, les corvées étaient appréciées 12 livres].

A la "Montre" de l'Evêché de Cornouailles de l'an 1481 qui s'est tenue à Carhaix les 4 et 5 septembre, revue militaire à laquelle tous les nobles devaient participer munis de l'équipement en rapport avec leur fortune, le noble suivant de Scrignac était présent :

Yvon du Menes, archer en brigandine.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.