Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Saint-Ségalais

SAINT-SEGAL

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Châteaulin  

La commune de Saint-Ségal (pucenoire.gif (870 octets) Sant-Segal) fait partie du canton de Châteaulin. Saint-Ségal dépend de l'arrondissement de Châteaulin, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Saint-Ségal, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-SEGAL

Saint-Ségal vient de saint Sengar, un saint irlandais.

La paroisse de Saint-Ségal, qui dépendait autrefois de l'ancien évêché de Cornouaille, est un démembrement de la paroisse primitive de Pleyben, à laquelle elle était d’ailleurs unie au XVIIème siècle. Elle a été diminuée d’une partie de son territoire au profit de Port-Launay (en 1840) et de Pont-de-Buis (en 1949).

On rencontre les appellations suivantes : Sanctus Severinus ou Seint Sengar (vers 1330), Seint Sengar (en 1368), Sainct Segal (en 1535).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de SAINT-SEGAL

l'église Saint-Séverin (1896-1897), édifiée sur les plans de l'architecte Gassis. Il s'agit d'un édifice comprenant, précédée d'un clocher extérieur, une nef de cinq travées avec bas-côtés, un transept et un choeur : la première travée est dépourvue d'arcades entre le vaisseau et ses bas-côtés. L'église abrite les statues anciennes de la Vierge-Mère et de saint Séverin ;

la chapelle Saint-Sébastien (XVIème siècle), fondée par les seigneurs de Kergoet au milieu du XVIème siècle et remaniée en 1696. Il s'agit d'un édifice lambrissé qui comprend une nef de trois travées avec bas-côtés, un transept et un choeur peu débordant communiquant avec une sacristie octogonale. Sur l'une des poutres se trouve l'inscription "M. P. Cunat. Cure. Ch. Lharidon. Fa. 1586". Le choeur est construit dans le deuxième quart du XVIème siècle. Le transept, les grandes arcades de la nef et la porte occidentale sont édifiés vers 1554 (date du mariage de Gilette de Kergoet et de Michel du Bot, les maîtres d'ouvrage). La nef, la charpente et le clocher-porche sont reconstruits à la fin du XVIIème siècle par René François de Kergoet et son épouse, née du Dresnay (le charpentier et le maçon sont Ch. et I. Lharidon). La tour porte l'inscription "I. Lharidon 1696". L'ensemble est restauré au XXème siècle. Le porche sud, surmonté d'une Vierge-Mère, date de 1695 et porte l'inscription "S. Sebastien prie pour nous 1695" : sur l'un des piliers du chevet se trouvent les armes mi-parti Kergoet - du Bot. La sacristie porte les dates de 1707-1708 (celles de la construction) et 1742 (celle d'une restauration) ainsi que plusieurs inscriptions : sur un linteau, l'inscription "Faite Lan 1708. F. Autret. F. 1707", sur la porte, l'inscription "Sebastien Joncour Ptre et C. C. Mocaer Fabrique", sur le mur, l'inscription "Mire Julien Bornic Recteur. Mire Michel Gravec cure 1742. Mre Jehan Helgouarc'h chapelain. Mire Iean Bris Ptre". La poutre de gloire, avec un Crucifix entre la Vierge et saint Jean, date du XVIIème siècle. La chaire à prêcher date du premier quart du XVIIIème siècle (ou de la fin du XVIIème siècle) et porte l'inscription "N. et D. Mre Y. Coquet docteur et recteur". Le confessionnal date du XVIIIème siècle et porte l'inscription "N. Mre G. Leon. Bachelier en Sorbonne Recteur 1766". Les retables datent de 1698-1710. Au retable du maître-autel (XVIIIème siècle), dû, semble-t-il, à l'atelier Cevaer, on voit deux scènes du supplice de saint Sébastien : aux deux côtés de l'autel les vertus théologales, quatre vertus cardinales et un saint Roch. Les peintures et dorures du maître-autel, oeuvre d'Ollivier Le Grall de Landerneau, datent de 1729. Le retable et les boiseries du bras sud, peints et dorés en 1714 par Louis Cozic, datent de 1708. A l'autel nord (XVIIème siècle), dix-huit bas-reliefs rappellent l'histoire de la sainte maison de Lorette, celle d'un saint évêque et l'Enfance de Jésus. L'église renferme un calice en argent du XVIIIème siècle et un cadran solaire avec l'inscription "I Lharidon 1696". On remarque deux vitraux armoriés. La chapelle abrite les statues de sainte Anne, la Vierge-Mère, saint Zacharie, saint Fabien en pape, saint Sébastien, saint Maudez, saint Joachim, saint Jean évêque, saint Guénael, saint Joseph et un Crucifix en pierre du XVIIème siècle. Sur l'arc d'entrée du cimetière, on trouve saint Sébastien entre deux archers, saint Yves et saint Laurent ;

l'ancienne chapelle Saint-They, détruite après la Révolution ;

le calvaire du placitre de la chapelle Saint-Sébastien (1540-1550), où figure saint Sébastien entre deux archers. Le calvaire est relié à la chapelle par un arc triomphal. La porte monumentale de l'enclos date du XVIIème siècle. Le calvaire porte les armes mi-parti de Jean de Kergoet et de son épouse Perrine de Kerpaen ;

le calvaire (1550, 1630), situé place de l’église. Il porte saint Pierre, saint Sébastien et une Descente de Croix ;

d'autres croix ou vestiges de croix : Ar-Groas-Ven (Moyen Age), Lanvélé (1651, 1936), Penfrat (XIXème siècle), la croix du bourg de Saint-Ségal (XVème siècle), la croix du cimetière de Saint-Ségal (1926) ; 

la fontaine de Saint They (XVIIIème siècle) ;

4 moulins dont le moulin à eau de Kerbriant, de Cozcamec,…

A signaler aussi :

la stèle de Croas-Men (Vème siècle avant Jésus-Christ) ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de SAINT-SEGAL

A la "Montre" de l'Evêché de Cornouailles de l'an 1481 qui s'est tenue à Carhaix les 4 et 5 septembre, revue militaire à laquelle tous les nobles devaient participer munis de l'équipement en rapport avec leur fortune, le noble suivant de Saint-Ségal (Sainct Segal) était présent :

Jehan Kerevaer, représenté par Yvon Lestorgoat, archer en brigandine.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.