Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue

SAINT-MARCEL

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Malestroit  

La commune de Saint-Marcel (bzh.gif (80 octets) Sant-Marc'hell) fait partie du canton de Malestroit. Saint-Marcel dépend de l'arrondissement de Vannes, du département du Morbihan (Bretagne).

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-MARCEL

Saint-Marcel tire son nom du pape martyr saint Marcel.

Saint-Marcel est un démembrement de la paroisse primitive de Sérent.

Note 1 : Saint-Marcel est un territoire de forme allongée, qui est limité au nord par Saint-Abraham, à l'ouest par Sérent, au sud par Bohal et Pleucadeuc, à l'est par Malestroit et Missiriac. Sa superficie est de 1281 hectares, dont une grande partie est sous lande ; elle est traversée au nord-est par le canal de Nantes à Brest. En 1891, sa population est de 524 habitants. Le bourg est à 3 kilomètres de Malestroit, à 19 de Ploërmel, et à 32 de Vannes. De la période celtique il reste près du bourg, dans la lande de Chassonville, un dolmen d'un mètre de hauteur, les restes d'un autre dolmen, des menhirs brisés ou renversés, et quelques tombelles peu saillantes. De la période romaine il reste près des villages de Belléon et de la Noë quelques traces de la voie qui allait de Castennec et de Vannes vers Carentoir. De la période bretonne il ne reste que quelques noms de lieux, comme Béhélec, Kervier... pour conserver le souvenir de ces anciens émigrés. Au point de vue féodal, Saint-Marcel faisait primitivement partie du Porhoët ; plus tard il entra dans la seigneurie de Malestroit (J-M. Le Mené).

Note 2 : Saint-Marcel est connu pour le parachutage des hommes du colonel Bourgoin au-dessus de Saint-Marcel le 18 juin 1944. Théâtre de violents combats entre 3 000 maquisards et plusieurs compagnies allemandes.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de SAINT-MARCEL

l'église Saint-Marcel (1865-1877), de style roman. Les vitraux de l'église ont été entièrement refaits entre 1893 et 1898. L'église est dominée par un haut clocher dont la base de forme carrée est ornée d'arcatures aveugles. Elle possède deux chapelles, dont l'une est dédiée à la Vierge et l'autre à saint Marcel. On y trouve un curieux confessionnal qui date de 1813. L'église abrite une statue de la Vierge à l'Enfant et une statue de saint Marcel ;

Nota : Saint-Marcel est mentionné, en 1387, comme paroisse du doyenné de Porhoët ; au siècle suivant, Bohal lui fut uni, et comme le recteur des deux paroisses se fixa à Saint-Marcel, Bohal passa, mais à tort, pour une trêve. L'église paroissiale est dédiée à saint Marcel, pape et martyr, dont la fête arrive le 16 janvier. Elle a été bâtie en 1877, par les soins du recteur, M. Blouet, dans le style roman. Elle possède deux chapelles latérales, dont l'une est dédiée à la sainte Vierge et l'autre à saint Marcel. Dans le cimetière se trouve un gros Lech d'un mètre de hauteur environ. Les chapelles de la paroisse étaient : — 1° Saint-Ambroise, siège du prieuré de Brouais, relevant du prieuré de Saint-Michel-de-la-Grêle, près de Rochefort, et obligeant le prieur à faire célébrer une messe par semaine à l'église paroissiale de Saint-Marcel. — 2° Sainte-Geneviève, au village de ce nom, vers le nord-ouest, servant encore au culte. Les chapellenies étaient : — 1° Celle de Sainte-Geneviève, desservie dans la chapelle de la sainte chaque vendredi, et présentée par le seigneur de la Touche. — 2° Celle de la Paillette, fondée par le prêtre Guy Le Cadre dans l'église paroissiale de Saint-Marcel. — 3° Celle de Jean Le Roux. — 4° Celle de Marie Talvasson. Saint-Marcel était du doyenné de Porhoët, tandis que Bohal était du territoire de Rieux. Il relevait de la sénéchaussée de Ploërmel. Le recteur, à la nomination directe du pape ou de l'évêque, jouissait de la dîme à la 33ème gerbe sur les deux paroisses. En 1757, son revenu net était évalué à 400 livres. En 1790, Saint-Marcel perdit Bohal, et se vit ériger en commune, du canton de Pleucadeuc, et du district de Rochefort. Le recteur, Ch. Hallier, refusa le serment en 1791, subit un intrus en 1792, et vit vendre nationalement des terres et des prairies dépendant de la cure, le champ et le clos de la Paillette, et deux métairies appartenant aux Ursulines de Malestroit. Saint-Marcel passa en 1801 dans le canton de Questembert, arrondissement de Vannes ; mais une loi du 25 mars 1863 l'a rattaché au canton de Malestroit, arrondissement de Ploërmel : ce qui est bien plus rationnel. Rétabli comme paroisse en 1802, il conserve toujours cet avantage (J-M. Le Mené).

Voir aussi   Ville de Saint-Marcel (Bretagne) "L'histoire de la paroisse de Saint-Marcel et ses recteurs"

la chapelle Sainte-Geneviève (1875). Il s'agit d'un édifice de forme rectangulaire situé au village de ce nom ;

la croix Sainte-Catherine (moyen âge), réédifiée en 1924 par le recteur M. Nays. Cette croix à médaillon doit certainement son nom à une donatrice nommée Catheline ou Catherine ;

l'ancien château des Hardys-Béhelec, incendié par les allemands en 1944. Encore appelé, le château Philippe, propriété autrefois de la famille Hardy. Il faisait partie de la seigneurie de Béhélec qui appartenait à Eon de la Salle en 1427 et à Jehanne Droillart en 1536 ;

le château de Sainte-Geneviève (XIXème siècle), édifié par Léon Bouvard, agrandi au milieu du XIXème siècle  et incendié par les allemands en 1944. Il possédait autrefois une chapelle privée datée du XVIII-XIXème siècle et dédiée à Sainte-Geneviève ;

le manoir de la Touche-Kervier. Siège d'une ancienne seigneurie ayant appartenu successivement aux familles Ansquer et Gourlay. Propriété de Robert Gaincru en 1536. Restauré en 1957, il appartient aujourd'hui à la famille Guillaume ;

le manoir de la Née ou "métairie de la Née". Propriété de Jehan Guerin en 1427. Siège d'une ancienne seigneurie ayant appartenu à la famille La Ruée (en 1623). Le manoir possède une ancienne chapelle privée ;

le manoir ou logis de La Vaugace (XVème siècle). Il est la propriété de la famille Salmon au XVème siècle. Propriété de Gilles de La Lande et Gillette de Lesernan en 1536 ;

le moulin à eau (1872), situé à La Née. Ce moulin est réaménagé en 1922 et rehaussé en 1950 ;

A signaler aussi :

l'allée couverte de Tréhan. Elle a une longueur de 13 mètres ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de SAINT-MARCEL

Les seigneuries particulières de Saint-Marcel étaient :

1° Béhélec, vers le sud-ouest.

2° La Boirie, vers le nord-est.

3° Le Brouais, au sud, au prieur de ce nom.

4° Les Hardis à l'ouest.

5° La Née, sur l'Oust, aux La Ruée en 1623.

6° La Touche-Kervier, vers le nord, aux Ansquer et Gourlay.

7° Le Vaugasse, au nord-est.

8° La Ville-Frioul, au sud.

 

Lors de la réformation de 1427, on comptabilise la présence de plusieurs nobles à Saint-Marcel : le sire de Malestroit (la Touche), Jehan Guerin (la Née ou Lanée), Guillaume du Boais (la Boirie), Eon de la Salle (Béhélec), Jehan Salmont et Robert Couraut (Ste Geneviève).

 

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464, on comptabilise la présence de 2 nobles de Saint-Marcel :

Jamet HASTELOU (400 livres de revenu) : porteur d'une brigandine ;

Jehan PONTDURAN ou PONDARE : défaillant ;

 

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 4 septembre 1481, les nobles de Saint-Marcel se trouvent comptabilisés avec les nobles de Bohal.

 

Lors de la réformation de 1536, on recense plusieurs propriétaires et manoirs à Saint-Marcel :

la Touche (la Touche), à Robert Gaincru, St Geneviève ;

Lanée (la Née), à Jehan du Boaysjagu ;

Lanée (la Née), à Pierre Beauchet ;

Behelec (Béhélec), à Jehanne Droillart ;

le Vaugaz (le Vaugasse), à Gilles de la Lande et à Gillette de Lesernan ;

la Boererie (la Boirie), à Jehan du Boisguehenneuc ;

© Copyright - Tous droits réservés.